5 Comments

  1. 5

    betty L

    IL FAUD ABSOLUMENT QUE TOUT SE SACHE MERCI

  2. 4

    Vered

    Merci, Margot pour ces renseignements sur l’histoire des juifs de Belgique. Est ce vrai que l’arrestation des juifs en Belgique, contrairement a ce qui s’est passe en France, n’a pas été faite par la police locale, mais directement par les Allemands ?

  3. 3

    Margot

    Ceci c’est passé cette semaine à Bruxelles, le contraire aurait fait un tôlé dans la presse !!!!!! « Cinq jeune filles (d’origine juive) agressent une marocaine »
    La mentalité n’a pas beaucoup changée savez vous.

    La députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR) a dénoncé lundi dans un communiqué l’agression de la jeune fille. « Il y a eu une altercation avec cinq autres filles (d’origine marocaine) du cours de sport. La jeune fille juive a dit en avoir marre qu’on lui manque de respect et de devoir subir toutes sortes d’insultes contre elle et sa famille », explique la députée.

    Des insultes ont fusé et la jeune fille a été traitée de « sale juive », giflée à deux reprises, puis frappée à la tête et « rouée de coups », a ajouté Viviane Teitelbaum. »Les agresseurs ont été identifiées et seront interrogées ; la famille a également interpellé les responsables de l’école », a assuré la députée. Au-delà des faits, Viviane Teitelbaum se dit aussi choquée de voir que cette information n’a, selon elle, pas trouvé écho dans la presse et les sites d’actualité.

  4. 2

    Margot

    Il n’y a pas un jour ou je ne pense à toutes ces femmes, enfants et hommes morts par la haine d’un certaine race humaine. Jamais nous ne pouvons oublier et notre devoir est de transmettre à nos enfants et petits enfants. En 2012, un nouveau musée sera inauguré à Malines (Belgique) dans la caserne DOSSIN ou tant de Juifs ont été emprisonnés. J’irai le visiter en mémoire pour eux.

    « Durant l’été 1942, Les Allemands commencent à préparer la déportation des Juifs de Belgique à l’été 1942. Pour ce, ils transforment la caserne Dossin de Saint-Georges, dans la ville de Malines (Mechelen en flamand) en camp de transit. Malines, (60.000 habitants), est idéalement située à mi-chemin entre Anvers et Bruxelles, les deux villes où habite la majorité de la population juive de Belgique. La ville dispose en outre de bonnes liaisons ferroviaires avec l’est.

    Le camp est un bâtiment de trois étages entouré de fil barbelé. Il est situé dans une zone de la ville densément peuplée, à proximité de la Dijle, rivière qui traverse la ville. Le personnel du camp est pour l’essentiel constitué d’Allemands et de quelques auxiliaires flamands. Il est commandé par Phillip Schmitt qui est en même temps commandant du camp de Breendonk ; dans les faits la direction est assurée par un officier SS, Rudolph Steckmann.

    Le premier groupe de Juifs arrive au camp en provenance d’Anvers, le 22 juillet 1942. Le 4 août 1942, le premier convoi de déportés part de la caserne Dossin. Jusqu’à décembre 1942, deux convois d’environ 1.000 Juifs chacun quittent le camp chaque semaine à destination d’Auschwitz-Birkenau. Au total, entre le 4 août 1942 et le 31 juillet 1944, 28 convois quittent Malines pour la Pologne avec 25.257 Juifs, la plupart à destination d’Auschwitz-Birkenau. Parmi eux, 5.430 enfants dont 150 n’ont même pas deux ans. S’y ajoutent quelques convois trains de Tsiganes vers Auschwitz entre fin 1943 et début de 1944. Le convoi N°20 sera arrêté en avril 1943 par le mouvement clandestin juif de Belgique : 231 Juifs s’échappent, mais les gardes de l’escorte tuent 23 des fugitifs.

    Les Allemands ferment le camp de Malines en septembre 1944. »

  5. 1

    BRAMI charles

    bravo et il faut continuer dans ce sens nous leur devons un devoir de mémoire afin que le monde ne connaisse plus ce drame pour les générations futures

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Propulsé par Simon Amar pour Terredisrael Ltd.
Copyright © 2016 Blog terredisrael.com