pub2011

israel_aparteid

Un exemple de la manipulation, de la diabolisation d’Israël au quotidien.
Et, vous le savez, je ne suis pas un parano qui pense que tous ceux qui critiquent Israël veulent sa disparition ou sont des antisémites.
Mais cette semaine, j’avais envie de décortiquer les faits que je relate dans mon édito préshabbatique Hommage aux criminels de guerre.
Marc Femsohn – guit Shabbès, Shabbat Shalom.

Tout le monde le sait : Israël est un état fasciste, voire nazi. Ses forces de sécurité, Tsahal et la police des Frontières commettent au quotidien des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité, des massacres, que dis-je, des génocides…

Pour s’en convaincre, il n’y a pas que la question aux 85 étudiants ayant suivi son cours optionnel pour l’obtention d’un « certificat de médecine humanitaire » rédigée par ce bon docteur Oberlin, il y a heureusement aussi la réalité que chacun peut aujourd’hui filmer grâce à son téléphone portable et transférer ensuite sur Internet où les Ong, souvent israéliennes, les reprennent à leur compte et s’empressent de les diffuser au plus grand nombre.


C’est alors que les sites des agences de presse et des journaux s’en saisissent pour en faire une dépêche, surtout lorsque le rédacteur est en mal d’infos ou pis, malhonnête et anti israélien primaire (j’exagère, il n’y a pas de tels personnages dans la corporation journalistique).

Un exemple concret cette semaine sur le site du Figaro.fr, pourtant peu suspect d’être gauchiste et antisioniste, qui lance une dépêche pour relater l’incident suivant (bien sûr, il ne se passe rien au même moment dans le monde, pas de guerres, massacres, crimes ou attentats ) :

Mardi 2 juillet 18H10 Un enfant palestinien brutalisé.
B’Tselem, le Centre israélien d’information pour les droits de l’homme, a publié aujourd’hui sur son site internet une vidéo montrant un officier de police frontalier frapper un enfant palestinien. L’incident, qui a eu lieu près du Tombeau des Patriarches dans la ville cisjordanienne d’Hébron, a été filmé par un militant de l’ONG israélienne. Dans la vidéo, on aperçoit un soldat israélien saisir violemment Abd a-Rahman Burqan, un Palestinien âgé de neuf ans. Alors que l’enfant se met à hurler, un deuxième policier fait irruption et donne un coup de pied au jeune garçon qui parvient à s’enfuir. Pour l’heure, la police des frontières, qui a condamné l’incident, a ouvert une enquête dont les résultats devraient être connus dans les prochains jours.

Et le Figaro de joindre le clip vidéo de 2,01 minutes. Le cinéaste amateur filme car il sait ce qui va se passer sinon il ne filmerait pas (les policiers sont systématiquement insultés, visés par des pierres et des crachats) et il faut attendre 1,18 minutes pendant lesquelles il ne se passe rien pour soudain voir un policier saisissant un gosse par le bras, celui-ci se mettant immédiatement à hurler et à pleurer. Le policier lui demande s’il va continuer encore longtemps à « f..tre le b..del » (balagan en hébreu). Un deuxième policier arrive, donne un coup de pied à l’arrière-train de l’enfant et puis s’en va. Le premier policier relâche alors l’enfant. Toute la scène dure 17 secondes.

Cette dépêche du Figaro occasionne 84 commentaires…

Sur le même site, 1heure et 17 minutes plus tard, un nouveau flash :
Syrie : l’ONU dénonce des violations AFP Publié le 02/07/2012 à 19:27
Le gouvernement syrien et les forces de l’opposition sont coupables de nouvelles violations « graves » des droits de l’homme en s’en prenant notamment à des hôpitaux, a dénoncé aujourd’hui la Haut-commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme Navi Pillay. Lors d’un exposé devant les 15 pays membres du Conseil de sécurité, Mme Pillay a renouvelé son appel à porter le conflit syrien devant la Cour pénale internationale, tout en reconnaissant que cela constituerait une décision « politique ».

Bien sûr, il n’y a pas de vidéo amateur des « violations », car les smartphones sont interdits dans ce temple de la démocratie qu’est la Syrie que ce soit du côté de ce bon « Boucher » el Assad ou de ces « combattants de la liberté » que sont les opposants islamistes.

Cette dépêche occasionne 10 commentaires…

Qu’il n’y ait aucune ambigüité : le geste du 2ème policier donnant un coup de pied à un enfant n’est pas acceptable et doit être sanctionné. C’est d’ailleurs le sens du communiqué publié par la police des Frontières avant même le résultat de l’enquête. « La police des Frontières dénonce fermement le comportement des policiers, un geste contraire à nos valeurs. Il est important de souligner qu’il s’agit d’un incident isolé, qui n’est en aucun cas représentatif de la mission de nos fonctionnaires en faveur de la sécurité de l’Etat d’Israël« , peut-on lire dans le communiqué qui précise que le commandant des gardes-frontières prendra les sanctions adéquates dès réception des conclusions de l’enquête.

Mardi soir, toujours, une Palestinienne de Shuafat, au nord de Jérusalem souffre de contractions, signes d’un accouchement imminent. Elle ne se rend pas à l’hôpital palestinien de Ramallah pourtant situé à proximité, elle s’adresse aux gardes-frontières israéliens contrôlant l’accès de Jérusalem. Le commandant, comprenant l’urgence, décide de ne pas attendre le Magen David Adom et utilise sa voiture personnelle pour emmener la jeune femme à l’hôpital. Mais le bébé ne veut pas attendre, et le policier procède donc lui-même à l’accouchement qui se déroule parfaitement.

Tout le monde se porte bien, tout le monde est heureux.

Pas de dépêche du Figaro, de l’AFP ou d’un autre média étranger sur cet évènement. Un policier israélien qui aide une Palestinienne, ce n’est pas vendeur, cela n’intéresse personne.
Il n’y aura aucune commission d’enquête sur les agissements de ce policier.

Logique ; l’organisation B’Tselem ne filme que les « crimes » contre l’humanité pas les actes d’humanité.

J’aime ces criminels de guerre là, d’ailleurs j’en suis un également, ayant porté l’uniforme de Tsahal. Et j’en suis fier.
Quand je vois ce que sont capables de faire subir à leur propre peuple les régimes arabo-musulmans, grands défenseurs des droits de l’homme, je me demande quel aurait été notre sort si par malheur nous n’avions pas Tsahal, vous savez, cette armée nazie…

Vous vous rendez compte, ces Arabes seraient même capables de nous imposer la démocratie, les droits de l’homme et la fin de l’apartheid !!!

Source : http://guysen.com/

Articles similaires

Tags: , , ,

Une Reponse to “Hommage aux criminels de guerre Par Marc Femsohn”

  1. amouyal dit :

    sur le mecanisme de la dsinformation journalistique , j’ai essayé d’ecrire un texte explicatif

    cdlt

    t amouyal

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>