pub2011

Rachel Franco

Rachel Franco

Elle s’appelle Efrat et elle n’a jamais ouvert les yeux.
Elle est née le 9 octobre dernier, et depuis, elle ne sait pas ce qu’est la lumière du jour. C’est à cette petite fille à peine née que je pense en particulier durant ces jours ou nous fêtons Hanoukka.
Bien sûr, Hanoukka, la victoire spirituelle de la lumière sur les forces du mal n’a pas grand-chose à voir avec la lumière du jour que ce bébé ne connaît pas encore. Et pourtant, je souhaite lui dédier ces quelques réflexions que je vous confie, en espérant qu’elles puissent, par un chemin qui m’est inconnu, contribuer à sa guérison.
Ténèbres et Lumière sont-elles aussi nettes et évidentes qu’elles le semblent à priori ? Mort et Vie ne sont-ils pas d’autres visages de ce que nous appelons les ténèbres et la lumière ?
Les forces de mort conduisent aux ténèbres et nous savons aujourd’hui quelle est l’idéologie de la mort que ses adorateurs répandent par les bombes, les lapidations, les pendaisons et autres armes de terreur.

Nous savons aussi où se trouvent les forces de vie, celles de la fraternité, de la tolérance, de la joie et du partage dans le respect mutuel des différences de chacun.
Aucun de nous n’ignore que les démocraties ne peuvent survivre et se fortifier que dans la mesure où elles savent se défendre avec la plus grande fermeté contre les tenants d’un libéralisme qui court au suicide en permettant aux ennemis de la justice et de la liberté, de semer les graines de la haine et de l’exclusion.
Ils peuvent bien argüer de la liberté pour enfermer les femmes sous un tissu épais qui fait d’elles un fantôme de la nuit ;
Ils peuvent bien cacher le visage de leurs femmes, de leurs sœurs et de leurs filles, et même leurs bouts de mains de crainte que quelques centimètres de peau nue ne réveillent les pulsions animales de ces mâles si vigoureux ;
Ils peuvent bien argüer des traditions familiales pour exciser des petites filles à qui il sera interdit de vivre une relation dans la pureté d’un lien d’amour authentique ;
Ils peuvent bien pendre tous ceux qui osent sortir des sentiers de leurs dogmes ;
Ils peuvent aussi, bien sûr, prier dans les rues comme si les espaces publics leur appartenaient et, pourquoi pas, dès l’aube, lancer leurs appels à la prière par hautparleurs sans aucun respect pour l’entourage ;
Ils peuvent transformer en mosquées tous les lieux publics et se plaindre de racisme si on veut limiter leurs expansions islamiques ;
Ils peuvent imposer la nourriture halal dans les écoles, les prisons et tous autres lieux qui appartiennent à la sphère publique ;
Ils peuvent, ils peuvent et ils peuvent encore.
Ils le peuvent, tant que rien ne s’opposera à leurs délires fous et tant que les démocraties ne feront pas le dur apprentissage des limites nécessaires.
Il suffit de peu de lumière pour chasser l’obscurité la plus profonde. Il suffit d’un peu de courage pour donner au mot Lumière, une réalité tangible.

Dire et dénoncer le mensonge et le mal quel qu’en soit le prix, et où qu’il se trouve, ne pas craindre d’être jugé, taxé des pires infamies et de perdre ceux que vous pensiez être vos amis.

Il n’y a pas de meilleur compagnon que la vérité et le temps passe si vite qu’il faut aujourd’hui choisir ses convictions avec courage et non dans le silence de son intimité. Il le faut, si ce n’est pour nous, pour nos enfants.

Comprendre que les hommes sont sur cette terre pour vivre ensemble, et non pour se dominer, que cette domination prenne le visage des armes ou de la supériorité rhétorique.

Comprendre que la vérité se partage et qu’elle est faite des chemins de l’homme authentique, celui qui sait bien que la lumière ne saurait advenir sans la femme et ce qu’elle représente, sans les chrétiens et sans les Juifs.

La lumière serait définitivement éteinte pour les Nations si Israël devait disparaître dans une colonne de fumée atomique.

La lumière serait définitivement éteinte pour les Nations si Amaleck devait dominer le monde, qu’il prenne le visage de l’islamisme ou de la haine antisémite occidentale.

Réveillons en nous la flamme de la vie, de l’altérité, de la confiance, de l’espoir et sans crainte aucune, il faut continuer à chasser les ténèbres qui veulent nous enterrer vivants.

Il est vrai que les temps qui sont les nôtres obscurcissent notre regard et œuvrent dans la nuit pour détruire notre confiance.

Mais il est vrai aussi que des ténèbres profondes surgit la Lumière divine.

Je souhaite à tous nos lecteurs une très belle fête des Lumières.

Hag Sameah !

Et bon Noël à nos amis !

Ceux qui veulent prier pour Efrat devront préciser qu’elle est la fille de Nissim et Esther

Rachel Franco

Israël, le 21/12/2011

Source : http://www.dreuz.info/

Articles similaires

Tags: , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>