4 Comments

  1. 4

    CHEN

    Très beau texte à retenir et à conserver.
    Bravo pour votre talent.
    Merci Madame R FRANCO

  2. 3

    Lucie

    Ce texte est magnifique. Je vais le garder précieusement.

  3. 2

    Esther

    texte sublime et qui est la parfaite définition de MEHILA mais dit avec le coeur et l’amour d’autrui.

  4. 1

    Arnold Lagémi

    Madame
    Puisque ce texte est anonyme, et donc libre de toute hypothèque, le voici offert, sans retenue, à une critique dégagée de toute fatalité, de toute prudence, voire de toute pudeur.
    A vrai dire, j’en ai commencé la lecture, distrait, persuadé qu’il serait parcouru, survolé, comme la plupart des décryptages à vocation poétique, entrepris dans la recherche probablement inconsciente d’une mélodie accompagnant le réveil, sans imaginer l’éventualité d’un éblouissement prochain.
    Non, le mot n’est pas excessif, la mélodie attendue pour soutenir le réveil, a été balayée, précipitée dans un néant résolu pour laisser le champ libre à des yeux écarquillés, un front qui se plisse dans un rictus, et une mâchoire qui accuse un léger fléchissement, signe d’une grande hébétude ou d’un éblouissement soudain !
    Eblouissement, d’abord et essentiellement par cette capacité, signe des grandes écritures, à déshabiller le lecteur, (ou l’auditeur, car ce texte est bien plus une voix) de tout ce qu’il sait ou croyait savoir sur le pardon à demander et à obtenir.
    Puis, la nudité de l’âme et de la conscience devenues effectives, par l’utilisation d’un procédé mettant en scène une telle richesse d’éventualités, qu’hormis la mauvaise foi, chacun pourra se reconnaitre, persuadée que votre interlocuteur est prêt pour accueillir, telle la princesse des songes, la vérité, vous promenez un regard accusateur, impitoyable, tendre parfois, mais sans complaisance sur toutes les terres où la main de l’homme est susceptible de planter, d’arracher, bref de FAIRE ! Et là, pas de quartier ! Rien n’est laissé en jachère ! Tout est pris en compte ! Le petite, l’insignifiante chose au regard de celui qui fait est vue, ressentie au travers de l’Autre, de celui qui reçoit.
    Eblouissement donc pour les moyens tactiques préconisés pour s’extraire de soi, seul biais pour prendre la mesure du tort causé à son prochain.
    Merci, Madame, pour ce beau texte qui mérite de figurer dans les meilleures anthologies consacrées au Pardon et… Mehila, vraiment, pour tout ce que je n’ai pas commenté et qui l’aurait mérité.
    Recevez, Madame, mes hommages respectueux et admiratifs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Propulsé par Simon Amar pour Terredisrael Ltd.
Copyright © 2016 Blog terredisrael.com