pub2011

Victor Perez

Victor Perez

François Hollande vient d’être élu à la Présidence de la République Française. Le troisième tour, celui des législatives, commence donc ! Faut-il donner au nouveau président une majorité de gauche ou lui imposer une cohabitation avec l’UMP ? Pour les Français de la 8éme circonscription, particulièrement pour ceux vivant en Israël qui ont voté en très grande majorité contre le nouveau président, la question est autre. Faut-il élire un député d’un camp ou d’un autre ou alors un homme indépendant prêt à s’élever contre la politique arabe que partagent tous les partis français depuis près de cinq décennies ?

Les électeurs Français demeurant dans l’état juif auront, vu leur nombre et leur positionnement politique commun –un peu plus de 30% du corps électoral de la circonscription s’étant exprimé au premier tour de l’élection présidentielle-, l’avantage de décider qui sera celui-ci. Au vu de leur plein soutien à Nicolas Sarkozy, on ne peut douter qu’il sera de droite. Exit donc les espoirs des candidats de gauche ainsi que ceux de Michel Thooris du Front National.

Seuls quatre candidats déclarés à ce jour cadrent avec ces constatations.
- Philippe Soussi du Nouveau Centre (NC).
- Valerie Hoffenberg de l’UMP
- Gil Taïeb indépendant
- Philippe Karsenty indépendant.

Philippe Soussi est un parfait inconnu en Israël. Seule sa suppléance auprès de Rudy Salles Président du Groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée parlementaire pourra justifier une sympathie à son égard auprès de l’électorat. Malgré ceci, ses chances semblent quasi nulles !

Valérie Hoffenberg a l’étiquette UMP, est conseillère de Paris du 16e arrondissement et a été représentante spéciale de la France, nommée par Nicolas Sarkozy en 2008, pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient. Titre et poste qui n’ont pas condamné (le peut-elle sauf à se faire exclure du parti) et encore moins empêché le président sortant de voter l’admission de la « Palestine » à l’Unesco, ou encore, simple exemple supplémentaire, affirmer, lors d’une réunion de cabinet, qu’« il est ridicule de parler d’un État juif ». « Ce serait comme de dire que cette table est catholique. Il y a deux millions d’Arabes en Israël » aurait-il ajouté !

Est-ce une telle candidate dont aurait besoin Israël, alors que s’annonce un  gouvernement français comprenant des Verts et des rouges du Front de Gauche connus pour leur antisionisme primaire ?

Très peu probable !

On ne présente pas Gil Taïeb. Un véritable cumulard de l’humanitaire pro-juif et pro-israélien. Président de l’ASI-ABSI-Keren Or (Association de Soutien à Israël – Association pour le Bien-être du Soldat Israélien), Vice-président du FSJU ou encore Président d’AMI (Alya et Meilleur Intégration). Cependant, par son refus de donner une consigne publique de vote pour le second tour, un sérieux doute s’élève quant à ses positions politiques mais aussi vis-à-vis de ses capacités à contester, lorsqu’il le faudra, le futur gouvernement socialo-communiste. Un silence qui devient gênant si l’on prend en compte l’opposition massive à François Hollande des électeurs demeurant en Israël. Un silence qui ne peut s’expliquer que par une peur de nuire à la position de sa femme, conseillère municipale à la Mairie de Paris.
Une gêne qui à coup sûr se représentera, n’avantagera pas l’état juif et qui favorisera un peu plus les groupes de pression ‘’pro-palestiniens’’ à réclamer la cessation de toute collaboration franco-israélienne comme se fut le cas lors du défilé unitaire de la gauche du 1er mai.

Le dernier candidat n’est pas à présenter non plus. Son combat en faveur de l’image de l’état d’Israël est tout à son honneur. Philippe Karsenty est de centre droit et n’est pas affilié, de prêt ou de loin, à un quelconque parti politique. Il a payé de sa personne et de ses deniers personnels son refus de se soumettre au politiquement correct. L’affaire A-Dura est emblématique à la fois de l’antisionisme qui a court en France mais aussi de la ténacité de ce conseiller municipal de Neuilly sur seine. On ne peut donc douter de sa farouche volonté à s’opposer bruyamment à la politique arabe qui sera probablement représentée par Hubert Vedrine ou un de ses clones.

Par ces faits, il sera très probablement le candidat choisi par la très grande majorité de l’électorat français d’Israël et donc l’élu de la 8éme circonscription.

Victor PEREZ ©

 

Source : http://victor-perez.blogspot.com/2012/05/quel-depute-sera-choisi-dans-la-8eme.html

Articles similaires

Tags: , , , , , ,

Une Reponse to “Quel député sera choisi dans la 8éme circonscription des Français de l’étranger ? – Par Victor PEREZ”

  1. CHEN dit :

    Philippe Karsenty devrait être le meilleur candidat avec l’espoir que nous ne reverrons pas Hubert Vedrine aux affaires.
    S’il revenait ce serait castastrophique, Il est tellement borné !

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>