pub2011

sans-papiers

Le problème des sans-papiers africains est une vilaine affaire pour Israel.
Venus pour la plupart du Sud Soudan, du Nigeria de la Côte d’Ivoire et du Ghana, poursuivis par les soldats égyptiens dans le Sinaï, ils ont franchi la frontière israélo-égyptienne après un voyage effroyable à partir de leur pays natal, poussés par la misère pour les uns, et pour d’autres par les persécutions dont-ils avaient pu être victimes, au Soudan par exemple, avant la partition qui a donné naissance à l’état chrétien au sud.
Ils sont rassemblés au sud de Tel-Aviv, à Eilat et d’autres villes et les populations locales les accusent à tort ou à raison d’attenter à leur tranquillité et leur sécurité.
Ce qui n’est pas impossible, compte tenu de leur misère et leurs conditions de vie, de survie devrais-je dire.
D’où des manifestations , des violences physiques à leur encontre, qui mettent le gouvernement dans le plus grand embarras.

Une décision de principe fut donc prise de renvoyer chez eux ceux qui n’étaient pas des réfugiés politiques et dont le retour au pays ne mettrait pas la vie ou la liberté en danger.
Ce, de la façon la plus humaine qui soit, en leur proposant même un pécule de retour et en accord avec leurs pays d’origine.
Or, on, assiste actuellement à un brusque durcissement envers les immigrés clandestins puisque ces trois derniers jours, les autorités de l’immigration ont arrété 200 Africains qui ont été regroupés en vue de leur rapatriement.
Si l’on peut comprendre les raisons impérieuses qui ont motivé cette politique, je ne sais comment il faut prendre cette curieuse « lettre ouverte » publiée par le rabbin Moshe Safir dans la revue du parti ultra orthodoxe Shass auquel appartient le ministre de l’intérieur Eli Ishaï, à l’adresse des immigrés clandestines, dans laquelle il explique à sa façon, pourquoi ils ne peuvent pas vivre au sein de la société israélienne.
Il n’y va pas par quatre chemins.
Ecoutez :
« Une société ( sous entendu la vôtre,)…marquée par le vol, la violence, la sodomie, écrit-il entre autres, une telle société doit être tenue à l’écart et à distance et le plus tôt sera le mieux. »
Et encore :
« Vous nous gâchez notre rêve, mieux vaut que nos chemins se séparent.
« Il n’y a aucun racisme ni aucune autre doctrine raciale, il s’agit des principes de vie en société entre êtres humains convenables »
Autrement dit, ces malheureux ne seraient pas des êtres humains convenables !
Laissons à cet honorable rabbin la responsabilité de ces propos dont je ne sais s’il faut s’indigner ou en rire mais qui n’amélioreront certainement pas l’image d’Israél dans le monde.
Face aux mesures douloureuses que le gouvernement a été amené à prendre à l’encontre de gens qui avaient cru trouver un hâvre dans le pays des Juifs, pourquoi ajouter à leur détresse , le mépris et l’humiliation ?
Faut il rappeler à cet homme de religion que la Thora nous fait obligation de respecter en toutes coirconstances l’étranger parmi nous, car nous avons été nous mêmes étrangers en Egypte ?

André Nahum

Articles similaires

Tags: , ,

2 Reponses to “Une vilaine affaire pour Israel, un billet d’André Nahum”

  1. CHEN dit :

    Israel a, comme tous les pays, ses extrémistes.
    Au delà des considérations de ce Rabbin à qui il faudrait demander de ravaler ses paroles car il a oublié qu’il a aussi été étranger quelque part, il est souhaitable que ces clandestins puissent trouver, dans la sérénité, une solution à leur situation.Israël les aidera.

  2. simonviolet dit :

    moi ce que je vois surtout,c’est que de pauvres gens choisissent comme destination Israel,le pays le plus conspué du monde,et que c’est là qu’ils tentent de se réfugier,plutot qu’en égypte où ils sont pourchassés ou dans d’autres lieux

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>