pub2011

blog-tsahalA l’armée, certains soldats vivent avec le désespoir et le deuil des familles à longueur d’année.
Nous sommes allés à la rencontre de l’officier Kaplan, responsable de l’accompagnement des familles de soldats blessés.

Comment arrive-t-on à ce poste ?

« Au début de mon service il y a 10, j’ai commencé mon rôle a l’armée dans la section des soldats d’infanterie blessés ou hospitalisés. Ce choix m’est venu plus ou moins naturellement»,  déclare l’officier Kaplan.

L’histoire personnelle de l’officier Kaplan a sans doute aussi avoir avec son choix vu que son père, blessé à la main droite, est lui invalide de guerre.

« C’est en voyant les besoins de mon père et les services que Tsahal lui apportait que j’ai compris ce que je voulais faire. C’est un travail que je voulais vraiment faire ».


Quelles responsabilités ?

Les responsabilités principales de ce rôle à l’armée est de rester en contact permanent avec les familles des victimes. Rencontrer les familles, passer du temps avec eux, les accompagner et rester disponible.

« Depuis six mois, je suis responsable de l’accompagnement des familles de blessés et tués de la Brigade Parachutiste qui compte depuis sa création plus de 900 soldats morts », explique-t-elle.

«Les familles sont conviées aux différents évènements au sein de la Brigade et les soldats leurs portent beaucoup de respect en venant à chaque cérémonie de souvenir de leurs frères d’armes. »

La vie avec un tel poste

Le moment le plus dure de l’officier Kaplan a été le moment a été rendre visite à une famille dont le père venait de mourir. La petite fille de la veuve n’arrêtait pas d’appeler son père : « Papa, papa où es-tu ? », ne cessait de crier l’enfant. « A chaque fois qu’une voiture passait, la petite courrait vers la fenêtre voir son si son père était de retour», se souvient avec émotion la soldate.

« La veuve avait mon âge et la petite fille avait plus ou moins l’âge de mon fils. C’était comme voir mon enfant appeler son père qui était en poste à l’armée à ce moment-là ».

« Une fois que tu a fait ce travail, tout autre tâche te semble moins important. Mais bien entendu, cela m’affecte, nous sommes des êtres humains après tout et nous devons faire face à ce genre de situations », conclut l’officier.

Articles similaires

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>