pub2011

conseil-securite

La direction palestinienne a bien fait comprendre son intention de déclarer unilatéralement l’établissement d’un Etat, et de chercher l’adhésion aux Nations Unies à l’automne prochain.

Si une telle action pouvait en effet marquer une victoire politique palestinienne en éloignant encore plus Israël dans l’arène internationale, une telle victoire serait au mieux symbolique.
En pratique, la situation du peuple palestinien ne changera ou ne s’améliorera certainement pas.

Au contraire, une telle mesure, unilatérale, menace de mettre en péril la coopération juridique et administrative délicate qui s’est construite entre Israël et l’Autorité Palestinienne ces vingt dernières années dans le cadre du processus de paix d’Oslo, comprenant l’accord intérimaire sur la Cisjordanie et Gaza signé par les deux parties en 1995.

En effet, la coopération continue entre Israël et les Palestiniens dans quelques 40 sphères de la vie quotidienne – y compris la sécurité, l’eau, les sujets d’imposition – a amené un calme relatif en Cisjordanie et a permis une croissance économique significative dans l’économie palestinienne.

La conséquence d’un vote très politisé et amer à l’ONU, menacerait sans aucun doute la continuation d’une telle coopération stratégique et ses résultats en termes économiques et sociétales, au détriment de tous les peuples de cette zone.

En outre, ni une déclaration unilatérale de souveraineté palestinienne, ni une action politisée à l’ONU, ne pourront effectivement résoudre les difficultés en suspens qui demeurent à la table des négociations entre Israël et les Palestiniens.

Ces problèmes incluent des points cruciaux tels que le dessin des frontières, l’institution d’arrangements sécuritaires, la détermination du statut de Jérusalem, la clarification du problème des réfugiés, et l’allocation des ressources minérales vitales, entre autres.

Une approche unilatérale pour essayer de résoudre les problèmes fondamentaux, en imposant une solution acceptable pour une seule des deux parties, ne fera qu’intensifier et approfondir le conflit, de même qu’elle consolidera davantage les positions opposées.

Le rôle que le Hamas jouera dans un futur Etat palestinien est un autre sujet qui demande à être éclairci lorsque l’on considère l’action imminente des Palestiniens.

Cette question est devenue tout particulièrement pertinente et grave après l’accord de “réconciliation” récemment passé entre le Fatah et le Hamas. Inclure le Hamas comme élément clef dans un futur Etat palestinien serait tout à fait nuisible. Le Hamas reste une organisation terroriste, proscrit dans de nombreux Etats dans le monde. Il a ouvertement affirmé son rejet des conditions mises en avant par le Quartet (ONU, Etats-Unis, UE et Russie) à propos du Moyen-Orient – y compris la reconnaissance d’Israël, la renonciation à la violence, l’acceptation des accords précédemment signés entre Israël et les Palestiniens – tout en appelant sans vergogne à la destruction de l’Etat d’Israël. On ne comprend pas très bien comment le soutien à un Etat palestinien, dans lequel le Hamas jouerait un rôle intégral, pourrait servir à résoudre le conflit israélo-palestinien et à encourager la vision de deux Etats vivant en paix l’un à côté de l’autre.

Les gouvernements de gauche comme de droite en Israël ont approuvé la solution des deux Etats et ont de ce fait reconnu le droit du peuple palestinien à un foyer national comme à un Etat.

Israël appelle maintenant les Palestiniens à faire de même. Une paix réelle et durable dans la région ne sera pas obtenue par des actions politiques unilatérales à l’ONU ou dans d’autres forums, mais plutôt par la rencontre et la négociation des deux parties en vue de résoudre mutuellement les problèmes en suspens, sans conditions préalables.

Israël appelle de nouveau les Palestiniens à revenir à la table des négociations immédiatement pour compléter, une fois pour toute, le processus de paix qui a commencé il y a presque vingt ans. Ceci ne peut être obtenu qu’en travaillant ensemble de bonne foi pour faire de la vision de deux Etats une réalité durable. Sans l’accord mutuel des deux côtés, une victoire à l’ONU sera un peu plus qu’une victoire à la Pyrrhus pour les Palestiniens.

Source : Département juridique – MFA (traduction : Samuel Waintraub)

Tags: , , , , ,

Une Reponse to “Initiative palestinienne à l’ONU : une victoire à la Pyrrhus … au mieux.”

  1. jdlmk dit :

    Même en cas de négociations signées entre Israël et les Palestiniens, les possibilités d’un futur pacifique de deux États indépendants,situés l’un à côté de l’autre reste une véritable UTOPIE si l’on tient compte de l’exigence ouverte des Palestiniens à faire DISPARAITRE Israél.
    Dans un tel contexte, l’idée même de « négociations » est impensable, tant que les Palestiniens ne reconnaitront pas la légitime existence d’Israél.
    Mais le Péril sous-jacent, c’est que,
    Mais même dans cette douteuse possibilité…même si les Palestiniens décidaient subitement, sur le papier de reconnaître L’existence d’Israél…
    Malheur au Gouvernement et Peuple Israélien si ils se laissaient berner par ses hypocrites paroles à but opportuniste.
    Avant tout, parce-que le conflit Palestinien anti-Juif dure depuis des décades, et se renforce chaque jours davantage, mais aussi parce-que si les Palestiniens avaient vraiment voulu arriver à un Accord définitif -comme Israël les a invité à le faire plusieurs fois- ils l’auraient fait depuis longtemps.
    Plus que jamais, les Israéliens doivent garder comme référence et avertissement perdurable ce que dit le Coran, Mahomet :sourate 4, verset 101:
    « …embrasse la main que tu ne peux contraindre… »
    et
    Mohamet, sourate 4, 5:
     » …s’ils tournent le dos, saisissez-les et tuez les, oû que vous les trouviez… »

    Les islamistes musulmans suivent les exigence du Coran à la lettre, et celles-ci suggèrent ouvertement la trahison, le meurtre, la vengeance.

    Observez ce qu’ils ont fait dans les pays Européens qui leur ont ouvert leur frontières: Ils les ont envahis démographiquement, et sont en train de transformer leurs quartiers en zones de guerre et conquête. Ils exigent que leurs Lois et coutumes soient instaurés sur les territoires qu’ils occupent et leur But ultime est d’évincer totalement et une fois pour toutes les cultures existantes.
    Voilà le résultat de la proximité et l’ouverture accordées à ces hordes criminelles.

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>