pub2011

Cher Monsieur Attali,
Autant j’ai soutenu, dans ces mêmes colonnes, avec un enthousiasme sincère, même si certaines réserves le nuançaient, la publication aux éditions PLON/FAYARD de votre DICTIONNAIRE AMOUREUX DU JUDAÏSME, autant je déplore les propos que vous avez tenus, il y a quelque temps, lors d’une conférence sur « L’avenir incertain du Judaïsme, » conférence que vient de me faire parvenir mon ami, Me Jean Charles Bénichou, en me demandant mon avis.

Pardonnez la promiscuité, la familiarité de l’image mais il semble que la sensibilité, la perception de l’Ineffable, perceptibles à chaque page du DICTIONNAIRE sont si absentes dans la teneur de votre conférence, qu’on ne peut manquer de témoigner naïveté et candeur en se demandant si ces deux manifestations sont issues de la même source…

Aussi, je n’ajouterai ni ne retrancherai pas un seul mot de ma critique sur le dictionnaire mais apporterai une estimation sans concession de votre conférence, où, manifestement, l’Indicible et son action dans l’histoire de l’humanité vous a, par contre, totalement échappé.

Vous commencez en assénant des frappes où vous ne masquez pas votre pessimisme : « Le peuple juif survivra t-il au XXIèm siècle ? » « Rien n’est éternel dans l’histoire humaine » « Les communautés juives décroissent » « La population juive est de plus en plus minoritaire, faible et en voie de disparaître » « La démographie fera que dans soixante ans les Arabes seront plus nombreux en Israël que les Juifs » « La présence juive dans le monde semble forte mais extraordinairement décroissante » « ce mouvement ne peut que s’accentuer. »

Vous ne laissez aucune place, n’accordez aucun crédit au « Rocher d’Israël » (omniprésent dans le DICTIONNAIRE) qui sut démentir les prévisions funestes d’autres penseurs qui, avant vous prédirent la fin prochaine d’Israël.

Vous éliminez facilement, sans même poser l’énigme, cette force redoutable et mystérieuse qui permit à la génération la plus meurtrie de l’histoire juive de trouver suffisamment de force pour édifier un…Etat.

Vous envisagez, cependant, une voie salvatrice quand vous présentez la nécessité de savoir transmettre les valeurs qui nous sont propres en proclamant que « le cœur de la culture juive c’est l’histoire juive » Mais l’histoire d’Israël est un concept vide de tout sens si vous omettez de préciser le sens qu’a cette histoire pour ceux qui la firent. Et ce sens, c’est essentiellement celui qu’indiquent les prophètes d’Israël en recommandant de ne pas oublier la Loi de Moïse ! Même Ben Gourion fit référence à la transcendance dans la Déclaration d’Indépendance d’Israël.

Vous atteignez l’inacceptable enfin, quand vous affirmez avec un mépris insoutenable et une morgue ostentatoire: « l’école juive n’a pas comme débouché la yéchivah, l’école juive a comme débouché l’école polytechnique. » Non, on ne confond pas, c’est bien l’auteur du DICTIONNAIRE AMOUREUX DU JUDAÏSME qui vient de faire l’éloge de la culture occidentale en disqualifiant l’institution qui nous a permis de nous rappeler qui nous sommes et d’où nous venons.

Votre dictionnaire témoigne tant de la supériorité morale de la culture traditionnelle d’Israël et de la Présence incontournable dans son histoire du Gardien de sa destinée que votre conférence ne peut qu’être le signe intangible que depuis lors, vous avez amorcé ce parcours du renoncement qu’ignorent les polytechniciens mais que connaissent bien les élèves de yéchiva et que nous désignons par un terme qui signifie retour, repentir, la TECHOUVA !

Arnold Lagémi

J’ai cité, dans mon article tous les propos « déplorables » de Jacques Attali qu’on pourra entendre en écoutant la conférence dont tu pourrais citer les ref à la fin de la Lettre ouverte.
NB/ Ci après les références de la conférence de Jacques Attali.
cliquez ici

Articles similaires

Tags: , , , ,

19 Reponses to “Lettre ouverte à Jacques Attali Par Arnold Lagémi”

  1. Arnold Lagémi dit :

    AVIVA,
    Tout ça, c’est la faute d’une des applications du mode conditionnel que vous aviez oubliée.
    Aviva, nous avons d’autres combats à mener ; dans ces colonnes d’abord où tous ceux qui y participent n’ont pas la même idée que, j’ose dire, nous, de l’honnêteté, du Judaïsme, réduit bien souvent à un rite magique, du soutien à l’Etat d’Israël qui doit être accordé sans condition, du sionisme que nous devons regarder comme la noblesse du peuple juif etc…
    Et, pour être pratique, aidez moi à trouver les mots qui convaincront nos lecteurs de l’OBLIGATION de s’impliquer dans le débat sur « orthodoxie et sionisme. »
    Aviva, je vous redis mon estime et vous adresse d’Israël mon bien amical et chaleureux CHALOM.

  2. Aviva dit :

    P.S. au S O S Arnold
    On n’est jamais assez précis, alors je précise encore un peu : dans mon texte d’hier soir, je visais dans ma parenthèse « Arnold » exclusivement le temps du verbe et pas du tout le fond.
    En faisant cet ajout, je lis celui qui vient d’apparaître de votre part sur le même sujet… c’est amusant… Merci.

  3. Aviva dit :

    J’étais si triste que j’ai fait une erreur de manip. et mon message a « disparu ». Alors, je recommence par nécessité absolue. C’était à peu près ceci :

    S O S Arnold ! C’est bien mal me connaître (en fait nous ne nous connaissons pas) que de penser un seul instant que les propos de mon dernier envoi sont dans leur ensemble adressés personnellement à Arnold ; NON et 1 000 000 de fois NON!! Il s’adresse à tous les lecteurs habituels ou de passage comme, je le suppose, les articles ou les blogs de ce site. Relisez et vous verrez bien que lorsque je m’adresse à quelqu’un en particulier je commence par Jojo J., Thérèse, Jankel, Arnold… Je n’ai jamais envoyé qui que ce soit dire à ma place ce que j’avais à exprimer surtout quand c’était personnel ; d’ailleurs, revoyez le passage de mon étonnement à VOUS avoir lu écrire « …le même homme tiendrait, 2 ans plus tôt… » ; je me trompe peut-être mais, personnellement, j’aurais écrit « …le même homme avait écrit, 2 ans plus tôt… ». Bon, OK, j’ai gardé mon effronterie de jeunesse quand je répondais devant toute la classe à un prof. de français qui m’enjoignait, devant toutes mes camarades, de ne surtout pas dire que j’étais française durant mon séjour au pair en Angleterre : « oh, si c’est pour être comparée à vous, je m’en garderai bien ; d’ailleurs mon nom peut être écrit Cerkevic, donc je suis Bretonne ! » Elle ne s’y attendait sûrement pas, car moi j’attends encore sa réplique.
    Rien ne peut laisser entendre dans mon texte que ce que vous pensez VOUS être adressé l’est effectivement ; à moins, mais je n’y avais vraiment pas songé, que vous ne pensiez être l’unique porte-parole des quelques millions de juifs à travers le monde ; ce n’est pas ainsi que je vous « vois » : ardent et vigilant défenseur parmi d’autres OUI ; unique porte-parole NON.
    Et la foudre que vous relevez s’adresse aux mêmes que ceux et/ou celles auxquelles vous, Thérèse et d’autres s’adressez (ent) (sans que vous en soyiez choqués) : les anonymes qui se regardent le nombril et jamais autour d’eux, ceux qui créent des émeutes, refusent au pays où ils ont choisi de s’installer le droit d’être un Etat, se battent avec vos policiers ou même tuent. Je l’ai déjà précisé par ailleurs, je ne vis pas en Israël, je ne suis pas journaliste, je ne suis spécialisée en rien et je n’ai donc pas vos connaissances des noms de partis, de groupes, d’idéologues, de Rabbins du bon ou du mauvais côté, etc…; je reste donc obligée par méconnaissance de dire les choses d’une manière générale.
    Je ne conserve pas tous mes courriels, mais vous comprendriez sans difficulté que je me tiens pour seule responsable de ce que je pense, dis ou écris si je vous transmettais copies (signées de mon nom en clair) de mon envoi par ex. à l’Ambassade de Chine avant la tenue des Jeux de Pékin (Chine où je suis aujourd’hui certainement fichée et interdite de séjour… ce qui me va très bien) ou plus simplement à notre Député-Maire pour lui demander d’intervenir directement en séance parlementaire à propos de certaines « saletés » qui traînent sur internet via google ou lui indiquer via son secrétaire particulier que ce dernier écrit des inepties ; j’en passe des centaines… ça ferait un bouquin !
    J’ai toujours assumé professionnellement et personnellement depuis mon enfance « d’enfant cachée » à responsabilités illimitées et ce n’est pas aujourd’hui que je commencerai à me cacher derrière tous pour m’adresser à un. Si c’est ce que vous pensez que j’ai pu faire dans mon texte j’en suis terriblement triste et désolée. D’abord parce que je pensais, bien que ce soit très vaniteux, que j’étais à peu près capable d’écrire en français. Ensuite parce que je ne suis pas du tout fière de vous avoir blessé sans la moindre intention.

    Ceci étant dit je trouve que les autruches sont des animaux adorables pour les avoir vues de très très près en Afrique du Sud et qu’elles se mettent la tête dans le sable, en tant qu’animal, ne gêne personne ; que des Hommes ( je précise : au sens des Humains ou réputés tels) les imitent est une toute autre affaire.
    Bonne fin de journée. Chalom.

  4. Arnold Lagémi dit :

    AVIVA
    Il me semble que vous avez confondu le futur et l’une des formes du mode Conditionnel exprimant une possibilité!
    Tout s’explique!!!

  5. Arnold Lagémi dit :

    Pour AVIVA
    je dois apporter une précision pour faire suite à l’analyse ci-dessus.
    Dans mon commentaire à l’observation de Therese Zrihen Dvir j’écrivais:
    « rien dans cette œuvre ne laissait penser que le même homme tiendrait, deux ans plus tôt, les propos déplorables que je dénonçais dans ma « Lettre ouverte. » Et mon affirmation a entraîné vos foudres. Je vais maintenant composer une paraphrase se rapportant à Zola:
    « rien dans j’ACCUSE et la défense véhémente de Dreyfus par Zola ne laissait penser que ce serait le même homme qui écrirait sept ans plus tôt des propos d’un antisémitisme virulent dans l’Argent. Désapprouvez vous toujours? C’est le même cas de figure cependant.
    Y voyez vous aussi, comment dites vous, ah, oui! un « futur vers le retour? » J’y vois seulement l’avoeu que Zola faisait fausse route et qu’à l’occasion de l’affaire Dreyfus, il a changé de cap. Et c’est TOUT!
    Mais peut-être estimez vous que les deux cas ne sont pas comparables. Il faudra dans ce cas, chère Aviva, argumenter.
    Je ne cherche des poux dans la tête à personne, mais je crois qu’on est responsable de laisser s’installer l’erreur et comme disait le grand Pascal « Il faut aimer la vérité, car à moins de l’aimer vraiment, on ne saurait la connaître ».
    Très amical Chalom

  6. Arnold Lagémi dit :

    POUR AVIVA
    Quelle frayeur ! Après vous avoir lu, je me suis précipité vers mon grand miroir, me suis contorsionné dans toutes les positions possibles et je vous assure: je n’ai pas de plumes sur les flancs, mon visage n’a aucune trace de sable; bref je ne suis pas une autruche!
    Mais alors, dans cette perspective, deux voies me sont offertes,a) je me suis trompé ou j’ai raison et dois revoir ma copie, non pour imposer mais pour convaincre. Je lis et relis mes propos et trouve toujours les paroles de Jacques Attali sur l’école juive inacceptables…
    Vous évoquez un « futur vers le retour » parce que je m’étonne que l’homme qui a tenu les propos que l’on sait sur la yéchivah soit le même qui a écrit LE DICTIONNAIRE AMOUREUX et, pour conforter votre argumentation vous affirmez que les propos de Jacques Attali relèvent de la métonymie.
    A l’occasion vous m’expliquerez le fondement du lien métonymique que vous établissez sur ce qui me paraît plutôt relever de l’étonnement de la rupture de cohérence dans une oeuvre. Ma réflexion s’alimente, en effet, à plus de simplicité.
    Prenons un exemple et une référence. Tous les critiques de l’oeuvre de Zola et il y en eut d’illustres, font-ils eux aussi un « futur vers le retour » quand ils soutiennent que rien ne laissait prévoir que l’homme qui définissait ainsi les Juifs dans l’Argent (1891): « cette race maudite qui n’a plus de patrie, plus de prince,qui vit en parasite chez les nations, feignant de reconnaître les lois, mais en réalité n’obéissant qu’à son D… de vol de sang et de colère etc…. » serait celui qui le 13/1/1898, soit sept ans après, publierait J’ACCUSE pour la défense de Dreyfus. La similitude avec l’affaire de Jacques Attali n’aura pas échappé. Mon observation s’alimente à la cohérence d’une oeuvre. Or, selon ce principe de cohérence, rien ne laissait prévoir, (hormis le repentir, relisez mon article)après la sévérité de l’accusation sur école juive et yéchivah que Jacques Attali manifesterait tant d’amour pour les illustres personnages honorés dans son dictionaire et formés précisément à la…Yéchivah !!! C’est tout simplement ce que je voulais dire sans arrogance et sans plumes sur les flancs…
    Merci d’être revenue parmi nous.
    Sincèrement vôtre

  7. Aviva dit :

    Bonjour à tous !
    Courage, ça risque d’être long et sinueux, mais bon, personne n’est obligé d’aller au-delà du « bonjour » !
    En plus, c’est terrible et plus fort que moi, j’adore les digressions et les longues phrases qui vous obligent à « respirer lentement pour dégager le cerveau » et tourner la phrase ou le paragraphe dans tous les sens pour en dégager finalement celui qui me paraît le plus probable (sur l’instant… car je considère que changer d’avis n’est pas inéluctablement un retour de veste mais une forme d’évolution de la réflexion générée par des apports nouveaux).
    Je commencerai donc par une digression que je trouve évidemment intéressante puisque c’est moi qui la soumets. Je termine à l’instant la première lecture (il va y en avoir fatalement plusieurs) d’un petit bouquin (par le nombre de pages uniquement) récemment paru chez Actes Sud en version française, intitulé « La Cité des Mots » et écrit par un immense écrivain (qui s’est découvert juif le jour ou un camarade de classe s’est avisé de l’en informer) du nom d’Alberto Manguel ; certainement pas un inconnu pour vous. Si ce n’est déjà fait et si je puis me permettre de le suggérer, intéressez-vous à sa lecture (ou relecture) ; why ? et bien parce que , curieusement, je trouve que son sujet est incroyablement signifiant dans le contexte même des débats initiés ici par (Monsieur) Arnold Lagémi depuis le tout début, c’est-à-dire « Le Dictionnaire…. ».
    Comme la plupart d’entre vous avez déjà « tout dit » -et bien- je me contenterai d’enfoncer le clou des propos tenus par Thérèse ou Sam le 11 juillet à 18h04 très précises (j’espère qu’Arnold ne sera pas trop fâché, d’autant que je n’ai pas pu m’empêcher de penser que, peut-être, son écoute du discours avait été polluée par une prévention extérieure). Je partage leur analyse en particulier concernant le passage qui trouble tant Arnold sur l’Ecole juive (troublé au point de nous faire faire un curieux « futur vers le retour » quand il nous dit « rien dans cette oeuvre ne laissait penser que le même homme tiendrait, deux ans plus tôt… »). Les mots utilisés par M. J. Attali doivent être entendus comme des métonymies et non comme des termes relevant de leur simple définition dans un dictionnaire. Ce qui à l’évidence dérange dans le discours de M. Attali en 2007 (valable en 2008, 2009… la suite n’est pas encore écrite) c’est qu’il énonce des constats, des réalités qui obligent à regarder en face ce que l’on ne voudrait surtout pas voir et qui fait mal. Rien ne sert de jouer les autruches, mieux vaut, chacun selon sa sensibilité et ses moyens, faire en sorte que « l’à venir » soit le moins sombre possible pour l’amour des générations futures (représentées par nos enfants ne le perdons pas de vue) et il est plus important et urgent d’unir nos idées et nos forces (même disparates) que de se battre, de s’insulter, de s’agresser, de se chercher des poux dans la tête ou de faire preuve d’arrogance insupportable en pensant détenir LA vérité.
    Je me permets (beaucoup de choses décidément aujourd’hui !) de regretter que Thérèse ne veuille partager qu’avec Arnold les informations qu’elle détient et qui, j’en suis certaine, non seulement sont d’un haut intérêt, mais nous concernent tous, même si c’est « horrible » ; mon père disait « la peur n’évite pas le danger » ; vous connaissez tous.
    Pour revenir sur le sujet de l’éloignement de nombreux d’entre nous du côté « religieux » du judaïsme je voudrai donner quelques exemples vécus. Grande gamine puis adolescente j’accompagnais évidemment mes parents à la synagogue régulièrement et, non moins régulièrement plus j’avançais en âge, plus j’étais désolée et triste que la situation (spatiale) où se trouvaient les femmes ne leur permette pratiquement pas d’entendre et encore moins de voir ce qui se passait « en bas » et… ça papotait sans cesse… mais alors, le rabbin, très certainement inspiré par la rebbetsin avait la sagesse de permettre chaque fois que possible que nous descendions embrasser nos pères, grands-pères, frères ou maris ; et puis est venu le jour où notre rabbin a laissé la place à un nouveau et là, patatras ! des cerbères partout, à l’entrée, au bas des marches, devant les portes fermées du rez-de-chaussée où désormais les hommes étaient enfermés, invisibles, interdits même d’un baiser respectueux le jour de Kippour… Que croyez-vous qu’il s’est passé ? Les femmes ont commencé à « s’absenter » puis à déserter et avec elles les enfants, filles et jeunes garçons qu’elles accompagnaient. Les jeunes ont grandi, mais ne sont pas retournés vers la synagogue.
    Tous nos neveux… non juifs selon la Loi, le sont selon le coeur mais n’ont jamais pu aller au-delà, interdits de bar-mitsva et d’intégration dans la communauté (mais… circoncis par des médecins en temps et en heure). Inutile de parler des femmes et des filles, toutes des sorcières et des voleuses d’âmes juives ! Si je compte bien, de fil en aiguille, aujourd’hui, grâce au radicalisme sourcilleux, partant d’une seule génération, plus de 20 membres prêts à entrer dans la « Famille » ont été contraints de rester « étrangers ». Dommage, toutes et tous sont « impeccables » comme disait mon père dont le jugement était infaillible (évidemment). Et en plus, je suis tout à fait d’accord.
    Rien ne sert de pleurer et surtout pas de faire retomber la faute sur l’autre ; la faute, l’erreur de jugement sont bel et bien chez nous.
    Comme si, ainsi que le relève si tristement Jankel, le passé ancien et récent avec la Shoa en point d’orgue ne nous avait pas déjà privé d’un nombre impressionnant de frères et soeurs et, à l’évidence, de talents multiples.
    Jankel… IL n’est pas « là » mais NOUS, oui ; IL s’occupe d’en haut et NOUS d’en bas ; laissons-LUI le ciel et occupons-NOUS de la terre.
    Chalom à tous.

  8. Arnold Lagémi dit :

    POUR JANKEL
    A dire vrai vos propos m’ont touché. Effectivement, les rabbins ne sont pas toujours à la hauteur des problèmes, de la conversion notamment. Peut être faudrait-il cesser de les croire infaillibles en attirant sans cesse leur attention à ce sujet. Quant à votre estimation concernant le Rocher, je m’incline devant la souffrance qu’elle sous tend et la colère qui en déborde. Votre conclusion désespérée et peut être lucide me paraît, de la même nature,que celle à laquelle sont parvenus ceux qui après l’horreur trouvèrent dans leur desespoir la force de bâtir l’Etat d’Israël. Puissiez vous vous tromper malgré tout.
    Je ne sais pourquoi mais je conclurai par respectueux Chalom plutôt que par cordial chalom; peut-on rester cordial après l’évocation de tels tourments. Merci pour votre témoignage.

  9. jankel dit :

    J Attali est réaliste et je pense que si le peuple juif, qui aurait dû être de 270 millions depuis les 6 millions de l’Empire Romain, ne change pas sa position « rabbinique » tardive, il perdra les enfants des mariages mixtes ASPIRES par l’environnement; et si la conversion à la culture juive se réduit à la cacherout et au reste des préceptes rigoureux, alors il faut enlever au peuple juif, déjà MAINTENANT! les trois quarts de sa population….
    Le Rocher me fait bien rire…Il est aux abonnés absents auprès des Tzaddikim par centaines de milliers à Auschwitz Treblinka Sobibor et Mille Shtetln où s’recercèrent au tir les Einsatzgruppen!
    Il ne sera pas davantage là une autre fois.

  10. Arnold Lagémi dit :

    POUR ELIE
    Bravo pour cet amour débordant qui sait dépasser les contradictions de la pensée. Votre témoignage devrait inspirer celles et ceux qui accordent une telle place à leur vanité qu’elle les invite à sacrifier la vérité dans le chemin du mensonge qui les conduit au deshonneur.
    Encore bravo pour votre affection qui distingue l’essentiel et lui accorde la première place.
    Bien cordial chalom.

  11. Elie KAZADO dit :

    Je n’ai que faire de jacques Attali ou bien d’autres,
    je suis JUIF et non pratiquant, je ne changerais pour rien au monde ma religion et mon identité .
    (IL) nous a donné notre libre arbitre à tous ,nous avons évolué et somme tous des ètres humains,il ya des bons et des mauvais pars tous.Chacun a sa conçeption de croire.
    MOI c’est en moi.
    Quant à ISRAEL c’est pour toujours
    et le Peuple JUIF aussi.
    Amen.

  12. therese zrihen-dvir dit :

    Bonsoir Arnold,
    Possible qu’a tes yeux cela soit excessif, moi de mon cote je vis une realite qui m’effraie plus les jours passent. Il ne fait aucun doute qu’une grande partie des juifs sont devenus, soit non croyants, soit se sont par indifference amalgames a d’autres religions. Je le connais et de bien tres pres a travers ma propre famille. De souche Cohen, tu comprends combien cela m’est penible de voir mes cousins germains epouser des goys, enfanter et ces enfant n’ont absolument aucune identite juive. Je ne contredis pas Attali et son recensement au contraire je l’appuies
    meme si cela me fait tres mal. La deuxieme guerre mondiale avec la Shoa a ete une veritable catastrophe pour le judaisme d’ou la majorite des rescapes en sont sortis athees.J’en ai rencontre tant dans les kibboutz et en ville. Attali est pragmatique et voit la realite telle quelle est sans essayer de la maquiller. Je suis croyante et j’aime ma religion non seulement par ce qu’elle est mais aussi et surtout pour tout l’amour qu’elle verse sur l’humanite entiere. La voir s’effilocher me desespere. J’ai fait aussi une petite etude sur les mouvements contradictoires d’Israel, et les resultats obtenus sont effrayants. Dans plusieurs cas, les juifs se tirent des balles dans les pieds.
    Communique avec moi directement a travers mon blogs et nous echangerons nos informations sur ce sujet si desastreux.
    Bien a toi,
    Therese.

  13. Arnold Lagémi dit :

    POUR THERESE ZRIHEN-DVIR

    CHAVOUA TOV
    Je pense que le début de ton commentaire est quelque peu excessif, dans la mesure où tu affirmes discerner dans le DICTIONNAIRE AMOUREUX DU JUDAÏSME des éléments justifiant tes réserves sur le réel attachement de Jacques Attali au Judaïsme. Merci, à l’occasion de me transmettre tes références car j’avoue y avoir distingué le contraire !
    J’y ai vu, en effet, une sensibilité assez touchée par la « chose religieuse ». Et, ainsi, que je l’écrivais, rien dans cette œuvre ne laissait penser que le même homme tiendrait, deux ans plus tôt, les propos « déplorables » que je dénonçais dans ma « Lettre ouverte. »
    Mais, pourquoi ne pas envisager, désolé de paraître peut être naïf, que Jacques Attali ait voulu en écrivant ce DICTIONNAIRE, nous assurer qu’il n’était plus l’homme de 2007 qui tenait des propos injurieux à l’égard de la Yéchiva et prévoyait toutes sortes de déconvenues au peuple Juif ?
    Et si ce DICTIONNAIRE était le signe avant-coureur d’une orientation différente de sa pensée ?

    Certes, je déplore les croisades de la gauche contre les « religieux » ; spectacle bien désolant de voir des Juifs s’affronter. Mais, tentons de lever les yeux, de voir vers ces sommets où, comme disait Malraux, il n’y a pas d’encombrement… Ne crois tu pas, qu’après 2000 ans d’exil, cette identité que le destin nous a imposée doit, maintenant, se redéfinir à l’aune d’une réalité nouvelle : celle de la nation juive qui a retrouvé sa terre ?
    Comment de telles retrouvailles ne s’accompagneraient-elles pas des inévitables douleurs qui précèdent tout enfantement ?
    Au plaisir de te lire ; je te redis mon ravissement à suivre ta plume quand elle nous entraîne dans les méandres du mellah…
    Amical chalom,
    Arnold

  14. SAM dit :

    SHAVOUA TOV ARNOLD,
    je continue de penser ,que Jacques Attali ne fait aucun outrage ,ni « un cadeau a nos ennemis » dans cette conférence communautaire où l’avenir du judaisme français est evoqué: Je persiste à dire qu’il faut relativiser son discours ,qui peut effectivement avoir d’autres tournures selon l’auditoire.
    Devant d’autres juifs français ,ATTALI fait un bilan ,et un etat des lieux ,dans lequel il s’inquiete d’une baisse importante du nombres de juifs dans le monde ,et il en donne des raisons tout a fait acceptées par nous tous. L’avenir est morose car rien n’est fait pour regler cette baisse demographique,l’existence meme du peuple juif ,a long terme …ETC..
    ATTALI est un statisticien et ,toute idée de meler à ce constat froid et inquiétant ,autre chose que des chiffres ,aurait eté hors sujet: en effet ,il parle de conversions impossibles ,de demographie faible ,de mariages mixtes etc… et d’aucune « revolution » en vue dans nos LOIS! pour enrayer cette catastrophe demographique!
    Pour le reste j’ai trouvé le ton tres approprié au contexte communautaire « juifs de france » et les appels a plus de dialogues inter religions.
    Sur l’ecole juive ,et la qualité des programmes ,il souhaite l’excellence et cette excellence serait un passeport vers polytechnique ,et là Attali donne plus ,un objectif tres haut a ces ecoles juives .
    Je suis ,devant cette conference ,attentif et interpellé comme tout juif ,mais à un aucun moment le discours d’Attali ne sort de son role d’expert et d’intellectuel froid et implacable devant des courbes statistiques.
    Bien cordialement SAM

  15. Arnold Lagémi dit :

    POUR SAM
    Excellente prestation, Il faut, cependant, prendre plus (que vous ne le dîtes) en considération l’impact de ces personnalités et ne pas les laisser s’embourber dans dans des estimations relatives ou fausses qui nous porteraient, malgré tout, préjudice.
    SHABAT SHALOM

  16. Arnold Lagémi dit :

    Pour Mihal
    Cette citation de l’Empereur tombe bien à propos: pleurer sur les ruines du Temple, prendre sur soi jusqu’à aujourd’hui, une douleur au fondement si lointain est l’indication que la nature du peuple concerné échappe tout autant à la règle commune qu’aux prévisions funestes de tous ceux qui n’ont pas encore admis qu’en parcourant seulement un traité d’histoire juive on est confondu par l’impuissance des ressources humaines à expliquer la survie d’Israël. Et l’on voudrait prédire ou prévoir (est ce bien différent quand il s’agit du peuple juif?) son avenir?
    CHABAT SHALOM

  17. SAM dit :

    Jacques Attali ,fait son dictionnaire amoureux… et nous le trouvons « expert »,passionant ,et erudit en judaisme… Il est de plus en plus souvent interrogé par les medias sur Israel ,le judaisme ,le sionisme ,et ,en france ,mr Attali expert en politique economique ,ancien confident et conseillé de Mitterand a besoin de survivre mediatiquement et financierement ,ISRAEL ET LE JUDAISME semblent etre un creneau bien plus croustillant que la presidence Mitterand pour laquelle il a tout dit! Relativisons le phenomene ATTALI : C’est un grand ecrivain ,un economiste respecté ,un journaliste eclectique ,et en plus, juif brillant comme tant d’autres! Surement pas un prophete ,ni le detenteur de la verité! Son opinion est souvent variable et parfois changeante ,car , on ne peut parler sur 3 OU 4 radios ,puis faire 2 OU 3 emissions TELE ,puis 1 OU 2 conference de presse ,tout celà dans la meme semaine ,sans risque de derapage ou de contre verité ,meme si l’on s’appelle J ATTALI. L’avenir du judaisme et de l’ETAT D’ISRAEL ne pourront en aucun cas tenir compte d’opinions et de predictions hasardeuses et intellectuelles ,qu’elles emanes de juifs ou de nos ennemis habituels!

  18. vaknin mihal dit :

    En cette periode de ben ametsarim{du 17tamouz au 9ab}gardons notre croyance et souvenons nous des propos tenus par NAPOLEON lors de sa visite a AKKO quand il est passe devant une synaguogue le soir de 9bav…..si ce peuple pleure la destruction de son temple qui a eu lieu il y a si longtemps….ce peuple est destine a vivre la netsah netsahim…..
    c’est la reponse que l’on doit donne a mr JACQUES ATTALI

  19. therese zrihen-dvir dit :

    Mon cher Arnold,
    Le livre de Mr. Attali nous mène très doucement vers cette conclusion désarmante. Cela a été achevé de façon si subtile que très peu ont réussi à définir la trajectoire de ce dictionnaire. À travers sa conception même, il est évident qu’il visait une cible, celle d’une réalité si effrayante qu’elle m’est à moi-même, en tant que juive, accablante et terrible à accepter. Et pourtant, mon cher Arnold, il va falloir un jour ou l’autre la confronter même ici en Israel, avec la Gauche laïque qui creuse la tombe au Judaïsme et celle de l’état d’Israel en tant qu’un état juif. Regardez les émeutes entre les Haridim qui veulent conserver une atmosphère juive dans la ville la plus sainte du Judaïsme Jérusalem et constatez ce que les Israéliens en font d’elle.
    Ce sujet est très épineux mais malheureusement réel. Il y a trop de juifs qui sont absorbés jour après jour par d’autres religions, soit par des mariages mixtes et la naissance d’enfants à l’identité indéfinie, soit simplement par le dénigrement de leurs souches juives et je ne cite qu’une infime parcelle du problème entier.
    Bien sûr que cela me révolte, te révolte, mais combien sommes-nous dans ce panier? Très peu. Mon dernier article à D. Pipes couvre ce sujet.
    Si tu veux l’approfondir, contactes-moi et je te fournirais bien des détails boulversants.
    Shabbat Shalom à tous.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>