pub2011

Mme Clinton pense qu’il faut équilibrer libertés d’expression et de religion
La tolérance religieuse sert aussi à promouvoir la stabilité nationale.

Washington – Il faut trouver un équilibre raisonnable entre la liberté de religion et la liberté d’expression, a dit la secrétaire d’État, Mme Hillary Rodham Clinton. « Le droit d’une personne de pratiquer sa propre religion n’a pas d’effet sur le droit des autres de s’exprimer librement », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la publication du rapport 2009 du département d’État sur la liberté de religion dans le monde.

« Protéger le droit de parler librement de questions religieuses est particulièrement important puisque les adeptes de différentes croyances auront inévitablement des divergences d’opinions à ce sujet », a souligné Mme Clinton. « Ces points de vue différents doivent faire l’objet de tolérance, et non de répression. »

Le meilleur antidote à l’intolérance, a indiqué Mme Clinton, est la présence combinée de protections juridiques robustes contre la discrimination et les crimes haineux, d’initiatives gouvernementales visant à communiquer avec les groupes religieux minoritaires, et d’une défense vigoureuse à la fois de la liberté de religion et de la liberté d’expression.

« D’aucuns affirment que le meilleur moyen de protéger la liberté de religion est de mettre en vigueur une politique soi-disant anti-diffamatoire qui imposerait des restrictions sur les libertés d’expression et de religion. Mais je ne suis pas du tout de cet avis », a dit Mme Clinton, faisant référence aux efforts déployés par l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) pour promouvoir au sein des Nations unies le concept de « diffamation des religions ». (L’OCI est une organisation intergouvernementale qui regroupe 57 États membres à majorité islamique.)

« Les États-Unis ouvreront toujours à la lutte contre les stéréotypes négatifs fondés sur la religion d’une personne et se dresseront contre la discrimination et la persécution », a précisé Mme Clinton. La liberté de religion est un des principes fondateurs des États-Unis – mais cette liberté est un principe universel et pas uniquement américain. « La liberté de religion est un droit garanti pour tous dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques », a-t-elle ajouté.

La liberté de religion va de pair avec la sécurité nationale.

Mme Clinton a affirmé que la liberté de religion « aide les pays où ce droit est respecté à devenir plus stables, plus sûrs et plus prospères ». Cet effet bénéfique supplémentaire de la liberté de religion a été souligné également par M. Michael Posner, secrétaire d’État adjoint à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail. Dans l’introduction qu’il a rédigée pour le rapport annuel du département d’État sur la liberté de religion dans le monde, M. Posner a écrit : « Les régimes autoritaires qui répriment les idées et les groupes religieux au nom de la stabilité créent en fait les conditions mêmes qui tendent à saper les objectifs qu’ils prétendent poursuivre. La répression conduit à la radicalisation. L’ingérence coercitive et arbitraire dans la pratique pacifique de la religion peut renforcer la rancour contre l’État et mener certains à choisir le séparatisme et l’insurrection. Soulignant les liens qui existent entre l’extrémisme et le terrorisme, M. Posner a fait remarquer aux gouvernements « qu’ils devaient s’assurer que leur politique à l’égard de la religion n’entraîne pas des conséquences négatives à l’échelle internationale ».

Par ailleurs, Mme Clinton a indiqué que les États-Unis étaient en train d’élargir leurs programmes visant à créer des liens entre les divers groupes religieux. « Ces efforts importants visent à mettre l’accent sur les valeurs et les préoccupations que partagent toutes les communautés religieuses afin de jeter les fondations d’une paix durable. »

Si le rapport du département d’État sert à mettre en lumière les violations du droit à la liberté de religion par les États et les sociétés, il vise aussi à attirer l’attention sur les mesures positives qu’ont adoptées au cours de l’année écoulée plusieurs pays et organisations dans le but de promouvoir la liberté religieuse et l’harmonie intercommunautaire, a souligné Mme Clinton.

Dans les commentaires qu’elle a faits durant cette conférence de presse, la secrétaire d’État a félicité les Philippines pour le rôle primordial qu’elles ont joué au Forum tripartite sur la coopération interconfessionnelle aux Nations unies. Elle a également fait l’éloge de la Jordanie pour avoir lancé le dialogue intitulé « Un mot commun » et de nombreuses autres initiatives nationales et internationales.

Le rapport 2009 du département d’État, l’un des plus exhaustifs à ce jour, dresse le bilan de la liberté religieuse dans 198 pays et territoires. Huit pays sont décrits comme « particulièrement préoccupants » au regard des violations graves de la liberté religieuse qui s’y sont produites. Il s’agit de l’Arabie saoudite, de la Birmanie, de la Chine, de la Corée du Nord, de l’Érythrée, de l’Iran, du Soudan et de l’Ouzbékistan. La situation a été décrite comme « assez préoccupante » dans vingt-neuf pays. Dans vingt-et-un pays – dont certains figurent sur les listes des Etats particulièrement ou assez préoccupants – des mesures spécifiques visant à améliorer le respect de la liberté religieuse ont toutefois été relevées.

La loi de 1998 sur la liberté religieuse dans le monde énonce que la promotion de la liberté de religion pour toutes les personnes est un objectif essentiel de la politique étrangère des États-Unis. Elle prévoit la préparation d’un rapport annuel sur l’état de la liberté de religion dans le monde par le département d’État. Les ambassades des États-Unis rassemblent des informations afférentes aux conditions de la liberté religieuse dans différents pays de par le monde en ayant recours à diverses sources, dont des responsables gouvernementaux et religieux, des organisations non-gouvernementales, des journalistes, des observateurs des droits de l’homme, des groupes religieux et des professeurs universitaires.

Articles similaires

Tags: , , , ,

Une Reponse to “Mme Clinton pense qu’il faut équilibrer libertés d’expression et de religion Par Jane Morse”

  1. [...] h Mme Clinton pense qu’il faut équilibrer libertés … · … conférence de presse, la secrétaire d’État a félicité les Philippines [...]

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>