pub2011

Prof Albert Bensoussan

Prof Albert Bensoussan

Les synagogues sont nombreuses en Algérie, y compris dans les villages les plus reculés, où le judaïsme est très ancien, antérieur à l’Islam – ne lit-on pas chez l’historien berbère Ibn Khaldoun que l’opposant le plus farouche à la pénétration des envahisseurs arabes au VII° siècle fut la Kahéna, reine des Aurès, de la tribu judaïsée des Djeraouas ? En Algérie la foi juive a toujours été intense et ses lieux de culte particulièrement fréquentés. À Alger, le « Grand Temple », en pleine Casbah, a la forme d’une mosquée, avec un vaste dôme. Oran s’enorgueillit, à juste titre, d’avoir la plus belle synagogue d’Algérie, rivalisant avec la cathédrale d’Alger avec ses deux tours et ses rosaces.

synagogues d’Algérie


À l’intérieur des synagogues, l’objet du culte est la parole divine donnée à Moïse et inscrite par des scribes pieux sur la peau des rouleaux de la Thora, rangés dans l’arche sainte que surmontent les Tables de la Loi. À la prière solennelle, le rouleau est sorti de l’arche, exhibé à la vue des fidèles, couché sur la table de lecture – tevah – où le rabbin récite et chante le chapitre – paracha – de la semaine.
Principales synagogues d’Alger : Le Grand Temple, place du grand-rabbin Abraham Bloch ; temple Jaïs, rue Scipion ; temple Ben Néoral, rue Médée ; temple Serfati, rue Sainte ; temple Chaloum Lebar, rue de Dijon ; temple Guggenheim, impasse Boutin ; temple Hara, rue Volland, temple Kaoua, allée des Mûriers ; temple du Consistoire, rue Suffren.
Le Grand Temple était celui des cérémonies officielles ; c’était aussi la synagogue fréquentée par le grand-rabbin d’Algérie, Maurice Eisenbeth, qui y officiait avec une magnifique voix de basse, notamment le jour de Kippour.
Le temple de la rue Scipion était plus spécialement celui des notables et des grands commerçants de la ville. Ses rabbins titulaires étaient les rabbins Zerbib et Kamoun, ce dernier devenant au moment de la guerre d’Algérie aumônier général des Armées.
Le temple Guggenheim avait un rituel particulier (ashkénaze) qui était indiqué sur les livres de prière en usage dans les synagogues d’Algérie.
Le temple de la rue de Dijon, fondé en 1894, était la synagogue des mariages et pour cela même considérée comme le plus beau lieu de culte d’Alger. Elle contenait jusqu’à cinq cents personnes. À l‘intérieur une magnifique tenture rouge recouvrait le tabernacle, avec de chaque côté des céramiques anciennes. L’éclairage autour de l’autel faisait briller les incrustations de verre de cette tenture, créant ainsi une certaine féerie. Au fond de la synagogue s’élevait une tribune, pouvant contenir soixante personnes, et qui abritait un harmonium servant aux cérémonies. Les enfants de chœur y prenaient place pour les chants de mariage. Jusqu’aux derniers temps l’harmonium était tenu par Mme Doneddu, mère d’Ida Doneddu, qui fut la grande cantatrice d’Alger et chanta même à l’Opéra de Paris. Les mariages étaient célébrés par un rabbin qui en avait fait sa spécialité et doté d’une voix magnifique : Aaron Molina.
Aujourd’hui toutes ces synagogues ont disparu ou ont été transformées en mosquées.
Albert Bensoussan

Articles similaires

Tags: , , , , ,

9 Reponses to “Les synagogues d’Algérie Par le Prof. Albert Bensoussan”

  1. NABIL dit :

    Cher Nabzed,j’ai aussi trouvé ces numéros sur internet,si cela peut vous aider,en fait ce sont de nouveaux numéros qui n’ont pas d’indicatifs régionaux,car les nouveaux téléphones fixes en Algérie,ne se branchent que sur une prise électrique à n’importe quels endroits du pays,et les prises téléphoniques ne sont plus nécessaires,ce qui explique cette numérotation,je pense que si vous appelez de l’étranger,après le 213,il ne faut pas faire le 0,voici les numéros :
    Said, Roger
    29 Rue des Martyrs
    Blida
    Algiers, Algeria
    Phone: (03)49-26-57 / (03)41-95-42

  2. NABIL dit :

    @Raphael,je suis entièrement d’accord avec vous,c’est d’ailleurs pour cette raison,que j’ai qualifié,ce jeune homme de courageux,d’ailleurs dans l’article en question du journal el-watan diffusé également sur ce site,Naîm n’a pas manqué de dénoncer ce que vous dites,et que je confirme et partage totalement avec vous,et condamne par la même occasion,mais ma joie et mon espoir ,ce sont les commentaires des lecteurs du journal d’el-watan,sur le site de ce quotidien que je vous invite à lire,qui dans leur immense majorité ont tous apportés leur soutien à Naîm ,et garde l’espoir de l’amour et de la fraternité retrouvé,et prie Dieu en ce sens,contre le venin de l’antisémitisme,que je vomis.SALAM-SHALOM.

  3. Raphael dit :

    @ Nabil: « un courageux jeune homme appelé NAÏM,âgé de 24 ans,étudiait ,pour devenir le futur rabbin d’Algérie ». Le texte de référence laisse une impression de grossière supercherie à tous ceux qui ont des connaissances minimales d’hébreu. On peut s’interroger sur les motivations de ce courageux jeune homme, dans un pays où il suffit de lire n’importe quel blog pour mesurer la haine antisémite qui n’a cessé de croître depuis que les Juifs ne sont plus une minorité visible en Algérie: un pays sans Juifs dévoré par une propagande lancinante, qui ne se cache même plus derrière un antisionisme de façade, afin de détourner l’attention du bon peuple des problèmes réels.

  4. NABIL dit :

    Désolé,ce sont ceux que j’ai trouvé sur internet,j’ai composé les numéros,ça sonnait occupé,sauf pour le numéro de fax qui fonctionne et sonne normalement,je ne peux pas vous dire si ils sont encore valables,car il y a eut une nouvelle numérotation en Algérie,et il y a aussi d’autres opérateurs avec d’autres indicatifs, qui proposent des téléphones fixes/mobiles, que l’on peut brancher sur une prise électrique,sinon le cas échéant ,il faut contacter le service de renseignement téléphonique algérien,qui vous informeras du nouveau numéro éventuel.

  5. NABIL dit :

    Pour Kathleen ,oui je confirme,il y a encore des juifs en Algérie,et j’ai lu dernièrement dans un article publié par le journal el watan ,et également diffusé sur ce site, qu’un courageux jeune homme appelé NAÏM,âgé de 24 ans,étudiait ,pour devenir le futur rabbin d’Algérie ,concernant la Kabylie, dans certains villages,il y a quelques juifs kabyles mais très peu,les juifs de kabylie ont été convertis à l’islam,parfois tardivement comme la région de Larbaa ait irathen qui s’est convertie en 1910,mais il y a beaucoup de villages kabyles d’origine israelite comme dans la région de Bouzeguene ,Taourirt mimoun etc..,, où tous les noms de familles de ces villages sont Lévy,Friedman,cohen,touati,braham etc…,ils sont convertis à l’islam,mais conservent certaines traditions antiques du judaïsme,et sont d’authentiques israelites musulmans,quand aux berberes de Kabylie,ils étaient juifs avant d’être islamisés,mais ils n’étaient pas d’origine israelite ,comme les gens de ces villages d’origine israelite,que j’ai cité, bien à vous kathleen.

  6. nabzed dit :

    Les numéros que vous donnez sont incomplets. De plus, les indicatifs ne correspondent pas. Vous donnez, par exemple, l’indicatif de Bejaia pour une adresse qui se situe à Blida. Merci de corriger

  7. Kathleen dit :

    Y aurait il encore des Juifs en Algérie ou en Kabylie ???
    Je serai curieuse de savoir….bon Shabbat à toutes et tous..

  8. simonviolet dit :

    « Aujourd’hui toutes ces synagogues ont disparu ou ont été transformées en mosquées »
    c’est la même chose pour les églises,et c’est un pur scandale,une honte,que personne ne relève jamais,personne n’a protesté

    et le ministre algérien du culte musulman vient parfois comme une fleur en france pour inaugurer une nouvelle mosquée,et se plaindre au passage qu’il n’y en a pas suffisamment;
    ils détruisent en algérie les derniers symboles historiques du judéo-christianisme de ce pays,et viennent en france protester contre la soi-disant islamophobie qui y règne

    on pourrait parler des cimetières aussi,des monuments aux morts,mais à quoi bon,ça n’intéresse personne.
    quand on compare avec israel,qu’on voit le drame que c’est quand on reconstruit simplement une synagogue du 18ème siècle rasée par les jordaniens,c’est insensé,ça défie le bon sens

    (et si on ose se plaindre de ce vandalisme d’état,on nous répond qu’il n’y a plus ni juifs ni chrétiens dans le pays;sauf que juifs et chrétiens ne sont pas partis de gaité de coeur, contrairement à ce que le pouvoir algérien clame,mais dans des conditions déplorables et parce qu’ils n’avaient que le choix de partir ou de risquer de se faire tuer)

  9. NABIL dit :

    Je pense qu’il y a encore de l’espoir pour voir de belles synagogues en Algérie,car depuis la loi de 2006,le judaïsme a son représentant officiel en Algérie,en la personne de ROGER SAID,depuis 2009,qui devient de fait responsable des 25 synagogues d’Algérie,de l’organisation du culte et de l’entretien des cimetières et monuments,et informe mes frères juifs algériens qu’ils peuvent prendre contact pour tout ce qui touche à leur culte, avec ces organisations officielles,dont voici les coordonnées :

    Consistoire d’Algerie, 29 rue des Martyrs, Blida
    President : Roger Said.
    Tel: (213) 349-26-57.

    Federation des Communautes Israelites d’Alger

    6 rue Hassena Ahmed (formerly rue de Suffren).
    Tel: (213) 262-85-72.

    Synagogue and Jewish Community Office in Algiers
    Association Consistoriale Israelite d’Alger,

    6 rue Hassena Ahmed, Algiers (formerly rue de Suffren).
    Tel: (213) 262 85 72.
    President : Maitre Roger Said.
    Tel: (213) 349 26 57
    Fax: (213) 264 55 36

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>