pub2011

valerie-zenatti

Quand j’étais soldate Valérie Zenatti …
1.Avoir dix-huit ans en France, ça signifie passer son bac, son permis de conduire, avoir le droit de vote,travailler enfin ou entreprendre des études.
2.Dix-huit ans est synonyme, de maturité et de liberté.
3.Mais avoir dix-huit ans en Israël,ça signifie donner les deux prochaines années de sa vie au pays, à sa défense à sa survie.
4.Devenir un matricule. …Porter l’uniforme. se réveiller à quatre heurs à quatre heures et demie.
5.Faire la vaisselle pour soixante-dix. Obéir aux consignes. Apprendre le maniement des armes.
6.L’histoire et la géographie des pays voisins et ennemis.Les langages codés des pilotes adverses. Et risquer sa peau; Qu’on soit un garçon ou une fille.

7.Même quand on est si petite et si menue que les autres vous traitent de promotion « cerises »..;
8.Quand on s’appelle Valérie ZENATI et qu’on rêve de devenir écrivain, ça signifie aussi réfléchir.
8.Et douter. Et rire.
9.Et espérer la PAIX, maintenat ou bientôt.
10.Ca signifie témoigner.

valerie-zenatti

Voici le journal de bord de la conscription dans l’armée israélienne… d’une fille !
Car là-bas, même les filles doivent faire leur service.
Nous sommes en 1988-1990, à l’époque de la première Intifada, et Valérie découvre un monde inconnu, son ambiance particulière, ses codes, ses secrets, ses camaraderies, sa drôle de façon de faire mûrir les bachelières férues de grands auteurs humanistes. Les soldats en Israël, « personne ne les regarde en particulier parce qu’il y en a trop, parce que c’est normal et que tout le monde est habitué, tout le monde a été, est ou sera un jour à l’armée. » Ce livre sort de l’ordinaire.
Première édition France: 2002
Divers: Ce livre a reçu le « Prix des collégiens de l’Aveyron » 2003, le « Prix Ado-Lisant » (Belgique) 2004 et le Prix du roman historique de la ville de Poitiers 2003.

Articles similaires

Tags: , ,

4 Reponses to “Quand j’étais soldate Par Valérie Zenatti …”

  1. Nathan ELASMAR dit :

    Je loue le courage de ses soldates (et soldats) donnant deux années de leur vie pour Israël, et le peuple. N’oublions pas qu’aux yeux de Dieu, ils sont l’armée du Seigneur sur terre. Je prie Dieu, qu’il leur donne la victoire sur tous ses ennemis, la force face aux nombreux dangers se présentant devant chacun de nous tous.

  2. Patrice ELIOT dit :

    Bonjour,
    J’ai, après la guerre des six jours, en 1967, que j’ai vécue en France, terminé mon service militaire le 26/06/1968, me suis marié le 29/06/1968 puis me suis immédiatement embarqué avec ma jeune épouse début juillet 1968 pour la direction d’Israël avec débarquement à Haïfa à la clef.
    Nous avons travaillé dans le kibboutz « YAD MORDEKAY », non loin de la bande de Gaza.
    Chaque jour nous partions dans les vergers pour cueillir des fruits gorgés de soleil.
    Nous étions escortés par des véhicules militaires (jeeps, chenillettes avec canon embarqué etc…) car la crainte d’attentats était très pressante.
    C’est un épisode de notre vie qui reste un des plus intense.
    Nous recevions, alors, la visite de jeunes filles qui accomplissaient leur service militaire.
    Nous avons échangé beaucoup d’idées avec elles à l’époque. Nous nous sommes fait des amis que nous avons la chance de rencontrer encore de nos jours. En remerciement pour notre travail, la ville de Ness Ziona et le kibboutz nous ont offert des voyages en Palestine, Galilée, Lac de Tibériade, Bethléem, Liban, Golan et bien sur Jérusalem. Puis en 2006, profitant d’un voyage culturel, nous nous sommes encore rendus en Israël à Ness Ziona. Nous avons visité à nouveau des sites majestueux comme Jaffa, Massada, La mer morte, Nazareth et Jérusalem. Nous nous fîmes de nouveaux amis qui nous permirent de rencontrer nos plus anciens. Après un accueil en France de ces nouveaux amis en 2008, nous nous sommes à nouveau rendus en Israël en 2009. Nous avons alors découvert de nouveaux trésors archéologiques. Saint Jean d’Acre, Haïfa, Jérusalem à nouveau dans les nouvelles fouilles entreprises dans la partie de la ville originelle près du premier puits d’eau fraiche potable (nous avons eu la joie de pouvoir discuter avec de jeunes militaires féminines qui effectuaient un stage de reconnaissance de terrain), Le Néguev etc…
    Si, de plus, je vous dit que j’ai dansé des danses israéliennes de 1963 à 2006 dans une troupe artistique qui se produisait tant en France qu’en Allemagne, Israël et au Québec, vous comprendrez aisément combien mon attachement pour cette terre divine et sacrée est ancré dans mon coeur !

    À la joie de vous faire connaitre à nouveau mes sentiments.

  3. seignorbosc pierre dit :

    Vélérie Zénatti, serait elle apparentée à la chanteuse Julie Zénatti?

  4. Jérôme dit :

    Une pensée amicale et affectueuse à toutes ces jeunes femmes israeliennes courageuses qui donnent deux ans de leur vie pour la protection de leur pays.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>