pub2011
Camus_prix_nobel_1957 19 novembre 1957
Cher Monsieur Germain,
J’ai laissé s’éteindre un peu le bruit qui m’a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n’ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j’en ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j’étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé

Je ne me fais pas un monde de cette sorte d’honneur. Mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l’âge, n’a pas cessé d’être votre reconnaissant élève. Je vous embrasse de toutes mes forces.

Albert Camus

—–
Quelques extraits de la longue lettre de Louis Germain

Mon cher petit,

(…)
« Je crois, durant toute ma carrière avoir respecté ce qu’il y a de plus sacré dans l’enfant : le droit de chercher sa vérité. Je vous ai tous aimés et crois avoir fait tout mon possible pour ne pas manifester mes idées et peser ainsi sur votre jeune intelligence ».

(…) Je ne sais t’exprimer la joie que tu m’as faite par ton geste gracieux ni la manière de te remercier.

Si c’était possible, je serrerais bien fort le grand garçon que tu es devenu et qui restera toujours pour moi : « Mon petit Camus » (…).
Je crois bien connaître le gentil petit bonhomme que tu étais, et l’enfant, bien souvent, contient en germe l’homme qu’il deviendra.
Ton plaisir d’être en classe éclatait de toutes parts.
Ton visage manifestait l’optimisme. Et à t’étudier, je n’ai jamais soupçonné la vraie situation de ta famille. Je n’en ai eu qu’un aperçu au moment où ta maman est venue me voir au sujet de ton inscription sur la liste des candidats aux Bourses. (…)

Avant de terminer, je veux te dire le mal que j’éprouve en tant qu’instituteur laïque devant les projets menaçants ourdis contre notre école. Je crois, durant toute ma carrière avoir respecté ce qu’il y a de plus sacré dans l’enfant : le droit de chercher sa vérité. Je vous ai tous aimés et crois avoir fait tout mon possible pour ne pas manifester mes idées et peser ainsi sur votre jeune intelligence. Lorsqu’il était question de Dieu (c’est dans le programme), je disais que certains y croyaient, d’autres, non. Et que dans la plénitude de ses droits, chacun faisait ce qu’il voulait.( …) Je sais bien que cela ne plait pas à ceux qui voudraient faire des instituteurs des commis voyageurs en religion et, pour être plus précis, en religion catholique. A l’Ecole Normale d’Alger, mon père, comme ses camarades, était obligé d’aller à la messe et de communier chaque dimanche. Un jour, excédé par cette contrainte, il refusa d’y aller. Et de ce fait, il fut exclu. Voilà ce que veulent les partisans de «l’Ecole Libre» (libre … de penser comme eux).
Avec la composition de la Chambre, je crains que le mauvais coup n’aboutisse.
Le Canard Enchaîné a signalé que, dans un département, une centaine de classes de l’Ecole laïque fonctionnent sous le crucifix accroché au mur. Je vois là un abominable attentat contre la conscience des enfants.
Que sera-ce, peut-être, dans quelque temps ? Ces pensées m’attristent profondément.

Mon cher petit, j’arrive au bout de ma quatrième page, c’est abuser de ton temps et te prie de m’excuser. Ici, tout va bien .

Sache que, même lorsque je n’écris pas, je pense souvent à vous tous.

Madame Germain et moi vous embrassons tous quatre bien fort.

Affectueusement à vous.

Germain Louis.

Camus05


C’est , en effet, une lettre magnifique et on imagine l’émotion du vieux maître lorsqu’il la reçue dans son appartement d’Alger. Personnellement je ne la relis jamais sans en être extrêmement ému.
J’en ai fait état dans mon petit livre :Albert Camus et les Algériens: Noces ou divorce. » paru aux éditions Atlantica en 2004

Source : http://tipaza.typepad.fr/

Articles similaires

Tags: ,

2 Reponses to “Lettre qu’Albert Camus envoya (en 1957) à son instituteur au lendemain de son prix Nobel & la réponse”

  1. Gaston dit :

    Qamus et la pensée unique

    C’est un signe de notre temps ,c’est polémiquer de ne pas penser comme tout le monde .
    A cette époque en France il était de bon ton de rêver sur la colonisation . Dans sa rééponse à une provocation  » je prégère ma mère à l »Algérie toute l »affaire d’Algérie est résumée .
    Camus est certainement à mon sens un grand &xcrivain mais a un regard sur notre monde sans complaisance . Dans l’homme révolté vous poyurrez lire ces deux phrases avant que ne commence l’affaire d’Algérie:
    « les camps d’esclaves sous la bannière de la liberté le meurtre justifié par l »amour de l’homme et le goût de l’humanité désempare le jugemznt »
    et puis
    Lorsque le meurtre se pare des plumes de l’inocence c’est l’inocence qui est somm& d’apporter ces justifications  »
    D’hier à aujourd’hui ce texte prémonitoire car sans contexte il avait parfaitement le droit de préférer en sa mère l’Algérie française d’hier à l’Algérie indépendante d’aujourd’hui qui exclut de son territoire les non muqulmans au point que nous ne pouvonqs aller qsur notre terre natale nous recueillir sur la tombe de nos morts

  2. betty L dit :

    L’ENFANT bien souvent contient en germe L’HOMME qu’il deviendra

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>