pub2011

André Namiech

André Namiech

Métro, Boulot, Dodo… Crises financières, Tsunami, Inondations, Tremblements de terre…
Autant d’événements qui réactualisent les questions existentielles :
- Quels sont les buts et le sens de la vie ?
- Sommes-nous de simples robots, ou bien avons-nous encore une marge de manœuvre pour influencer notre destin ?

Dans son livre «Le je et le tu», Martin Buber expliquait son point de vue :
- Si Dieu a créé ce monde, c’est qu’il a un but et un plan ;
- Si Dieu a créé l’homme conscient sur cette terre, c’est que Dieu a besoin de l’homme pour parachever son plan. Si non, comment l’homme pourrait-il exister si Dieu n’avait pas besoin de lui ? »
C’est précisément au sujet de ce but et de ce plan que ces questions restent pertinentes…

« C’est quoi être Juif aujourd’hui ? A quoi cela nous engage-t-il ? » Un jeune homme juif avait posé ces questions à Elie Wiesel, prix Nobel de la paix, qui avait répondu :
« Au risque de vous décevoir, je dois vous avouer que je n’ai aucune clef à vous offrir. Plutôt que de parler de mes certitudes, je préfère évoquer mes efforts pour en acquérir. A travers mes personnages et leurs jeux de miroir, c’est le Juif en moi qui cherche… »

C’est bien là une définition du Juif qu’a donné Elie Wiesel : «Le Juif est celui qui cherche à comprendre et qui est en quête de connaissances pour faire évoluer le monde».

Dans le livre intitulé « Le maître de prière », le rav Adin Steinsaltz a écrit quelques commentaires sur des contes de Rabbi Nahman de Breslav.
Il ressort de ces commentaires que Rabbi Nahman lui aussi, utilisait des personnages symboliques pour interpréter dans ses contes, certains aspects mystiques de la Kabbale et du Judaïsme.

Il s’agissait pour Rabbi Nahman de prendre en considération l’interpénétration des mondes physiques et métaphysiques pour trouver de nouveaux champs d’exploration. Il était persuadé que le monde entier, dans ses moindres détails, était en correspondance avec les mondes supérieurs.
Mais cette approche, explique le Rav Steinsaltz, demande certaines précautions car « l’homme est incapable d’assimiler des enseignements prononcés de façon manifeste, sans enveloppe, de peur qu’il ne soit exposé trop brusquement à la « lumière », alors qu’il est toujours dans le sommeil et les ténèbres… C’est pourquoi Rabbi Nahman voilait tellement le contenu de ses contes, que leurs significations nécessitent un enseignement particulier permettant de parvenir à un éveil spirituel ».

Le rav Adin Steinsaltz ajoute : « Certains contes de Rabbi Nahman ont des canevas qui semblent provenir de ses rêves. Bien d’autres chefs hassidiques ont raconté des rêves aux significations multiples et certains d’entre eux avaient même l’habitude de consigner leurs rêves par écrit.

C’est bien aussi par le truchement de rêves que le psychanalyste C. Jung cherchait à comprendre la symbolique du monde métaphysique : « Rien ne se passe dans le monde matériel qui n’est été d’abord conçu dans la psyché »
Dans le livre qu’il a écrit à la fin de sa vie, C. Jung a résumé son parcours spirituel :

« J’emporterai ce que j’ai fait sur cette terre, mais en attendant, il s’agit que je n’arrive pas les mains vides…

« Le sens de mon existence est que la vie me pose une question ; mais inversement, suis-je moi-même une question posée au monde et dois-je fournir une réponse ?…

« Récemment, j’ai observé chez moi une série de rêves qui, de toute apparence, décrivent le processus d’une réincarnation. Si nous supposons qu’il y a une continuation « au-delà », nous ne pouvons concevoir un mode d’existence autre que psychique, car la vie de la psyché n’a besoin ni d’espace, ni de temps…
« La psyché est un fait le plus puissant de l’univers. Il est la source de tous les faits humains de la civilisation qui ont engendré aussi bien les périodes de paix, que les périodes de guerres…

« L’inconscient s’exprime par des symboles. On retrouve ces symboles dans toutes les religions. Le problème est que nous ne savons plus interpréter et comprendre ces symboles.
L’homme moderne a investi spécialement et massivement dans les facultés de la conscience qui a permis de faire d’immenses progrès dans les domaines techniques. Mais pendant ce temps nous avons négligé d’entendre et de comprendre les messages que nous envoyait l’inconscient….

« L’instance interrogative qui parle en l’homme est un héritage très lointain de l’humanité, un archétype riche d’une vie secrète qui voudrait s’ajouter à la nôtre pour la parfaire. De fait, notre vie, jour après jour, dépasse de beaucoup les limites de notre conscience et, sans que nous le sachions, la vie de l’inconscient accompagne notre existence ».
« Plus nous sommes aptes à rendre conscient ce qui est inconscient, plus grande sera la quantité de conscience que nous intégrerons… »

« L’inconscient est rempli d’étincelles comme autant de conscience qui réclame à advenir. Et ces étincelles correspondent à des particules lumineuses prisonnières de la matière obscure. L’inconscient connaît et voit beaucoup de choses qui sont cachées à la conscience ».

Comme on peut le constater, beaucoup de remarques de C. Jung traduisent le fait qu’il a certainement étudié la Kabbale avec des maîtres kabbalistes, et s’en est inspiré pour interpréter les rêves et l’inconscient.

Et pour conclure cette analyse, je citerais une remarque de Dostoïevsky :

« Si la foi en l’immortalité de l’âme est si nécessaire à l’être humain, c’est donc qu’elle est l’état normal de l’humanité, tel qu’elle est inscrite dans ses gênes. Puisqu’il en est ainsi, l’immortalité de l’âme existe donc ».

Articles similaires

Tags: ,

Une Reponse to “Les rêves : Portes de l’inconscient ? Par André Namiech”

  1. ALAIN AZOULAY dit :

    Salut André,
    De retour sur le blog avec la plume à la main et plein de bagages philosophiques , des citations , des tentatives spirituelles d’éclaircir les choses de la vie…..
    Bravo pour ta brillante analyse sur les portes de l’inconscient !

    Alain AZOULAY

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>