pub2011

jeunes-sarkozy

Marine Le Pen serait la candidate préférée des 18-24 ans selon une étude récente menée par l’institut CSA, alors qu’il y a encore quelques mois Hollande arrivait en tête dans notre tranche d’âge. Nous ne nous sommes pas laisser abuser par son discours lénifiant prévoyant de mettre en place 150.000 «emplois d’avenir» qui ne sont qu’une forme d’assistanat institutionnalisé. Nous avons vite compris que les propositions concernant le blocage des loyers allaient nous fermer un peu plus encore l’accès au logement et que la création de 60.000 postes dans l’Éducation nationale allait renforcer le poids des forces les plus rétrogrades du pays.

François Hollande n’a même pas réussi à nous faire rêver car la gauche n’a pas changé. Elle continue de croire que tout vient par l’État et que tout procède de lui. Alors que nous sommes plus lucides et nous savons que notre destin dépend davantage de l’international, des nouvelles technologies et de notre capacité à nous prendre en charge. François Hollande appelle  à cor et à cri à la création d’un nouvel impôt à 75% sur tous les talents qui font de la France la cinquième puissance mondiale, qu’ils soient artistes, sportifs, entrepreneurs, découvreurs. Nul ne peut s’empêcher de penser à Gribouille qui pour échapper à la pluie croyait malin de se jeter tout habillé dans un étang. Car qu’est-ce que la patrie peut bien gagner à les voir quitter la France?
La moitié des jeunes de 18 à 24 ans affirment avoir comme priorité dans la vie de créer leur entreprise, d’en reprendre une ou de se mettre à leur compte. Nos figures de proue ne sont plus Che Guevara ou Léon Trotski, comme le croit encore Jean-Luc Mélenchon, mais Steve Jobs, le créateur d’Apple, ou Mark Zuckerberg, 27 ans, le fondateur de Facebook. Nous voyons notre salut dans l’Internet, cette nouvelle frontière où tout paraît possible: travailler, s’épanouir, voire s’enrichir. Et à côté de cela, le candidat qui se réclame de nous, nous parle d’assistanat, d’impôts et de taxes.
Parmi les 18-24 ans étudiants en université ou grande école, Nicolas Sarkozy arrive largement en tête ! Parce que nous avons compris que cette France qui se retrouve derrière François Hollande pour parler pénibilité, avantages acquis ou retraite à 60 ans n’est pas la nôtre. Parce que nous sommes le sel de la croissance de demain et le salut de notre avenir à tous: nous voulons nous démarquer des mouvements politiques à rebours de l’histoire.
Aujourd’hui, nous, les jeunes, avons appris à entrer en résistance contre la pensée unique bien-pensante de gauche, qui tend à bâillonner l’intelligence et la liberté de penser pour imposer une pensée prémâchée politiquement correcte.
En France, c’est à l’instant où l’on croit que tout est fini que tout renaît. Comme un élan vital, comme le miracle français. Sur les rives du déclin se leva une génération nouvelle, qui sut enfin sortir des vieilles oppositions stériles. Une génération qui sut s’affranchir des codes usés, des idées périmées, qui sut allier l’instinct de conservation et l’esprit de conquête, plus soucieuse d’agir que de s’indigner, de bâtir que de détruire. Cette génération, c’est la nôtre. Et le peuple en sommeil est en train de se lever.
À un peuple, il faut un homme d’État. Un homme d’État qui le représente et qui le comprenne: Nicolas Sarkozy incarne cette génération nouvelle. Depuis cinq ans, Nicolas Sarkozy, c’est l’esprit de réforme – service minimum, retraites, universités… – sans ne rien perdre des fondements de l’État, de ses attributs régaliens, de sa mission politique.
C’est le progrès vers la France de demain. La génération Sarkozy a entamé, pan par pan, la reconquête des pouvoirs abandonnés.La génération Sarkozy, c’est la fin des tabous et le retour du politique. C’est le pouvoir des idées, et les idées au pouvoir.
En cinq ans, beaucoup a été fait, parce que rien, depuis longtemps, n’avait été fait. Tout n’a pas été fait, parce que rien, depuis longtemps, n’avait été fait! Il faut donc poursuivre l’œuvre entamée. Il faut continuer à refaire nos tissus, nos forces, nos intelligences, notre industrie, notre école, notre société et ses valeurs. Nous sommes aux avant-postes de l’histoire de France.
Nous revendiquons les valeurs de mérite, de travail et d’effort ; nous sommes fiers d’être Français, patriotes et républicains ; oui, nous voulons retrouver la maîtrise de notre destin: protéger la France des excès de la mondialisation, instaurer au cœur de l’Europe le primat du politique, des peuples et des démocraties, promouvoir la famille, réformer nos écoles, contrôler souverainement les flux migratoires, ouvrir la France au monde et à l’universel.
Nul n’incarne mieux notre génération. Une génération aux idées neuves, au service de la grandeur de la France, fière de ses racines, ouverte au monde. Nous sommes la jeunesse, nous sommes la France d’aujourd’hui et nous sommes la France de demain ; nous sommes la nouvelle Europe et nous sommes le nouveau Monde.

Nous sommes la génération Sarkozy.

Articles similaires

Tags: , , ,

3 Reponses to “Pourquoi nous, les jeunes de 20 ans, voterons Sarkozy !”

  1. gerardszarlit dit :

    Je viens d’apprndre que mes voisins viennent de voter pour Marine Le Pen ! Mes voisins savent pertinement que je suis juif et sans honte me disent la haine qu’ils portent a Israel … De mon studio parisien je peux apercevoir la Tour Eiffel mais mes pensees sont ailleurs : en ce moment precis je voudrais deambuler les merveilleuses rues de Jerusalem la plus belle ville du monde et sourire a tous les passants qui sont mes freres et soeurs !

  2. betty L dit :

    UNE GENERATION MATURE QUI SAIT CE QU’ELLE VEUT BRAVO LES JEUNES

  3. Martine dit :

    Oui à cette génération que nous les plus anciens nous soutiendrons!

    Vous n’êtes pas seul et nous continuerons de proclamer ce qui est juste pour vous et qui doit être fait pour votre avenir …

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>