pub2011

djerba-2012

Les déclarations de Basma Jbali, élue d’Ennahdha à la constituante, attirant l’attention sur la vente de terrains de l’île de Djerba à des juifs pour faire de Djerba une seconde Palestine, ont suscité l’indignation de la communauté juive de l’île qui y voient des « propos racistes incitant à la sédition », selon le journal Assabah.

Pérez Trabelsi, le président de la communauté juive de Djerba a indiqué au quotidien local « Assabah » que les déclarations de Basma Jbali sont de nature à semer le trouble à quelques jours du pèlerinage de La Ghriba, comme elles affectent la saison touristique alors que les Djerbiens, toutes confessions confondues, déploient des efforts pour attirer les flux touristiques

Il a jouté que les juifs de Tunisie ont la nationalité tunisienne et qu’ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que ceux de tous les Tunisiens, et qu’ils sont habilités à acheter et à vendre, comme c’est le cas pour tous les autres Tunisiens. Celui qui achète un terrain ou quelque chose d’autre, le fait en tant que Tunisien et non en tant que juif, a-t-il souligné.

L’élue raciste d’Ennahdha veut imposer des restrictions juridiques à l’acquisition légale de biens immobiliers par des juifs. Elle oublie certainement le vol oublié des biens des juifs en Tunisie.

Retour sur les années noires en Tunisie ; depuis 1956 (l’année de l’indépendance) en passant par 1961 (crise de Bizerte), puis en 1967 (la Guerre des Six Jours) et 1973 (la Guerre du Kippour) * , les Juifs tunisiens ont été poussé pour partir en masse, les en France, les autres en Israël.

Les Juifs tunisiens, comme dans le reste des pays arabes, ils partagèrent cette douloureuse destinée d’autres populations de réfugiés juifs qui vécurent l’expérience du déracinement et de la perte de leurs biens. L’expulsion des Juifs fut l’occasion d’innombrables actes de violence et de vols perpétrés par des citoyens des pays arabes contre les populations juives locales. En Tunisie, l’ancien président Habib Bourguiba était passif devant la dépossession des communautés juives.

Les familles juives n’ont rien récupéré des biens spoliés, les maisons, les terrains agricoles, ainsi que les commerces ont été confisqués.

Cela est aussi valable pour les biens vendus en Tunisie sous la menace et dont l’argent est resté bloqué depuis les années 1960. Des titres de propriétés étaient gelés et des comptes bancaires bloqués. Le sort des bijoux et objets de valeur confisqués aux juifs tunisiens demeurent inconnus.

La République Tunisienne se l’est approprié. On a volé l’argent des parents et, en plus, on a refusé de payer les réparations aux enfants .L’Europe avait versé des millions d’euros pour indemniser les victimes, mais l’Etat tunisien a refusé de donner la moindre somme aux milliers de juifs spoliés.

La République tunisienne a profité de ces biens et elle n’a pas considéré qu’elle doit s’occuper des populations juives qui sont partis une main en avant, une main en arriéré.

Avant d’imposer des restrictions juridiques à l’acquisition légale de biens immobiliers par des juifs, comme le préconise cette élue raciste d’Ennahdha, il faut d’abord que la République tunisienne rende justice aux victimes des persécutions antisémites menées par l’Etat.

Après ce vol établi de l’argent et des bijoux, aux nombreux comptes bloqués à la Caisse des dépôts et consignations, sans oublier les millions de dinars non récupérées et les biens immobiliers saisis aux juifs , les autorités tunisiennes doivent avoir le courage de traiter ces dossiers.

La Knesset avait déjà voté une loi relative à compensation de citoyens israéliens, obligés de quitter leurs maisons et d’abandonner leurs biens en pays arabe. Rappelant enfin que le Département de l’Assistance Judiciaire du ministère israélien de la justice a créé, depuis quelques années, un « Service des Droits des Juifs Originaires des Pays Arabes » pour recenser les dossiers des spoliations des juifs en terres arabes avant et après la création de l’Etat d’Israël.

Ftouh Souhail

* Il y a eu aussi des biens juifs nationalisés en 1962 et 1964

Articles similaires

Tags: , , , ,

2 Reponses to “Tunisie : une élue raciste d’Ennahdha veut limiter la vente de terrains aux juifs”

  1. boutheina dit :

    moi je travaille a TELEPERFORMANCE AI JE RESOI PAS MAL DE COMMENTAIRE D E QU IL ONT SU QUE MA GRAND3E MERE AI JUIF
    MA RESPONSABLE AI MES AMI AMIS ME FONT TOUJOUR DES COMMENTAIRE D EST QU IL ME VOI POURTANT J AIME TRAVAILLEE AI A CHAQUE FOIT JE DECIDE DE QUITEE MON TRAVAILL MAI JE VOUS JURE QUE IL Y A DES PERSONNE QUI ESSAYE A ME FAIRE LE PIRE JE SUIS TRES STRESS UNE AMI DE CETTE PAGE (B,Z)
    de tunisie ma belle payee

  2. simonviolet dit :

    de toute façon,aucun pays musulman n’a jamais donné un centime pour la spoliation des biens des Juifs ou des pieds-noirs,qui se monte probablement à des milliards;
    ce serait plutot le contraire,ils réclament de l’argent

    et quant au parti ennarda,jack lang disait il y a seulement quelquers mois « c’est un parti modéré,j’insiste sur ce fait »

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>