pub2011
rav chlomo aviner
Lois de Yom Haatsmaout
Il faut réciter le Hallel avec la bénédiction. Un séfarade doit dire en ce jour « ligmor » et pas « likro » comme à Hanoukka. Un fils peut réciter le Hallel même si ses parents s‘y opposent.

1. Tahanoun la veille de Yom Haatsmaout
2. Se tenir debout pendant la sirène
3. Se raser pour Yom Haatsmaout
4. Prières
5. Hallel avec la bénédiction
6. Lecture de selihot pour celui qui jeûne le 5 iyar
7. La Hatikva
8. Repas de fête et mention du mot magdil dans le Birkat hamazone
9. Musique durant le repas de fête
10. Défilés militaires
11. Fin de Yom Haatsmaout
12. Le 5 Iyar qui tombe un vendredi ou un shabat
13. Yom Haatsmaout qui suit des expulsions


1. Tahanoun la veille de Yom Haatsmaout

Il faut réciter le Tahanoun à la prière de minha précédant Yom Haatsamaout car le rabbinat israélien a fixé que cette journée serait également la « Journée du Souvenir pour les soldats de Tsahal », un jour de deuil et de souvenir.

2. Se tenir debout pendant la sirène

C’est une obligation sacrée de respect et de souvenir pour les personnes saintes tombées au combat.

Il n’y a pas lieu de craindre de transgresser l’interdiction de copier les habitudes des goyim car se tenir debout sans bouger vient montrer du respect et cet acte a un sens et une logique.

Si quelqu’un craint de perdre du temps d’étude de la Torah, il faut qu’il pense durant cette minute de silence à des paroles de Torah sur le dévouement de ceux qui sont tombés au lieu d’essayer de se séparer du reste du peuple.

3. Se raser pour Yom Haatsamout

C’est une mitsva de se raser par respect pour ce jour de fête. Une fois, des élèves de notre maître (Rav Tsvi Yeouda Kook ndt) lui ont demandé s’il était permis de se raser à Yom Haatsmaout et il n’a pas répondu. Il a dit « demain, on verra sur les visages ».

Le jour de Yom Haatsamaout, il a vu que certains élèves avaient préféré ne pas se raser et il a dit « L’impudence de leurs visages témoignent contre eux… » (Isaïe, 3, 9)

Un fils peut se raser contre l’avis de ses parents.

4. Prières

Il faut prier ce que le rabbinat a fixé pour ce jour de fête. Une fois, des responsables d’une Yechiva sont venus voir notre maitre pour lui demander conseil à propos d’un enseignant qu’ils souhaitaient engager, en réponse il a demandé de vérifier son livre de prières pour Yom Haatsmaout.

5. Hallel avec la bénédiction

Il faut réciter le Hallel avec la bénédiction. Un séfarade doit dire en ce jour « ligmor » et pas « likro » comme à Hanoukka. Un fils peut réciter le Hallel même si ses parents s‘y opposent.

6. Lecture de selihot pour celui qui jeûne le 5 iyar

Notre maitre avait l’habitude de réciter des selihot et le hallel et ne voyait pas de contradiction mais plutôt un acte de perfection.

Il s’agit ici d’un jeûne pour les personnes particulières qui n’enlève rien à la fête pour l’ensemble du public, de plus, ça ajoute un caractère moral et sérieux à cette journée.

7. La Hatikva

Il n’y a pas d’interdit de chanter la Hatikva bien qu’il n’y ait pas mention du nom de Dieu, si tout le monde chante, il faut se joindre au public afin de montrer son attachement à la terre et à l’Etat d’israel.

Mais chanter la Hatikva ne fait pas partie de l’ordre des prières de la journée fixé par les rabbins.

8. Repas de fête et mention du mot magdil dans le Birkat hamazone

Il faut faire un repas de fête, qui est une seoudat mitsva.

On dit normalement Magdil (et pas migdol) dans le Birkat hamazone.

9. Musique durant le repas de fête

Il est permis de jouer de la musique durant la journée de Yom Haatsmaout

Les enfants ont également le droit de faire des répétitions en vue des célébrations de la fête

10. Défilés militaires

Il est bon d’aller voir des défilés militaires car notre maitre a dit que tout ce qui a trait et sert à la conquête du pays comme les armes ,et , tout ce qui est lié au retour de la royauté en Israël est sacré, c’est ce que faisait notre maitre.

11. Fin de Yom Haatsmaout

Le soir qui suit Yom Haatsmaout est comme les autres jours de deuil de la période de l’Omer.

12. Le 5 Iyar qui tombe un vendredi ou un shabat

Si le 5 Iyar tombe un vendredi, les célébrations sont avancées au jeudi et on ne récite pas le tahanoun le vendredi, en raison de la sainteté de la journée.

Si ça tombe un shabat, on célèbre également le jeudi et selon certaines opinions on ne récite pas Av Arahamim et Tzidkateha Tzedek durant le shabat.

Notre maitre remarquait que quand Yom Haatsmaout était avancé au jeudi, il y avait une occasion de faire une sanctification du nom de Dieu car le monde voyait que l’Etat juif respecte le jour sacré du shabat

13. Yom Haatsmaout qui suit des expulsions

Yom Haatsmaout est l’occasion de se réjouir de la rédemption qui est déjà présente.

Pour la destruction de Yamit, du Gush Katif et des localités du nord de la Samarie, il faut s’attrister à Ticha beav.

Yom Haatsmaout on doit se réjouir même si il y a des difficultés au sein de l’Etat d’Israël.

Traduit et adapté par Michaël Blum

Articles similaires

Tags: , , , ,

7 Reponses to “Lois de Yom Haatsmaout Par le Rav Shlomo Aviner shlita”

  1. meller danielle dit :

    il n y a pas grande difference entre les datiims et les massoratis au sujet du jours de l independance ce soir nous nous reunissons a la synaguogue prions maariv puis nousregardons le teques a la tele puis chantons et terminons par un cours que le rav va nous donner .Demain matin priere avec le hallel puis excursion a Meron et le pic-nic aura lieu a Karmiel dans la cour de la synaguogue

  2. vaknin mihal dit :

    le jeune de youd bTEVET est consacre au souvenir des victimes de la SHOAH..on lit le Kaddich en la memoire de toutes les victimes ..{reponse pour Fabrice}.
    afin de ne pas repeter les memes choses je me joins a tous les commentaires qui elogent les propos du rav AVINER

  3. fabrice dit :

    Je n’étais pas au courant qu’il y’avait une halacha concernant le Yom hatsmaout, c’est une excellente décision.

    Par contre, je suis très étonné que pour le Yom ha shoah les rabanims n’instaurent pas un jour de jeûne, ce qui me paraît la moindre des choses en souvenir de la destruction de presque la moitié de nôtre peuple, après tout, c’est un miracle si nous existons encore, y’a t-il une halacha pour ce jour?

    je n’ai perdu personne de ma famille pendant la shoah, je suis sépharade et j’estime qu’il faut commémorer ce jour religieusement.

  4. khemis dit :

    Pour le « klal Israël » il est indispensable que nos sages
    et nos docteurs de la foi se penchent et codifient le cérémonial de Yom Hamaout –
    En tous cas dans nos coeurs de Juifs c’est un grand jour

  5. Fabienne Moatti dit :

    Un immense MERCI au Rav Aviner pour ces propos clairs qui rappellent que Torah et sionisme sont indissociables, et que Yom Haatsmahout n’est pas un 14 juillet. Par la même occasion, merci et bravo à Yossi Taïeb et son équipe pour ce site complet et si interessant. Hag saméah’ à tous, et longue vie à Israël !

    Fab.

  6. Raphy dit :

    Enfin, un Rav leader de notre Communaute qui prend position et defini clairement les regles du jeu.
    Merci au Rav Shlomo Aviner.

    Pour ceux, qui se posent encore la question, vous avez la reponse.
    Pour ceux en Israel, qui n’acceptent pas de feter Yom Haatsmaout, il faut penser retourner en galout !!!

    Il faut que tous les juifs se rejouissent d’avoir retrouve notre Etat, celui de nos ancetres d’y vivre et d’y etre heureux

    Hag Sameah au Peuple d’Israel

    Raphy

  7. meller danielle dit :

    logique et bien dit car pour le peuple d israel le jour de l independance est une fete tres importante.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>