pub2011

knesset1

La commission de l’immigration et de l’intégration de la Knesset, le parlement israélien, a discuté de l’antisémitisme en France. Selon les données transmises à la commission,  la France a connu sur les cinq premiers mois de 2012 une augmentation de 53% des actes antisémites par rapport à la même période l’année dernière.
Problème franco-français
La Knesset s’est saisie d’un problème purement français avec l’impression que ses membres avaient des idées toutes faites sur le sujet. Soulever le problème semble déjà accuser la France dans une démarche mal comprise. La main  subliminale de l’Agence Juive, organisme chargé de préparer l’immigration des juifs vers Israël,  agite régulièrement le chiffon rouge de la peur pour inciter les hésitants à rejoindre la terre juive. Or l’alyah doit être murie et librement choisie si elle veut être un succès.

Un flou est volontairement entretenu consistant à confondre l’antisémitisme d’État qui règne dans certains pays avec l’antisémitisme de certaines couches de la population française. Il ne fait aucun doute que la France n’est pas antisémite et qu’elle agit de manière active pour contrecarrer les menées subversives de ceux qui veulent mêler le conflit israélo-arabe à la politique intérieure française. Elle ne réussit pas forcément, certains diront pas du tout, mais l’intention est marquée.
Selon les sondages, le nombre de personnes se déclarant en France de religion juive atteint à peine 0,7% de la population soit environ 400.000 citoyens. Sauf à utiliser les poncifs des antisémites qui croient à la puissance illimitée du monde juif, la réalité fait du monde juif un monde totalement intégré à la nation française. Toutes les études démontrent que les juifs français se répartissent naturellement sur l’ensemble de l’échiquier politique, de la droite à la gauche. C’est pourquoi l’antisémitisme n’a aucune exlication tangible sauf à juger que les prises de position des juifs dépendent souvent de l’attitude des politiques français vis-à-vis d’Israël.

Référence juive

bigot-knesset
L’ambassadeur Christophe Bigot avec le député Dany Danon

La référence purement juive dans le débat français avait disparu mais elle est  réapparue avec la répétition d’actes antisémites qui ont entrainé un sentiment d’insécurité auprès de la communauté juive. L’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, avait commenté à l’occasion d’un point de presse les statistiques 2011 publiées par le SPJC (Service de Protection de la Communauté juive). Les actes antisémites ont diminué de 16% en passant de 466 en 2010 à 389 en 2011, malgré une augmentation du nombre des actions violentes. Le chiffre, le plus bas depuis 10 ans est dû, selon l’ambassadeur, à la collaboration de la communauté juive avec les autorités sécuritaires françaises. Mais Christophe Bigot «ne voit aucun lien entre Israël et l’antisémitisme» tandis que les actes antisémites restent élevés, selon lui, parce que «l’antisémitisme est une pathologie» et qu’il n’y a pas de remède efficace pour l’instant.
        Il y a un amalgame volontaire, exploité au gré des intérêts, pour qualifier la France de pays antisémite. L’islamisme est la forme moderne de l’antisémitisme mais il ne doit pas cacher l’autre forme insidieuse et plus historique. Beaucoup d’antisémites ont émergé avec le réveil de l’islamisme en France mais certains ont vite fait de l’attribuer au laxisme des gouvernements français. Le grand-rabbin Gilles Berhneim avait mis le doigt sur «la volonté politique d’arrêter les hors-la-loi et de les livrer à la justice. Tout le reste n’est que l’ittérature et théâtre». À droite comme à gauche, personne n’a minimisé le problème mais aucun politique n’a, à ce jour, trouvé l’angle d’attaque pour l’éradiquer. Le problème n’est pas national mais mondial.
        Christophe Bigot s’est présenté en accusé devant cette commission avec l’ultime devoir de se justifier. Il a déclaré que«la tuerie de Toulouse n’avait pas réussi à miner le sentiment général de sécurité des 600.000 juifs de France. Néanmoins, le gouvernement français a augmenté ses dépenses pour la sécurisation des institutions juives à la suite de ce tragique attentat. Nous avons investi 500.000 euros pour renforcer la sécurité des institutions juives dans le pays».

—-

Communautarisme

toulouse-funérailles
Funérailles en Israël des victimes de Toulouse

Les actes antisémites ont déclenché un communautarisme souvent brandi comme une menace de radicalisation. L’antisémitisme affiché est aujourd’hui islamiste tandis que l’autre antisémitisme est occulté parce que, plus sournois, il permet à l’extrême-droite d’en abuser. Le Front National a d’ailleurs exploité la situation en modérant son sentiment à l’égard de la communauté juive qui a vu plusieurs de ses membres voter pour Marine Le Pen. Elle avait réussi à faire croire qu’elle était la seule à prôner l’éradication du risque intégriste.
L’ambiguïté s’est imposée puisqu’elle s’est adressée aux juifs, d’ordinaire voués aux gémonies par les groupuscules antisémites fédérés au sein du F.N. Mais elle n’a pu cependant effacer totalement le fantasme antisémite qui attribue à la minorité juive l’illusion d’une puissance occulte. Elle a exacerbé les tensions et exploité les dérives islamiques des «printemps arabes» pour accroitre l’incertitude et les craintes de la minorité juive qui a accepté de s’offrir à l’extrême-droite, même en Israël.

fn

La nouvelle présidente du Front national n’a de cesse de faire oublier l’antisémitisme chevillé au corps de son père. Marine Le Pen sait pertinemment que, pour progresser dans l’opinion française, elle doit débarrasser son parti de l’étiquette gênante de parti antisémite qui lui colle à la peau. Seuls les juifs peuvent l’aider à cette fin.

Elle a donc revêtu des habits neufs pour saborder ce qui faisait le fond de commerce de l’extrême droite : le racisme, la xénophobie, la préférence nationale. Elle ne tient pas de propos antisémites mais elle  rejette, du bout des lèvres, les propos scandaleux de son père, qui citait il y a peu de temps Robert Brasillach, écrivain maudit de la collaboration, fusillé à la Libération. Cependant le Front National veut attirer à lui les juifs, non pas pour les quelques milliers de voix négligeables, mais pour lui permettre de se débarrasser des scories antisémites afin d’obtenir un certificat d’honorabilité politique. Il essaie d’obtenir un billet d’entrée au sein de la communauté juive pour gagner un brevet de démocratie. Il cherche à effacer aux yeux des juifs de France, mais aussi des non juifs, les accusations d’antisémitisme.

Antisionisme
L’antisémitisme se pare d’antisionisme quand il ne veut pas choquer mais ce sont deux concepts distincts dont l’un a pour but de vouloir la destruction de l’État d’Israël. Certains antisémites, issus des milieux islamistes ou gauchistes, veulent nier la qualité de peuple à la nation juive. Mais si la Knesset a le droit de disserter sur l’antisionisme ou l’anti-israélisme, elle n’est pas habilitée à se pencher officiellement sur l’antisémitisme en France. Cette intrusion ne parait pas justifiée. Il appartient aux organisations juives, crédibles et représentatives, de négocier avec le gouvernement français des mesures adéquates pour lutter contre le fléau. Et cela d’autant plus qu’Israël a à faire avec ses propres antisémites qui ont perpétré des actes de vandalisme à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah.

graffitis yad-vashem

Mais la réunion de cette commission donne à penser qu’Israël ne croit pas beaucoup à la capacité des dirigeants juifs français à prendre le problème à bras le corps. Il prend donc le droit de se substituer à eux pour compenser cette défaillance. Lorsque la Knesset décide de se saisir du problème de l’antisémitisme français, dans le cadre d’une ingérence abusive, elle ne fait que confirmer la nécessité de pallier la faiblesse des institutions juives en France.

Publié par à l’adresse 08:30

Articles similaires

Tags: , , , ,

3 Reponses to “La Knesset et l’antisemitisme en France Par Jacques BENILLOUCHE”

  1. Laura dit :

    Soyons honnetes pour une fois. L’antisémitisme provient des musulmans et non du FN. Nous le vivons tous les jours et entendons aussi les propos des communautés de souches arabes.
    L’ Islam veut la mort des mécréants que sont les juifs, les chrétiens et les boudistes.

  2. simonviolet dit :

    quand la marseillaise est sifflée à chaque match de foot,quand des gens se font agresser parce qu’ils portent sur eux un drapeau français,quand dans beaucoup de quartiers on ne peut plus sortir à partir d’une certaine heure,c’est logique qu’il y ait une certaine crispation

    contrairement à ce que dit bigot,les actes de violence antisémite n’ont rien de pathologique,ceux qui font ça sont parfaitement sains d’esprit,ils ne tolèrent pas l’existence d’Israel par pur racisme ,c’est ça la vérité
    de toute façon,les 3/4 des actes de délinquance en france sont motivés par le racisme,mais ça personne ne le dira jamais,bien que tous les policiers le sachent pertinemment

  3. Ivan dit :

    Bonjour,
    Avec votre permission, je ne suis pas d’accord avec votre analyse.

    Quans on veut parler de l’antisémitisme en France, il faut d’abord préciser de quelle France on parle:

    Il y a une France antisémite: celle qui suit aveuglément le Front National et dont l’antisémitisme est profondément ancré dans ses racines.

    Il y a une France intellectuelle, instruite, évoluée qui n’est pas antisémite, mais qui ne fait rien pour lutter contre la première.

    Il y a surtout une troisième France dont beaucoup hésitent à parler:
    C’est celle de l’immigration qui sous couvert d’un antisionisme est fondamentalement (au sens propre du mot) antisémite.
    Il se trouve que cette France par sa violence fait peur à la précédente et l’empêche de réagir.
    Je crains que la France à laquelle vous semblez faire référence n’existe plus;

    La personnalité de l’ambassadeur Christophe Bigot, est certainement au-dessus de tout soupçon.
    Je n’en veux pour preuve que sa profonde émotion lors de son discours à Roglit le jour de Yom HaShoah, quand il a évoqué les évènements récents de Toulouse.

    Quant à l’attitude de la Knesset, comparez la à l’attitude d’Israël lors du détournement à Entébbé. Ce jour-là c’est Israël (et seulement Israël) qui a volé au secours des passagers de l’avion simplement parce qu’il y avait des juifs à bord.
    Que serait-il advenu sans cette action?
    Pardonnez moi mais j’ai la faiblesse de considérer que c’est tout à l’honneur de la Knesset de s’être intéressée au sujet.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>