Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détenteHistoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Communautés juives
dans le monde

 

Fiers d'être ...

 


Les rubriques du site

qui sommes nous
informations utiles
liens utiles voyage
israel de A a Z
israel institutions
societe israelienne
francophones israeliens
israel sante
israel immobilier
vacances israel
visite en israel
votre alya
judaisme
fetes juives
communautes juives dans le monde
origine du conflit du MO
espace culture
espace detente
conseils
prevention
formation
liens internet
livre d or Livre d'Or
nous ecrire Nous écrire
   
 
Site terredisrael et vous
Terredisrael en accueilterredisrael en page d'accueil
Faire connaitre le site
S'inscrire a la Newsletter
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
twitter
flux RSS
 
Livre d'Or du Site
 
La fréquentation du site
 
Recherche
 
Les Juifs de Venise
par le Dr Daniele GUEDJ

Il faut replacer Venise dans son contexte : Venise était un empire maritime et commercial autonome, le plus grand port du moyen âge dont le pouvoir était confié a un doge. Le premier document ou les juifs sont mentionnes date de 945, ce décret interdisait aux capitaines de bateaux de prendre des juifs a leur bord, il s’agissait bien sur d’une mesure protectionniste, anti marchands étrangers.
Puis les siècles suivants la mesure étant moins stricte, les juifs arrivèrent à Venise surtout de Constantinople, du levant. Au départ, on s’attendait d’eux qu’ils achètent,
vendent et repartent, donc qu’ils ne vivent pas a Venise.
Le premier peuplement n’eut pas lieu dans la cite vénitienne elle-même mais dans l’ile de SPINALUNGA(ou longue arête de poisson, du fait de sa forme), ile insalubre car elle abritait des tanneries et qui était donc dévolue aux juifs. En 1252, du fait du nombre croissant de juifs y habitant, elle a été nommée GIUDECCA.
Il faut préciser que les vénitiens voulaient vivre entre eux et isolaient toutes les communautés étrangères.
A la même époque, les vénitiens qui habitaient en Egypte, vivaient eux aussi dans un quartier séparé, on les enfermait même dans la journée et surtout lors des offices religieux musulmans.
Le terme Guidecca était utilisée dans les villes italiennes pour des quartiers juifs dans lesquels ceux ci étaient autorises à voyager
Malgré les vestiges d’anciennes synagogues, certains, révisionnistes à leur façon, attribuent le terme guidecca, au mot jugement ( guidicare) et disent que l’ile était utilisée comme lieu d’exil des aristocrates au neuvième siècle.
Ensuite les juifs arrivèrent d’Allemagne, soit fuyant les persécutions qui y faisaient rage, soit attires par les avantages commerciaux.
Puis ce fut le tour des juifs d’Espagne en 1492, fuyant l’inquisition, bientôt suivis en 1496 par les juifs fuyant le Portugal.

Quelles étaient leurs occupations ?
Ils pouvaient commercer a Venise a condition de payer 5% de taxe a l’import et a l’export.
A part le commerce, ils s’occupaient des prêts bancaires, prêts interdits par la loi canonique catholique et qui ne devaient pas avoir lieu a Venise mais a Mestre qui n’était pas sous la juridiction vénitienne. Il s’agissait de prêts aux pauvres, sorte de mont de piété ou ils déposaient des objets en caution ou aux riches et au gouvernement lui-même. Bien sur, l’autorisation d’exercer le métier de préteur, rapportait de l’argent au trésor, ce qui n’était pas négligeable. Les juifs avaient accepte de baisser les intérêts a 8% ce qui était peu mais permettait d’obtenir l’autorisation d’exercer.
Ils pouvaient aussi exercer la médecine, car ils étaient reconnus comme excellents praticiens.
Bien plus tard, ils purent devenir artisans en particulier joaillers et marchands de textile.

Le droit de vivre a Venise était précaire souvent remis en question et les juifs chasses temporairement de la cite, devaient se refugier a Mestre.
Le premier sauf conduit ou « condotta » a été délivre en 1373 pour 5 ans a condition de payer 4000 ducats annuels.
Certains prélats prêchaient contre les juifs et de ce fait, on faisait un décret obligeant les juifs à quitter Venise, ce pouvait être aussi pour des raisons de crise économique ou mesures protectionnistes. Il y eu 3 juifs brules vifs en 1480 et un autre lapide en 1506 sous l’accusation fallacieuse de meurtre rituel.
Les décrets n’étaient pas toujours suivis mais la précarité était le lot des juifs.
Soit permis de rester 15 jours a Venise, soit permis d’une validité plus longue mais assorti d’une taxe conséquente.
Les juifs devaient porter un rond jaune sur le vêtement ou rouelle, puis un chapeau jaune, le jaune étant la couleur de l’infamie, de la folie et du crime, puis ce fut remplace par un chapeau rouge.
Si on ne portait pas le signe distinctif, on risquait une amende de 50 ducas et un mois de prison.
Ils n’avaient pas le droit de posséder des biens immobiliers, de pénétrer dans les établissements de jeux, danses ou chants. Ils ne devaient pas avoir de relation avec une chrétienne et beaucoup de professions de haut niveau leur étaient interdites.
Ils ne pouvaient pas puiser de l’eau aux puits publics de la ville, tant la peur était grande qu’ils empoisonnent ces puits, ils ne pouvaient donc utiliser que les seuls puits situes a l’intérieur du ghetto.
A certaines périodes, il était interdit pour un chrétien de se faire soigner par un juif, mais en général, les vénitiens passaient outre à cette interdiction.
Au départ, il était interdit de construire des synagogues, ils étaient parfois obliges d’assister a la messe et certains ont été baptises de force.
Malgré toutes ces restrictions, les juifs étaient la plupart du temps prospères, très attaches et fideles a la sérénissime.
En 1534, ou une fois de plus, la cite manquant d’argent, les juifs furent rappelés a Venise, ils s’organisèrent en une corporation appelée << universita>>.
Ce fut la première union des juifs vénitiens d’origines diverses car auparavant, ils avaient peu de contact entre eux.
L’universita était dirigée par un conseil de 7 membres : 3 levantins, 3 allemands et un occidental. On appelait occidentaux, ceux originaires d’Espagne ou Portugal.
Le conseil contrôlait l’administration de la communauté, s’occupait de récolter les taxes, et des relations avec les autorités.
Ils n’hésitaient pas à excommunier les coreligionnaires qui ne s’acquittaient pas de leurs devoirs religieux ou qui s’adonnaient au jeu de façon exagérée.
Ils adressaient des remontrances du fait d’un vêtement trop luxueux ou d’un banquet
Trop riche, peut être pour éviter la jalousie des vénitiens et l’incitation à la haine.
Le conseil avait aussi comme mission, en relation avec les juifs d’Amsterdam
De racheter les juifs tombes en esclavage du fait des turcs ou des chevaliers de saint Jean à Malte.

Il faut citer quelque juifs vénitiens célèbres.
Car même dans sa précarité et ses limites, la communauté juive de Venise a joui d’une relative tranquillité qui a permis un rayonnement culturel important.
Rabbi Salomon Askedaz qui était aussi médecin et a joue un rôle de médiateur avec les turcs.
Isaac Abrabanel, qui a utilise ses dons de diplomate entre Venise et le Portugal. Il était avant l’expulsion, trésorier du roi du Portugal.
Joseph Caro qui a fait imprimer le shoulhan arouch a Venise en 1565
Elijah Levita, grammairien.
Rabbi Léon de Modène, 1571-1648, originaire d’une famille française et dont les sermons étaient si apprécies que les nobles et les ecclésiastiques venaient y assister.
Il a par ailleurs écrit un essai sur les rites du judaïsme, des samaritains et des caraïtes.
Siméon (Simha) Luzzato 1590-1663 qui a écrit un essai sur les juifs de Venise et leur mode de vie.
Sarah Copia Sullam : poétesse 1592- 1641
Les écrivains : David Nieto, Moses Gentili, Jacob Saraval.
Une pièce sur pourim a été jouée à Venise en 1531
Jacob Mantino. Médecin 1490- 1549 qui devint le médecin chef du pape Paul3

Devenir de la communauté
Les banquiers amenèrent la prospérité a la cite et a la communauté mais avec la guerre contre les turcs de 1645 et la peste de 1630, il y eu un déclin et en 1735, l’universita fut insolvable.
Les choses changèrent par la suite et le commerce redevint florissant.
Avec la venue de Napoléon, Venise devint une démocratie, tous les citoyens furent déclares égaux quelque soit leur religion et en 1797, les portes du ghetto tombèrent au sens propre et au sens figure.
Mais après le traite de Campo Formio entre la France et l’Autriche, la cite fut assignée a l’Autriche et en 1799, les juifs perdirent de nouveau le droit a l’égalité.
Ils le retrouvèrent en 1805 quant Venise devint une part de l’Italie
Les juifs reperdirent le droit a l’égalité quand Venise redevint autrichienne à la chute de Napoléon
Puis en 1848, la république de saint Marc redevint autonome et les juifs furent de nouveau des citoyens a part entière jusqu'à la venue des allemands lors de la deuxième guerre mondiale.
Il y avait 1200 juifs à Venise lors de la deuxième guerre mondiale, la plupart s’enfuirent dans des régions plus clémentes mais 289 personnes ont été déportées d’abord au camp de Fossoli, puis en camps de concentration. Seuls 8 ont survécu
Le président de la communauté juive de l’époque se suicide après qu’on lui eu demande la liste de ses membres.
Une plaque murale sur la place du ghetto nuovo, rappelle la tragédie de la rafle du 5 décembre 1943 et du 17 aout 1944.

 
 
Le Ghetto de Venise
par le Dr Daniele GUEDJ

Le ghetto est un quartier isolant la population juive du reste de la population de la ville.
Le mot ghetto vient de l’italien et veut dire fonderie, la prononciation en a été transformée par l’accent guttural des juifs d’Allemagne et d’Europe centrale.
Des 1215, le concile de Latran préconise la séparation physique entre juifs et chrétiens, Venise sera la première à appliquer les conclusions du concile.
Plus tard, les nazis créeront environ 400 ghettos en se servant du mot initialement vénitien.
On dit aussi que le mot ghetto vient peut être du mot << ghet >> ou séparation.
Il y eu d’abord le GHETTO NUOVO en 1516, plus précisément le 25 mars 1516,
Les juifs ayant 3 jours seulement pour déménager et trouver à se loger, logement dont le loyer a été majore d’un tiers en accord avec les autorités lors de la venue des juifs.
Pour les juifs d’Allemagne et d’Italie (de Rome ou du sud de l’Italie) dans le quartier de la nouvelle fonderie a canons
A Cannaregio

Puis le GHETTO VECCHIO en 1541 pour les juifs expulse d’Espagne et du Portugal.
Vecchio ne veut pas dire qu’il est plus ancien mais érige sur les ruines de l’ancienne fonderie désaffectée.

Et enfin en 1633, le GHETTO NUOVISSIMO pour les juifs grecs et levantins, tout proche, époque ou l’on comptait 4800 juifs a Venise

Le ghetto était insalubre, surpeuplé, loin de l’activité commerciale de ses habitants.
Ce fut donc le quartier le plus élève de Venise avec 6-7 étages, des appartements petits aux plafonds bas pour pallier au manque de place, sans signe de décoration architecturale extérieure ; a quoi bon décorer quand on risque de tout quitter du jour au lendemain !
Le but était d’isoler la population, d’éviter les contacts avec les chrétiens et de freiner l’activité commerciale, les portes du ghetto, avec 4 gardes pour contrôler étant fermées la nuit. Mais cet isolement a permis un renforcement cultuel et culturel, un renforcement des liens communautaires et a évite l’assimilation des juifs.

 
Les 5 synagogues de Venise
 

les 5 synagogues :
La scuola grande Tudesca des allemands fondée en 1528 avec 5 fenêtres aux arcs jumèles et décorée a la feuille d’or.
La scuola Canton fondée en1531 et se trouvant en étage.
La scuola Italiana fondée en 1575 pour les juifs ashkénazes pauvres et les italiens.
La scuola spagnola pour les plus riches
La scuola levantine des orientaux.
Ces 2 dernières synagogues ont un aspect extérieur quelconque mais sont richement décorées a l’intérieur par des escaliers de marbre, des stucs dores et du bois précieux.

Pour finir, à l’heure actuelle 500 juifs environ vivent à Venise, dont 30 au ghetto.
Le centre communautaire, les restaurants cacher, les synagogues, l’activité des loubavitchs et une maison de retraite communautaire sont concentrées au ghetto.

 
-------
The jewish museum
The Jewish Museum of Venice was opened in 1955 and was renewed in 1986, when it was enriched with many donations. In its rooms, you will find materials, silver objects and valuables used during prayer and to decorate the synagogues: Ataroth, Chuppoth, Ketubboth, Meghilloth, Meilim, Menoroth, Parochoth, Rimmonim, Shofaroth, Tallitot, Yaddaim.
Useful informations:
• Phone: ++39-041-715359 Fax: ++39-041-723007
• Open every day except Saturday and Jewish Holidays, December 25th, January 1st, May 1st
• From October 1st-May 31st open 10:00-16:30 From June 1st-September 30th open 10:00 -19:00
• Guided tour of the Synagogues (every half hour beginning at 10:30)
 
 
Vos commentaires et réactions sur le Blog


Vous trouverez d'autres articles écrits par le
Dr Danièle Guedj :

- Maimonide,

- Les Juifs du Japon,

- Les Juifs de Venise,


- Conseils aux voyageurs avant de prendre l'avion,

- etc ...

dr daniele guedj Exposé donné par le
Dr Danièle GUEDJ
 
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com
id="T01">