pub2011

Nous ne connaissons pas tous les noms des victimes du 26 mars 1962 à Alger ni leur nombre exact.
Lundi 26 mars 1962 – Alger agonise
Nous ne connaissons pas le nom de tous ceux assassinés au Plateau des Glières et tout autour, rue d’Isly, boulevard Pasteur, rue Chanzy, boulevard Bugeaud, rue Lelluch, boulevard Baudin, et plus loin Place de l’Opéra, et aussi aux Facultés, et plus loin encore au Champ de Manœuvre et encore une heure après la fusillade. Les militaires, les gendarmes, les C.R.S. occupent les carrefours, les toits, les terrasses, font des barrages. Partout, toutes les armes sont approvisionnées et chargées, partout. Les tirailleurs avancent rafale après rafale, arrosent les gisants au F.M. et au P.M., chargeur après chargeur (J.L. SIBEN témoigne). Ils mitraillent les façades, l’intérieur des appartements aux volets clos, achèvent les mourants à l’intérieur des magasins, les poursuivent dans les couloirs des immeubles. Et puis, ils tirent sur les médecins, les pompiers. Ils tirent sur les ambulances, déjà toutes prêtes, déjà là, à attendre les morts. C’est une véritable chasse aux pieds-noirs, une tuerie, un carnage auquel se sont livrés les tirailleurs aux gestes obscènes, les gardes mobiles aux ricanements haineux et les C.R.S. qui insultent, matraquent et « balayent » , rue Charras, rue Richelieu, rue Clauzel …(les témoignages).

La foule était dense. C’était un cortège de jeunes gens, de jeunes filles, d’enfants et de vieux messieurs aux insignes d’anciens combattants. Ils avaient des drapeaux et ils chantaient la Marseillaise et ils s’effondrent, gisants ensanglantés.
Et puis les ambulances et les camions des morts vont et viennent et déversent leurs cadavres, à l’hôpital Mustapha, à la clinique Lavernhe, à la clinique Solal.
Le Professeur Jacques BARSOTTI déclare : Nous sommes allés à la morgue de l’hôpital voir les cadavres qui s’y entassaient dans le plus grand désordre. C’est une vision dramatique que ces tas humains amoncelés pêle-mêle les uns sur les autres que les familles essayaient de reconnaître, en tirant sur les bras ou sur les jambes pour les sortir du tas.
Le docteur KAMOUN témoigne : l’horreur pure, partout des cadavres disposés sur trois niveaux, paillasse, étagère, sol. On avait instauré un sens unique et dans le silence troublé de temps en temps par des gémissements et des pleurs, les gens circulaient lentement, horrifiés. Les cadavres attendaient leur reconnaissance et ces gens pâles et silencieux tournaient lentement. Un antre de cauchemar écrira Jean BRUA.
Immédiatement après ces scènes édifiantes, le Corps médical de l’hôpital Mustapha réalise une plaquette de témoignages recueillis par les médecins ayant assisté à la fusillade ou ayant soigné les blessés, témoignages adressés en France à diverses personnalités politiques et morales sans aucun écho tangible. Cette petite brochure,  » LE MASSACRE D’ALGER  »  » Alger 26 mars 1962  » , qui ne porte pas de date d’impression ou d’édition, est dédiée à la mémoire du Docteur Jean MASSONNAT, victime du devoir professionnel, tué à bout touchant. Les témoignages sont anonymes. Il n’y a pas de liste des blessés. Figurent deux plans de la fusillade, une dramatique photo du Plateau des Glières devant les marches de la Grande Poste ainsi que la liste des noms des victimes au nombre de 49 plus quatre inconnus dont 2 musulmans et 3 européens (53 au total). Le nom de mon mari est correctement orthographié et sa profession correctement énoncée.
Le journal  » La dépêche d’Algérie  » des 27, 28 et 29 mars fait état de 46 morts et 150 blessés.
Un troisième nombre des victimes est donné dans le  » LIVRE BLANC  »  » ALGER LE 26 MARS 1962  » , paru le 1er juin 1962, édité par  » L’Esprit Nouveau  » . Ce livre ne comporte que des témoignages, signés, plus de deux cents. Il ne mentionne aucun nom de victimes, ni celui des morts ni celui des blessés. Il est publié :  » A la mémoire des 80 morts et en souvenir des 200 blessés de la fusillade  » , sous le patronage de Messieurs les Députés du Groupe UNITÉ DE LA RÉPUBLIQUE.  » LE LIVRE BLANC  » est un recueil des témoignages nécessaires pour pouvoir porter plainte devant les tribunaux. Mais les témoignages sont dangereux pour le pouvoir en place, ils réfutent absolument les silences, les invraisemblances, les contradictions, ces aveux tacites, ils dénoncent la lâcheté de cette sordide raison d’État et de ses  » voleurs de morts  » . Ce livre est interdit et détruit dès sa parution. Je viens d’en acquérir un exemplaire, à un prix exemplaire, un échappé de cet holocauste du livre. (Et que les victimes soient sacrifiées à la Sainte et Juste Raison d’État !). Il a été réédité en 1991 sous le nom de  » LE LIVRE INTERDIT  » par les Éditions Confrérie Castille. Dans cette édition remaniée ont été ajoutées les listes des noms des morts et des blessés. La liste des victimes comporte 63 noms plus quatre  » non identifié  » dont 2 musulmans et 2 européens (soit 67 au total). Cette liste contient des erreurs et des noms mal orthographiés. Le nom de mon mari est mal orthographié et ne figure plus sa profession. C’est à partir de cette liste que j’ai voulu vérifier toutes les listes, ces listes qui, en se reproduisant vont subir un certain nombre de distorsions, du fait même de la copie, je suppose.
Aucune enquête officielle n’a jamais été effectuée, aucune commission d’enquête n’a jamais vu le jour, malgré les pétitions et les demandes déposées dans les préfectures, dans les ministères, sur le bureau de la Présidence. La tuerie du 26 mars alterne du déni officiel de ce qui s’est passé ce jour-là à l’infâme raison d’État :  » ce n’est pas nous, ce sont eux qui ont commencé  » , et puis  » c’était interdit, on n’avait pas à le redire  » , et puis  » c’est l’O.A.S., c’est bien fait pour eux  » , autant  » d’arriérations  » verbales pour se justifier. La tuerie fait aussi un petit tour par l’infâme Secret Défense. Les archives concernant les faits et les morts civils au cours des évènements d’Algérie sont tenues secrètes. Pour le 26 mars il nous faut encore attendre cinquante ans ou soixante ans ? Des dossiers ont déjà disparu ou sont vides ou bien sont maintenus en souffrance ou bien encore sont abandonnés en république démocratique et populaire d’Al Djazãir. Ces archives sont les preuves trop gênantes de cet infâme Secret Défense. Au cours de la fusillade d’autres preuves ont été arrachées des mains des journalistes, des photographes et des cameramen. Pendant les jours qui ont suivi, l’armée a surveillé ces lieux maudits, empêchant les gens de prendre des photos ou en confisquant leurs appareils et s’est livrée, à grand spectacle, à de sordides analyses des lieux, à de risibles relevés topographiques, il fallait faire semblant de chercher la vérité.
Il y a donc des listes, établies de façons successives, recopiées, empruntées, mais aucune ne peut être authentifiée. La liste qui circule habituellement, celle qui est généralement publiée sur les sites depuis quarante cinq ans et qui est dite, à tort, officielle, comporte des erreurs, des confusions et des manques. Néanmoins cette liste a eu le mérite d’être établie et a servi de support au travail sacré de mémoire pendant toutes ces années. Cette liste est due au travail, d’investigation et de recherches, remarquable, de Francine DESSAIGNE et de Marie-Jeanne REY, publié dans  » Un crime sans assassins  » (1994 – Éditions Confrérie-Castille) qui témoigne de 58 noms, plus quatre  » non identifié  » dont 2 musulmans et 2 européens (soit 62 au total). Je note que sur cette liste le nom de mon mari est correctement orthographié mais sa profession a changé.
Francine DESSAIGNE écrit, dans la préface de cette réédition, que le 30 mars, sur une demande du professeur Philippe MARÇAIS, député d’Alger, elle a déposé avec d’autres personnes une plainte contre X devant un juge d’instruction qui rassemblait des témoignages sur la fusillade. Cinq ans après, un autre juge a prononcé un non-lieu. Mais ce non-lieu n’est ni définitif ni absolu. Il s’agit donc d’aller le contester devant la justice.
 » Trois jours plus tard les funérailles  » (Le Livre Blanc). Où sont donc passés les cadavres ? Il y a ceux,  » officiels  » , ceux  » reconnus  » , dont les noms sont publiés dans les journaux avec leurs avis de décès mais que les familles n’ont pas pu approcher, ceux gardés au secret, scellés en bière dans la raison d’État, cercueils éparpillés dans les dépositoires. Et puis il y a les  » non officiels  » , ceux dont on n’a rien publié, cadavres escamotés, cadavres disparus, cachés pour quel secret Défense ou quel secret de famille ?
Il y a enfin les blessés et les cadavres des soldats pris sous leur propre feu, encore moins officiels et dont l’Armée n’en a jamais publié le moindre écho. Un commandant des Forces Armées en Algérie reconnaît, pourtant, trois tirailleurs et un CRS tués et trois blessés. Par qui ? Par quelles armes ? Ce commandant se plaint d’une insurrection armée mais se montre bien incapable d’en fournir la preuve. –  » Une femme, place de la Poste, blessée, gisait sur le dos. Un soldat musulman l’achève d’une rafale. L’officier présent abat le soldat (Professeur Pierre GOINARD) – Dans le magasin Claverie, deux tirailleurs musulmans abattent le militaire français – Les militaires de l’Infanterie de Marine, au square, près de la Compagnie algérienne, se couchent sous leurs camions pour se protéger – Le docteur BISQUERRA poursuit…  » Il me laissa finalement entrer dans le fond du magasin où se tenaient d’autres militaires musulmans et, sur le sol, gisait l’un d’entre eux, qui semblait agonisant, une ou plusieurs balles lui ayant transpercé le thorax. … déjà arrivaient des ambulances et des camions militaires. Les militaires quittèrent alors précipitamment les lieux avec leur chef, emmenant leur blessé qu’ils chargèrent dans l’un des camions. D’autres témoignages font état de militaires tués ou blessés entre eux par leurs propres armes. Cependant ni dans les listes parues, ni dans les journaux, je n’ai trouvé trace de leurs noms. Des autopsies militaires ont sûrement été pratiquées et les autorités savent avec quelles armes ces hommes ont été blessés et tués, et par qui.
Jean BRUA rappelle dans son intervention du 26 mars 1987 : ce mystérieux supplétif vietnamien, évoqué par deux officiers du 4ème R.T., évacué dans le plus grand secret, après avoir été atteint par les forces de l’ordre du boulevard Bugeaud, qui se croyaient visé par son tir (procès- Bastien-Thiry). Dans  » Un crime sans assassin  » , Francine DESSAIGNE évoque aussi ce tireur à la notoriété de barbouze. Il faut donc attendre encore cinquante ans ou soixante ans pour livrer la vérité ?
Elle rapporte les paroles des médecins de Mustapha : Le lendemain matin 27 mars 1962, le professeur GOINARD, toute l’équipe chirurgicale de la clinique thérapeutique de l’Université se rendit à la morgue. On dénombra près de 80 morts par balles, entassés dans les locaux de la morgue. De multiples photographies avaient été faites avec l’appareil du service. Mais les deux rouleaux de pellicules envoyées naïvement et comme à l’accoutumée au développement en France, ne sont cette fois, jamais revenus.
Martial TRO, Commis principal à l’hôpital Mustapha témoigne :  » Alors sont arrivés des camions militaires, des Dodges. Ils débordaient de blessés, de morts, mélangés, entassés. On les déversait comme des sacs de farine. On lâchait les ridelles et tout tombait sur les côtés. Nous n’avions pas de brancardiers. Les Sœurs et les médecins ont commencé le transport. Le premier que je prends dans mes bras c’est le docteur MASSONAT. Il était là dans mes bras, il me vomissait dessus …J’ai fait le tri des morts et des blessés. Au dépôt mortuaire on les mettait les uns sur les autres. Quand on voulait voir un mort il fallait le chercher, débarrasser un tas de cadavres pour le trouver. C’était épouvantable. On dit qu’il y a eu 80 morts. Moi je ne travaillais pas aux services administratifs, je ne peux pas citer de noms mais je dis qu’il y avait 120 morts. A cette époque, ceux dont on ne réclamait pas le corps, parce que c’étaient des gens de passage ou pour d’autres raisons, ceux-là étaient emmenés le soir à la sauvette, qu’ils soient musulmans, juifs ou chrétiens, au cimetière d’El Halia, directement la nuit. L’aumônier a protesté officiellement. Il a été expédié à Paris tout de suite. Un petit musulman travaillait à l’hôpital. Il a aidé à transporter les blessés. Il a été repéré. Le FLN l’a assassiné le lendemain.
Christian GILLES dit qu’il a assisté à une véritable ignominie :  » dans ce bâtiment se trouvaient de nombreuses petites alcôves avec des plafonds voûtés en ogive et aménagées avec deux bancs. A l’intérieur de chacune d’elles, deux familles unies par leurs larmes se trouvaient séparées par deux cercueils fermés, accolés, déposés au centre sur des tréteaux. Dans quelques alcôves, des familles musulmanes et européennes atteintes par la même douleur, priaient, pleuraient, gémissaient et imploraient le ciel côte à côte. Des personnes totalement désespérées, circulaient dans le grand hall, en tout sens, criant, pleurant, appelant à haute voix un être cher, essayant de découvrir d’alcôve en alcôve leur disparu. Par une porte, arrivait à intervalles réguliers, d’un autre service de l’hôpital, un nouveau cercueil fermé avec l’indication sommaire de son nom. Toutes les dix minutes, huit à dix personnes prenaient un cercueil dans une alcôve, s’arrêtaient sur la chaussée. Un homme de foi sortait d’un local vitré et murmurait quelques mots. Le cercueil était alors déposé dans la benne d’un camion militaire, où assis sur des banquettes, siégeaient dix soldats armés. Seuls quelques membres de la famille étaient admis sur une largeur de sièges d’un minicar de C.R.S. Motards en tête avec sirène, jeep avec radio, le camion-cercueil et deux véhicules de C.R.S. s’éloignaient rapidement vers un cimetière de la ville. J’assistais à des enterrements à la chaîne sans aucun regroupement familial, sans passage dans les lieux de culte, y compris celui du quartier. Ces transports commencés, dans la nuit pendant le couvre-feu, se poursuivaient encore.
Qui sont ces morts Français-Musulmans ? Quelles sont ces victimes que leurs proches réclament à force hurlements, sans les trouver ? Quelles sont ces victimes livrées toutes prêtes emballées ? Que sont devenus ces soldats, ces C.R.S. qui ont conduit les camions-cercueils ? Comment est-il possible qu’aucun d’eux ne se soit jamais fait entendre ? Je croyais que nous étions tous égaux à la face de Dieu.
Le Docteur André FOURNIER précise : Á l’hôpital, l’après-midi s’est passée à recevoir et soigner les blessés qui arrivaient. Dans la soirée je suis allé à la morgue où étaient entassés les cadavres des victimes. J’ai notamment encore le souvenir très vif de deux très jeunes filles, deux sœurs qui avaient été tuées à bout touchant. Révolté par ce spectacle, j’ai alors téléphoné à un ami en lui demandant de rassembler dans les hôtels le plus possible de journalistes et les emmener à l’hôpital. Il en est venu un certain nombre français et étrangers. Je puis citer deux de leurs réactions : 1) un journaliste allemand m’a dit :  » j’espère qu’après cela les journaux français ne parleront plus d’Oradour sur Glane  » , 2) deux journalistes français du Monde : l’un n’a pas pu supporter le spectacle et est sorti pour vomir et l’autre a dit  » ça ne passera pas à la Rédaction  » . Nous sommes d’une civilisation trop sensible.
Le Professeur Paul LEBON confirme qu’il se souvient fort bien d’avoir vu parmi les cadavres deux petites filles de 8 ou 10 ans, en robes rouges dont on ne trouve plus aucune trace. Cette énigme est à rapprocher de celles de la mort d’un bébé et de sa mère évoquée par Suzanne CAZE AVELIN : son amie, réfugiée dans un magasin de puériculture, avait caché son petit enfant dans une poussette en exposition, petit cadavre dont on ne trouve plus aucune trace ni celle de sa mère. Un autre témoignage confirme : une jeune femme et son bébé ensanglanté dans les bras, poursuivie et achevée à la rafale par un tirailleur chez Natalys.
Marie Jeanne Rey témoigne d’une petite voix enfantine, près d’elle, qui se tut pour toujours.
… » Il y avait aussi une quinzaine de gamins autour de Michèle TORRES, venus en camion  » .
.. « Une dame âgée : j’étais à terre, blessée. Un petit garçon de 8 ans pleurait et me disait,  » regarde mon papa  » . Son jeune père était couché le visage ensanglanté …  »
Il y avait des enfants dans la foule et des adolescents. On ne peut pas dire de ces jeunes victimes qu’elles appartenaient à l’O.A.S. On ne peut pas avouer, non plus, l’assassinat de ces jeunes enfants. Ce serait peu reluisant pour la gloire de la France ou pour la renommée de certains. Il est donc très nécessaire d’escamoter un certain nombre de victimes et notamment les moins de 20 ans si l’on se réfère à la liste qui suit. Que sont-elles devenues, ces jeunes victimes alors que sur le sol devant les FM s’amoncèlent les cadavres ? Car ils ont tiré, ivres de fureur, ces serveurs de F.M., comme le soldat Mohamed AMRATI qui est décrit ainsi dans les témoignages :  » Il semblait avoir un grand désir de tirer, dansant d’un pied sur l’autre, le regard brûlant non de peur mais de fureur, ou encore - » en transe, un rictus de haine, gesticulant, surexcité, ou encore – une bande souple dont l’extrémité était engagée dans la culasse, enroulée à sa taille et suspendue à son cou… rafale après rafale !
Le docteur Jacques BISQUERRA relate dans son témoignage : …Je restais là, immobile, de longues minutes, pour veiller sur ces morts lorsqu’un homme s’approcha et entreprit, malgré mes protestations, de fouiller le portefeuille d’un des cadavres et repartit après avoir emporté sa carte d’identité. M’étant souvenu de ce nom porté sur ce document (car il me l’avait montré, j’ignore pourquoi) et n’ayant pas retrouvé son nom sur la liste des victimes publiée le lendemain par les journaux locaux, je m’étais rendu à la morgue de l’hôpital Mustapha pour essayer d’identifier ce malheureux  » X  » et de mettre un nom sur sa dépouille. … en rentrant chez mes parents je fondis en larmes, en pensant à tous ces corps criblés de balles, empilés, nus, parfois tête-bêche, les uns sur les autres, dans cette sinistre salle… … des tas de cadavres allongés qu’on arrosait à l’eau formolée, quelque chose de kafkaïen (docteur CHIAPPONI)…
Ainsi les morts se font détrousser de leur identité, escamoter, achever à la rafale – ni vu ni connu -, formoler avant de les dissimuler, on n’arrive plus à les compter, on les mélange avec les autres morts, on ne trouve plus ceux qu’on réclame, on les fait disparaître, on leur vole leur cadavre lorsqu’ils deviennent trop gênants, pour combien d’entre eux ?
Dans l’édition originale du LIVRE BLANC, les auteurs et/ou l’éditeur ont écrit  » Les droits de ce livre seront versés intégralement aux familles des victimes  » . Cette mention n’apparaît plus sur le livre réédité  » LE LIVRE INTERDIT  » . C’est dommage parce que cela aurait pu conduire à une recherche des victimes plus poussée, plus systématique que ce que je ne saurai jamais faire par moi-même.
Raymond GUIRAUD, à la suite de l’attentat du Milk Bar, où a été blessée gravement sa fille Nicole, a créé une association, l’A.V.I.C.C.E.A.L. La permanence de l’Association Nationale des Victimes Corporelles des Événements d’Algérie et de leurs Ayants droit se trouvait à La Maison du Combattant à Bâb el Oued. Monsieur GUIRAUD s’est adressé à la Délégation de l’Action Sociale dès le 29 mars 1962 puis le 2 avril 1962 et à plusieurs reprises aux pouvoirs pour leur demander qu’une indemnité soit versée aux ayants droit des victimes du 26 mars précisément, en vertu de la décision n°55032 de l’Assemblée algérienne. Sans réponse, il menace, en cas de refus de l’administration, de saisir la voie juridique, en application de la loi de 1884. Courant avril les gendarmes mobiles font une perquisition à son domicile pour chercher des papiers. Ils se montrent insultants et agressifs et menacent d’emmener la sœur de Nicole, alors âgée de 16 ans. Dans la nuit du 11 au 12 mai, pour la deuxième fois, mais cette fois-ci à 4 heurs du matin, les gendarmes mobiles viennent perquisitionner. Ils enfoncent la porte d’entrée et emmènent Monsieur GUIRAUD vêtu de son seul pyjama. Au bout d’une semaine et grâce  » aux CFA  » , où Monsieur GUIRAUD était chef du personnel, sa famille apprend qu’il est incarcéré à l’école de police d’Hussein-Dey. Il a été dénoncé comme militant en faveur des victimes du FLN. Puis fin juin, Monsieur GUIRAUD et 50 autres présidents d’associations seront transportés en avion militaire servant de transport de troupes, à VILLACOUBLAY, en résidence surveillée. Il est interdit de retour en Algérie, interdit de séjour sur le sol algérien. L’association de Monsieur GUIRAUD comprenait 1.800 adhérents et des listes ont été échangées entre le FLN et la police politique française au nom du secret Défense. Il faudra que j’écrive au FLN en Al Djazãir pour me faire communiquer la liste des morts du 26 mars. La sortie des morts de l’hôpital Mustapha doit bien être enregistrée ?
Les tirailleurs, dans cette tragédie, réussissent parfois à faire oublier, que les gardes mobiles, les Rouges, et les CRS, ces spécialistes du maintien de l’ordre, ont tiré eux aussi sur la foule, sans sommation, froidement, on pourrait dire de façon jouissive,  » comme pour une chasse aux pieds-noirs  » , à tous les carrefours, sur les façades, dans les appartements, non pas pendant 5 minutes ou 8 ou 10 mais encore bien longtemps après que 14 heures 50 ait sonné à l’horloge de la Grande Poste. Ont-ils compté et savouré le nombre de morts à leur actif ? Combien en ont-ils compté ? Qui peut prendre connaissance de leurs archives ? Archives où, peut-être, on apprendrait qu’il ne s’est rien passé ?
Cependant je dois ajouter une confidence de l’une de mes amies du lycée Fromentin, Geneviève :  » Pierre BRÉS, un parent, du côté de mon mari, était colonel de C.R.S., responsable de sécurité pour le secteur d’Alger. Ayant refusé d’obéir aux ordres de faire cesser la manifestation, au besoin par le feu, il a été immédiatement démissionné. Il s’était installé à Dieulefit, dans la Drôme où il peignait des coffres en bois pour s’occuper. Je suis allée à sa recherche, sans succès. Il semble qu’il soit décédé à présent.
Je referai le tour de la France autant que cela sera nécessaire. Mon drame, je le sais, est que  » je me suis mise debout  » trop tard et pourtant il est encore trop tôt pour ouvrir les archives. Mais ceci se faisant, il sera trop tard pour moi.
J’ai passé des journées entières aux Archives d’Outre-mer d’Aix en Provence, à éplucher toutes sortes de journaux pour l’année 1962, ceux d’Alger et des autres départements. J’ai du m’y prendre à trois fois. La première fois, il est vrai, la collection  » La Dépêche d’Algérie  » ou bien  » Le Journal d’Alger  » , je ne me souviens plus, avait disparu des archives… C’était une malédiction ? Mais à la deuxième tentative la collection a réapparu, à mon grand soulagement.
J’ai établi une liste des victimes du 26 mars et celle des victimes du blocus et du ratissage impitoyable de Bab el Oued. J’ai noté sur ces listes tous les détails que j’ai pu recueillir. Je tiens à la disposition de qui le souhaite les photographies numérisées des avis de décès et des avis des célébrations religieuses ainsi que des témoignages et certaines pages des journaux. J’ajoute que j’ai adressé aux sites informatiques et aux associations les listes des victimes en demandant qu’on me signale toute erreur ou manque. Je n’ai à ce jour rien reçu pas même un accusé de réception sauf d’un seul site que je remercie. Je renouvelle ma demande auprès des lecteurs en les priant de me pardonner mon insistance et mon attachement à toutes ces victimes qui sont aussi les témoins de tous ceux dont nous ne pourrons pas faire entendre le nom. Ce sont eux qui prennent soin de leur mémoire à tous.
J’ajoute la liste indissociable des noms de ceux tués pendant l’occupation de Bab el Oued car invoquer le 26 mars c’est parler aussi ou d’abord de Bab el Oued.
Sur cette liste de 56 victimes, j’ai laissé des noms (en bleu) dont je n’ai aucune preuve concrète de décès, mais par conviction par rapport aux témoignages et aux listes précédentes. Il faut ajouter à ces 56 noms, 4 victimes non identifiées mais dont nous pouvons être sûres car authentifiées par des témoins. Il faut ajouter enfin 5 victimes portées sur les listes comme non identifiées et non réclamées par un  » avis de recherche dans l’intérêt des familles  » . Ce qui donne un total de 65 victimes.
Il ne s’agit pas pour moi de courir à une surenchère du nombre des victimes, cette pure horreur n’en a pas besoin mais je suis persuadée que nous sommes loin de la vérité. Aidez-nous. N’hésitez pas, faites-nous connaître ce que vous savez, la plus petite information, le moindre détail. Quarante cinq ans viennent de s’écouler, il nous faut parler, dire et redire sans nous arrêter.
Il faut que cesse leur tourment ou que, peut-être, je cesse moi-même de les tourmenter.
Simone GAUTIER
14 avenue de France
06400 Cannes
Liste des victimes du blocus de BAB EL OUED
Jeudi 22 mars 1962
MABROUKI Abdallah
SELLES Georges 19 ans
Vendredi 23 mars 1962
ACHOUR Messaoud
Tué à son domicile, Cité des Vieux Moulins, 67 avenue de la Bouzaréah, d’une balle dans l’oeil gauche.
GREGORI Jacques
HABBOU Maurice
LOPEZ Joseph 40 ans Tué à son domicile avenue de la Bouzareha d’une balle qui lui a perforé l’artère fémorale après avoir traversé le volet. Évacuation impossible en raison des tirs. Il s’est vidé de son sang. Évacué par une Jeep à la morgue de Mustapha. Retrouvé le 30 mars au dépositoire de Saint Eugène.
SAINTE MARIE Christian 14 ans et demi
PALANGIAN Lucien 20 ans
RODRIGUEZ François 49 ans Ancien combattant 39-40 Ancien prisonnier de guerre 40-45
SERRALTA André 19 ans
SCOTTO Adrien
SOULE Marie Christine
TAMBORINI Madame
VELLA André Arrêté et déporté au centre de Douéra. Décédé deux jours après au Centre.
VILLEMEUX Lucien 28 ans Typographe Boulevard de Champagne
Samedi 24 mars 1962
ABBOU Maurice 46 ans Société Timsit
GARCIA Serge 15 ans et demi
KARSENTI Simon 51 ans
Dimanche 25 mars 1962
GHENASSIA Joseph 25 mars 1962 à 9 heures 30 1 rue Nobel
GRES Ghislaine Louise 10 ans Tuée d’une balle dans la tête dans l’appartement de ses parents 16 rue Soleillet
Madame GRES, sa mère, décédée deux jours après, de chagrin. Avis de décès paru dans la presse ainsi libellé.
X Stanislas ?
X Musulman
X Musulman
X Européen
X Européen
LISTE DES VICTIMES DU 26 MARS 1962 – ALGER -
ALDEGUER Gabriel 42 ans Chef comptable à l’E.G.A. Transporté à l’hôpital Mustapha paralysé, il est décédé deux ou trois jours après des suites de ses blessures, une rafale dans le dos. Natif de Guyoville, il habitait Hydra. (Alain AICARDI (la photo de Gabriel ALDEGUER et d’Etienne AICARDI figure sur le  » Paris Match).
BAYARD George 58 ans Chef de service à la Mairie

BERNARD Henri 76 ans Né le 10 avril 1886 à Sousse – Tunisie 91 rue de Constantine – Hussein Dey Officier retraité Chevalier de la Légion d’honneur Croix de guerre 14-18 – Croix de guerre 39-45 Sortait tout simplement du local des chèques postaux (sa fille Marguerite GRIFFE)

BLUMHOFER Albert 62 ans Employé à l’Aviation civile – des Tournants Rovigo Inhumé le 28 mars 1962

CABAILLOT Octave 55 ans Domicilié au 286 boulevard Gallieni à El Biar. Inhumé le 27 mars au cimetière d’El Biar

CAZAYOUS Jacqueline 20 ans Domiciliée rue Daguerre Secrétaire à la 20 Th Century Fox-France Gymnaste à la Fédération française de gymnastique – Basketteuse à l’Algéria Sport. Adhérente au Comité de la Bigorre et au groupe folklorique des Gascons d’Alger. Inhumée le 30 mars 1962 au cimetière de Saint Eugène.
Retrouvée par son père, à la morgue de Mustapha, nue, tuée de deux balles dont l’une dans le cou. Elle a perdu tout son sang en attendant les secours. Sa mère a reçu une balle dans la tête, a été trépanée et est restée paralysée du côté gauche. A beaucoup souffert de la tyrannie administrative et du mépris des médecins militaires. (Annie CAZAYOUS sa sœur)

CHOUIDER Tayeb`

CIAVALDINI Charles 22 ans Domicilié 8 rue Adolphe Blasselle. Ancien parachutiste du 18ème R.C.P. Croix de la valeur militaire – Etoile de vermeil. Inhumé au cimetière d’El Halia

COURAUD Jacques 30 ans Employé à la Compagnie française des pétroles d’Hassi Messaoud Plongeur émérite. Domicilié 9 rue Adolphe Blasselle. Hospitalisé à la clinique Lavernhe. Décédé deux mois après le 26 mai 1962. A reçu une balle dans le dos qui lui a éclaté le foie. Il était sorti de son abri pour aller secourir une femme blessée dans la rue (Mme Henriette Couraud) Inhumé au cimetière d’El Halia

DUPUY Lucien 62 ans Retraité E.G.A. – Ancien combattant 14 – 18. Tué dans la foule. Il était accompagné de sa femme et de ses deux enfants de 12 et 14 ans.(témoignage) Cercueil retrouvé le 28 au dépositoire du cimetière de Saint Eugène et inhumé le 30 mars 1962. Domicilié 17 rue Docteur Trolard

EIME Jeanne 57 ans Domiciliée 9 rue Edmond Adam Cercueil retrouvé au dépositoire du cimetière de Saint Eugène le 28. Inhumé le 30 mars 1962.

FABRE Marcel 53 ans Adjoint technique principal de la Météorologie Nationale, Section Transmissions météo en Afrique du Nord
Officier des Palmes académiques Chevalier du Mérite social. Ancien prisonnier de guerre. Médaille des Évadés
Blessé au ventre. Décédé sur la table d’opération- (Docteur Jean-Pierre RIGAL)
FAGUE André 28 ans de nationalité Suisse (- Quoi qu’il en soit, mon âme se repose en Dieu, C’est de lui que vient ma délivrance -)
FERMI Louis 52 ans Directeur général de la S.A.R.L ETAVINOR et du transit Roubaisien Secrétaire-trésorier général de la Ligue d’Alger de natation Vice-président de la Bridja Sports Membre du Bureau des Ligues Fondé de pouvoir de la S.A. DABI. Reconnu à la morgue par le docteur KAMOUN  » décédé d’un petit trou sanglant pré thoracique  »
FERRANDIS Renée 23 ans Domiciliée au Champ de Manœuvre. Employée des P.T.T. Retrouvée à la morgue de Mustapha par son père, tuée de deux balles dans la tête. Elle est décédée sur la table d’opération. Sa sœur Annie, 17 ans, a été blessée d’une balle rentrée dans la fesse et logée dans le ventre et sa sœur Monique, 19 ans et demi a reçu trois balles explosives, l’une dans la fesse, la deuxième a explosé le pied droit et la troisième a cassé le fémur en traversant la jambe. (Un Crime sans assassins). Un tirailleur au moins était doté de ces munitions assez spéciales et il est fort peu probable qu’elles aient été comptabilisées. Elles ne figurent pas dans les pièces officielles qui font le décompte très précis (?) de la consommation des munitions (Francine DESSAIGNE)
FRASQUET Jacqueline 23 ans née SEGUI Secrétaire de Direction à la Direction régionale des Anciens Combattants et Victimes de guerre. Inhumée au cimetière de Saint Eugène, le 30 mars.
FREDJ André 40 ans Comptable aux Économats de l’Armée Domicilié 9 rue Dupuch Inhumé le 28 mars 1962
GALIERO André 35 ans Tué devant son domicile 11 rue Alexandre Ribot
GAUTIER Philippe 28 ans Ingénieur commercial chez I.B.M. France (U.S.A.)
Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve Ancien officier du commando de marine Trépel. Croix de la valeur militaire avec Étoile de bronze Croix de la valeur militaire avec Étoile de vermeil. Ancien lieutenant au long cours de la Marine Marchande. Domicilié à El Biar. Tué d’une balle dans la nuque. Arrivé mourant à l’hôpital. Rien n’a pu être tenté. Décédé dans la nuit, seul. Retrouvé à la morgue sur une table.
GERBY Fernand 43 ans Domicilié 10 rue de l’Estonie. Employé à l’entreprise nord-africaine de Construction – LENAC -
Ancien de l’U.T.A. 155 (XI° B.U.T.) Amicale du département d’Alger des territoriaux
GHIRARDI GIAUSSERAN 27 ans Domiciliée au 4 rue de l’Estonie
GREGORI Faustine Décédée le 10 mai 1962 des suites de ses blessures Domiciliée 21 rue Auber
HUGUES Pauline 66 ans Veuve de René HUGUES, née BERTHON Directrice d’école honoraire Chevalier de la Légion d’honneur Adhérente au syndicat indépendant de l’Enseignement public.
Inhumée le 29 mars 1962 au cimetière d’El Halia. Découverte à la morgue enfouie dans le tas de cadavres grâce à son épaisse chevelure blanche. (Jacques Berthon son neveu)
INNOCENTI Jacques 60 ans Ingénieur E.C.P. Employé à l’E.G.A Officier de réserve Domicilié au 29 boulevard Bru
LADJADJ Abdallah
LANGENDOUR Gilbert 31 ans Professeur au C.C.E.T de Maison Carrée Adhérent au syndicat indépendant de l’Enseignement public Domicilié rue Ernest Renan
LIGNON René 42 ans Commandant pilote en retraite : 14 citations Officier de la Légion d’honneur Croix de guerre 1939-1945 Croix des T.E.O. Croix de la valeur militaire Croix de la vaillance vietnamienne Collaborateur à la Société  » La céramique algérienne  » Domicilié à El Biar Inhumé au cimetière d’El Biar le 30 mars 1962
LORETTI Émile 63 ans dit  » Lorette  » Pâtissier Inhumé à Médéa le 29 mars 1962
LUISI Joseph 65 ans Décédé le 28 mars des suites de ses blessures. Inhumé au cimetière de Bab el Oued, boulevard des Flandres.
LURATI Henri 33 ans Directeur d’école à Birkadem
MAILLE Gilbert 57 ans Domicilié 2 bis rue Clauzel
MASSONAT Jean 38 ans. Tué dans l’exercice de ses fonctions, victime de son devoir. Médecin des Hôpitaux. Chef de service au centre hospitalier et universitaire d’Alger Médecin capitaine de réserve – Croix de guerre 39 – 45 Fusillé à  » bout touchant « Veste perforée et brulée selon un rond avec traces de poudre, large plaie anfractueuse et déchiquetée, littéralement explosée, blessure de dos.
Enterré à la sauvette avec beaucoup de complications administratives. Le préfet VITALIS-CROS demande au Haut commissaire de la République qu’il soit sursis à la proposition de citation à l’ordre de la nation … enquête judicaire en cours… secret-confidentiel
MAURY Marc 29 ans Sous-directeur de la Caisse régionale d’Assurances Sociales agricoles. Domicilié 12 boulevard Baudin. Tué devant le 6 rue Charles Péguy.
MAZARD Guy 28 ans domicilié 12 rue Courbet Technico-commercial dans l’entreprise familiale de commerce de meubles. Tué sur les escaliers de la Grande Poste. (Bernadette MALINCONI)
Sorti comme vivant de l’hôpital Mustapha, installé à l’arrière de la voiture avec la complicité de l’intendant de l’hôpital (des cousins au congrès de Toulouse) Inhumé au cimetière d’Hussein-Dey
MESQUIDA Jeannine 41 ans Née GAUTRIEAU – mère de 4 enfants. Domiciliée au 5ème groupe du Champs de Man?uvres, épouse d’Alfred Mesquida, grand mutilé de guerre 100%, Chevalier de la Légion d’honneur, cité à l’ordre de l’Armée le 19 avril 1945. Retrouvée au dépositoire du cimetière du boulevard Bru, Chemin des Crêtes. Inhumée le 29 mars 1962.
MOATI Georges 22 ans Inhumé au cimetière de Saint Eugène le 30 mars 1962
MOMPO Roger 48 ans Adjudant-chef en retraite Dirigeant de rugby
MONDA Raymond
MORETTI Jacques
PALANGIAN Lucien 28 ans Décédé le 28 mars des suites de ses blessures.
PIZELLA François 52 ans Chauffeur pour les Pétroles d’Hassi Messaoud. Décédé des suites de ses blessures un mois après (un ami) Domicilié au 4 rue Alexandre Dumas
PUIG Claude 31 ans Retrouvé au dépositoire du cimetière de Saint Eugène Inhumé le 30 mars 962. Tué au niveau du crédit Foncier au milieu d’un groupe de personnes couchées les une sur les autres…(Témoignage)
PUIG Gaston Domicilié 15 rue Michelet
PUIG Marcel 52 ans Adhérent à la Fédération française de gymnastique,Commissions techniques 64 rue Michelet. Madame PUIG était concierge de l’immeuble. Elle a ouvert la terrasse à un groupe de soldats et à leur officier qui y a installé son P.C. pour avoir une bonne vue sur l’enfilade rue Michelet – Grande Poste. Madame PUIG a remarqué d’autres  » P.C.  » sur les terrasses d’autres immeubles (son neveu Robert PUIG)
PUIG Paul
PUIGSERVER Domingo 64 ans Né à Bénissa en Espagne
RAZES Alain Pierre 32 ans Domicilié à El Biar – La Résidence -
RICHARD René 47 ans Directeur de la S.A.E.M.A.F., succursale de la société A.F.A.T. A de Courbevoie Officier de réserve – Croix de guerre 1939 – 1940 Inhumé le 29 mars au cimetière de boulevard Bru Après une longue attente, amené à Mustapha par un G.M.C. où les militaires ont entassé les agonisants et les blessés (Madame Richard)
ROCH Henri 26 ans 2 rue Lulli – quadich à 8 h. 30
SANCHIS Gaspard 64 ans
SANTACREU Joaquim 45 ans
SERRANO Adolphe 42 ans Peintre en bâtiment Domicilié au 2 rue Rigodit
TORRES Michèle 20 ans Inhumée le 28 mars 1962 à Hussein-Dey. Une messe a été célébrée à Hussein-Dey le 26 avril 1962 en présence du  » lycée Pasteur  »  »  »  » . ? (Dans le Livre Blanc : la douleur de son père)
VAN DEN BROECK Georges 55 ans Expert Comptable. Domicilié au 21 rue Auber Commissaire aux comptes près les Cours d’appel. Officier de la Légion d’Honneur. Commandant de réserve Croix de guerre T.O.E. Croix de guerre 1939 – 1940 Officier du Mérite militaire Directeur financier de l’Union Industrielle Africaine
Dans la nuit du mercredi au jeudi, soit du 28 au 29, les corps de 5 victimes ont été transportés au cimetière d’El Biar pour être inhumés à 8 h. 30. Tué devant les magasins Claverie et Romoli, angle rue d’Isly/rue Chanzy par des tirailleurs accourus depuis l’avenue Pasteur.
VENGUT Jean 64 ans Né à Bénissa en Espagne. Retraité. Domicilié au 22 rue Alfred Lelluch.
Tué chez lui, au sixième étage par une rafale en éventail qui a criblé la façade et traversé les volets faisant 21 points d’impact dans l’appartement, à hauteur d’homme. Tué par une balle qui est entrée dans la joue et qui a traversé le cervelet.
ZELPHATI Elie-Paul 40 ans Croix de guerre 1939 – 1945. Blessé lors de la libération de l’Alsace. Cogérant du Stanley  » 107 rue Michelet.
Tué à son domicile 8 avenue Pasteur, plus d’une heure après la fusillade, par une balle reçue en pleine tête – derrière l’oreille – lui faisant éclater la boîte crânienne Transporté à la clinique Lavernhe, son frère a voulu le reprendre pour le veiller. Mais il était interdit de garder les victimes chez soi. Grâce à un ami au commissariat de police cela a été possible en entourant de bandages la tête, le faisant passé pour blessé. Mais dès le lendemain un 4/4 de l’armée est venu récupérer le corps. Le corps a été rendu à la sauvette au dépositoire d’Hussein-Dey.
Il faut ajouter à cette liste (Réf. Francine DESSAIGNE : Un crime sans assassins) de jeunes victimes trop gênantes pour paraître dans une liste officielle.
Selon les déclarations du docteur André FOURRIER, Médecin à l’hôpital d’El Kettar, Professeur Émérite, Doyen Honoraire de la Faculté de médecine de Lille en date du 22 février 1993 et du Professeur Paul LEBON, chef de service O.R.L. à l’hôpital Mustapha :
Une fillette d’environ 10 ans
Une fillette d’environ 8 ans
Deux sœurs, vêtues d’une robe rouge, vues parmi les cadavres à la morgue, fusillées à bout touchant, non identifiées,  » victimes escamotées  » …
et
Une femme européenne non identifiée
Un bébé européen non identifié
selon le témoignage de Suzanne CAZE AVELIN, une amie d’enfance, toutes deux anciennes élèves de l’externat de l’Assomption, demeurant à la fin de la rue d’Isly. Réfugiée dans un magasin de puériculture, son amie avait caché son petit enfant dans une poussette en exposition, poursuivie et achevée d’une rafale par un tirailleur.
X Musulman non identifié
X Musulman non identifié
X Européen non identifié
X Européen non identifié
En ce qui concerne les noms imprimés en bleu, je ne possède et je n’ai trouvé aucune preuve concrète de leur décès.
Je n’ai retrouvé d’actes que pour 7 jeunes seulement, âgés de 20 à 23 ans. Lorsqu’on regarde bien les quelques photographies présentes sur les sites, de nombreux très jeunes gens apparaissent.
Simone GAUTIER
14 avenue de France
06400 Cannes
simone.gautier@free.fr
Liste des blessés

Mis en page le 24/07/2007 par RP

Articles similaires

Tags: , , , ,

3 Reponses to “Nous ne connaissons pas tous les noms des victimes du 26 mars 1962 à Alger ni leur nombre exact”

  1. Michel Lipowski dit :

    Merci à Simone Gautier pour de travail de mémoire.
    Peut être un jour avec un peu de chance découvra t-elle un ou dss documents permettant d’avoir plus de preuves, la providence sourit à qui persiste.
    Pour ma part, je retrouve dans cette liste le nom du père de mon copain de classe à l’ORT Marseille 1963/1964″André Fredj ». Maurice Fredj son fils avec qui j’ai partagé une amitié sincère durant cette année de scolarité, habitait Boulevard Rabateau avec sa mère veuve suite à la fusillade de la rue d’Isly.
    Cet épisode tragique de la guerre d’Algérie sera toujours une plaie ouverte dans le coeur de ceux qui l’ont vécu et dans le coeur des familles des victimes, mais pas seulement. Car cette action visant à mater la rebelion française contre les accords d’Evian et la trahison à sa parole du Grand mufti de Colombey les deux mosquées, met directement en cause la mémoire de celui que les français vénèrent. Ils sera très ardu de faire surgir cette vérité historique. La thèse trés officielle est, que c’est l’OAS qui a ouvert le feu sur les soldats français, déclenchant le massacre incontrôlé des civils par les tirailleurs algériens. Ceux ci allant chercher les victimes jusque sous les voitures ou dans les boutiques et immeubles et les massacrant sans pitié, la soif de sang et de carnage collective dégénèrant en frénésie de meurtre incontrôlée.
    De Gaulle et ses barbouses sont derrière ça avec le SAC et Christian Fouchet qui fut du 19 mars au 3 juillet 1962 haut commissaire du gouvenement en Algérie française et certainement le bras armé de De Gaulle en Algérie durant cette courte période.
    J’avais quinze ans en 1962, j’habitait Marseille, mon père avait beaucoup de cliens pieds noirs et nous avons été informés dans l’heure de la tragédie de la rue d’Isly.

    Je souhaite bonne chance à Simone dans sa quête des responsables, mais des coupables me parait plus juste.
    Certes la décolonisation était inéluctable, les amis de monsieur Mélanchon ont refusé de suivre la même voie que le royaume uni qui a en son temps et en heure su se retirer de son empire colonial »1954/1958 gouvernement socialiste ».
    De Gaulle a géré cette crise en sacrifiant durant trois ans encore des jeunes français. Sur le terrain après les offensives du général Challe, la partie était quasiment gagnée sur le terrain.
    La face cachée du général est rouge du sang de la trahison à sa parole, le sang des appelés tombés pour rien de 1958 à 1961, celui des pieds noirs et des musulmans. Mais encore des 150.000 harkis abandonnés aux couteaux de leurs égorgeurs par cet homme sans honneur.

  2. gozlan lucien dit :

    Bravo a la personne
    qui a place ce rappel du texte de SIMONE GAUTIER, dont le mari a ete tue sur les marches de la Grande Poste d Alger, au massacre des Europeens le 26 mars 1962, par une patrouille composee uniquement de musulmans, pour faire le travail qu aucun militaire francais n aurait ete capable de participer a une boucherie pareille????/
    C est une honte pour le drapeau Francais, d avoir par vengence sur le bouclage de bab el oued, ordonner a ces soldats musulmans de tirer dans le dos de ces manifestants qui avaient organise une marche Pacifique pour denoncer le bouclage et mis toute une population dans une situation catastrophique.
    Gozlan Lucien

  3. simonviolet dit :

    est-ce que françois hollande porterait une rose rouge,à la mémoire de tous ces morts,comme il l’a fait pour la manifestation du 17 octobre?
    ou est-ce qu’il s’en fiche,comme tout le monde,parce que l’essentiel des victimes étaient européennes et que ça ne compte pas
    est-il d’ailleurs seulement au courant de ce massacre,et de tous les autres?
    il n’y a de roses que pour le FLN

    le témoignage de cette veuve est très touchant,son mari est assassiné et il n’y a ni responsable ni coupable,elle se bat contre des moulins à vents;
    l’indépendance de l’algérie était peut etre inévitable,mais pas en massacrant et chassant ainsi les gens

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>