pub2011
André Namiech

André Namiech

On dit que des « miracles » se produisent, lorsque des événements extraordinaires se réalisent, contre toute logique, en dehors des lois naturelles de « causes à effets ».
Les miracles constituent des « événements » qui ne sont pas naturels, et qu’on ne peut expliquer rationnellement.


Dieu ou le Hasard

Les croyants attribuent ces événements inattendus, mais espérés, à l’intervention de Dieu.

Ils pensent que, comme c’est Dieu qui a déterminé les lois naturelles de « causes à effets », Il peut tout aussi bien les changer, selon son désir, et produire ainsi des miracles.
Comme Dieu est omniscient, rien ne lui est étranger.

Pour ceux qui se veulent « rationalistes »,  mais qui ne peuvent expliquer ces phénomènes, ils les attribuent, au « Hasard »…

Albert Einstein disait : « Le hasard, c’est quand Dieu se promène incognito… »

Les miracles de la Bible

Le livre de l’Exode nous décrit plusieurs miracles qui sont intervenus en faveur du peuple Hébreux.

J’en ai relevé un, en particulier, au chapitre XVII, paragraphe 8, qui concerne la victoire des Hébreux contre Amalek.

Le texte dit : «  …Amalek survint et attaqua Israël à Rédifim… »

Ensuite, le texte ajoute : « Josué exécuta ce que lui avait dit Moïse, en livrant la bataille à Amalek, tandis que Moïse, Aaron et Hour, montèrent au haut de la colline. »

Et le texte poursuit : «  Or, tant que Moïse tenait son bras levé, Israël avait le dessus ;

mais dès que Moïse baissait le bras, c’est Amalek qui l’emportait…

Finalement c’est Josué qui triompha d’Amalek et de son peuple, à la pointe de l’épée… »

Après cette lecture, on peut  penser que si le peuple Hébreux avait vaincu Amalek et son peuple, c’est grâce au miracle que fit Moïse, en levant son bras vers le ciel.

Certains exégètes donnent une autre explication  pour comprendre ce miracle et nous permettre d’en tirer deux enseignements :

1°) Le premier enseignement est que, avant qu’Amalek ne surgisse pour attaquer Israël, le livre de l’Exode nous apprend que les Hébreux s’étaient mis à douter de la mission de Moïse.

Il est écrit : « Les Hébreux avaient tenté l’Eternel, en disant :

« Nous verrons si l’Eternel est avec nous ou non !… »

C’est après cela que Dieu répond à sa manière, en envoyant Amalek pour les attaquer.

C’est la loi « de causes à  effets » : Amalek n’a donc pas surgi par hasard !…

2°) Le deuxième enseignement nous apprend que si Moïse avait levé son bras vers le ciel, c’était pour inciter les Hébreux à regarder vers le ciel, et à croire à nouveau, à la providence de Dieu pour lui demander son soutien dans ce combat qu’ils ont à livrer contre Amalek.

Les Hébreux avaient compris que ce combat pouvait leur être fatal, sans l’aide de Dieu.

Amalek et son peuple étaient certainement mieux armés et mieux entraînés que les Hébreux  qui venaient à peine de sortir de plusieurs siècles d’esclavage en Egypte.Les Hébreux n’avaient encore aucune expérience de la guerre, ni aucune chance de s’en sortir sans l’aide de Dieu…

D’après le raisonnement logique de « causes à effets » et du rapport des forces,

c’est Amalek qui aurait dû logiquement gagner cette guerre…

En conclusion, on peut dire d’une part, que les Hébreux, malgré leurs faiblesses, ont eu le courage de prendre les armes pour se défendre, mais que d’autre part, c’est grâce à la confiance retrouvée envers Dieu, que le miracle a pu se produire selon la formule :

« Aide-toi et le Ciel t’aidera… »

…Mais que devient le libre arbitre devant ces miracles ?

Car la question  se pose alors :

Si Dieu a tout envisagé, qu’en est-il de notre libre arbitre ?

Que puis-je faire encore, si tout est déjà prévu ?

La découverte de la « physique moderne » pourrait nous donner certaines pistes et certaines explications, que je voudrais analyser maintenant :

Le rabbin Aryé Kaplan,  qui était aussi un grand physicien, avait constaté :

« Avec les découvertes de la physique moderne, si les miracles du passé étaient considérés par les scientifiques comme des superstitions, les physiciens qui découvrent chaque jour des « miracles » dans leurs laboratoires, sont prêts à y croire aujourd’hui ».

Quels sont donc « ces miracles » que les physiciens découvrent dans leurs laboratoires aujourd’hui ?

La physique moderne a élargi nos connaissances : Elle s’intéresse aujourd’hui, d’une part au monde de l’infiniment petit, pour étudier le comportement des atomes et des particules élémentaires ; et d’autre part, au monde de l’infiniment grand, « le macrocosme », pour étudier la structure de l’univers et des galaxies.

La physique moderne a mit en évidence le fait que les anciennes lois de Newton, n’étaient plus compatibles avec ces nouveaux mondes microscopiques et macroscopiques, que l’on étudie maintenant.

Les nouvelles découvertes ont ébranlé les fondements sur lesquels se basaient les observations scientifiques. Albert Einstein a remis en question les notions de gravitation, d’espace et de temps, qui ne sont plus considérées comme des constantes absolues, comme on le croyait avant.

Il a démontré que si l’on pouvait se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (300.000 km. Sec.), on constaterait que l’espace et le temps se contractent.

De même, nos pensées circulent à la vitesse de la lumière ; ceci pourrait expliquer la transmission de pensées qui ne tient compte ni du temps, ni de l’espace.

A très grande vitesse, dans le Cosmos, le temps, marqué par nos horloges internes et externes, ralentit et devient relatif à la vitesse de déplacement. Autrement dit, à très grande vitesse, nos organes et nos cellules vieilliraient moins vite…

Influence de notre conscience sur les objets

On a découvert aussi que, lorsqu’un chercheur faisait une expérience sur des atomes ou sur des particules élémentaires, sa conscience pouvait influencer les résultats de son expérience.

Ceci confirme l’interaction de tous les phénomènes de l’univers, qui sont interdépendants,

y compris notre conscience.

La lumière

Des physiciens ont découvert que la Lumière, qui est une énergie,  pouvait se présenter, selon les expériences, soit comme une onde, soit comme des grains de matière (les photons). D’où la fameuse formule découverte par Einstein : E=mc2.

E, c’est l’énergie, M  représente la matière et C représente la vitesse de la lumière au carré.

Cette formule qui a permis de démontrer que la matière était aussi de l’énergie…et que la lumière pouvait se transformer en matière.

L’énergie est le principe vital qui se révèle dans les formes et les corps.

Coexistence du Temps

La théorie de la relativité, dit aussi que le temps n’est pas un fleuve tranquille qui se déroule successivement  avec un passé déjà révolu, et un futur encore à venir.

Puisqu’à très grande vitesse le temps est modifié, les notions de passé, de présent et de futur sont aussi modifiées. Tous ces temps coexistent simultanément…

Le passé, le présent et le futur sont relatifs à la vitesse et au sens de déplacement.

Autrement dit, d’après les théories de la relativité, à très grande vitesse, le présent d’une personne pourrait très  bien être à la fois le passé d’une autre personne… et le futur d’une troisième…

Tenant compte de ces découvertes, qui ont ébranlé les bases de la physique, certains physiciens ont développé différentes théories, dont certaines ne sont pas encore démontrées scientifiquement, mais qui paraissent très intéressantes à analyser.

Le libre arbitre

C’est par exemple le cas du physicien Philippe Guillemant qui a écrit un livre intitulé « La route du Temps » édité dans la Collection « Sciences ».

Dans ce livre, il décrit ses propres expériences qui lui ont permis de démontrer que nous pouvons influencer la direction et le choix de notre avenir,  grâce à notre « libre arbitre ».

D’après les observations qu’il a faites, il est arrivé à la conclusion  qu’il n’y avait pas dans la nature, seulement un sens unique de « causes à effets », mais également un « sens inverse » qui permettrait  de faire remonter « les effets » vers leurs causes, ce qu’il a appelé « la double causalité »..

 « Si l’on observait mieux les indices, et les messages qui nous sont envoyés par la nature, on pourrait choisir la meilleure voie et  influencer ainsi notre avenir ».

Mais comment reconnaître ces indices

Et comment saurons-nous que nous avons fait le bon choix ?

Philipe Guillemant explique : « J’étais loin de me douter, qu’en travaillant cette intuition, en l’analysant, en la structurant à l’aide des enseignements de la physique moderne, je serais amené à donner corps à des concepts « aussi mystérieux » que l’esprit ou l’âme ».

« Lorsque j’ai commencé la rédaction de ce livre, je n’avais qu’une idée intuitive du mécanisme des « synchronicités ».

On peut rappeler ici que la « sychronicité » est le phénomène qui a été décrit par le psychanalyste C. G. Jung : C’est le fait que des « événements », simultanés ou successifs, se produisent pour attirer notre attention. Ces « coïncidences » impliquent autre chose que la simple probabilité du « hasard ». Si nous apprenons à les observer et à comprendre leur signification,  en devenant plus réceptifs, cela pourrait nous aider à prendre de bonnes décisions qui influenceront  notre avenir.

Quelque fois, ces signes agissent également comme des avertissements pour nous signaler qu’on est dans une mauvaise voie !…

Le Grand Pardon

Dans le judaïsme on connaît ce phénomène puisque au jour de « Grand Pardon » on est persuadé qu’en faisant « Téchouvah », on arriverait à effacer les péchés qu’on aurait commis dans le passé,  afin que notre présent et notre futur soient protégés de leurs effets négatifs.

Un autre exemple de « synchronicité » se trouve dans la « Méguilat-Esther » :

Rappelez-vous tous les événements qui ont précédés le moment où Esther a dû prendre une décision qui allait influencer non seulement sa propre vie, mais également la vie de tout le peuple Juif.

Sous le règne du roi Assurérus, celui ou celle  qui osait s’adresser au roi, sans que celui-ci ne l’ait invité à parler, risquait la peine de mort.

Malgré cela, la reine Esther prit le risque de s’adresser au roi et en lui révélant qu’elle était juive. Par conséquent, si le décret de Aman était appliqué,  tout son peuple serait exterminé et elle aussi, en tant que Juive.

Vous connaissez la suite : C’était grâce à l’usage de son « libre arbitre » que la reine Esther a déclenché le miracle qui a sauvé le peuple Juif.

Problème et solution

La Torah dit que la nature envoie le problème avec la solution

Philippe Guillemant a dit exactement la même chose dans son livre où il écrit : 

« La nature nous apprend que « tout problème » contient sa solution, dès lors que nous sommes prêts à admettre l’existence de ce problème et à écouter sa signification.

A nous ensuite d’analyser sereinement les diverses possibilités qui s’offrent à nous et de faire le choix du nouveau chemin à suivre.

Il ajoute : « L’accumulation des coïncidences extraordinaires, était pour moi, la confirmation que j’avais choisi le bon chemin.  J’avais alors la sensation intuitive d’une communion avec les éléments de l’univers. C’était comme si un « troisième œil » suivait mon cheminement et s’apprêtait à tout moment à me suggérer une orientation. » 

Certains pourront appeler cela l’ange gardien, ou l’âme, et pourquoi pas Dieu lui-même ?.

Le physicien Guillemant décrit aussi :

« C’était comme si un aiguillage avait été actionné à mon intention… Comme si mon cerveau s’étendait bien au-delà des limites de ma personne. Quoi qu’il en soit, les symboles et les signes que j’ai pu observer, m’ont permis de mieux comprendre ma vie entière et de ressentir que j’avais réalisé, peu à peu, un potentiel insoupçonné de mon « libre arbitre ».

Potentiel inexploité

« Nous avons tous, au fond de nous-mêmes, un potentiel de ressources inexploitées, notamment  une faculté d’activation de notre avenir qui répond le mieux à nos aspirations, et cela, parmi les multiples parcours possibles de notre vie. Mais, comme nous sommes emprisonnés au quotidien, dans nos  conditionnements, et notamment par nos habitudes, nous ne savons pas généralement exploiter ces potentiels ».

L’arbre de Vie

La théorie que suggère ce physicien est que :

« Dans l’Arbre de Vie qui nous concerne individuellement, nos futurs sont présents sous de multiples versions qui coexistent simultanément, mais ces différentes versions sont à l’état de potentiels,  non encore vécus. C’est donc de notre libre arbitre que va dépendre le choix de la « branche » que nous allons suivre et qui influencera notre futur ».

Notre état d’esprit

Mais comment être sûr que c’est la bonne voie que nous avons choisie ?

La Nature contient en elle-même, à la fois le bien et le mal.

C’est Isaïe qui nous révèle cette déclaration divine extraordinaire : « C’est Moi qui suis l’Eternel et nul autre… Je forme la Lumière et crée les Ténèbres ; J’établis la paix et suis l’auteur du mal… Moi l’Eternel, Je fais tout cela… » (Isaïe Chap. 45).

Le choix que nous faisons dépend de notre « état d’esprit »  et de notre mental : Si nous pensons positivement et si nous agissons pour le bien de notre entourage, la nature nous aidera, par des signes significatifs, à choisir la voie qui convient le mieux à notre état d’esprit.

Mais, cela est aussi valable pour ceux qui pensent et qui agissent négativement :  la nature leur présentera des voies correspondant à leurs lacunes 

La nature agit comme un « boumerang » : Elle nous renvoie l’image de nous-mêmes.

Elle agit également comme « un aimant » : Le Bien attire le bien, Et le Mal attire le mal…

Selon la formule connue : « On ne récolte que ce qu’on a semé : Qui sème le vent, récolte la tempête…

Hag saméah.

Articles similaires

Tags: , ,

Une Reponse to “Les miracles et le libre arbitre Par André Namiech”

  1. Zekri dit :

    ?? »? M. Andre Namiech ???? ??? ???? ?????
    Je salut votre analyse dont la justesse et les détails de la pensée biblique que vous évoquez ont retenues mon attention et m`on permit de comprendre certains faits beaucoup plus clairement. ?? ?????
    Merci

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>