pub2011

ibrahiim-avi-tsahal

Les gens qui sont sans arrêt en première ligne dans la défense de la liberté et de la dignité de l’être humain savent bien que les Israéliens ne sont pas d’horribles racistes. Israël , qui possède une véritable démocratie et une société multiculturelle, est la plus belle réussite pour des milliers d’africains qui cherchent une vie meilleure dans ce pays.

L’histoire de la vie d’Avi Be’eri aurait pu facilement devenir un feuilleton à succès. Cela a commencé avec la mort de ses parents en Guinée, puis c’est poursuivi avec sa vente en tant qu’esclave et aujourd’hui, son insertion dans l’armée israélienne où il est fier de défendre l’état qui l’a sauvé.


Ce jeune homme de 22 ans, dont le vrai nom est Ibrahim, est né dans la ville de Labé en Guinée. A l’âge d’un an, son père meurt d’un cancer et sa mère décide d’emménager avec son oncle. Sa mère a toujours souligné l’importance de l’éducation et a même économisé de l’argent pour l’envoyer à l’école. Mais alors qu’il n’avait que 13 ans elle est morte et il s’est retrouvé seul au monde.

La vie dans la maison de son oncle était dure et il s’enfuit pour aller travailler sur le marché local, pour aider les commerçants en échange d’un endroit pour dormir la nuit. Un jour, il a senti sa chance arriver.

L’un des marchands lui a dit qu’en Israël, il était possible de gagner 3000 $ par mois. Le commerçant a offert de payer son billet d’avion en échange d’un pourcentage du salaire mensuel d’Ibrahim.

« Je ne savais rien à propos d’Israël », explique-t-il dans un hébreu parfait. « J’étais un enfant innocent et je pensais qu’il voulait vraiment m’aider. »

Avi est arrivé au Caire avec juste un petit sac à dos. Le contact local l’attendait. « Nous étions 8 africains. Le chauffeur nous a caché sous une grande couverture et le camion est reparti. Nous avons ainsi traversé tout le désert du Sinaï. Pendant le voyage, j’entendais la voix de ma mère qui me disait « ils t’ont vendu comme esclave ». Le voyage en Israël a été un enfer permanent. J’ai eu très peur quand les bédouins pointaient leurs armes sur nous pour nous surveiller pendant la nuit. Puis, nous sommes arrivés à Eilat. Et de là, à Tel-Aviv. »

A la station centrale des bus de Tel-Aviv, il est laissé tout seul. « J’avais 15 ans, j’étais le seul noir parmi les blancs », dit-il. « J’ai remarqué au loin un autre noir et je lui ai demandé où les migrants dormaient. ».
Ibrahim a commencé à travailler comme plongeur dans un restaurant puis, il a envoyé une lettre à l’ONU dont le siège des migrants est basé à Jérusalem, pour demander le statut de réfugié.

Leur réponse a été qu’il n’était pas admissible au statut de réfugié parce qu’il n’y avait « pas de guerre en Guinée ». Il a ensuite été envoyé à la Tel-Aviv Shanti House – une maison pour les enfants à risque.

« J’ai dû m’échapper pour gagner de l’argent », se souvient-il. « Je savais que si j’étais renvoyé en Guinée sans argent, celui qui m’a acheté le billet me découperais comme une pièce de boucherie. »

Peu de temps après son arrivée, Ibrahim a été arrêté par la police de l’immigration. Il a été transféré dans un centre de détention en tant que candidat malheureux à l’expulsion. C’est à ce moment-là qu’un couple de sauveteurs israéliens est apparu, Susana et Azion Oshri de la petite ville de Massad. Ils l’ont accueilli dans leur maison. En vertu de leur parrainage, Ibrahim est retourné à l’école et a fait appel au Ministre de l’Intérieur pour changer son statut. Le ministre a décidé de lui accorder la nationalité israélienne.

Quand il a reçu sa carte d’identité, il a changé son nom en Avi. Après avoir terminé ses études et obtenu son bac, Avi a été enrôlé dans l’armée israélienne.

Avi a terminé le cours d’officier et il est aujourd’hui promu Lieutenant de l’armée israélienne. « Qui aurait cru que moi, arrivé dans ce pays sans rien, assis dans une prison et tout près de l’expulsion, allait devenir un officier de Tsahal et allait aider les Israéliens et les nouveaux immigrants israéliens à s’intégrer dans l’armée ? », dit-il fièrement.

Avi a déjà de grands projets pour son avenir. « Je sens que toutes les portes me sont ouvertes. Aujourd’hui, Israël m’a adopté et moi, je me sens comme un juif. Mon prochain défi est de me marier et de fonder une famille. Je veux aller à l’université et étudier les relations internationales… Puis travailler au Ministère des Affaires Étrangères et promouvoir les relations bilatérales entre mes deux pays. Mon rêve est de contribuer autant que je peux pour Israël. Il n’y a pas assez de mots pour exprimer mes remerciements. »

Nous pouvons être fier d’Israel. Ben ça alors les sionistes ne sont pas racistes. Les anti-sionistes ne vont pas être contents. Heureux ceux qui se reconnaîtront comme israéliens et pour leurs ennemis jaloux comme le proverbe le dit « le nom des méchants tomera en pourriture »

Yediot Aharonot & Ftouh Souhail

Articles similaires

Tags: , , ,

7 Reponses to “Le guinéen Ibrahim Avi Be’eri : « Mon rêve est de contribuer autant que je peux pour Israël »”

  1. betty L dit :

    UN BEL EXEMPLE d’accueil pour IBRAHIM et pour cette famille israelienne MERCI de pouvoir montrer ISRAEL sous un autre jour KOL A KAVOT

  2. Claire Carc dit :

    J’aurais aimé diffuser ce texte mais 2 points me laissent trop perplexes. Je n’ai aucune connaissance d’un “siège des migrants de l’ONU basé à Jérusalem”.
    Y a-t-il moyen d’en avoir confirmation; les divers sièges ou centres onusiens sont généralement placés dans des villes où il y a une structure de l’ONU : Genève, New York, Vienne, etc.
    Par ailleurs, il n’est pas logique que son “passeur” l’ait laissé seul une fois arrivé en Israël.
    Comme il devait le rembourser sur son salaire futur, le passeur aurait voulu garder le contact à tout prix.
    Peut-on répondre à mes doutes ? J’en serais très reconnaissante.
    Claire

  3. gerard dit :

    O quel merveilleux texte ! je suis sur que ce brave garcon africain trouvera le bonheur dans notre merveilleux pays qui vient de l’accueillir ! encore bravo ! et moi, en ce moment , dans mon studio parisien , j’apercois la Tour Eiffel mais mes pensees sont ailleurs : mon reve est de rejoindre ce beau et courageux bonhomme en Israel , de batir un foyer a Dimona ou Jerusalem ! J’en reve jour et nuit !Le recit que je viens de lire est une lecon de courage , et il y’a tant de bonnes ames en Israel !

  4. CHEN dit :

    Bravo à ce jeune Guinéen reconnaissant ! Nous lui souhaitons un bel avenir dans ce beau Pays où il a la chance de vivre.
    Il donne l’exemple d’un garçon qui a bien les pieds sur terre.

  5. Oumar Moulaye dit :

    Quelle belle leçon d’humanisme, un couple israélien, un état qui accueille un orphélin et lui donne de un avenir et une espérance.
    Le Dieu d’Israël est véritablement un réfuge, et sous ailes est une haute retraite.
    Béni soit Israël, qu’Il vive en face de ses ennemis.

  6. shoshana dit :

    bravo Avi, chapeau pour ta reussite. Je suis sure que tu arriveras car si en effet tu as trouve en Israel les portes ouvertes, tu as aussi su en profiter en bien . Je suis sure que tu avanceras dans la vie ici tout en rendant a Israel ce qu’elle t’a donne: une chance de vie normale et productive

  7. Africain dit :

    Bravo mon chèr frère Africain mais permets-moi de te suggerer 2 conseils 1e banies tout contactes avec ce maudit livre diabolique appellé CORAN 2e ne te fie jamais aux arabo musulmans ils sont tous acteurs de leur pojet maléfique ISLAM

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>