pub2011

Rien de tel qu’un peu d’archéologie dans le désert pour commencer l’année !!

La théorie selon laquelle le Mont Carcoum, qui se trouve dans le Néguev, est le Mont Sinaï biblique n’est pas nouvelle, mais l’événement qui se reproduit tous les mois de décembre, au cours duquel une lumière de feu rappelant « le Buisson Ardent » amène à se demander si c’est là le véritable endroit ?
Zeev Reinstein s’est rendu sur place et éclaire d’un nouveau jour cette apparition.

mont-carcoum

La théorie selon laquelle le Mont Sinaï serait en Israel, en lieu et place du Mont Carcoum, qui se trouve au Sud du Néguev, n’est pas nouvelle. Mais la nouvelle du « Buisson Ardent » découverte ces dernières années remet le sujet au goût du jour : est-ce réellement la place du Mont Sacré ?

Pendant des années, nous nous sommes habitués à penser que le Mont Sinaï se trouve en Egypte. Que nos pères sont sortis de là-bas après que D.ieu ait donné à Moshé la Torah, que là-bas, en somme, nous sommes devenus un peuple uni. Cela a commencé de Jebel Moussa (Mont Moshé) dans le Sud de la presqu’île du Sinaï (où réside désormais le monastère Sainte-Catherine) en passant par le Jebel Hilal (situé à 40 km à l’ouest de Kadesh Barnea).

La théorie selon laquelle le Mont Carcoum, qui se trouve dans le conseil régional de Ramat Haneguev, est le mont Sinaï n’est pas nouvelle et a été jugée comme possible depuis 1983 grâce au Professeur Hanati, archéologue israélo-italien, qui a cherché pendant des dixaines d’années des rochers avec des peintures rupestres dans la région (dessins monothéistes). Parmis ces découvertes, il y a douze pierres (comme le nombre des tribus d’Israel) qui ont été découvertes sur les pentes du Mont et un temple de pierres se situant à 11 jours de marche ce qui correspond selon Hanati, à la distance entre le Mont Carcoum et Kadesh Barnea (comme cela est précisé dans le livre Devarim).

mont-carcoum

Mais début décembre a lieu chaque année une apparition qu’il est difficile de décrire avec des mots, il faut tout simplement le voir pour le comprendre et même comme cela, il n’est pas évident que les choses soient plus claires : A 12h commence à resplendir un halo de lumière ressemblant à du feu, illuminant les bords d’un trou d’un rocher et les colorant de couleur jaune et orange. Cette apparition dure 1h environ mais connaît son apogée pendant quelques minutes puis commence à s’estomper.

Il n’est pas évident de savoir ce qui a amené cette lumière à apparaître, mais les bords de ce trou de rocher ne sont brillants qu’à partir de début décembre, et dont le pic le plus fort apparaît toujours le 21, jour le plus court de l’année.

« Du feu sur le mur »

Ce phénomène inexpliqué a été découvert pour la première fois il y a 7 ans par Igal Granot, écologiste et formateur de guides à l’école de Sde Boker. A cette époque il a escaladé le Mont Carcoum lors d’une de ses promenades dans la région et à sa grande surprise a découvert un spectacle qu’il n’avait jamais vu de sa vie.

Igal a raconté sa découverte à son ami de l’école de guides, le Docteur Haïm Berger, zoologue écologiste et formateur de guides lui-même, qui connaissait déjà le Mont et la théorie d’Hanati, mais quand il a vu le « feu sur le mur » comme il le surnomme, ce dernier a commencé à élaborer la théorie selon laquelle cette lumière qui sort du rocher est le même événement que nous connaissons tous comme le « Buisson Ardent ».

mont-carcoum

« La vie dans le désert vous apprend à vous construire et à développer des idées », déclare Haïm alors que nous voyageons dans sa jeep au milieu de la rivière Tzihor, en route pour voir la lumière. « La première fois que j’ai vu ça il y a 7 ans », raconte-t-il avec enthousiasme, « ça ressemblait à un feu surnaturel et de suite, j’ai fait le lien avec l’histoire du « Buisson Ardent », et suite à toutes les autres découvertes faites sur place ». Haïm n’a encore rien publié sur ses découvertes mais il semble qu’il le fera dans un avenir proche dans le cadre d’une de ses recherches sur le sujet « Le paganisme et le désert ».

La Ménorah et les tables de la loi

En tout ont été trouvés dans la région du Mont Carcoum, environ 40 000 peintures rupestres différentes sur rochers, datant de la préhistoire (30 000 avant JC) mais aussi de la période chalcolithique (45003500 avant JC et la période du bronze 3300- 1200 avant JC). Les photos que j’ai vues quelques jours avant d’arriver dans le Neguev, m’ont intéressé tout en n’étant pas assez concrètes.

Mais l’espérance qu’ont éveillées en moi les paroles de Haïm au sujet du « feu sur le mur » a augmenté au fur et à mesure des kilomètres traversés dans ce secteur utilisé par Tsahal, ce qui ne rend l’accès possible qu’en fin de semaine ou pendant les fêtes.

mont-carcoum

Après deux heures de transport dans la rivière Tzihor, qui rejoint la rivière Paran, nous avons garé la jeep sur les pentes du Mont Carcoum. Ensuite, il nous restait ½ heure d’escalade pour arriver au lieu d’observation du « feu sur le mur ».

En chemin, Haïm a montré quelques peintures rupestres, vieilles de plusieurs milliers d’années, dont la Ménorah qui est selon lui la carte topographique qui mène à l’apparition.

Il explique que l’ordre a été donné à Moshé de fabriquer une ménorah sur le Mont Sinaï et cette peinture rupestre de ménorah selon lui, lie le Mont Carcum à la fabricaton de la ménorah.

Quelques minutes de marche après, nous découvrons un temple de pierres tournées vers l’Est, sans signification particulière, et en son centre, une pierre sur laquelle sont dessinés des ronds.

mont-carcoum

Les hypothèses face aux preuves

Par la suite, on découvre d’autres peintures rupestres dont la plupart représentent des animaux à quatre pattes comme les a décrits le Professeur Hanati. Une autre peinture rupestre dont la taille est d’environ 5 cm sur 7 cm est composée de 10 cubes qui rappellent les tables de la loi et symbolisent les 10 commandements sensés se trouver dessus.

mont-carcoum

Cependant, de nombreux chercheurs et archéologues s’opposent à Hanati et à sa théorie selon laquelle le Mont Carcum serait le Mont Sinaï. Selon eux, il n’y a pas de concordance dans la datation des peintures rupestres datant de l’âge de bronze et la sortie d’Egypte que l’on situe au 13è siècle avant JC. Et ils ajoutent « si cela s’est réellement passé ».

Il n’y a aucun doute que si l’on met bout à bout toutes ces découvertes, en les considérant comme vraies, dont des peintures rupestres agées de plusieurs milliers d’années représenant une ménorah, de tables de la loi et un serpent, un temple tourné vers l’Est, une distance de 11 jours de marche entre le Horeb (surnom donné au Mont Sinaï) et Kadesh Barnea, et bien sûr l’apparition du « Buisson Ardent » – les éléments expliquant que le Mont Carcum est bien le Mont Sinaï se renforcent. Toutefois, des preuves plus conséquentes n’ont pas été trouvées.

mont-carcoum

Alors, est-ce que le Mont Carcoum est bien le Mont Sinaï ? Vous jugerez par vous-même. Et pour faire ça, il vous faudra voir le phénomène du « Buisson Ardent » de vos propres yeux. Maximum, allez voir un jour les splendeurs du désert, il y a des gens qui ont fait ça pendant 40 ans. Ou non.

Traduit de l’hébreu par David Goldstein pour Haabir haisraeli, saisi et corrige par Catherine Goldstein.

Texte original et video sur le lien :   http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4159846,00.html

Merci a Danielle Hababou pour son envoi

Articles similaires

Tags: , , , , , , ,

Une Reponse to “Le “Buisson Ardent” découvert sur le Mont Carcoum, ou le Mont Sinai ?”

  1. amar dit :

    je suis heureuse de cette découverte
    les chercheurs sont là pour chercher et trouver
    cela n’ébranle en rien ma foi en D’…je n’ai pas besoin de preuves,
    mais ça fait tellement plaisir de savoir que « Thorah est Vérité » perseverez pour que personne ne revendique plus jamais ce Pays et que nous Juifs ne faisons qu’UN

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>