pub2011

Holocaust-memorial

Des professionnels de la santé mentale accusent l’Etat israélien de retarder le financement de thérapies pour les victimes de l’Holocauste. «La bureaucratie met à mal les survivants, » a déclaré l’un des représentants.

« Parfois, j’ai l’impression que le ministère israélien des Finances attend que les survivants meurent pour économiser de l’argent », a déclaré un officiel qui s’occupe des survivants de l’Holocauste, ce mercredi 18 avril.

Un groupe de professionnels chargés de s’occuper de plus de 3.000 survivants de l’Holocauste a accusé l’Etat de noyer les personnes âgées victimes de l’Holocauste sous une tonne de paperasserie sans fin lorsqu’il est question de leur appliquer des services de santé mentale.


Macha Yaron, 88 ans, a survécu à un séjour dans le ghetto de Kovno en Lituanie, où elle a été contrainte par la Waffen-SS de faire des travaux forcés. Son père et son frère ont été assassinés par les nazis. Elle souffre de démence et de troubles névrotiques, des diagnostics qui selon les droits des survivants de l’Holocauste amènent le ministère des Finances de la reconnaître comme handicapée à 50%. Et pourtant, le financement d’une thérapie par l’État lui a été refusé.

Daniel Yaron, son fils, a déclaré à Ynet qu’il a été plaider auprès des autorités responsables pour qu’elles fournissent à sa mère une thérapeute musicale pendant presque un an, mais en vain. Malgré la présentation de toute la documentation nécessaire, y compris des diagnostics de deux spécialistes de haut niveau, ses demandes ont été rejetées.

« De leur point de vue, un patient atteint de la maladie d’Alzheimer n’a pas besoin de thérapie musicale, mais pour elle, ce sont ses seules heures de bonheur », a-t-il souligné.

En outre, une demande que Daniel Yaron avait déposé il y a deux mois pour un traitement dans un centre de psychiatrie gériatrique est restée sans réponse.

«Certains des survivants n’ont pas la capacité de s’occuper de ce long processus de bureaucratie qui est épuisant. Cela semble être leur système : j’ai envoyé d’innombrables lettres et j’ai dû attendre des mois avant d’obtenir une réponse », a-t-il déclaré, ajoutant que « la plupart des survivants n’ont pas de famille pour les aider avec toute cette paperasse ».

Les travailleurs sociaux et psychologues ont nivelé les critiques sur le système, en citant des cas innombrables de personnes qui au cours de ces 2 dernières années se sont vu privés d’une thérapie dont ils devaient bénéficier.

« Les choses ont changé ces dernières années », a déclaré un responsable. « Le Trésor a décidé de réglementer et de surveiller les dépenses vouées à la thérapie. L’intention peut être bonne, mais il a généré plus de bureaucratie, ce qui fait du mal aux survivants », a-t-il expliqué.

Dans certains cas, les demandeurs ont reçu l’approbation après leur mort. Dans d’autres, les demandes ont été rejetées lorsque les survivants souffraient de démence. En outre, les survivants sont désormais considérés comme inéligibles pour une thérapie de couple. En de nombreuses occasions, les professionnels doivent alors cesser le traitement jusqu’à ce que l’agrément soit renouvelé.

« Dans le passé, il était entendu que la thérapie pour les survivants de l’Holocauste soit permanente, puisque le survivant en a besoin pour le reste de sa vie et qu’elle ne peut pas être limitée dans le temps », a déclaré un autre professionnel du milieu. Maintenant, l’agrément doit être renouvelé régulièrement après un certain nombre de mois.

« Les survivants dépendent de le traitement. Ils souffrent d’un trouble de stress chronique post-traumatique, avec des symptômes de dépression, de cauchemars et de flashbacks. Certains ne peuvent pas dormir la nuit. Les symptômes s’aggravent à un âge avancé. Pour les survivants âgés, ces traitements sont essentiels », a-t-il insisté.

L’Autorité pour les droits des survivants de l’Holocauste approuve un traitement pour 18.000 victimes de l’Holocauste chaque année. Les traitements sont principalement fournis par des fondations telles que les fondations et Amcha et Elah, qui sont spécialisées dans ce domaine. Selon le ministère des Finances, le programme dispose d’un budget annuel de 20 millions de shekels (5,3 millions de dollars).

Le ministère a, quant à lui, nié les accusations des officiels, disant que « l’approbation pour des traitements est donnée par l’autorité immédiatement, sans délai ».

Source : http://www.guysen.com/

Articles similaires

Tags: , , , , ,

4 Reponses to “Professionnels de la santé : « le Trésor Public attend que les survivants meurent » Par Naama Rehoboam”

  1. laura dit :

    L’Allemagne a détruit des millions d’êtres humains avec ses bombes, ses armes, ses tortures, ses vols, son mépris.
    Les allemands ne repareront jamais le mal qu’ils ont fait partout. Prisonniers en allemagne, privés de tout et sans jeunesse. Voilà le sort des francais sous le joug des allemands.
    La france n’était pas un pays heureux sous l’occupation ( recit de mes parents ). La faim, le froid, les bombardements et les arrestations étaient le quotidien des francais.
    L’Allemagne ne reparera jamais le mal qu’elle a fait à ma famille. ( internement )

  2. gerardszarlit dit :

    Monsieur Brami , je pense qu’il y’a assez de fonds dans les caisses de l’Etat sans demander le secours de l’Allemagne …Dernierement des amis israeliens en visite a Paris m’ont conte qu’on affichait sur les autobus de Tel Aviv un appel pour une contribution de 10 shekels (deux euros ) pour secourir des anciens deportes dans la misere … Je suis encore sous le choc , et mes yeux s’embuent de larmes …Ou allons nous ? Ces memes amis israeliens ont ajoute que des survivants d’Israel sont partis en Allemagne pour recevoir un secours financier bien plus eleve … des racontars ?

  3. meller danielle dit :

    honteux גועל נפשDANY DE Carmiel

  4. BRAMI charles dit :

    les survivants de l’holocauste devraient être soignés et les frais engendres doivent etre présentès a leur pays d’origine ou a l’ALLEMAGNE RESPONSABLES DE CETTE MALADIE …

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>