pub2011

Albert Soued

Albert Soued

Un Etat Berbère au Sahel Mérite Notre Soutien
Azawadi est devenu une réalité. L’Afrique du Nord comme le Sahel ne peuvent pas être « totalement arabes ». Aujourd’hui ils doivent avoir la sagesse d’accepter un état berbère.
Il y a aujourd’hui un pays nouveau en Afrique du Nord, mais personne ne veut le reconnaître. Le 6 avril un mouvement national de libération du nom d’Azawad, connu sous l’acronyme français de MNLA, a déclaré unilatéralement son indépendance par rapport au Mali, au Centre du Sahara. Il a fait face aussitôt à une large opposition, non seulement au Mali qui a paniqué, mais dans les pays arabes et dans la presse internationale. Deux fois plus grande que la Californie, cette zone du Mali a d’importantes réserves de pétrole.

Le MNLA est constitué principalement de Touaregs, faisant partie du peuple berbère, le peuple indigène de l’Afrique du Nord. Dans leur langage, les Berbères s’appellent « amazighen » ou « peuple libre » et vivaient dans cette partie du Nord de l’Afrique, de la Libye au Maroc, et au Sahel, avant l’arrivée des envahisseurs arabes au 8ème siècle.


Devenus Musulmans par la force, les indigènes berbères ont été humiliés et discriminés, en particulier en Algérie où le régime a systématiquement mené une politique de dé-berbérisation, excluant les Berbères du pouvoir politique et des emplois publics. Ainsi cette déclaration d’indépendance au Mali apparaît comme une gifle donnée aux pays d’Afrique du Nord. Notamment en Algérie où le pouvoir fait avancer l’idée d’un « Maghreb al Arabi », excluant tout héritage berbère.

L’Azawad indépendant met donc en péril l’idéologie du Maghreb tout arabe, ce qui est inacceptable pour les pays arabes.

D’autres craintes sont apparues. Les pays voisins ont peur que ce nouvel état n’inspire un « printemps berbère » à travers toute l’Afrique du Nord, revendiquant des droits égaux pour les berbères ou même leur indépendance. Ceci n’est pas nouveau, car il y eut dans le passé des révoltes contre le pouvoir central, notamment en Algérie en 2001 où les « amazigh » ont demandé l’amélioration de leurs conditions sociales et la démocratie. Toutes ces révoltes ont été durement réprimées.

Les pays arabes se sont donc joints au Mali pour combattre le MNLA et pour effacer l’Azawad de la carte – par leur méthode préférée, la désinformation.

Quand l’indépendance de l’Azawad a été déclarée, certains medias internationaux ont rapporté que le MNLA était un « groupe islamiste », en relation avec al Qaeda au Maghreb (Aqmi). Ce mensonge a duré un moment, mais il a été démystifié. Tout le monde sait aujourd’hui que le MNLA est un mouvement laïc sans programme religieux.

Un autre mensonge a pris la relève, le MNLA aurait perdu tout contrôle de la situation en Azawad et les islamistes jihadistes et salafis auraient pris possession de la région. Il y a même une agence de presse qui a annonce qu’Ansar el Din, un nouveau groupe Touareg islamiste aurait contrôlé Goa, la capitale provisoire, sur le Niger.

Au même moment le magazine Jeune Afrique publiait une interview d’Iyad Ag Ghaly, chef d’Ansar el Din qui a nié que son mouvement était parvenu à Goa, qu’il n’était pas concerné par l’indépendance de l’Azawad, ne reconnaissant que le Mali comme état et la Sharia’h comme loi. Le même jour, les agences d’information désinformaient en affirmant que le MNLA avait été chassé de Tombouctou par Ansar el Din, une vidéo montrant ses soldats à l’aéroport…

De son côté, le MNLA dit contrôler sa nouvelle patrie et qu’il annoncera bientôt un gouvernement provisoire. Mais il y a en effet un risque de déstabilisation, si Azawad n’est pas vite reconnu officiellement. Tous les pays voisins cherchent le chaos, afin que la communauté internationale intervienne pour rétablir l’unité du Mali. On laissera ainsi le MNLA se battre seul contre les groupes du jihad islamiste.

Entre temps, gouverné par un président provisoire, après un coup d’état à Bamako, le Mali menace une « guerre totale » contre le MNLA. Ce n’est pas nouveau, le Mali ayant toujours réprimé les Touaregs et les minorités ethniques locales. Dans son territoire tronqué, le Mali est en train d’arrêter et de tuer les berbères « à la peau rousse ». Ex-puissance coloniale, la France s’oppose à l’indépendance de l’Azawad et recherche un compromis, l’autonomie de la région. Mais cette autonomie n’est plus possible car elle ne garantira pas le partage équitable des ressources, le pétrole et l’eau. La France et la Communauté Internationale feraient mieux de soutenir la lutte pour l’auto-détermination de ce peuple, comme elles l’ont fait pour d’autres nations. Seule l’indépendance assurera la stabilité de la région.

En savoir plus sur l’Azawadi http://marcberube.weebly.com

Un Etat Berbère au Sahel Mérite Notre Soutien
Azawadi est devenu une réalité. L’Afrique du Nord comme le Sahel ne peuvent pas être  »totalement arabes ». Aujourd’hui ils doivent avoir la sagesse d’accepter un état berbère.Par Anna Mahjar-Barducci, journaliste italo-marocaine, écrivain, présidente de l’Association des Arabes libéraux et démocrates à Rome. Son association milite pour les libertés civiles et l’intégration des immigrants.

Haaretz du 28/04/12
Traduit par Albert Soued, écrivain http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com

Articles similaires

Tags: , , , ,

Une Reponse to “Un Etat Berbère au Sahel Mérite Notre Soutien”

  1. kamel dit :

    Vive isarael et vive les berberes.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>