pub2011

A quelques jours du pèlerinage annuel de la Ghriba, qui va commencé cette semaine, dans l’île tunisienne de Djerba, un énorme dispositif de sécurité est déployé. L’île touristique située à 500 kilomètres au sud de Tunis est placée sous haute surveillance.

Des sources d’informations indépendantes ont fait savoir que les Israéliens suivent également l’évolution de la situation au fur et à mesure de l’arrivée des contingents de pèlerins venus de France et d’Israël. Prés de 500 juifs y sont attendus, a annoncé René Trabelsi, organisateur des festivités annuelles.

Israel a déjà émis un avertissement pour les touristes israéliens. Le Conseil israélien de sécurité nationale (CNS) a averti jeudi, 3 mai 2012, que des terroristes planifiaient des attentats visant des cibles israéliennes ou juives en Tunisie, déconseillant fortement à ses ressortissants de s’y rendre.

Le service anti-terrorisme du CNS a souligné que le danger était particulièrement grand sur l’île touristique de Djerba.

Le 11 avril 2002, la synagogue de la Ghriba avait été la cible d’un attentat revendiqué par Al-Qaïda tuant 21 personnes dont 14 touristes allemands, deux Français et cinq Tunisiens.

Le risque d’autres attentats ne peut pas être exclu. Des bandes armées et des terroristes islamistes, liées au Jihad global ou à al Qaeda et d’autres groupes autonomes, pourraient attaquer des touristes juifs en marge du rituel du pèlerinage.

Le désert du sud Tunisien et Libyen est une zone d’action des membres d’Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique). Ils sont bien organisés, opèrent sans tenir compte des frontières, et ont des contacts avec des groupes criminels locaux. Le risque d’enlèvement est élevé dans certaines régions et a encore tendance à augmenté après la chute du régime de Ben Ali et Mouammar Kadhafi .

Selon le Centre israélien du contre-terrorisme la description des zones à risques repose sur des données approximatives; les risques ne peuvent se restreindre à des zones délimitées. Mais la prolifération des armes et le terrorisme dans les zones frontalières entre la Tunisie et Libye inquiètent les spécialistes israéliens qui mettent en garde leurs ressortissants contre une augmentation des menaces.

À cause du risque d’enlèvements, il est déconseillé de se rendre hors des zones prévues pour les rites du pèlerinage de la Ghriba .La région frontalière avec la Lybie est aussi classée comme hautement dangereuse pour les visiteurs juifs ou autres qui ne présentent pas un caractère touristique.La frontière avec Lybie est qualifié comme une zone sécuritaire « critique ».

Les touristes israéliens sont biens éduqués aux questions de sécurités, ils connaissent la situation dans les pays arabes, les problèmes liés à l’actualité, les tensions … Toutes les menaces sont donc à prendre au sérieux.

Ftouh Souhail

Articles similaires

Tags: , , , , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>