pub2011

ben-laden-mort

Ismaïl Haniyeh : « Un acte terroriste américain » Par Amit Cohen – Maariv
Le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, qui doit signer demain au Caire l’accord de réconciliation avec le Fatah, a vivement condamné hier la mort du chef d’al-Qaïda, Oussama Ben Laden. « C’est un acte terroriste américain qui, s’il est avéré, prouve que les Etats-Unis poursuivent leur politique qui consiste à réprimer et à verser le sang des Arabes et des Musulmans », a déclaré Haniyeh.

Ismaïl Haniyeh a rejeté les affirmations d’Israël selon lesquelles le Hamas et al-Qaïda partageraient une même idéologie et a souligné qu’entre les deux organisations existent des différences substantielles. « Toutefois, malgré les divergences, nous condamnons le meurtre d’un combattant du Jihad arabe », a-t-il ajouté.

Suite à ces propos, l’ambassadeur d’Israël aux Nations-Unies, Meron Reuben, a publié une déclaration dans laquelle il affirme : « Les déclarations d’Ismaïl Haniyeh témoignent des positions problématiques de son organisation et confirment le fait que le Hamas est une organisation terroriste qui soutient et encourage des attaques contre des civils innocents. C’est une organisation avec laquelle Israël n’est pas prêt à dialoguer, à moins qu’elle ne subisse un changement substantiel et profond en reconnaissant Israël, en supprimant l’article de la charte du Hamas qui appelle à la destruction d’Israël, en mettant fin aux violences contre Israël et en respectant les accords signés entre Israël et les Palestiniens. Ces déclarations prouvent une nouvelle fois que la réconciliation entre le Hamas et le Fatah doit inquiéter la communauté internationale. Israël félicite les Etats-Unis pour l’élimination du terroriste Oussama Ben Laden et soutient pleinement la lutte sans compromis de la communauté internationale contre le terrorisme ».

Du côté de l’Autorité palestinienne, en revanche, on félicitait hier les Etats-Unis pour l’élimination. « C’est la fin d’un homme qui était impliqué dans des actes de terrorisme et de destruction », a déclaré le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad. Le porte-parole du gouvernement, Rassan Hatib, a quant à lui déclaré que l’élimination d’Oussama Ben Laden contribuera à la paix dans le monde.


Une justice de western Par Alex Fishman – Yediot Aharonot
La plus grande chasse à l’homme jamais orchestrée par un Etat contre un individu a pris fin hier. Il est difficile en effet de comptabiliser les ressources matérielles et humaines, les efforts diplomatiques et technologiques qui ont été investis depuis dix ans et qui ont abouti hier à la mort d’Oussama Ben Laden d’une balle dans la tête. Le président Bush avait promis qu’il serait pris « mort ou vif », le président Obama a respecté cette promesse. Une justice basique de western, rien de plus moral.

Rien d’étonnant à ce que les Américains aient réagi à l’élimination par des manifestations de joie dans les rues. C’est là la réaction saine et normale d’une nation qui tient à la vie. Ils n’ont pas honte de leur vengeance, ne s’auto-flagellent pas. On peut se demander comment le monde réagirait si Israël éliminait Hassan Nasrallah.

A cette chasse à l’homme ont participé le meilleur des services de renseignement mondiaux, y compris le Mossad. Le fait qu’une telle recherche se prolonge sans succès pendant dix ans, démontre avant toute chose les limites de la force. Il y a là une leçon évidente pour Israël, qui balbutie dans le dossier Shalit : Il aurait fallu décider de son retour comme d’une priorité nationale, allouer des moyens en conséquence et agir constamment dès le premier jour.

Oussama Ben Laden a été éliminé mais laisse derrière lui un héritage et un réseau dense de terroristes dans le monde entier. Ce réseau cherchera à commettre rapidement une opération de représailles. Un tel attentat aura aussi un autre objectif : faire apparaître les nouveaux dirigeants d’al-Qaïda et leur servir en quelque sorte de carte de visite.

Jusqu’à présent, les cibles choisies par les organisations affiliées à al-Qaïda ont surtout appartenu à des pays occidentaux ou à des régimes arabes, comme lors du dernier attentat visant un café touristique au Maroc. Israël n’était pas leur priorité. Mais bien sûr, si une cible israélienne attrayante se présente, elles n’hésiteront pas.

A plus long terme, l’élimination d’Oussama Ben Laden pourrait mener toute le mouvement du Jihad mondial à la croisée des chemins. S’il échoue à mettre en œuvre l’attentat d’envergure qui stabilisera son réseau on pourrait bien assister à un tournant historique et le courant du terrorisme islamique radical instauré par Ben Laden pourrait commencer à s’émousser.

Le cygne noir Par Ben Caspit – Maariv
La victoire que représente pour les Américains l’élimination d’Oussama Ben Laden est avant tout une victoire dans les esprits. Mais, les guerres modernes étant des guerres médiatiques, il s’agit là d’une réussite stratégique.

Au lendemain de l’élimination de Ben Laden, on ne peut pas dire que le monde est plus sûr. A court terme, il est même bien plus dangereux (surtout pour les Américains). Nombreux sont ceux qui tenteront maintenant de perpétrer un attentat de représailles. Néanmoins, au lendemain de l’élimination de Ben Laden, on peut dire que le monde est meilleur. Les Américains ont réglé leurs comptes et ont prouvé à nouveau que, même si leur machine fonctionne lentement, elle finit par agir.

Le président Obama est le grand vainqueur cette semaine. Sauf imprévu, cette opération est pour lui un événement fondamental. Si, avant-hier encore, il fallait que quelque chose d’exceptionnel arrive pour qu’il soit réélu, depuis hier il faudrait que quelque chose d’exceptionnel arrive pour qu’il ne soit pas réélu.

Passons maintenant à Netanyahu. Nul doute que le Premier ministre s’est réjoui de la mort de Ben Laden. Mais, après un instant de réflexion, il a compris que cela lui causerait des ennuis, peut-être même de gros ennuis. Lorsqu’il se rendra le mois prochain à Washington, il y trouvera un président transformé. Face à lui, il n’aura plus un canard boiteux mais un cygne noir. L’élimination de Ben Laden devrait rendre à Obama sa confiance en soi et réduire sa patience à l’égard de notre jardin d’enfants au Proche-Orient. Il aura besoin de faire rapidement un geste en direction du monde musulman. Ce genre de geste se fait en général aux dépens d’Israël. Les hésitations sans fin concernant la présentation d’un plan de paix américain risquent d’aboutir à une décision qui ne réjouira pas Netanyahu.

Pour finir on peut évoquer, comme d’habitude, l’hypocrisie : Des innocents ont été tués lors de l’élimination de Ben Laden (on ignore encore combien), de la même manière que des innocents ont été tués lors de l’élimination du fils de Kadhafi ou lors de tous les bombardements de l’OTAN en Libye et de la même manière que d’innombrables innocents sont morts dans mille et une opérations parmi celles que mène l’Occident dans sa guerre contre le terrorisme. Reste que nul n’y trouve rien à redire, personne n’envisage d’alerter le juge Goldstone ou de convoquer le Conseil de sécurité. Cela n’arrive que quant il s’agit d’Israël.

« Obama va accentuer la pression » Par Itamar Eichner – Yediot Aharonot
Les responsables politiques israéliens craignent que le président Obama, renforcé après l’élimination d’Oussama Ben Laden, n’accentue à présent sa pression sur Israël pour qu’il accepte la création d’un Etat palestinien.

Des responsables politiques estiment qu’après avoir attaqué en Libye et éliminé Ben Laden, Obama essaiera de prouver qu’il n’est pas antimusulman en pressant Israël de faire des concessions.

Il n’est pas impossible que Barack Obama décide de présenter au monde son plan diplomatique avant même le discours que doit prononcer le Premier ministre Netanyahu devant le Congrès américain le 23 mai. Quoi qu’il en soit, aucune rencontre entre les deux dirigeants n’a encore été fixée.

Le ministère des Affaires étrangères a donné pour instruction aux ambassades d’Israël dans le monde de diffuser la condamnation du Hamas suite à l’élimination de Ben Laden. L’argument israélien est le suivant : On ne peut accepter que le Hamas, qui porte le deuil du chef d’al-Qaïda, rejoigne le gouvernement de l’Autorité palestinienne.

Source : Newsletter de l’Ambassade de France en Israel

Articles similaires

Tags: , , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>