pub2011

david-gerbi

Hélas, au cours de l’histoire, les juifs libyens n’ont pas subi une seule forme d’intolérance judéophobe mais plusieurs formes.

Le juif libyen, revenu dans son pays après des années d’exil et qui souhaite restaurer la principale synagogue de Tripoli, dit faire l’objet de menaces de mort et déplore le manque de soutien des nouvelles autorités libyennes. David Gerbi, un psychanalyste de 56 ans, qui avait fui la Libye avec sa famille à l’âge de douze ans, a entrepris récemment de restaurer la synagogue de Dar Bishi. Mais l’homme se dit victime de discriminations et affirme n’avoir reçu aucun soutien des nouvelles autorités libyennes.

Plusieurs centaines de manifestants affiliés au CNT libyen, très en colère, se sont rassemblés dans le centre de Tripoli, à la veille de Yom Kippour pour exiger l’expulsion de ce Juif libyen qui a tenté de rouvrir une synagogue sous scellés, fermée en 67 par Mouammar Kadhafi avant l’expulsion de tous les Juifs du pays.

Les manifestants brandissaient des pancartes « Il n’y a pas de place pour les Juifs en Libye ». Un message on ne peut plus clair alors que Bernard Henri Lévy et consorts tentent de faire croire que les “rebelles” n’ont aucune animosité envers les Juifs.

De plus, la foule a ensuite tenté de prendre d’assaut l’hôtel, situé dans le centre-ville de Tripoli, où était descendu le citoyen juif. Et ces manifestations contre la présence d’un seul et unique Juif ont même eu des retombées à Benghazi où une grande manifestation a également été organisée.

Finalement, après avoir tout fait pour la Libye, David Gerbi a été transporté à Rome par avion militaire, afin d’éviter l’accroissement des tensions.

Nous avons encore la preuve que les JUIFS ne sont pas les bienvenues dans cette terre. Les arabes détestent les juifs. C’est la triste réalité.

Les premiers Juifs sont portant arrivés dans ce qui est maintenant « la Libye » il y a quelque 2300 ans. Ils se sont installés principalement dans les villes côtières comme Tripoli et Benghazi et ont vécu les enchaînements de colons, entre autres les Romains, les Ottomans, les Italiens et, finalement, l’Etat arabe indépendant qui a maintenant sombré dans la guerre civile.

En 1785, des milliers de Juifs ont été assassinés par Ali Borazi Pacha.

Dans les années 1940, des milliers ont été envoyés aux camps de concentration en Afrique du Nord où des centaines moururent. Certains ont été déportés vers les camps de concentration en Allemagne et en Autriche. Les biens des Juifs furent pillés à Bengazy, des milliers furent envoyés dans des camps et 500 Juifs furent exterminés.

En novembre 1945, des foules à travers la Libye se sont déchaînées pendant trois jours, incendiant des magasins juifs et des maisons et tuant au moins 130 Juifs, parmi eux trois douzaines d’enfants.

En 1967, des émeutes anti-juives tuèrent plusieurs personnes. Les Juifs partirent essentiellement pour l’Italie et Israël. En 1969, à l’arrivée de Kadhafi au pouvoir, il ne restait plus que quelques centaines de Juifs. Ils furent tous enfermés dans un camp, soi-disant pour les protéger, y compris ceux de nationalité étrangère. Ils furent interdits de quitter le pays. La plupart le firent de façon clandestine dans les années 70.

Le 21 juillet 1970, le régime révolutionnaire de Kadhafi nationalisa tous les biens Juifs en déshérence et son arrivée au pouvoir marqua la fin de près de 2300 ans de présence juive en Libye.

Si aujourd’hui David Gerbi a été obligé de quitter son pays pour la seconde fois, c’est parce-que l’antisémitisme et la Judéophobie sont forts enracinés dans la société musulmane lybienne et ce n’est pas la révolution du 17 février dans la nouvelle Lybie Libre qui va changer la donne. La lutte contre l’antisémitisme et la Judéophobie n’est pas pour demain dans les pays arabes.

N’oublions pas que les juifs ont toujours été en dimithude. Les arabes ne voulaient pas de juifs qui redressent la tête. Les juifs ont toujours été des sous citoyens, devant payer la raquette et ce de tout temps. Les Juifs de Libye vivaient dans des quartiers spéciaux appelés (harah) ou encore des rues réservées. Dans deux villages du Jebel Ghary?n et Tigrinna au centre de la Tripolitaine, les Juifs vivaient dans des caves sous la terre jusqu’à leur immigration vers Israël en 1950–51.

Ftouh Souhail

Articles similaires

Tags: , , ,

Une Reponse to “Judéophobie dans la nouvelle Libye « libre » : David Gerbi obligé de quitter son pays d’origine.”

  1. La MAZALE 013 dit :

    Voir le premier article et commentaires concernant David Djerbi,
    David Djerbi, un Juif libyen dans son pays après 44 ans d’exil
    http://www.terredisrael.com/infos/?p=40405

    Il faut savoir tourner la Page….
    Et réserver son énergie pour Israel ,
    C’est la seule chose qui compte,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>