pub2011

chafiq-morsi

Pauvres égyptiens ! Un an et demi après la révolution, c’en est fini des grandes espérances. Le second tour de la présidentielle va les forcer à un choix cornélien : Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, ou Ahmed Shafiq, ancien commandant en chef de l’armée de l’air, dernier premier ministre de Moubarak, candidat «indépendant» proche de l’ancien régime et de l’armée. En tout état de cause la junte militaire s’est engagée à remettre les clés du pouvoir au président élu le 1erjuillet, mais le chemin est encore semé d’embuches.

A la recherche d’un leader

egypte-elections
La queue devant un bureau de vote

C’est en vain que les électeurs ont cherché un leader charismatique, un homme nouveau porteur d’espérance.

N’en trouvant pas, ils ont voté dans le désordre. Alors le candidat des Frères a dû se contenter de 24,7% des voix et Shafiq de 23,6%. 52 % des suffrages exprimés se sont donc détournés des deux«gagnants» qui vont s’affronter au second tour.  Amr Moussa et  Abdel Foutouh ont obtenu respectivement 11% et 17%. Pourtant certains sondages les donnaient favoris….

Abdel Foutouh était présenté comme modéré par les médias occidentaux, ce qui ne trompait pas les égyptiens qui savaient qu’il représentait un islam pur et dur. Le candidat du parti néo nassérien Karamé a créé la surprise en arrivant troisième avec 20,7%. Hamdein Sabahi, relativement jeune à 58 ans, représente l’extrême gauche et le nationalisme panarabe ; il prônait l’annulation du traité de paix avec Israël.
Avant le premier tour, Morsi déclarait haut et fort son intention d’instaurer un régime basé sur la charia puis de rétablir le califat et, accessoirement conquérir Jérusalem. Aujourd’hui, parce qu’il a besoin de ratisser large pour gagner, il change de ton. Selon al-Jazzera, la chaîne-TV qui s’est mobilisée pour soutenir la Confrérie des Frères Musulmans partout dans le Moyen Orient,  Morsi s’engage à s’entourer de vice-présidents et de conseillers représentant les jeunes de la révolution, les femmes et les coptes…. et à tenir compte de leurs avis. Il cherchera, dit-il, à former un gouvernement de large coalition et son premier ministre ne sera pas «forcément» issu de la Confrérie. Autre engagement, celui de revoir la composition de l’assemblée constituante afin que tous les courants y soient représentés.  Enfin, son parti assurera le respect des droits de l’homme, y compris en ce qui concerne les femmes, qui pourront travailler et s’habiller à leur gré, et les coptes qui seront égaux en droits aux musulmans.

La suite cliquez ici

Articles similaires

Tags: , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>