pub2011

Dans le public francophone d’Israël et pas seulement dans ce public, un sentiment prend racine disant grosso modo que l’opposition de certains harédim aux symboles sionistes de l’Etat d’Israël convergerait avec le dépit des fidèles d’Eretz Israël après les graves trahisons des gouvernements israéliens de ces dernières années, notamment l’expulsion du Goush Katif. Il me semble que ce sentiment a été insidieusement distillé par des cercles harédim qui tentent de récupérer le désarroi causé par le post sionisme.
De façon fallacieuse et peu souvent de bonne foi, certains tentent dans ces cercles de faire un amalgame entre le sionisme et le post-sionisme
En témoignent les réactions que vous pouvez lire à cette information ci après que j’ai publiée sur le site actu-Israël. Il est important de relever cela justement dans la période entre la fête de Pessah et la fête de Yom Haatsmaout.

Méir Ben-Hayoun

http://www.actu.co.il/2010/03/emeute-contre-tsahal-a-mea-shearim/

Nous convenons que le terme ultra-orthodoxe est une traduction approximative du mot harédi, d’où la difficulté assez fréquente de passer de l’hébreu au français pour décrire les catégories hébraïques de la réalité israélienne. Toutefois, qualifier le terme ultra-orthodoxe « d’antisémite » nous semble exagéré, bien que nous sommes conscients de la teneur péjorative et méprisante que cette formule recouvre chez les antisémites et même dans certaines franges marginales radicalement « anti Torah » de la société juive.

Nous vous rejoignons entièrement sur le dévoiement de la mission originelle de Tsahal de Défense du peuple d’Israël et de son Etat sur la Terre d’Israël lors de la tragédie impardonnable de l’expulsion du Goush Katif. Cyniquement le gouvernement d’Israël a alors fait déroger Tsahal de ce pourquoi il a été créé, c’est à dire d’assurer la sécurité du peuple d’Israël face à ses ennemis. Le gouvernement d’Israël a exploité la force de l’armée israélienne pour servir des intérêts étroits, sa propre corruption et une scandaleuse politique d’abdication controversée. Concernant l’expulsion non moins consternante d’Amona, ce sont les forces de police et des gardes frontières qui ont été dévoyées de leur mission. A notre sens, la police aussi ne doit servir les intérêts politiques mais assurer l’ordre et l’application de la loi.

Or, lorsque Tsahal se consacre à sa mission traditionnelle de Défense d’Israël et s’entraine pour mieux combattre en vue d’affrontements avec l’ennemi terroriste, que ce soit en s’entrainant à Méa Shéarim pour des raisons à caractère topographique ou ailleurs, il nous semble qu’il y a lieu sinon de retrouver l’unanimité autour de cette armée, du moins de ne pas conspuer les militaires.

Ceci n’empêche absolument pas de s’opposer activement à Tsahal lors d’expulsions inacceptables. D’ailleurs, des fils des implantations qui ont eux-mêmes été expulsés se sont opposés physiquement à la police et à Tsahal dans le Goush Katif ou en Judée et Samarie. Certains de ces jeunes ont même été arrêtés, enfermés et rudoyés. Non seulement cela ne les a pas empêchés par la suite de servir dans Tsahal, mais cette opposition radicale aux expulsions procède exactement de cette motivation à porter l’uniforme et à tenir l’épée pour combattre l’ennemi avec abnégation et dévouement (certains ont même été tués lors de combats), également dans cette unité qui se trouvait à Mea Shéarim pour s’entrainer le premier jour de Hol Hamoed de Pessah. Dans le dessein d’accomplir cette Mitsva de Défense de la société juive réellement et concrètement en danger dans l’Etat d’Israël, Mitsva dont nul ne devrait s’estimer en être dispensé, dans une cohérence de moralité juive. Cela ne retire rien au mérite et à l’admiration pour les gens qui se consacrent corps et âme à l’étude de la Torah que de rappeler ces vérités consignées justement dans les textes fondamentaux de notre riche Tradition.
Pour en revenir à ce regrettable incident à Mea Shéarim, objet de cet article, ce n’est pas parce que Tsahal a été l’instrument de l’expulsion de Goush Katif qu’il fait l’objet de tant hostilité par ces éléments ultra-orthodoxes (pas tous heureusement). Cette hostilité perdure depuis 1948. C’est Tsahal en tant que symbole de la souveraineté juive retrouvée sur la Terre d’Israël, en tant que symbole sioniste de l’Etat d’Israël, qu’il fait l’objet de l’hostilité de la part de certains cercles qui détiennent le haut du pavé dans la société ultra-orthodoxe. Et dans un tel cas, nous nous devons de relever cet incident choquant justement parce que la Torah et l’étude qui en est faite nous sont des valeurs sacrées.

Articles similaires

Tags: , , ,

Une Reponse to “L’exploitation antisioniste du désarroi des fidèles d’Eretz Israël”

  1. mefaresh01 dit :

    Eh,bien! Tous ces gens en noir et qui récusent l’état d’Israël ont une solution immédiate à leur malaise!
    On peut comprendre que leur foi leur dicte de mépriser un état créé par des gens de gauche nullement pratiquants et géré comme un état laïc…..Dans ce cas, ils sont en Israël comme ils se sentiraient en Gola…………Donc pour être en accord avec eux-mêmes et ne pas risquer de frôler les mauvais Juifs (qui remercient D-ieu chaque jour d’avoir un pays à eux) ils devraient retourner vivre en Bulgarie, Pologne, Estonie ou autres. Et surtout, avant de partir ils devraient ne pas oublier de régler les millions de sheckels pour avoir profité de l’eau potable, des routes, de services sociaux et médicaux, de la sécurité matérielle, de la liberté religieuse….Toutes choses auxquelles ils n’avaient même pas accès dans les pays de misère où leurs ancêtres ont été si souvent massacrés…..

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>