pub2011

Arnold Lagémi

Arnold Lagémi

Pour introduire cette courte réflexion sur l’œuvre considérable accomplie par le Président Sarkozy, il ne serait pas déplacé de mettre en avant deux évidences flagrantes et singulières: les difficultés conjointes rencontrées tant par Nicolas Sarkozy que par …l’Etat d’Israël pour maîtriser les techniques de communication et savoir promouvoir  réformes, progrès et améliorations présentement distillées avec une telle insignifiance, qu’elles semblent vaines, voire inexistantes.

Et cependant, une telle perspective est loin d’être le cas. L’œuvre est immense. Elle impose d’être exposée en laissant le lecteur tirer les conclusions. Cette étude se limite volontairement à des faits empruntés à l’excellente étude publiée dans ces mêmes colonnes par Jean Marichez (http://www.terredisrael.com/infos/?p=47198).
Bien entendu, la liste est loin d’être exhaustive, mais la teneur de ses éléments est d’une telle tonicité, d’un tel poids,  qu’elle suffira à renforcer la conviction de celles et ceux qui renouvelleront leur confiance à Nicolas Sarkozy et aidera à balayer les derniers doutes de ceux qui s’interrogeaient encore….
Regardons de plus près.
Le Président Sarkozy a accompli :

DOMAINE JUDICIAIRE
- La possibilité offerte à tout citoyen de saisir le conseil constitutionnel.
- Il a procédé à des changements constitutionnels : Le Président ne disposera que d’un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Le Président verra ses pouvoirs réduits à l’avantage du Parlement.
- Les députés disposent du droit de fixer un tiers de l’ordre du jour de l’Assemblée.
- Les deux chambres se réuniront à Versailles, une fois par an pour entendre le Président de la République.
- Possibilité de saisine du Conseil supérieur de la magistrature pour tout écart ou abus de l’autorité judiciaire.
-
Mise en place de la réforme des collectivités territoriales et réduction du nombre des élus.

- Redéfinition des cartes judiciaires.
- Policiers et gendarmes dépendent d’une seule autorité.
- Crimes et délits s’élucident à hauteur de 50%. 17% de réduction de la délinquance, 40% des homicides, 28% des atteintes aux biens, 40% de la délinquance de proximité.
- Le budget de la Justice est augmenté de 20% avec 1300 postes supplémentaires.
-
Les prisons se voient dotées de 9400 places supplémentaires.
- Création de « peines planchers » de rétention de sûreté et de traitements préventifs pour empêcher les récidives.
- Plus grande maîtrise de l’immigration avec 32000 reconduite aux frontières de clandestins, naturalisations en chute de 30% .
- Depuis 2007, 300 000 contrats d’intégration signés

REFORME DES RETRAITES
Mesure impopulaire sur laquelle un consensus était établi mais que personne avant Nicolas Sarkozy n’avait osé affronter. A cette occasion, il a rétabli le fonctionnement des institutions démocratiques  en ne cédant pas à la pression de la rue.

PAIX SOCIALE,  APAISEMENT SOCIAL, INQUIETUDE BANCAIRE
- Création du « service minimum » lors de grèves dans le secteur public.
- Le président Sarkozy a refusé de taxer nos transactions bancaires, pratique usitée en Allemagne.
- Il a garanti les crédits des banques, décision essentielle qui a enrayé trouble et panique pour les épargnants.
- Réunion des ASSEDIC et de L’ANPE ;
- Changement des règles de la grande distribution et instauration d’une nouvelle autorité renforcée de la concurrence.
- Augmentation de 4% du pouvoir d’achat des Français durant le quinquennat
.
- Diminution de un million du nombre de personnes qui gagnent moins de 15 000 euros par an.
- Revalorisation de 25% sur 5 ans de l’allocation adulte handicapé

MESURES FISCALES
- Suppression de la taxe professionnelle.
- Triplement du crédit d’impôt (qui soutient la recherche) et occasionne afflux de capitaux privés vers l’enseignement.
- Refus d’augmenter l’impôt.
- Délais de paiement raccourcis pour les entreprises.
- Aide aux PME par les contribuables qui veulent alléger leur ISF.
- Aide aux associations d’utilité publique, par les contribuables qui veulent alléger leurs impôts.
- Lutte contre la spéculation, l’excès de pouvoir des paradis fiscaux.
- Les difficultés à ce sujet viennent de l’obstacle à conclure des accords internationaux.
- Etablissement audacieux de la taxe TOBIN  pour atténuer l’incohérence des transactions financières.

- Le président Sarkozy se voit reprocher d’augmenter le déficit public mais une mesure de sauvetage s’imposait,  suite à l’affaire des subprimes.
- On lui a reproché des mesures fiscales favorables aux Français fortunés. Il n’est, cependant, pas difficile de comprendre que c’était le seul moyen d’empêcher l’argent et ceux qui le possèdent de quitter le pays. Alors qu’on lui reproche de favoriser le capital et de ne pas le taxer autant que le travail, il a fortement augmenté les taxes sur le capital afin de les mettre à peu près au même niveau  (34,6%)
Ces taxes étaient de 10% de moins sous Lionel Jospin. Idem pour l’impôt sur la fortune qu’il a maintenu globalement mais en sortant seulement les propriétaires de logements dont les valeurs sont conjoncturellement trop élevées du fait de la  crise du logement. La baisse de recettes a été  totalement compensée par l’augmentation de la fiscalité sur la transmission du capital.
- La transmission du capital est taxée plutôt que le capital lui-même.

Il a décidé de soumettre à l’examen de la Cour des Comptes les finances de l’Elysée.

EMPLOI
- Le président Sarkozy privilégie la « relance de l’économie » par l’investissement et non par la politique de la « main tendue » qui apaise en surface mais aggrave en réalité.
- Aide à un secteur vital de l’économie : l’industrie automobile.
-
Réduction de 160 000 fonctionnaires : mesure efficace pour l’emploi.
- Création de 2,5 millions d’entreprises accompagnées de mesures incitatives.
-
L’emploi devient flexible par les ruptures contractuelles réhabilitées.

- Les demandeurs d’emploi ne peuvent plus refuser plus de deux offres sans perdre indemnités et avantages.
- L’apprentissage est développé en lieu et place de la poursuite d’études inutiles.
- Mesures essentielles pour favoriser l’agriculture, permettant de surmonter la crise : installation de de 7000 jeunes par an, maintien de la PAC.
- Allègement des charges sur l’heure de travail agricole qui de 12,81 euros passe à 9,43 payée par une taxe sur les sodas de 0,02 euros par boisson (canette)
- Amélioration des recettes agricoles par la création d’un minimum avec extension pour le conjoint.

LOGEMENT
- La loi Scellier , prêt à taux zéro, encourage la construction.
- Durant le quinquennat,  création de 2 millions de logements dont 600 000 logements sociaux.
-
Modification de l’indexation qui permet la modération des loyers.
- Création du droit au logement opposable
 : 34974 ménages ont pu, après recours, disposer ainsi d’un logement.
- Augmentation du budget de logement des sans abri de 30%.

POLITIQUE ETRANGERE
- Un faux pas : l’entrée de la Palestine à L’UNESCO.
- Signes d’amitié manifestes à l’Etat d’Israël.
- Efficacité dans le conflit géorgien 
- initiatives militaires heureuses en Côte d’Ivoire et intervention militaire déterminante en Lybie.
-
Création du G20. Cette instance atténuera l’égoïsme de chaque nation fortunée.
-  Traité de Lisbone, heureuse démarche pour gérer la crise européenne après les referendums négatifs  de France et des Pays Bas.

EDUCATION/JEUNESSE
- Annoncés en Mars 2010, onze établissements de réinsertion scolaire fonctionnent désormais  (150 élèves de 13 à 16 ans ont rejoint ces structures. 9 autres sont prévus en 2011.
- Forte augmentation des bourses et des logements pour étudiants.
- Effort considérable et sans précédent en faveur de la Recherche et de l’Université.
- L’autonomie de l’Université réclamée depuis 1968 par Pierre Mendes France, grand dirigeant de gauche .

Divers
-
Suppression de la publicité à la télévision publique : 20 mn sont ainsi gagnées chaque jour.
- Revalorisation du salaire des enseignants  (équivalant à un treizième mois) en contrepartie de leur réduction en nombre.
- La loi de représentativité syndicale qui favorisera le dialogue social.
- Redéfinition de la carte des villes de garnison que personne n’osait réaliser.
- Redéfinition de la carte hospitalière.
- Mise en chantier de de la modernisation du Grand Paris.
- Création du service civique volontaire (15 000 jeunes engagés pour 45 000  demandes en 2011 et 75 000 en objectif 2014     
 etc….etc….


Pour conclure. Je rappellerai les paroles d’André Malraux que je vis et entendis proclamer  à la dernière campagne présidentielle opposant Charles de Gaulle à François Mitterand « Si vous êtes malade, préfèreriez-vous confier votre santé à un jeune médecin inexpérimenté ou au Docteur Schweitzer. »  Ces propos s’appliquent précisément à la question de ce jour.

www. arnoldlagemi.com        www.terredisrael.com

Articles similaires

Tags: , ,

34 Reponses to “Nicolas Sarkozy, 931 réformes, Qui a fait mieux ?”

  1. montes dit :

    bonjour! en tant que Français, j’ai mon avis sur notre president precedant, en fait il a fait revenir la France au 17e siecle, quand on supprime les hôpitaux, la poste, les écoles,la gendarmerie et la police idem pour l’armée. je ne pense pas que cela soit un progrès mais une recession,de civilisation qui plus est ,et je ne vois pas en quoi les hébreux de France été plus en securité avec Sarkozy, quand a la politique étrangère avec Sarko c’etait surtout du vent….comment avoir du poids dans des negociations quand on a une armée a l’agonie?
    Quand on détruis l’industrie de l’armement nous releguant ainsi au niveau d’un pays du tire-monde?

  2. Si Israël ne pesait pas dans mes choix je ne fréquenterais pas ce site, cher Arnold.
    Aurait-il toute une tribu de petits enfants circoncis que je ne voterai pas pour Sarkozy. C’est ainsi! Ce mégalomane et narcissique personnage n’aura jamais mon adhésion au jeu ambitieux du pouvoir et de la domination qu’il maîtrise de piètre manière.
    Ses propos ne sont que de la poudre aux yeux pour attirer le vote juif. Pour les actes on repassera!
    Je ne considère pas qu’Israël n’est fort que dans la solitude, peut-être me suis-je mal exprimé, mais entre un Giscard qui regarde Israel à la jumelle du territoire jordanien,un Chirac qui pète les plombs dans les souks de Jérusalem, un Sarkozy qui vote en faveur de l’adhésion palestinienne à L’UNESCO et au vu de la politique frileuse de tous les dirigeants français à ce jour, Hollande ne peut faire pire. Quant à Aubry, je vous l’accorde. Cher Arnold, les pionniers d’Israel comme vous l’avez si bien écrit,étaient bien, eux aussi, socialistes!
    La France a besoin de renouveau, d’une impulsion salvatrice qui tourne la page des dégâts causés par le sarkozysme. Je ne suis l’homme d’aucun parti mais la politique du « camarade » Sarko m’a conduit de manière inéluctable vers François Hollande.
    Que D.ieu vous garde, mon cher Arnold! A bientôt.

  3. Arnold Lagemi dit :

    Cher Alain,
    Mais que dîtes vous? Nicolas Sarkozy, en 2011, à l’avant dernier dîner du Crif a tenu des propos qu’aucun Président ou dirigeant Français n’avait envisagés: « les racines juives de la France sont antérieures à la christianisation du pays. »
    Au dernier dîner du Crif et à Villepinte, il a confirmé qu’israël est un « miracle de démocratie et de volonté » Vous n’y voyez que calcul? Georges Frêche, la grosse gueule du socialisme reconnaissait le sionisme de Sarkozy. Vous non? Gardez vous de systématiser! Israël n’est grand que par l’union de tous ses fils. Et la force de son armée en est la résultante, pas la cause! L’élimination des députés Juifs PS de Paris ne vous choque pas? L’implication personnelle de Martine Aubry dans le conflit israélo palestinien, non plus? L’alliance du PS avec d’irréductibles anti sionistes, aussi? Vous n’avez pas réagi aux propos de Sarkozy sur sa compréhension d’un amour bilatéral.
    Pourquoi, cette systématisation de l’adhésion? Etes vous sûr dans ces conditions de garder votre âme, je veux dire votre liberté de penser?
    Si vous me retournez la critique, je vous dirais que j’ai rendu ma carte de membre de l’Union des Jeunes pour le progrès (jeunes gaullistes » dès l’annonce de l’embargo gaulliste de 67. Depuis, en dépit des apparences, je ne suis l’homme d’aucun parti.J’ai du « détruire les idoles de mon père » devant l’anti sionisme du général.Et dès le lendemain de l’entrée de la Palestine à l’Unesco, j’ai écrit « J’ai honte de la France. »
    Avez vous conscience du sens de vos propos considérant qu’Israël n’est fort que dans la solitude. Mais à moins de renoncement, vous faîtes partie de cette solitude. Je pense avoir le droit de vous dire qu’il ne faut pas, d’un revers de main, éloigner cette faible voix qui nous vient de si loin et qui a traversé tant d’orages,et dont nous nous souvenons, dans les bons comme dans les tragiques moments souvent en la balbutiant « Chema Israël, Hachem Elokénou, Hachem Ehad. »
    Je ne sens pas peser dans vos choix Israël et cela m’afflige. Je dois me tromper. Vous et moi avons un brin d’histoire commune. Et je ne crois pas à la gratuité de sertaines rencontres.Alors, dîtes moi ce que vous DEVEZ me dire. Que, vos critiques, à mon sens, partisanes, ne vous empêcheront pas de faire entendre parmi vos nouveaux amis, cette voix que j’évoquais tout à l’heure qui reste le « bouclier d’Israël ». Donnez moi l’assurance que vos convictions socialistes ne vous conduiront JAMAIS à croiser le mépris sur la tombe de vos aïeux.
    J’ai eu satisfaction à bavarder cette nuit avec vous Alain. Et, pour conclure, permettez: De ma fenêtre entr’ouverte, je distingue quelque clarté sur la mer, le jour va se lever sur la terre d’Israël. Déjà les vrombissements d’hélicoptères descendant vers le Sud, indiquent que nous sommes en guerre. Un vieil homme marche sur le sable. Il tient un enfant par la main. Ils vont probablement pêcher. Des images de vie que je vous envoie simplement en gage d’amitié.
    Ne donnez pas tout à l’étranger, gardez un peu de vous pour nous !!!!!
    D.ieu protège Israël !

  4. Je me garderai bien de donner conseil à quiconque, mais pour mon compte personnel ce sera le candidat du PS. Israël ne doit compter que sur lui-même et sera toujours fort et solide grâce à Tsahal, nul besoin d’attendre un soutien extérieur, on connaît la chanson. Pour la politique française je choisis Hollande!

  5. Ne serait-ce par ce qui suit, Nicolas Sarkozy ne mérite aucune louange et certainement pas les miennes.
    Nous sommes en période électorale et tous les coups sont propices à la récupération et les promesses (non tenues) le président-candidat est passé maître dans l’art des déclarations, des manipulations et des mesures qu’il n’honorera pas.
    Pourquoi avoir attendu le meeting de Villepinte?
    Oublié, le vote français à l’ UNESCO?
    Oublié, le silence français suite aux actes anti-juifs à Roissy et ailleurs?
    Oublié, le Quai d’Orsay acquis aux thèses palestiniennes?
    Oublié, le silence permanent de Nicolas Sarkozy sur Israël tout au long de l’année?
    Et subitement,en deux tirades et trois couplets les juifs devraient être acquis à sa cause et lui apporter leur suffrage? ON est en plein nuage hallucinogène!
    Il est révolu le temps ou les Juifs adoraient le veau d’or et Nicolas Sarkozy n’est pas le Moïse des temps modernes!

  6. Arnold Lagemi dit :

    POUR ALAIN KARSENTY
    Ainsi que vous l’avez remarqué ce site se nomme TERREDISRAËL. Et sauf erreur de ma part, je n’ai pas lu votre point de vue sur ce qui, pour nous, Juifs, est, tout de même important, la politique moyen orientale de la France et, notamment votre sentiment sur les propos signuliers et inhabituels du Chef de l’Etat sur Israël: « miracle de démocratie et de volonté. »
    Le créditez vous d’amitié pour Israël? pour les Juifs? Premier Président à avoir un petit fils circoncis…Que pensez vous de son hommage solitaire au cardinal Lustiger? Comment jugez vous son appréciation sur la bi nationalité, déclarant lors de la remise de la Lagion d’honneur au Grand Rabbin de France « Juifs, n’ayez pas honte d’aimer Israël et d’avoir deux patries? » Sont ce là aussi traces du Sarkozisme? Puis je me permettre une question personnelle. Si nous vous suivons, pour les présidentielles, que ferons nous, si par un choix malheureux nous éliminions Sarkozy? Conseilleriez vous le candidat PS (rappel: les députés juifs de Paris, au panier,) avec une politique, on peut le craindre plus favorable aux Arabes qu’à Israël, ou Marinne le Pen, fille de JMLP, fondateur du FN ?
    Cordial Chalom

  7. jay63 dit :

    Bien envoyé!! j’adhère totalement, même si la charge aurait pu être encore plus dure…il y aurait tant à dire. Merci en tout cas de m’aider à faire comprendre qu’un nombre de réformes ne vaut rien sans leurs analyses au cas par cas.

    Malgré ce que pense Arnold, j’ai bien peur que les récentes prouesses sémantiques de notre hyperprésident (des riches)à l’égard d’Israel ne suffisent pas à lui faire rencontrer la grandeur.

  8. Arnold Lagemi dit :

    Ne serait ce que par ce qui suit, il mérite nos louanges:

    Nicolas Sarkozy : « Israël miracle de la volonté et de la démocratie »

    On ne peut être plus clair ! Lors du discours récent à Villepinte, Nicolas Sarkozy a précisé sa pensée à propos de l’assimilation d’Israël à un miracle, terme qu’il avait déjà employé au dernier dîner du Crif.

    « Israël, ce miracle de la volonté et de la démocratie » Cette redite d’un mot guère usité dans la pensée laïque confirme les domaines où les réalisations de l’Etat Juif rejoignent le merveilleux, le surnaturel, le miraculeux : la volonté et la démocratie.

    La volonté d’être ce qui est sa vocation et son ambition : l’Etat qui a la volonté de préserver son caractère Juif.

    Et la démocratie, où le Président Sarkozy admet implicitement que la volonté d’en préserver les signes, valeurs et caractéristiques en période d’agression incessante, relève d’une manière d’être peu naturelle. Dans la mesure où la retenue des forces armées israéliennes restant exceptionnelle, dans le souci du respect de la démocratie, est conférée à celle-ci une dimension rarissime où savoir et vouloir l’appliquer tiennent et relèvent du miracle.

    Il est remarquable et significatif que le Chef de l’Etat à très peu de temps d’intervalle emploie à deux reprises le mot « miracle » pour désigner l’Etat d’Israël.

    Beaucoup de chemin parcouru depuis : « Peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur. » Et puisque vous citez l’Empire, sachons distinguer le visionnaire plus que le politique, tout comme Victor Hugo, enfant rencontra le géant: « Ce siècle avait deux ans et déjà Napoléon perçait sous Bonaparte! » C’est dans la singularité de son rapport à Israël que Nicolas Sarkozy rencontrera la grandeur!!!
    Amicalement vôtre

  9. La création d’Israël est certainement un miracle, je vous l’accorde.
    L’élection de Nicolas Sarkozy, par contre, ne tient pas du miracle mais d’une erreur historique dont le peuple français ce serait bien passé!
    Je ne reprendrai pas une à une les 931 « réformes » ( qui ne sont qu’accélération et amplification d’un rythme et d’une violence sans précédent)qui ont paupérisé une bonne partie de la société française, y en aurait-il même 1000, 2000 ou 3000 aucune, je dis bien aucune n’a pris ou ne prendrait en compte les difficultés que rencontrent nos concitoyens au quotidien. Elles ne sont que suppression « d’acquis. »
    Prenons par exemple le RSA supposé lutter contre, je cite, « les trappes à inactivité », les grands oubliés sont les personnes âgées et les handicapés inaptes au travail. Pourquoi ne pas leur garantir aussi un revenu supérieur au seuil de pauvreté (817 euros en 2005 pour une personne seule), alors qu’en 2007 le « minimum vieillesse » n’est que de 621 euros tout comme l’allocation adulte handicapé.
    Pour Sarkozy l’important n’est pas la réforme mais le fait de faire une réforme et les effets d’annonce que cela permet. Si les mesures prises sont en contradiction avec les principes affichés cela importe peu puisque la rapidité avec laquelle il passera à une nouvelle annonce empêchera ses contradicteurs de le démontrer.
    Ainsi, le grand show à la gloire du maître a eu lieu ce weekend à Villepinte. Il a réuni tous les barons de la droite et du Sarkoland venus écouter la bonne parole. Des artistes ont pris la parole, Enrico, meilleur sur une scène que sur un podium de l’UMP nous léchouillant que Sarkozy est un ami qui ne trahit jamais ses amis. Pardon Enrico, mais Chirac, Pasqua, Balladur, De Villepin etc.… n’ont-ils pas été trahis par l’ami Sarkozy? Et que dire du grotesque Depardieu :  » Je n’entends dire que du mal d’un homme qui ne fait que du bien ». Ce même Depardieu qui l’espace d’un instant a joué le garde du corps ou plutôt « the bodyguard » de Carla Bruni-Sarkozy. Pathétiques! Ils étaient tous pa-thé-tiques, ne leur manquait que le cirage et la brosse.
     » J’ai compris, » « J’ai appris », Aidez-moi! Drôle de plaidoyer pour un président qui demande de l’aide. Se sent-il perdu? Il faut croire que oui!
    Le Président du » peuple et des travailleurs » qui à peine élu confisquait et annulait le « non » souverain du peuple français au scrutin du 2 mai 2005 sur le traité constitutionnel européen. Un vrai démocrate!
    Le Président du « peuple et des travailleurs qui s’affiche ouvertement avec les plus redoutables patrons
    sur le plan social-Arnault, Lagardère et Bouygues et tout le CAC 40 et veut faire croire aux travailleurs modestes voire aux pauvres qu’il est de leur côté. Il lui suffit de parler de « travail, d’assistés et de parasites pour qu’une partie du pays adhère à ces vues simplistes et manichéennes. Jamais il n’y eut une telle manipulation idéologique de cette ampleur!
    Nicolas Sarkozy n’est pas socialiste. Il n’est pas gaulliste. Il n’est pas républicain. Nicolas Sarkozy n’est pas de droite, il n’est pas de gauche. Nicolas Sarkozy est l’homme de l’Empire sarkozien. Certains journalistes ou esprits malins ont voulu couronner Sarkozy d’un chapeau « Bonaparte ». N’est pas Napoléon qui veut! Il lui en manque! La taille n’a jamais suscité le génie!
    Mon cher Arnold comme vous le dites souvent et ce, à juste titre, en période de danger et de difficultés la France a su enfanter des hommes pour sauver, et libérer le pays. Il est temps que se lève le Rédempteur, le Sauveur l’homme qui tournera la page de cette douloureuse « ère Sarko », une ère véritablement suicidaire.
     » Nicolas Sarkozy, 931 réformes, qui a fait pire? Qui pourrait faire pire? « 

  10. Arnold Lagemi dit :

    Si, justement la nicotine a des effets bénéfiques sur cette saloperie de Parkinson qui a croisé ma route voici bientôt quinze ans.
    En lisant votre dernier sursaut, je souris et pense à ce mot fameux de Clémenceau: « Dans la paix comme dans la guerre, le dernier mot est à ceux qui ne se rendent jamais! »
    A bientôt Ayin et merci pour votre sourire!

  11. AYIN BEOTHY dit :

    sans rancune, en effet.
    Avec une remarque enveloppée d’un sourire : l’usage d’amphétamine (nicotine) ne vous pourtant pas permis de penser clairement, presque jusqu’au bout ?!
    Shalom

  12. gozlan lucien dit :

    Pour Arnold Lagemi,
    Non, ma remarque je ne la trouve pas deplacee.
    Beaucoup d encre pour un sujet apres tout banal.
    Moi, cela ne m a meme pas donne envie d en tirer une!!!!!!!
    Pour tout le don de soi, que le President SARKOZY a offert a SA POLITIQUE dans sa fonction presidentielle, il a reconnu qu il avait fait une seule erreur?????????
    La FONCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE DOIT ETRE AU DESSUS des preocupations du PEUPLE FRANCAIS.
    Je croyais que c etait la cigale qui savait chanter et danser ou alors peut etre avez vous pense a son ange????????
    Aller sans rancune, vous le savez que j aime bien la plaisanterie et j espere que mon cote taquin n egrattine en rien la sympatie que nous avons reciproquement.

  13. Arnold Lagemi dit :

    Pour ma part exclusivement j’estime votre commentaire déplacé.Le débat était utile et enrichissant et votre appréciation n’est guère encourageante.Et si la « montagne a accouché d’une souris », celle ci était cultivée et a transmis aux lecteurs des connaissances que vous aviez déjà probablement.
    Une tradition hassidique enseigne que lorsque deux personnnes échangent sans violence, l’ange de service chante et danse.

  14. gozlan lucien dit :

    Pour Arnold et Ayn Boethy,
    Bravo pour vos commentaires, vous avez reussi a declencher une tempete dans un verre d eau???????????
    Pour moi, et sans vouloir donner raison a l initiateur du sujet????? ou peut etre a Ayn Boethy de defendre son choix..????LE BETAR……
    Moi, je choisirai plutot cette expression…????
    C EST LA MONTAGNE QUI A ACCOUCHE D UNE……..SOURIS!!!!!!!!!!!!!!!

  15. Arnold Lagemi dit :

    Vous faîtes du remplissage! Je n’insiste pas!
    Outre le sujet et la façon avec laquelle nous l’avons abordé, vous serez probablement surprise si je vous disais que j’ai pris malgré tout intérêt (je n’ose dire plaisir) à notre « commerce ».
    J’aime bien après un débat m’imaginer le visage et l’allure de mon interlocuteur (trice)
    Vous m’avez énervé à un point tel que j’ai fumé presque sans arrêt. Cela ne m’était pas arrivé depuis….
    J’ai apprécié votre ténacité et j’espère que vous me rendrez la monnaie sur le gros billet enrubané de sympathie ue je vous adresse.
    Sans rancune surtout
    Bien cordial et amical Chalom d’Israël
    Arnold

  16. AYIN BEOTHY dit :

    post scriptum :
    excellent article de Raphaël Delpard à la Metula. Je cite
    « (…)Sarkozy a menti à tout le monde. Ceux qui ont cru en lui n’ont rien obtenu et ont vu leurs espérances s’envoler. Aujourd’hui, devant le désastre annoncé, il essaie de se rattraper aux branches. (…) »

  17. AYIN BEOTHY dit :

    Lisez les textes de Jabotinsky, on verra si vous vous permettez de le qualifier « d’extrême-droite ». Un de mes amis, mort maintenant, avait grandi en Pologne ; il avait hésité entre Hachomer Hatzaïr et le Bétar ; quand il a appris que Hachomer Hatzaïr voulait faire une sélection parmi les Juifs admis à Sion, alors que le Bétar voulait faire bénéficier tous les Juifs sans distinction de l’accueil à Sion, il a choisi le Bétar.
    A part ça, faites lire nos échanges par un tiers qui ne vous doive rien : nous verrons qui, à son avis, se répand en injures et qualificatifs péjoratifs.

  18. Arnold Lagemi dit :

    Miracle avait un sens avant que Koestler ne s’en serve…. Pour celles et ceux dont la tradition juive a un sens, la naissance d’Israël est aussi un miracle.
    Et rien ne vous autorise à affirmer que « miracle » dans la bouche de Sarkozy faisait référence à Koestler, plutôt qu’au sens premier. Je suis surpris que vous vous déclariez disciple d’un homme devenu sioniste après avoir rencontré Zeev Jabotinsky, le leader de l’extrême droite sioniste et qui ne semble pas embarrassé pour écrire à la mort de Jabotinsky en Août 40, dans son journal en prison : « c’est un grand ami qui disparaît. »
    Vous concluez votre commentaire :
    « Quant à mon « fanatisme outrancier » etc…, vous m’accusez de vos travers. Un peu de bon sens, s’il vous plaît ».
    Excusez moi d’être sec et de parler de moi, mais votre incurie m’y oblige. Cette phrase confirme un manque capital de culture littéraire élémentaire. J’ai été correcteur à des examens, membre, voir Président de jury pour entrer dans certaines écoles prestigieuses, tant en France qu’à l’étranger. Je n’en parle, en général jamais, mais là, vous avez dépassé la mesure. J’en ai vu des spécialistes de l’esbroufe, mais à ce point !!!!!
    Avez-vous démontré (ou tenté d’établir) « mes travers » ? Jamais ! Comment pouvez-vous vous prévaloir de « mon fanatisme outrancier » qui, à vos yeux est « mon travers »sans analyse et démonstration ?
    Au nom de quoi faîtes vous appel au bon sens, dont je manquerais ? Où sont la cohérence raisonnée, la démonstration rigoureuse sur lesquelles vous avez obligation de vous appuyer ?
    Vous jouez avec les mots et je ne peux neutraliser des réflexes professionnels. Votre charabia se verra notifier du commentaire qu’il mérite : « Un charabia et une incohérence qui doivent vous conduire à revoir vos bases. »
    Désolé, mais tout cela relève d’un esprit fantaisiste, qui peut faire illusion, mais pas longtemps !

  19. jay63 dit :

    Arnold, je crois qu’il n’y a que vous pour prendre la phrase de Ayin Beothy comme une comparaison entre Hitler et Sarko. C’était juste l’exemple extrème qui permet de dire qu’une idée majoritaire n’est pas intrinsèquement bonne. Bourdieu disait aussi qu’une idée bonne et juste n’avait pas de force intrinsèque pour s’imposer.

    Vous qui avez enseigné l’Histoire pendant 40 ans, que pensez-vous du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans l’éducation nationale, ne pensez-vous pas que des mesures permettant un redéploiement vers les endroits qui en ont besoin ne serait pas plus efficace, d’autant plus quand on voit fleurir l’emploi massif de vacataires débutants…

    Sur la délinquance, tous les chiffres globaux ne veulent absolument rien dire. Doit-on amalgamer, le petit fumeur de joint (qui permet de gonfler les chiffres) et le gros dealeur, les incivilités, la délinquance routière, le grand banditisme…
    Grande question, mesure t-on la délinquance réelle et ses fluctuations ou bien l’activité policière et ses orientations. Bref, ces chiffres ne sont , par essence, qu’un levier d’utilisation politique, à gauche ou à droite, suivant ceux que l’on choisit (même si Claude Guéant a porté ses manipulation au rang d’art, la gauche n’est pas exempte non plus).

    A ce titre, je vous recommande les ouvrages de Laurent Muchielli, sociologue spécialiste de la délinquance et de la criminalité (médaille de bronze du CNRS en 2006) pour vous faire une meilleure idée de la question. Peut être que ces reflexions vous feront prendre du recul par rapport aux éléments de langages gouvernementaux que vous reprenez tels quels.

    Pour ce qui est des valeurs, bien plus que l’exemple bon ou mauvais d’un chef, c’est les possibilités d’entrevoir un avenir et d’avoir du boulot qui motivera les jeunes.

    Pour ce qui est de Sarkosy, les Français l’ont désigné sur la base de ses paroles de candidat, nous verrons ce qu’ils pensent du « chef ». Je ne m’avance pas sur les résultats, mais concernant l »homme, c’est précisément ces résultats qui nous en diront plus sur leur ressenti.

    Je précise que vos dernier messages ne comportent pas de fonction « reply », ce qui n’aide pas à la clarté du site.

  20. AYIN BEOTHY dit :

    « miracle », le mot vient d’Arthur Koestler, l’un de mes maîtres, dans « Analyse d’un miracle », le meilleur livre que je connaisse sur la création de l’état d’Israël.
    Les menteurs ne mentent pas tout le temps…
    Quant à mon « fanatisme outrancier » etc…, vous m’accusez de vos travers. Un peu de bon sens, s’il vous plaît.

  21. Arnold Lagemi dit :

    Concernant l’atmosphère de mes salles de classe, i l y a dans ce site quelques témoignages d’anciens élèves…. que je vous laisse découvrir!
    Avez vous conscience du procédé indigne que vous utilisez? Vous n’aurez pas le dernier mot, car vous vous défendez avec des préjugés puisés dans un fanatisme outrancier et, dans ces conditions, l’essentiel étant de vaincre, fut ce au prix d’une alliance avec l’auteur du Prince, vous vous repliez sur…. mes classes et ce n’est plus Sarkozy qu’on cible mais Arnold Lagémi. C’est honteux, vos maîtres auraient honte. Vous, certainement pas car, pour avoir honte, il faut avoir le sens de l’honneur et votre attaque sur mes classes confirme que vous en êtes dépourvue. Non, je n’ai rien répondu sur le MES; ça ne m’intéresse pas, j’ai reproduit un texte d’un auteur fiable…..
    Puisque l’objet du différend était le président Sarkozy, que pensez vous de son dernier propos sur Israël: « Israël, c’est un miracle! » C’est probablement du n’importe quoi puisque son auteur c’est n’importe qui ????
    N’oubliez pas vos dévotions aux fossoyeurs des libertés!
    NB/ Participer à un débat ne vous autorise pas à dire n’importe quoi. C’est à Madrid 1936, Nuremberg 1938, Vichy 1940, que l’accusation n’avait pas l’obligation de la preuve mais dans des Etats de droit, quand bien même dirigés par des « n’importe qui » thèse ou débat, accuser sans preuve, c’est mensonger probablement, diffamatoire assurément.

  22. AYIN BEOTHY dit :

    je me doutais que citer l’élection d’Hitler vous ferait sauter en l’air, j’ai vérifié : vous n’accordez aucune intelligence à vos contradicteurs. L’atmosphère a dû être belle dans vos salles de classe !
    Vous n’avez rien répondu sur le MES, caché sous le tapis.
    Les chiffres de la délinquance viennent de fonctionnaires responsables et d’observateurs spécialisés, je n’ai pas gardé le détail des sources : je n’écris pas une thèse ici, je participe à un débat. Et ma confiance envers Bernard Maris, Patrick Pelloux (économie, hôpitaux, Charlie-hebdo) et Bertrand Buisson, Jacques Cheminade (économie, Solidarité et Progrès) est bcp plus grande qu’en vous, malgré de bons articles de psy que vous écrivez parfois.

  23. Arnold Lagemi dit :

    Après réflexion, je crois qu’il faut changer de ton, car votre accusation cache mal les conceptions staliniennes en matière de procédure. Prouvez, démontrez l’inexactitude de mes references sur la délinquance. Vous accuserez ensuite! En l’état, le procédé relève d’une pensée de gauche à deux balles, tyrannique et stupide, n’ayant aucun rapport avec la gauche, la vraie, celle de Mendès, par exemple! La vôtre, c’est celle de l’arbitraire, celle q ui multiplie les procès d’intention, qui s’attaque à la personne, « n’importe qui » parce qu’incapable d’affronter un bilan. Il y a des combats indignes. On les reconnaît de loin. Vous y êtes! Continuez, encore quelques coups bas et tordus et vous décrocherez la timballe. Le fanatisme n’est pas plus à droite qu’à gauche. Il est d’abord un état d’esprit!!!

  24. Arnold Lagemi dit :

    Nicolas Sarkozy comparé à …Hitler!!! Le civisme n’a rien à voir avec la dévotion!!!
    Prenez vous la mesure de vos excès? Mais comme disait Talleyrand, « tout ce qui est excessif est insignifiant. » Vous n’approuvez pas sa politique, c’est votre droit, mais insulter le Chef de l’Etat, en le qualifiant de « n’importe qui » est une offense au pays. Celui qui écrit ces lignes a enseigné l’histoire pendant une quarantaine d’années, en insistant sur le respect que l’on doit à ceux dont une des responsabilités serait de conduire les armées, en cas de guerre. Si notre Chef est « n’importe qui »quelle valeur, ou vertu motiveront la jeunesse ?
    L’hymne national sifflé, les couleurs nationales souillées c’est dans la même cohérence. Il est vrai que l’élection ne protège pas de la dictature. Mais est ce le cas? Alors de quoi parlez vous?

  25. AYIN BEOTHY dit :

    l’étendue de votre dévotion envers les institutions et les votes français me sidère… »"mépriser la France au point de considérer que celui qu’elle a mandaté pour conduire son destin était « n’importe qui! » »"…je respecte les personnes dont le travail et/où les découvertes le méritent, une opinion majoritaire, fut-elle exprimée par un vote, n’est pas respectable en elle-même – ou bien je respecterais Hitler mis au pouvoir par une majorité.

    Votre défense sur le quinquennat est pitoyable. Si par ex un homme politique au pouvoir améliore la situation économique, alors que tous désirent et soutiennent officiellement cette amélioration, vous allez les créditer tous de l’amélioration ?

    Vous citez des chiffres sur la délinquance et la résolution de crimes que Sarkozy a bidonnés comme ministre de l’Intérieur avant de les bidonner comme Président. C’est un exemple. Il n’est pas respectable. Désolée que les Français l’ait désigné, c’est quand même « n’importe qui ».

  26. Arnold Lagemi dit :

    Effectivement, je dois lire de travers!!! Mais alors qui serait ce « n’importe qui que l’amour d’Israël ne m’autoriserait pas à défendre »???
    Puisque vous contredire, c’est vous insulter, permettez moi de reconduire cette « tentative de dialogue » qui nn’aurait pas du tenter l’impossible.en s’imiscant parmi nous.
    Bien cordial chalom

  27. AYIN BEOTHY dit :

    un rappel : l’excellent bilan de Jospin en matière de dette, d’équilibre budgétaire, de maintien des services publics ; la situation mondiale n’a pas tellement changé depuis, inutile de l’appeler en excuse, c’est la qualité de nos gouvernants qui a changé ; j’ai cherché en vain un candidat à qui faire confiance concernant Israël et notre avenir socio-économique, à part Jacques Cheminade, trop « petit candidat » pour avoir la moindre chance.

  28. AYIN BEOTHY dit :

    mais si, je vous ai répondu sur le fond en vous offrant la rétrospective concernant le MES : casse sociale, destruction des services publics, engagement dans une dictature européenne oligarchique désignée ne répondant de rien devant personne – et vous me parlez de liberté et d’idéal républicain !
    Je ne vous ai pas répondu en détail, en effet, à quoi bon ?
    Vous lisez de travers et vous injuriez quiconque vous contredit.
    En tout cas, je ne vous autorise pas à parler de « haine d’Israël » à mon égard. C’est indigne.

  29. Arnold Lagemi dit :

    « L’amour d’Israël ne vous autorise pas à défendre n’importe qui » dîtes vous!!!
    Comme si la haine d’Israël vous autorisait à mépriser la France au point de considérer que celui qu’elle a mandaté pour conduire son destin était « n’importe qui! »
    Quant à la paternité de la loi sur le quinquennat, si elle revient à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy l’a toujours soutenue. Sur 931 réformes, je revendique le droit à une erreur dont la portée ne change pas grand chose à un bilan que vous n’osez pas affronter dans le fond. Mais de là à dire que « le reste de votre article est de la même eau » sans y relever d’autres manquements, confirme un esprit mesquin, une attitude partisane et une difficulté majeure à soutenir la contradiction, que votre mauvaise foi tente de contourner par le recours à l’artifice qui ne trompera personne! Il n’était pas utile de mentionner que vous ne vous situez pas à droite. Il eût, par contre était intéressant de savoir si l’idée que vous vous faîtes de la liberté est parente de celle issue de l’idéal républicain…..

  30. AYIN BEOTHY dit :

    Cher Arnold,
    je vous signale que ce n’est pas Sarkozy qui a ramené le mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une seule fois : c’est Chirac.
    Le reste de votre article est de la même eau. Jay63 vous a répondu avec pondération, vous l’accusez avec une vindicte étonnante.
    Un de mes amis, tout à fait de droite contrairement à moi, commentait ainsi l’ordonnance publiée le 15 janvier 2010 qui fait disparaitre le service et la proximité des laboratoires :
    « Le déluge de lois ne sert qu’à en faire passer de pouraves dans le tas. » (voyez la pétition « touchepasamonlabo.com »)
    L’amour d’Israël ne vous autorise pas à défendre n’importe qui – d’ailleurs, regardez Fillon et l’abattage rituel.
    Je vous communique ci-dessous un article qu’on m’a envoyé et que j’ai repris à mon compte, sur le M.E.S. et l’absence de démocratie où nous sommes engagés.

    à transmettre…

    Monsieur le Député, monsieur le Sénateur,

    Comme des millions de personnes dans toute l’Europe, je m’inquiète des dérives autoritaires, des politiques d’austérité et de la casse systématique des services publics qui sont mis en œuvre, sous prétexte d’une dette dont la légitimité n’est d’ailleurs toujours pas questionnée.
    Nous voyons bien la réalité des conséquences de ces politiques en Grèce, où un véritable pillage du pays a lieu.
    Je ne développerai pas cette situation tragique que vous connaissez.

    Je vous écris concernant le traité européen instituant le M.E.S. (mécanisme européen de stabilité) sur lequel vous devrez vous prononcer le 21 Février.
    Vous savez que ce mécanisme donnera des pouvoirs complètement anti-démocratiques à la Commission Européenne.
    Vous savez que les États européens seront soumis à une discipline budgétaire qui obligera à tout vendre, service public après service public.
    À travers ce véritable pillage organisé, c’est toute la cohésion sociale et la qualité de vie dans notre pays, déjà bien entamée, qui seront mis à mal.
    Je m’étonne du silence qui entoure ce traité crucial et m’indigne de l’absence de consultation populaire à ce sujet.
    *Des chèques en blanc à des personnes désignées !*
    Au sein de ce mécanisme, les décisions seront prises par le Conseil des gouverneurs composé exclusivement des ministres des finances de la zone euro. Aucun veto, ni aucune autorité des parlements nationaux n’est prévu sur ces ministres lorsqu’ils agissent au titre de gouverneurs.
    De plus, ils jouiront en cette qualité d’une immunité totale leur permettant d’échapper à toute poursuite judiciaire. Pourtant, ils disposeront alors librement des caisses de l’État qui devra accéder de façon « irrévocable et inconditionnelle » à leurs demandes.
    Il est aussi intéressant de noter que le budget de départ du MES pouvant être réclamé aux États-membres dans un délai de sept jours seulement n’est pas plafonné et peut donc augmenter de façon illimitée sur décision du Conseil des gouverneurs.
    Aucun membre ou employé de cette structure ne sera élu par la population ni responsable devant elle.
    *Une autorité pleine, entière et incontestable !*
    Plus fort encore, le MES peut attaquer en justice, mais pas être poursuivi, pas même par les gouvernements, les administrations ou les tribunaux. Le manque de transparence concerne aussi les documents « inviolables », qui ne seront rendus publics que si le Conseil des gouverneurs le souhaite.
    Négation des compétences fiscales et budgétaires des parlements nationaux, déni des principes de base de la démocratie, impossibilité d’opposer un veto, immunité judiciaire totale, opacité des documents…
    Autant de procédés antidémocratiques qui m’amènent aujourd’hui à vous demander d’adopter une position claire quant à ce traité. Allez-vous l’accepter ou le rejeter ?
    Cette société devient étouffante d’injustice.
    Je vous le demande, Monsieur le député, Monsieur le Sénateur, au nom de la gauche dans ce pays, au nom de la souveraineté populaire, au nom de la justice sociale, au nom de la république et de la démocratie :
    par honnêteté et fidélité citoyennes, je vous demande de rejeter ce texte.

    Bien cordialement Ayin BEOTHY

  31. jay63 dit :

    Mon cher Arnold,

    comme vous l’avez deviné, j’aime le débat et ça m’intéresse moins de débattre avec des gens qui sont déjà complétement d’accord avec moi, sans réponse de la part de ceux avec qui nous sommes en désaccord. Parmi, mes sujets d’interrogations préférés figurent la place des religions dans nos sociétés, la politique, l’économie. J’avoue qu’ici, les sujets de débats sont concentrés en un même lieu. Néanmoins, si je n’interviens sur les sujets ou l’accord est évident, ou bien sur ceux ou je n’ai strictement rien à dire.

    Or vous étes ici, le principal pourvoyeur de billet originaux et argumentés qui abordent mes sujets d’intérêts, voilà pourquoi c’est à vous que je réponds majoritairement, en plus de certains commentaires, car on peut débattre. Je ne crois pas que Daniel Pipes qui me fait également souvent bondir dans les billets qui sont repris ici me répondra malheureusement.

    Quand à nos débats antérieurs, ça me paraissait tellement évident que je n’avais même pas saisi que c’était une question, vu qu’un message sur deux n’apparaissait pas, j’ai été contraint de changer de pseudo tout en précisant à l’époque que c’était bien moi, géraud. Je précise d’ailleurs que votre dernier message sur nos échange entre métaphysique et science ne donnait pas la possibilité technique d’y répondre en propre, pas de « reply » possible, j’y répondrai quand même rassurez vous.

    Nous n’avons clairement pas les même grilles de lecture. Tout comme vous je ne suis pas encarté, mais je me considère de gauche du point de vue économique et progressiste du point de vue des valeur (pour moi la sociale-démocratie de Delors, Hollande et DSK est économiquement de droite!!). Et je pense pouvoir dire, mais ce n’est que mon avis, que la votre est de droite et conservatrice même si elle ne se confond pas avec celle d’un parti en particulier. C’est sans doute involontaire, mais le billet que vous avez repris et commenté est absolument truffé d »éléments de langages » gouvernementaux ». D’où mon interrogation sur votre recul quant à la question.

    D’ailleurs à ce titre, vous qui êtes à ce que j’ai compris un Gaulliste, qui avait travaillé dans l’enseignement donc proche du peuple, je vous aurais vu plus proche du « gaulliste social » N.Dupont-Aignant que de l’ultralibéral Sarko.

    Moi, je reconnais a NDP et Mélanchon, contrairement à Sarko et Hollande, le mérite d’avoir une vraie analyse macroéconomique de la crise et des déséquilibres intrinsèques de notre systéme économique, c’était pas compliqué il suffisait de relire sérieusement Keynes, il avait déjà tout expliqué. Seul problème, comment imposer politiquement ces changements dans cette europe là, la j’avoue que je ne sais pas. A mon avis, on y viendra quand les inégalités seront devenues insuportables au corp social, malheureusement, ça sera trop tard pour que ça se passe gentiment…

  32. Arnold Lagemi dit :

    Ma réponse « à chaud » est : que faîtes vous sur un site où vous n’acceptez rien et critiquez tout. Mais je vous assure que vous avez passé la mesure tolérable. Nous avons assez d’ennemis pour ouvrir la porte à l’un d’eux quand il le veut.

  33. Arnold Lagemi dit :

    J’ai mis en garde contre votre opposition systématique et vous en apportez la preuve ce soir. J’en déduis que sur le premier échange vous déclarez forfait. Il faut reconnaître que vous étiez mal barré à vous situer à « compétence égale » avec Einstein. Envolée, escamotée ma demande de référence sur votre soi disant confession d’Einstein. A la trappe ma question vous demandant si nous n’avions déjà échangé. Maintenant je vous le dis avec la conviction de la détention de la preuve: vous et moi n’avons pas la même définition de l’honnêteté….
    Vous ne craignez vraiment pas le ridicule.
    Par ailleurs vous n’avez pas qualité pour estimer ce qui doit figurer ou pas sur ce site. Non ce n’est pas le site de l’UMP mais c’est un espace où la liberté d’expression est vécue et même accordée à des individus plus proches de l’univers des dictatures qu’il apparaît au premier regard. Mais cette fois ci vous avez dépassé les bornes!!!
    Je vous réponds cependant mais je vous rassure. Vous aurez le dernier mot parce qu’Einstein a soutenu une vérité qui est mienne. « L’univers et la bêtise n’ont pas de limite; quoique pour la bêtise, je n’en suis pas tout à fait sûr »!!!!!!
    Si votre galimatias sur les retraites traduisait la facilité, d’autres auraient réglé le problème, non?
    Quant aux banques, le Chef de l’Etat a apporté sa caution engageant tous ses successeurs au nom du principe de la « continuité de l’Etat » Il fallait du courage!!!!
    Quant au fait que ma position traduise une identification à la droite, m’inspire une compassion émue. Tout ce que j’ai écrit dans ce blog sur droite et extrême droite est d’une telle limpidité que Franz Oliver Giesbert me refuse le droit de réponse. Et si vous le pensez vraiment pensez à Einstein. Comme disait un de mes profs, on « peut avoir la vérole et un bar tabac; il n’y a pas incompatibilité.On peut reconnaître à Sarko un bilan positif et ne pas être à droite. Vous suivez?
    Votre position d’opposition systématique me fait penser à ces gosses en échec affectif (mon métier 40 ans durant) qui restent agressifs de manière inconsciente et s’attaquent sans complaisance à ceux qui ravivent leurs blessures en remettant les pendules à l’heure.
    Si vous continuez à me titiller avec ces enfantillages, je me réserve le droit de publier l’intégralité de nos interventions passées. Là vous ne pourrez nier que vous avez un problème avec Arnold Lagémi. Il ne faut pas être grand clerc pour être étonné de ce comportement singulier. Tout est prétexte au dévoilement de l’hostilité.
    Cessez la provoc, vous y laisserez des plumes, et, sans plumage vous aurez un bien triste ramage.
    La vérité est que vous êtes « contre » systématiquement tout ce qui peut être positif pour Israël.

  34. jay63 dit :

    Cet article me parait vraiment déplacé sur un tel site. A la fois car il s’agit d’un site communautaire et pas du site de l’UMP (pas plus que celui du PS ou autre)mais aussi dans sa forme, car, vous n’avez pas la place dans un billet de cette taille de commenter réellement ces réformes.
    Car chacune d’elle mérite d’être discutée du point de vue de son efficacité, de sa réelle application, de sa justice sociale etc…Bref, le simple qualificatif de réforme n’en fait pas quelque chose de positif.

    Certaines me paraissent positive, mais l’extrème majorité négative. A chacun sont point de vue. Il est clair que vous ne vous considérez pas « de la rue », cette horrible chose informe, ces veaux, qui osent faire pression quand on rogne leurs acquis.

    L’exemple des retraites est caricatural. l’équation augmentation de la durée de vie = nécessité d’une augmentation de la durée de cotisation. Ca parait simple. Un économiste un tant soit peu sérieux prendrait en compte l’évolution de la productivité des travailleurs (cette dernière augmente bien plus vite que les salaires). En gros, en 10 ans, le transfert de la part du travail dans le PIB vers celle du capitale suffirait amplement a financé les retraites. Alors peut être qu’une réforme à la marge était nécessaire, mais pas unilatérale comme ça.

    Autre exemple, sauver les banques, certe très bien, il fallait le faire sous peine de risque systémique mais pas sans contrepartie. Il fallait rentrer dans leur capital pour les obliger à réouvrir le crédit pour l’économie réelle. Quant à l’arrêt de la spéculation, la perte de notre triple AAA veut tout dire…

    On peut être d’accord ou pas d’accord avec toutes ces réformes mon cher Arnold car il s’agit de choix politiques et pas de la juste obéissances à des lois naturelles telle que celle de la gravité. Alors n’avancer pas masqué et dîtes tout votre amour non pas pour la raison mais pour les politiques de droites, ce qui est bien votre droit.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>