Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 
fetes juives sur terredisrael.com

 
 
Tou Be Av (15Av) ou la joie du mois d'Av

La Torah au présent      

Tou Be Av ( 15 Av ) ou la joie du mois d'Av

                         ( d' après  des  écrits  de  transmission de Torah )

 Le fluide amoureux qui circule dans les veines de cette journée  offre un fil  blanc en signe de bonheur pour les jeunes couples qui se rencontrent dans les vignes autour de Jérusalem, et qui     allaient goûter à l' élixir de l' amour      

Les  deux lettres du mois de Av, alef  et bet rappellent  les Dix Commandements dont le premier mot est « ano'hi », qui commence par la lettre alef, et le récit de la Création qui  débute par un « bet »   (Berechit) .     C'est  le monde de la vérité :  le alef étant avant le beth , le  don de la Tora (les Dix Commandements ), est avant et au-dessus du bet , ( le récit de la Création )  la réalité matérielle, la matérialité .

Les valeurs du 15 Av

Avec le 15 av arrive la pleine lune de ce mois. Cet événement succède à la destruction du Temple qui eut lieu le 9 av. A la fin du traité Taanit, nos Sages affirment que le 15 av était un des plus grands jours de joie que les enfants d'Israël connurent, à l'image de Yom Kippour.(... ) (1)

Le peuple juif est comparé à la lune. Chaque début de mois elle réapparaît pour être à l'apogée au 15éme jour. Le renouvellement cyclique de cet astre est à l'image des enfants d'Israël. Ils connaissent parfois des moments difficiles auxquels succèdent des périodes plus joyeuses.

« La chute n'a lieu d'être, que lorsqu'elle engendre une élévation. Cette ascension conduira l'homme à une position plus élevée que celle qu'il connut avant son écroulement » enseignent  nos sages.

Cette règle nous éclaire. La destruction du temple le 9 av, plongea notre peuple dans la désolation. Que ce soit matériellement ou spirituellement. Dès lors la venue du 15 av et de la pleine lune nous laisse entrevoir combien l'élévation qui succédera à la chute sera importante.(... )

Comme le 15 av, Yom Kippour était lui aussi un jour de joie. Pourquoi ? Le grand prêtre était sorti vivant du Kodech Hakodachim (espace le plus saint du Temple). Toutes les fautes du peuple juif avaient été expiées. Ces deux raisons justifiaient que les enfants d'Israël soient joyeux.

Yom Kippour est comparé à Pourim soulignent nos Sages. Mais Pourim se distingue du Jour du Pardon, par son aptitude à révéler le divin dans la matière, sans avoir à s'abstenir de boire et de manger. Bien au contraire, notre alimentation nous permet de transformer l'obscurité en lumière.   

Dès lors, le 15 av déjà comparé à Yom Kippour - pour la joie véhiculée - présente aussi un point commun avec la fête de Pourim. En ce 15 av  aussi, il nous est permis de nous sustenter comme à Pourim. Dans les deux cas nous révélons l'essence ce D. ici-bas à travers notre alimentation.

A un deuxième degré de vision ( 2 ) on voit le prolongement direct du lien entre Tou Be Av et Yom Ha Kippourim  Ces deux jours ont pour point commun la vie. Le fluide amoureux qui circule dans les veines de ces deux journée  offre un fil  blanc en signe de bonheur pour les jeunes couples qui se rencontrent dans les vignes autour de Jérusalem, et qui allaient goûter à l' élixir de l' amour (2)

Sur le plan national, (... ), après que nous ayons connu quelques semaines de tristesse où nous sommes peinés de la destruction du Temple , vient le temps de la consolation .Le 15Av marque la date à partir de laquelle revient la conscience de la pérennité d'Israël. Cela explique pourquoi le Rambam pense qu'il faille le fixer comme jour de joie et de festivité.(3)

Le 15 av est donc un jour de joie, où la matière [ sera] élevée grâce à nos efforts

. Troisième point (... ) : en accroissant notre étude de Thora à partir de ce jour, Dieu   intensifiera les bénédictions qu'Il déverse déjà sur nous. L'obscurité sera alors définitivement transformée en lumière.

 Et le 15 av, et ses délices matériels et spirituels, trancheront avec la désolation et la tristesse du 9 av.

C'est pourquoi le 15 Av est un grand jour de joie. Il porte en lui les germes de très grandes nouvelles. Celles d'un dévoilement divin,  conséquence de nos efforts. Et (.. ) ces investissements ne seront certainement pas vains.(1) 

                                                          -------------------------

Tou Be av , jour de festivité pour le peuple d'Israël,  est mis en parallèle avec le jour de Kippour, pour l'une des ces raisons suivantes : c'est  la fin des 40 ans du séjour des Bné Israël dans le désert,

pendant lequel chaque année, le soir du 9 Av, tous les hommes âgés entre 20 et 60 ans mouraient.

La 40ème année, lors qu'arriva le 15 Av, aucun ne mourra, ce qui signifiait la fin du décret. (Rav Pitoun cité  dans 4)

Voici les autres  motifs pour lesquels ce jour âssouhouyom tov, devint un Yom Tov dans lequel on boit et on mange (okhélimchotim) (5)

1. Ce jour-là les mariages entre les tribus d'Israël furent autorisés pendant une génération (cf Bamidbar 36, 6...).

2. Ce jour-là, yom ché outrou hachévatim léhit'haténe ba , il fut autorisé à la tribu de Bineyamine de se marier parmi tout le peuple et lavoqahal, de réintégrer la communauté( Juges 21, 18...). Et la précision sur l'héritage des femmes (Bémidbar 36,8), vékol bate yoréchéte na'hala.

3. C'est le jour où Hachém recommença à parler à Moché rabbénou quand tous ceux qui devaient périr dans le désert avaient disparu (voyez Dévarim 2,16-17).

4. C'est le jour où les barrages établis par Yéroboâm pour empêcher de monter à Jérusalem, furent supprimés (I Rois 12,29, ; II Rois 18, 4).

5. C'est le jour où l'autorisation fut accordée d'ensevelir les corps des victimes lors de la prise de Bétar (yom chénaténou bo arougué béitar liqévoura). Et on institua alors la bénédiction hattov véhamétiv" (hattov le bon, parce que les corps ne s'étaient pas décomposés, hamétiv, parce qu'ils furent enterrés).(Voyez Baba Batra, page 120)

6. Ce jour-là on arrêtait d'accomplir la besogne lourde et difficile de couper du bois pour l'autel (âtsé hamizbéa'h), car le soleil commençait à briller moins et le bois n'était plus assez sec (Voyez Baba Batra, page 121b).

7. A partir de ce jour-là, celui qui augmente son étude, augmente la durée de sa vie (et inversement).

8. Plus que tout, ce jour-là, la joie étaient grande en tout Israël et c'était un jour très attendu car la société organisait les rencontres pour tous ceux qui n'étaient pas mariés, selon un rituel précis, saint et égalitaire :
toutes les filles de Jérusalem (bénotes Yérouchalayim) et d'Israël qui n'étaient pas mariées s'habillaient de blanc avec des vêtements de tissus qui avaient été passés dans le miqvé.

Les robes étaient échangées pour ne pas créer de différence selon la richesse et n'humilier aucune. Les jeunes filles allaient chanter et danser ensemble dans les vignes (bakéramim). Et ceux qui n'avaient pas d'épouse s'y rendaient.
Elles chantaient :
"
jeune, élève je t'en prie, tes yeux (sa na éïnékha ou réé ma ata borér lékha) regarde bien ce que tu choisis pour toi-même";
- les plus belles chantaient : "que vos yeux soient sensibles à la beauté, car elle est plus importante que tout" ;
- celles de bonne famille chantaient : "une femme est destinée à avoir des enfants";
- celles qui étaient riches chantaient : "faites attention à la richesse";
- celles qui n'étaient pas belles chantaient :"ne regarde pas la beauté regarde la famille (al titéne éïnékha banoï, téne éïnékha bamichpa'ha), mensongère est la grâce et c'est une vanité que la beauté mais la femme qui craint Hachém, c'est celle-là qui est à louer (texte de la fin des Proverbes que l'on chante avant le repas du Cha
bbate), choisissez seulement pour la gloire du ciel et pour nous couvrir d'or".(... )
(5)

                                     ------------------------------

      Le mois de Av est  donc  l'un des deux plus grands mois de  l'année.                           

Nos Maîtres le mettent en rapport avec le mois d'Adar ; Il disent: lorsqu'on entre en Adar , on est Marbé le Sim'ha, on multiplie les joies , et lorsqu'on entre en Av on est mémaet be Simha :  on  diminue les joies L'intention  étant de dire : en Adar on augmente les forces du bien avec la Simha et en Av on diminue les forces du mal , aussi avec la Sim'ha !!  (6)

Il existe deux manières de s'opposer au mal ; soit en multipliant le bien , soit en s'opposant au mal et en l'affaiblissant.

Au mois de Av il faut se servir de la Sim'ha afin d'affaiblir et de détruire le mal.

C'est ce que dit le verset : écarte toi du mal et fais le bien. Au mois  de Av , il faut donc se servir de la Sim'ha afin de détruire et d'affaiblir et détruire le mal.

Le mois de Av est pour cela rempli de signes positifs pour Israel

Av est en effet placé sous le signe astral du Lion car grâce à la joie, le juif atteint la puissance du lion et 'déchire ' tous ceux qui s'opposent à lui

Le lion  fait allusion à la puissance et à la royauté d'Israël. Dans le midrach , David est appelé'  « lev  aryé » cour de lion » 

On sait que les prophètes nomment souvent le Mashia'h , David ,(l'autre étant Yossef)

La valeur numérique du mot David (daleth , Vav, Daleth )est 14 .                        En additionnant les deux David , le roi et le Mashia'h,  on obtient 28 , valeur numérique du mot « Koah»(force)

                                                             ----------------

                                 Il est donc interdit d'être triste au moi de Av !

Au contraire il faut multiplier la joie dans l'esprit et le but de chasser toutes les forces de l'obscurité et du mal

Mais comment atteindre la joie  authentique lorsque le mal se dresse contre nous avec un tel cynisme et une telle force (apparente) ? (6)

La joie du mois de Av naît dans les sources de la Emouna profonde et sincère. Le juif est plein de confiance dans le fait qu'en vérité, le mal ne gagne jamais, et que chaque pas qu'il fait de plus, l'approche toujours davantage de sa fin.          

Le mal n'est qu'une illusion, douloureuse peut- être , mais sans consistance et sans réalité. Le juif est venu sur sa terre pour rire du mal,  le provoquer, lui montrer qu'il ne lui fait pas peur

Juifs ! Soyez plus forts que le mal, fichez vous de lui, riez lui à la figure, car vous avancez , lentement mais sûrement et lui , se précipite bêtement et sûrement vers sa perte.

Notre mois de Av cette année sera le mois de la Joie et de la Victoire , car quelle qu'en  soit l'issue apparente, une chose est certaine : Netza'h Israel lo yechaker ,lorsqu' Israël  a un tempérament de vainqueur, il ne perd jamais.

D'ailleurs ce mois s'appelle 'Av' ; ces  deux lettres, alef  et bet rappellent  les Dix Commandements dont le premier mot est « ano'hi », qui commence par la lettre alef, et le récit de la Création qui  débute par un « bet «  (Berechit)

Av , c'est  le monde de la vérité :  le alef étant avant le beth , le  don de la Tora (les Dix Commandements ), est avant et au-dessus du bet , ( le récit de la création )  la réalité matérielle, la matérialité .

L'inverse , le bet avant le alef  c'est le mensonge qui  signifie que l'on accorde plus d'importance à la réalité matérielle qu'au don de la Tora.

Et lorsque l'homme place le monde matériel au dessus de la Torah , il ouvre les portes du mensonge.

Le mensonge, le bet avant le alef, forme le mot 'bo'  qui fait allusion à Bo el Paro'(va chez Pharaon ), le 'bo' c'est justement le monde de Pharaon, le monde de l'étroitesse (mitsraïm  signifie « étroitesse » )qui asphyxie et étrangle la vérité. A l'intérieur de ce monde , l'homme est esclave de son mauvais penchant et de tous les fantasmes du mensonge.(7)

Ce mois est  donc  celui qui donne toutes ses forces à Israël , le plus extraordinaire de tous les mois de l'année. Sachons l'accueillir dans la joie , la émouna (le alef de Av)  et le bita'hon (le Beth ), la confiance et la détermination

                            Les  écrits  ont été   choisis, adaptés,   transcrits  et assemblés par Pierre  Caïn    

     1 Ezra [.ezra@orange.fr]                                                                                                        
2 Yoel Benharrouche le ptit hebdo n°62 11Av 5762 20juil 02) .                                            
3. Rav Ben Ichai le ptit hebdo n°62 11Av 5762 20juil 02            
               
4. Aimée khayat [aimee.khayat@free.fr]                                                      
5. Rav R Y  Dufour www.modia.fr

6. Rav Haïm Dynovisz le ptit hebdo p.3 n°220, 1er Av 765 6aout 2005
7. Rav Haïm Dynovisz , le ptit hebdo 9av 64 21 juil 04

 Info'SION THORA, Jérusalem-capitale ( Eretz Israël) - Pierre Caïn - Jérusalem, 15 aout 08

 
Vos réactions : cliquez ici
Envoyez vos voeux et messages : cliquez ici

Pourquoi célébrons-nous le 15 Av ?

par Yanki Tauber

Rabbi Chimone ben Gamliel a dit : Il n’y eut pas de plus grandes fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom Kippour. (Talmud Taanit 26b)

Le Talmud énumère ensuite plusieurs joyeux événements qui eurent lieu le 15ème jour du mois de Av :

1) La mort de la génération de l’Exode prit fin. Plusieurs mois après la libération du peuple d’Israël de l’esclavage égyptien, l’incident des « explorateurs » démontra qu’il n’était pas prêt à conquérir la terre de Canaan et à la développer en « Terre Sainte ». D.ieu décréta que la génération tout entière mourrait peu à peu dans le désert, et que leurs enfants entreraient dans la terre à leur place (comme relaté .dans Nombres 13 et 14). Après quarante ans d’errance dans le désert, toute la génération des explorateurs était décédée et une nouvelle génération de Juifs se tenait prête à entrer en Terre Sainte. C’était le 15ème jour de Av de l’an 2487 depuis la création (1274 avant l’ère commune).

Tant que des membres de cette génération condamnée étaient en vie, D.ieu ne communiquait plus avec Moïse. Lorsque les derniers hommes de celle-ci moururent, D.ieu s’adressa de nouveau chaleureusement à Moïse.

2) Il fut permis aux tribus d’Israël de se marier les unes aux autres. Pour assurer que la répartition de la Terre Sainte entre les douze tribus d’Israël s’effectue correctement, des restrictions avaient été édictées sur les mariages entre membres de différentes tribus. Une femme qui avait hérité de son père des terres tribales ne pouvait pas épouser un homme d’une autre tribu, car ses enfants – membres de la tribu de leur père – auraient entraîné le transfert de ces terres d’une tribu à l’autre en héritant de ses biens (comme relaté dans Nombres 36). Ce décret concernait la génération qui conquit la Terre Sainte et s’y installa. Lorsque cette restriction fut levée, le 15 Av, cet événement fut considéré digne de célébrations et de réjouissances.

3) Il fut permis à la tribu de Benjamin d’intégrer la communauté. Le 15 Av est aussi le jour où la tribu de Benjamin, qui avait été excommuniée suite à son comportement dans l’incident de la « Concubine dans la Guivah », fut de nouveau admise au sein de la communauté d’Israël (comme relaté dans Juges 19-21 ; ceci eut à l’époque où Othniel ben Kenaz était le Juge et le dirigeant du peuple d’Israël dans les années 2533-2573 après la création [1228-1188 avant l’ère commune]).

4) Hoséa ben Eilah ouvrit les routes menant à Jérusalem. Suite à la division de la Terre Sainte en deux royaumes après la mort du roi Salomon en l’an 2954 après la création (-797), Jeroboam ben Nebat, chef du royaume sécessionniste du nord d’Israël, installa des barrages routiers pour empêcher ses citoyens d’accomplir les trois pèlerinages annuels au Saint Temple à Jérusalem, capitale du royaume de Judée au Sud. Ces barrages furent finalement levés plus de 200 ans plus tard par Hoséa ben Eilah, dernier souverain du Royaume du Nord, le 15 Av 3187 (-574).

5) Il fut permis d’enterrer les morts de Bétar. La forteresse de Bétar avait été le dernier bastion de la révolte de Bar Kokhba. Lorsque Bétar tomba le 9 Av 3893 (133 de l’ère commune), Bar Kokhba et de nombreux milliers de Juifs furent tués. Les Romains massacrèrent les survivants de la bataille avec une grande cruauté et ne permirent pas aux Juifs d’enterrer leurs morts. Lorsqu’on donna enfin une sépulture aux morts de Bétar le 15 Av 3908 (148), une bénédiction supplémentaire (haTov vehaMétiv) fut ajoutée aux « Actions de Grâce après le Repas » (« Birkat HaMazone ») en commémoration.

6) « Le jour où on brisait la hache. » Lorsque le Saint Temple se tenait à Jérusalem, la coupe du bois à brûler pour l’autel du Temple s’achevait le 15 Av. Cet événement était célébré avec des banquets et des réjouissances (comme c’est la coutume lors de la conclusion de toute sainte entreprise) qui comprenaient une cérémonie de brisement des haches qui donna son nom à ce jour.

Source : http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1258437/jewish/Pourquoi-clbrons-nous-le-15-Av160.htm

   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com