20 Comments

  1. 20

    THIEUX Margot

    En ce 17 juillet 2011

    MONSIEUR LE PREFET d’Eure -et –Loir
    &
    Successeur de Jean Moulin
    Mesdames et Messieurs de La Communauté Israélite d’Eure et Loir
    Mesdames et Messieurs les Représentants de
    l’Ordre National des Anciens Combattants & Résistants
    Mesdames Mesdemoiselles Messieurs en vos qualités
    Pendant la période de l’Occupation du Territoire National de la France sous l’autorité Allemande dirigée par le parti national socialiste
    L’Etat français s’est vu impliqué dans des crimes racistes et antisémites.
    En 1995 Jacques Chirac alors Président de la République en donnera MEMOIRE.
    En ce jour de commémoration de la journée nationale à la mémoire des victimes de l’Etat français et d’hommage aux Justes de France je vais exposer des souvenirs personnels de cette période d’Enfant cachée qui à duré pour moi cinq années de 1941 à 1945 de l’âge de six à dix ans.
    Mon témoignage reflète très précisément la mémorisation consciente de ces années qui pour moi furent celles de la PEUR et de la TERREUR qui encore à l’heure actuelle sont d’une acuité toujours présente.
    Ce sont de fidèles souvenirs d’enfant égarée par le mythe de la folie raciste face à ce que j’apprendrai plus tard : une liberté perdue une inégalité érigée en lois et la négation de la fraternité des Êtres Humains, valeurs niées en cette dictature de morts programmées dont j’étais. Nous étions en Lorraine à Metz mon père, ma mère, mon frère et moi une famille unie, mon père avait créé une usine de meubles de cuisine à Bouzonville et puis un jour j’entends …
    …« il faut partir c’est la guerre » et un drôle de mot : « réfugiés »…
    Après un bref passage à La Baule avec d’autres réfugiés la famille se regroupe oncle tantes grand-mère devant la rapide avancée de troupes ennemies c’est ce que j’entends dire autour de moi.
    A ce rassemblement s’ajoutent : des parents Perlstein, leurs trois enfants venus d’Allemagne ces malheureux seront arrêtés le 17 juillet 1942 à Capdenac emmenés au Camp de Rivesaltes ensuite Drancy et Auschwitz.
    Camp de Rivesaltes-Maternité miracle ! S.F. Mme Fillol (Espagnols-Tsiganes-Juifs. Harkis)
    La Famille Cazelles à Gratens nous loge dans un grenier dont j’admire ces gros bois aux dessins singuliers : la charpente.
    Autorisation de descendre lorsque les 3 coups de bâton frappés au plafond annoncent le signal d’un danger écarté. Je vais à l’école ; mon prénom Margot est changé en celui de Marguerite plus conforme avec la liste des saints et saintes. Ce changement précède celui de mon nom de Famille CERF passe en Cordier fin 1942,
    ils signent la perte de mon identité.
    – Souvenir du petit gitan… Mère Marguerite supérieure…
    Figeac et l’Ecole Jeanne d’Arc mon baptême catholique le 18 –XII-42 censé me protéger des rafles suite à la déportation de notre parenté Perlstein -ce que j’apprendrai après la guerre (mais ma mère savait)
    -La sœur de grand-mère Amalia Voss épouse Perlstein… exactions en
    Sarah et Israël…
    Nous chantons l’hymne au Maréchal Pétain le sauveur de la France.
    Nous avons droit à un bol de lait en récréation et l’obligation de porter un morceau de camphre bien attaché pour éloigner les maladies. Je suis interne à Figeac, avec une boite en bois pour des réserves à manger.
    Je m’appelle Marguerite Cordier, je suis catholique je ne risque plus rien. Je n’aime plus mes parents -ils sont juifs pas moi-. Ils ont-le catéchisme du diocèse de Cahors de l’époque le dit- crucifié le Bon Petit Jésus, et l’idée de les dénoncer aux allemands me traverse. La pensée de mon frère me retient. J’ai 7 ans.
    tante Rolande-Laval-Suicider les enfants-même pas peur…
    -mieux que piquer-tuer-brûler-
    Nouvelle Fuite
    Les rafles de juifs se précisent, les dénonciations aussi.
    – COUVENT DE MASSIP-Capdenac Madame Bergon Religieuse des Filles de Marie Notre-Dame cache et sauve 71 enfants juifs et 12 adultes juifs c’est-à-dire 83 personnes traquées, affolées, apeurées, terrorisées, dont moi pendant deux années d’incompréhensions douloureuses.
    Mesdames Bergon et Roques du Couvent de Massip seront reconnues par
    Yad-Vaschem JUSTES PARMI LES NATIONS.
    (-anecdote maîtresse de Figeac…Roger H…l’Abbé Kirsch…Abandon)
    Permissions de sortie-pire que tout-Hélène-peur-lettres sans réponse
    -MONSIEUR Papa -MADAME Maman : 1 visite en 2 ans séparément.
    De Juillet 44 au 8 mai 45 Chez la famille Poulet à Issepts près de Figeac
    Ils ignoraient tout du vrai moi pour eux je suis Marguerite Cordier… Pas le droit d’aller à l’école…Livres prêtés… Enfants de l’assistance publique…bien d’autres anecdotes…

    RETROUVAILLES-RETOUR A LA VIE
    Je découvre alors non seulement les ruines du pays mais aussi parallèlement à mon histoire que des millions d’Êtres Humains -parfois torturés- tel Jean Moulin, mon beau-père Louis-Auguste Thieux Patriote Résistant sont morts du fait des évènements. J’apprends qu’en face des JUSTES qui m’ont protégée il y a eu des millions de prisonniers dans le monde entier et l’existence de tous ces camps de déportation et d’extermination concernant non seulement les Juifs, les Tsiganes mais tout aussi les opposants aux idées racistes propagées par le nazisme qui se voulait Maître du Monde et dont l’un de ses chantres Goebbels s’empoisonnera avec toute sa famille : la vie ne valant pas la peine d’être vécue : sans le parti national socialiste !
    PARDONNE MAIS N’OUBLIE PAS.

    AUX JUSTES PARMI LES NATIONS…MERCI…
    Particulièrement à…
    Mesdames Denise Bergon-Marguerite Roques Religieuses à Massip
    Paul Gauthié ses parents à Cambes sauvèrent une partie de notre famille
    Madame Yvonne Guillaume Baccary (absente excusée) ses parents André et Clémence Baccary de Montigny le Gannelon sauvèrent
    10 enfants et 4 adultes…
    …Et tant d’autres…
    ….-je peux le dire- dont les NOMS restent anonymes…
    Tous sont à l’origine de mon choix professionnel Sage-femme, ils m’ont donné le Goût de la vie, l’Amour du Bien
    -SERVIR SANS SE SERVIR NI ASSERVIR

    MERCI A MON MARI GUY THIEUX -MERCI A NOS ENFANTS
    A TOUS MERCI DE VOTRE PRESENCE EN CE JOUR DE MEMOIRE.

    Dimanche 17 juillet 2011 MARGOT THIEUX
    Chevalier de la Légion d’Honneur
    Sage-femme (er) Ancien Expert auprès des tribunaux
    Sociétaire des Gens de Lettres de France
    http://margot.thieux.over-blog.com

    Quelques commentaires…
    Merci Margot pour ce que tu fais afin que nos chers suppliciés ne soient pas oubliés …jamais…Ce que tu dis sur ton histoire je peux le dire pour la mienne :
    Metz, partir, réfugiés, cachés, etc… Et ma grand-mère Amalia…
    Je vous embrasse fort tous les deux…Jacqueline

    Chère Margot,
    Je te remercie de m’avoir communiqué ce témoignage si bouleversant et profondément authentique, relatant des événements, qui me sont certes très proches, mais dont il m’est difficile de percevoir combien ils furent tragiques et cruels, pour ne pas les avoir vécus directement, même si je peux parfaitement imaginer combien ils furent terribles et dévastateurs pour ceux comme toi qui ont réussi à les traverser, sans parler de ce qu’ont vécu ceux, qui malheureusement nombreux n’ont pas eu cette chance. Gérard

    Je t’embrasse Margot et j’espère que tu vas bien. Michel

    Tu le sais bien, mieux que quiconque ! Pardonne mais n’oublie jamais! Et tu as raison rappelons le sans cesse! Dr. Max Ploquin plus simplement -max QUI EST PRES DE TOI PAR LA SUBLIME PENSEE …MAX Merci
    Margot pour ce témoignage du 17/07/11.Ce témoignage est et restera vivant car il exprime le vécu. Tu as su dire en quelques mots l’actualité de l’histoire humaine montrant force, peur, bonté, méchanceté, douleur et vie Tes mots font SURTOUT ressortir l’espoir d’un meilleur à venir D’où l’importance de ton rappel pour écarter l’oubli. Merci à toi pour avoir su le dire Je t’embrasse Serge
    Ma chère Margot,
    Je viens de découvrir ton discours superbe et poignant de douleur et d’authenticité et je tiens à te féliciter et à te remercier de nous l’avoir envoyé. Ton passé est celui de ma famille paternelle, et bien que ne l’ayant pas vécu, je m’y identifie totalement et je mesure pleinement le traumatisme que tu as subi, dont le retentissement est incommensurable. Tu as raison de l’évoquer aussi souvent que possible car il ne faut pas que quiconque oublie cette tragédie qui a ensanglanté et plongé le 20ème siècle dans l’horreur ! Cela permettra-t-il d’éviter le pire au 21èmé siècle ??? Rien n’est moins sûr, malheureusement, tant notre monde est en proie aux pires excès et la « bête immonde « semble, inexorablement, renaître de ses cendres !… Je suis
    pessimiste, mais tout ce qu’on voit et entend n’a rien de rassurant … Je t’embrasse très fort ainsi que Guy, Emmanuel, Annick et sa famille. Lorsque tu auras Popol au téléphone, embrasse le bien de ma part également, ainsi que sa femme. Meilleures pensées de Jacques également ta cousine Dany

  2. 19

    Margot THIEUX

    REPUBLIQUE & LAÏCITE
    XENOPHOBIE & RELIGIONS
    BIOLOGIE & VERITE

    Une république est un Etat où la souveraineté appartient à la nation (démocratie), ou à une fraction du peuple (aristocratie, oligarchie…).

    « La nation comprend des citoyens investis des droits politiques, et des personnes qui en sont privées, selon un départ fort variable ». (Larousse)

    Depuis Platon de nombreuses formes de « républiques » ont été érigées en gouvernements.

    Les républiques modernes poursuivent l’application intégrale du principe de la souveraineté nationale.

    La Cinquième République Française est Laïque, c’est-à-dire non ecclésiastique et non religieuse.

    Dans l’Europe moderne il y a en France séparation de l’Eglise et de l’Etat et permission libre pour chaque citoyen de pratiquer ou non la confession religieuse de son choix sans prérogative politique.

    La Xénophobie a la « haine » de l’étranger, non pas dans l’absolu mais en divers degrés de manifestations.

    L’étranger est défini par ce qu’il n’est pas du pays -par extension- qu’il n’est pas de la famille, n’appartient pas au même groupe.

    Les mots « étranges » et « étrangers » dans le français comme dans d’autres langues ont un foisonnement de définitions, d’applications, d’explicitations, d’extensions de sens et d’idéologies.

    Si l’on appliquait le premier sens à un exemple du monde animal des mammifères on constate crainte, effroi, agressions entre chiens et chats *adultes en opposition à des espèces différentes et, par extension on évoque en cas de mésentente pour des caractères opposés dans un mariage celui de l’union de la carpe et du lapin mais sans xénophobie
    *On notera qu’une chienne ou une chatte venant de donner naissance à ses petits, donnera la tétée indifféremment aux chats ou aux chiens dont la mère biologique n’est plus.
    On peut donc voir une chienne donner la tétée à de petits chatons récemment nés et inversement.
    La Vie prévaut et aussi l’Amour de la Vie face au danger de sa négation.
    Les enfants des familles régnantes européennes étaient allaités par des nourrices du peuple dont la vitalité et la santé étaient établies.

    De nos jours on ne saurait affirmer que les Laits en Poudre ont les mêmes qualités intrinsèques que le lait maternel mais… cette remarque doit être examinée biologiquement sans xénophobie …

    Dans le cadre de la communication de proximité, l’amorce de la xénophobie peut sourdre dans la barrière de la langue, le sens de l’ouïe, puis de la compréhension qui est heurtée par la difficulté de comprendre l’autre.

    Le regard de l’autre est aussi sujet de crainte, de peur, voire d’’effroi. Un tout petit enfant n’ayant jamais vu d’autre personne que celle de sa propre ethnie, mis en présence d’une figure inhabituelle se met à pleurer.

    Ce constat n’existe pas dans les pays multi-etniques ; le Brésil par exemple où le mélange de la population multicolore et multiethnique est le vécu quotidien.

    La xénophobie trouvera aussi ses racines dans l’esprit de classe, l’esprit de clocher, l’esprit de minaret et in fine dans les haines, les intolérances et les pires superstitions
    religieuses dont les exemples sur toute la surface du globe dans toutes les ethnies ont été de tous temps connues sous le nom de guerres civiles, guerres de religions, pogroms, etc.
    Enfin la xénophobie politique est le quotidien des régimes autoritaires et des dictatures dont les pires exactions sont justifiées à l’encontre du peuple, souvent par celui ou ceux que celui-ci a élus : c’est l’élection de la démagogie, en opposition à la démocratie et la laïcité.

    Hors les religions, les politiques, les nations, il est question dans notre quotidien du test ADN.L’acide désoxyribonucléique –à l’origine de la vie sur terre– est cet ADN.
    L’ADN dans le langage des biologistes est constitué par l’assemblage moléculaire de quatre paires de base nommées
    -A : Adénine -T : Thymine -G : Guanine -C: Cytosine.

    L’ADN de toute personne est un fil existant en toutes les cellules extrêmement fin d’une longueur de 1m 10 à 1m 70 chez l’Humain, enroulé sur lui-même en spirale.
    Sur ce fil sont placées côte à côte ces paires de base qui constituent pour chaque Être Humain un ordre unique.

    Le biologiste *Brian Sykes a démontré scientifiquement que l’ensemble des A.D.N. de toute l’humanité dépendait fondamentalement de l’ADN de la mère.

    On dit de cet ADN qu’il est mitochondrial.

    Or les statistiques sur des millions d’ADN humains prônent que toute l’humanité découle de Sept types d’ADN qui eux-mêmes sont issus d’un seul et unique ADN ce qui a fait dire que ces Sept ADN filles étaient issus de l’Eve primordiale : et à titre privé on sait que l’Amour n’a que faire de la xénophobie.

    *Bryan Sykes mondialement connu professeur de génétique à l’Université d’Oxford…
    « LES SEPT FILLES D’EVE » édité en mai 2001 Albin Michel…
    « Cet ouvrage révèle que nous descendons tous de sept femmes de la Préhistoire qui elles-mêmes sont issues d’une femme unique…comment le patrimoine génétique de chacun de nous s’est transmis au cours des âges sans altération majeure, par la lignée maternelle… »
    Si nous citons cet exemple biologique c’est un peu pour souligner qu’au-delà de l’ignorance et de la superstition peut s’établir une justice de tolérance en laquelle
    la SAGESSE et la FORCE de la LAÏCITE peuvent UNIR en HARMONIE dans notre REPUBLIQUE FRANÇAISE LAÏQUE bien des formes différentes de pensées sans xénophobie, de langue, de couleur de peau, de religion.

    En La Vie, en son principe vivant, on décèle, recèle, révèle une force, une réalité que l’on pourrait « en notre ADN » considérer aussi comme une vérité et une justice bien au-delà des soucis de la vie matérielle quotidienne sans prôner l’utopie, et en tenant compte que l’homme ne vit pas seulement de pain.

    Une simple réflexion permet pour nous de comprendre les principes d’action, de réaction, d’équilibre, des forces d’oppositions en présence.
    En regardant un plan d’eau calme sans mouvement, si nous laissons tomber verticalement un petit caillou, une suite de cercles concentriques se forme.
    CHAQUE CERCLE A SON RAYON ET DIAMETRE PROPRES
    CEPENDANT LEUR CENTRE EST IDENTIQUE.
    TOUS LES POINTS DE CES DIAMETRES SONT EN PARFAITE ET EQUILIBREE OPPOSITION.
    L’ENSEMBLE DES CERCLES REVELE UNE HARMONIEUSE FIGURE GEOMETRIQUE
    DE CERCLES DIFFERENTS ET CONCENTRIQUES UNIS PAR LE MÊME CENTRE.
    Aucune xénophobie n’apparaît en cette Géométrie…
    Par un point CENTRE DES CERCLES ne passe qu’UNE VERTICALE ET UNE SEULE
    Philosophiquement la multiplicité est UNIE à cette UNITE.
    PUISSE LA POLITIQUE DES HOMMES S’EN INSPIRER
    EN TOUTE LAÏCITE EN NOTRE REPUBLIQUE.
    04 janvier 2010

  3. 18

    Arlette et Fernand MARIE

    A la lecture de l’allocution de Margot THIEUX au square Anne Frank à Chartres le 19 juillet 2009 une forte émotion nous envahit mon mari et moi-même, car elle nous amène à évoquer la Mémoire de notre père et beau-père. Monsieur Pierre MARIE de Nancy Grand Résistant et « JUSTE PARMI LES NATIONS ». Il ne tirait aucune gloire de son action pendant la guere, car il avait tout simplement fait « son devoir d’être humain ». Personnellement
    j’ai connu Margot Thieux à l’Ecole de sages-femmes de Nancy… Margot CERF à l’époque. Nous ignorions qu’elle sortait à peine de la période où elle avait du être cachée sous un autre nom. Margot CERF devant devenir invisible. Elle avait un impérieux besoin d’être dans la lumière, d’être reconnue et tous les prétextes étaient bons. Nous n’avions pas vingt ans et nous n’avons pas bien compris la réalité à ce moment car elle dérangeait l’ordre établi ! Margot a continué de la même façon en exerçant la profession de Sage-femme en étant précurseur dans bien des exercices de la profession (Expert auprès des tribunaux
    P.M.I -Désaccoutumance tabagique materno-foetale, H.A.D.)une pionnière, un phare.
    L’amitié que j’avais pour elle à l’école s’est transformée au fil des années en une affection fraternelle jamais démentie.

  4. 17

    Alain M.

    Ma Chère Margot,

    Je tiens à faire ce témoignage pour toi car tu mérites bien plus.
    La lecture de l’histoire de ton enfance ne peut qu’inspirer le respect.
    Je crois pouvoir dire que depuis toujours tu te bats pour la Vie, pour donner un sens à la Vie après avoir vécu de très près cette triste période de notre histoire.
    Ces « Justes parmi les Nations » que tu as croisé pendant ce périlleux parcours sont le plus bel exemple de courage qui puisse être présenté aujourd’hui à une génération frileuse et sans point de repère.
    Je souhaite que ton témoignage participe à l’éveil des consciences dont notre époque a tant besoin pour qu’enfin la tolérance reprenne sa place au service de la Vie.
    Bien affectueusement

  5. 16

    THIEUX Margot

    AMIS DU MONDE, merci de participer à l’HOMMAGE qui est le suivant adressé au Professeur Emile Papiernk-Berckhauer…
    décédé le 7 août 2009 entouré de sa Famille…LOVE
    LA VIE SACREE NON MASSACREE AU SERVICE DE LA VIE AVEC AMOUR
    Monsieur le Professeur Papiernik…nous ne pouvons dissocier votre NOM de celui du Professeur Minkovski.
    Nous ne pouvons dissocier vos NOMS de celui de SAGE-FEMME.
    En 1975 la DDASS des Hauts de Seine me délèguait pour franchir une étape nouvelle en Prévention.
    Le décret du 5 mai 1975 N° 75316 permettait aux sages-femmes, grâce aux efforts des pionniers les plus éclairés de visiter à domicile, dans le cadre de la P.M.I. les femmes ayant des problèmes pendant la grossesse.
    J’ai débuté cet exercice professionnel dans le service dont vous aviez la charge. Madame Simone Veil alors ministre de la Santé et ses collaborateurs ont diffusé cette information.
    Très rapidement les départements français se dotaient de ce service de prévention. j’ai couru PARTOUT pour l’initier.
    A l’heure actuelle plus de 1200 sages-femmes exercent en P.M.I.
    Nous avons pu prouver -entre autres- une surveillance accrue des grosseses reconnues à risque la diminution de la prématurité, les causes d’hypotrophie foetales, les économies budgétaires quant à cet exercice à domicile. Nous avons pu prouver que le domicile médicalisé, en relations avec les services, ouvrait la Voie à un travail collectif, sécurisant pour les familles, avec toutes les professions de santé, libérales et salariées.
    Nous avons ouvert la voie à l’élaboration de postes de proximité. Nous avons répondu à vos souhaits, à ceux des sages-femmes, et du public. Vous vous êtes réjoui de ma nomination en qualité d’Expert sage-femme près la Cour d’Appel de Versailles, la première dans l’Histoire des SAGES-FEMMEDS. Vous avez pu constater que le code de déontologie des sages-femmes portait par la suite un aménagement de cette disposition.
    Monsieur le Professeur Papiernik Merci aussi d’avoir ouvert votre service dès 1990 à l’aide à la désaccoutumance tabagique Materno-foetale qu’il m’a été donné de pouvoir mettre en place selon les modalités qu’il m’a été possible d’établir.
    Je ne peux passer sous silence votre humanisme et vos encouragements. Je répercute cette histoire qui vous caractérise tant….Un jour un nouveau-né désigné « enfant X » est décédé dans le service. Au « staff » vous nous avez rappelé que nous étions tous ses parents et ce décès était aussi celui d’un membre de notre famille.
    Monsieur le Professeur Papiernik REPOSEZ en PAIX.
    Merci pour les sages-femmes. Merci pour la Vie.
    Margot THIEUX sage-femme (er) ancien Expert près la Cour d’appel. Chevalier de la Légion d’Honneur. Ecrivain.
    Rescapée de la SHOAH comme VOUS PROFESSEUR.

  6. 15

    THIEUX Margot

    Mihal, Valéry, Meller Danielle, Dany-Jacques, Alain …

    A chacun de vous qui avez pris la « peine » d’écrire recevez mes remerciements. Un mot particulier pour Danielle Meller…OUI NOUS VOS PARENTS AVONS BEAUCOUP SOUFFERT.
    Merci de l’avoir rappelé.
    Il va falloir que j’explique ça à mes enfants. AFFECTION Margot

  7. 14

    THIEUX Margot

    MARTINE LE COZ :
    Tellement MERCI. Je viens de lire et relire…et il me faudra lire et relire. Vous l’écrivain du XXème siècle
    vous au prix Renaudot en 2001, vous, votre famille, vous vos écrits, vous vos peintures…VOUS.
    L’ immense tristesse d’avoir été cachée… et la FOI inébranlable en la Possibilité de BONTE des Humains.
    D.ieu a besoin des Hommes…Il y en a. Les JUSTES comme vous le dites -sans faute- sont vivants.
    Leur éternelle Lumière EST: « Tables de la LOI » : LUMIERE dans les TENEBRES.
    « …les pierres criaient et les yeux des Justes projettent une éternelle lumière… »
    J’étais une pierre cassée, broyée, qui criait à la recherche de son Unité, je n’ai même pas dit de son unicité,
    en quête de Vérité, une pierre reconstituée peut-être, mais une pierre qui a essayé de polir ses aspérités,
    bref une pierre, un caillou nécessaire pour la construction de l’ÊTRE. Mais quel TEMPLE: ENSEMBLE !
    Je n’aime pas avoir été OBLIGEE d’être cachée. J’en ai ressenti de la honte. Ensuite « Je Suis Votre Obligée ».
    Salie, dévalorisée, révoltée, indignée, mais CONSCIENTE du DEVOIR de VIE. Cela a été ma Chance.
    Martine, nous nous reverrons…Je suis très contente. Merci.

    azaria..AZARIA JEAN JACQUES THEODORE REIN :
    Lorsque j’ai accouché de ma fille Annick médecin pédiatre-généticienne Française / Israélienne C.H.U. Hadassah
    « ma » sage-femme de l’époque, Madame Gloton, propriétaire de sa clinique Paris Xème m’a raconté la venue de deux représentants de la police française, qui ont raflé les jumeaux de 4 jours, laissant la mère trop fatiguée…
    Il fallait bien être deux Monsieur le Professeur..des Jumeaux, 2 garçons. Juifs pas encore circoncis. 4 jours.
    Ces deux gendarmes F? français, pleuraient paraît-il…mais comme me l’a dit Serge Klagsfeld à qui j’en parlais …
    ILS L’ONT FAIT…
    Votre commentaire, celui d’un éminent cardiologue qui fait TOUT pour la Paix, Professeur à Hadassah,
    Chirurgien du coeur d’enfants malades, de tous horizons… palestiniens, israéliens, chrétiens, autres…votre commentaire ne peut que nous aller DROIT au COEUR. MERCI PROFESSEUR.
    Votre famille raflée, soufflée, assassinée, merci de nous le dire. Merci de PORTER si BEAU si VIVANTS leurs NOMS. MERCI.
    Merci de les rendre VIVANTS…
    Seuls ceux dont ne prononce pas le NOM sont morts.
    LES JUSTES PARMI LES NATIONS ont au péril de leur vie sauvé des vies. Des vies vouées à l’extermination.
    Les autres ont-ils été in-justes…? Ce n’est pas aussi simple. Merci Monsieur le Professeur pour votre famille « vivante » au travers de vous, merci pour les relations internationales en faveur de la vie, merci d’être un frère pour ma fille le docteur Annick.

  8. 13

    THIEUX Margot

    annick commente:
    3 août 2009 à 16:34
    Moi ta fille Annick , je suis montée en Israël pour y exercer mon métier de pediatre-généticienne et m’occuper d’enfants.
    Je voulais aussi que mes enfants nés et ceux a naître soient clairs dans leur identité. J’y ai resussi . Je ne savais pas tout a fait pourquoi . Il y avait tellement de non-dits dans mon éducation et tant d’ambivalence dans le fait message d’etre Juive. J’avais même peur de dire que j’etais juive moi née bien après la guerre. Voilà tu parles et les racines peuvent enfin prendre dans la terre de ce pays. Merci, ta fille préférée moi: l’unique Annick

  9. 12

    azaria Jean Jacques Theodore Rein

    Chère Margot
    J’ai été très ému par ce texte poignant qui met en valeur l’action extraordinaire de ces justes parmi les nations. D’autant plus extraordinaires car ils étaient si peu pour protéger les juifs de la milice, de la police française et des forces de ‘’l’ordre ‘’françaises qui gardaient les nombreux camps d’internement en France durant cette triste période.
    Trop de français on participé à cette déportation de 75000 juifs de France, des avocats, des responsables des transports (bus parisiens, SNCF etc…), trop de français ont eu un regard passif et ne sont pas intervenus pour protéger leur concitoyens dont la seule faute était qu’ils étaient juifs.
    Alors comme vous, il faut élever la voix et remercier ces trop rares justes parmi les nations ou plutôt parmi la nation française. Cette France que ces 75000 déportés juifs ont aimée. Cette France dans laquelle un juif français ne devrait plus vivre, ne serait-ce que par dignité envers sois –même, ne fallait-il pas la quitter au lendemain de la Shoa ?
    Au nom de mon grand-père assassiné à Auschwitz, de mon oncle assassiné à Sobibor, d’un autre oncle assassiné à Mauthausen et de nombreux cousins disparus, tous déportés par les forces de l’ordre françaises et parqués à Beaune la Rolande, Pithiviers, Drancy etc… pour être livrés par ces même Français à l’Allemagne Nazie, je vous remercie encore pour ce discours émouvant sur les justes de la nation Française.
    Portant les noms de mes deux oncles et de mon grand-père, ils ne devaient plus vivre en France à travers moi.

  10. 11

    Martine Le Coz

    ps. il y a des fautes d’orthographe !
    « Qu’importent »
    « que les pierres criaient et que les yeux projettaient »

    Très grand merci, chère Margot, de nous avoir donné ce moment de vivant réveil…

  11. 10

    Martine Le Coz

    Chère Margot,

    Le premier signe que j’ai perçu, à vous lire, n’en est presque pas un. Un saisissement et un manque, au contraire. En telle partie de l’Histoire des hommes, le coeur nous a manqué. On regarde, on entend, témoin après-coup, et on est saisi-désaisi en même temps.
    Les centaines de corps nus entassés dans la fosse, je les ai vus photographiés ou filmés. Vus ou lus, comme aujourd’hui votre texte, c’est chaque fois la même brutale sensation avant la lente dérobade de la conscience. On les voit une seconde dans un éclair, ces Juifs – on se voit avec son père et sa mère et ses enfants dans le trou. Le document nous pousse devant le miroir. Le miroir est une lame et un fil. On bascule aussitôt. Ce document, accepté ou nié, est un révélateur capital.
    A l’échelle de l’épouvante nazie, tous les critères sensibles sont perdus. L’indifférent, debout au bord de la fosse, n’est pas plus vivant que le gisant dedans. Le vivant, puisqu’il semble qu’il reste du vivable, est donc sans doute celui qui résiste à la fuite et reste capable de sauter dedans pour reconnaître le sien dans l’emmêlure des corps. En revanche, celui dont la conscience se pare de lueurs flatteuses mais refuse de communier au plus bas de l’humanité sienne impose son fardeau à un autre, un inconnu de bonne volonté, un Juste.
    La fosse nous attend, un jour ou l’autre. Celle d’Auschwitz ou celle d’un paisible cimetière de famille – peu importe les circonstances du rendez-vous, le seuil aura toujours le tranchant et l’éclat du miroir. Votre témoignage et ceux de vos semblables, Margot, font retentir en nous le coeur des Justes que vous avez salués. Cela dépasse les temps et les lieux : l’exemple éveille, il ne date pas, il fait sursauter. Ces hommes, ces femmes, ces enfants justes, révèlent pour chacun de nous, dans la tombe qui porte bien son nom, une possibilité de creuset. Une matrice incongrue,impensable, providentielle.

    Les noms des Justes que vous citez ont réveillé pour moi la liste d’autres noms qui sonnent clairs en nous comme autant de pulsations : ceux que j’ai entendus prononcés à Auschwitz par des jeunes gens de tous horizons, chrétiens, juifs, musulmans ou sans confession (n’était-ce pas merveilleux, ces noms réfugiés sous des palais étrangers ?)lors de la Marche pour la Paix initiée par Emile Shoufani en mai 2003 avec le soutien de Jean Mouttapa.
    Goebbels ne savait pas que les pierres criaient et que les yeux des Justes projettent une éternelle lumière. J’ignorais que cette marche ensemble marquerait ma deuxième naissance, et que dans cet éclairage-là, la conscience congédiait les masques, invités à travailler leurs creux en visages, plus aimants qu’on ne l’eût jamais cru.

    Martine Le Coz

  12. 9

    THIEUX Margot

    Je suis tres touchee d’avoir recu votre message……votre texte etait si vivant et si emouvant que j’ai eprouve le besoin de vous faire part de mes reactions…..depuis que j’anime la rubrique perdu de vue je suis devenue encore plus sensible a cette periode de la SHOAH ..pendant plus de 8 mois j’ai fait des recherches sur des enfants caches qui pendant la guerre etait dans une ferme dans la SARTHE c’est la famille qui les a gardes qui les recherchait…..et j’ai eu une grande joie quand j’ai reussi a retrouver une des filles et qui s’est deplacee specialement pour retrouver cette famille…j’ai recu une photo de cette personne{UN JUSTE} AGE DE 96 ANS AVEC CETTE FILLE AGEE DE 75 ANS…..
    Ou habitez vous?si vous etes en ISRAEL j’aurais plaisir a vous connaitre et peut etre vous inviter dans une des associations francaises afin de nous parler de votre experience vecue durant la SHOAH.
    MIHAL

  13. 8

    Alain

    Bonsoir Margot,

     » Aimez-vous les uns les autres  » ou  » Tu aimeras ton prochain comme toi-même  » ces deux phrases me semblent identiques.
    Ce principe de la Torah signifie aussi, et je paraphrase: » Qui sauve une vie sauve l’Humanité toute entière « .
    Il est bien évident que certains de ces  » Justes parmi les Nations » qui n’ont écouté que leur coeur, appliquaient sans le savoir, ce principe fondamental de notre Torah qui leur était, certes, elle aussi inconnue.
    Tel était en l’écrivant, l’allusion que j’insinuais dans mon précédent commentaire.

  14. 7

    THIEUX Margot

    Bonjour Alain, les « Justes parmi les Nations » distingués par le Mémorial de Yad Vashem sont des non-juifs…et -pour cause- !
    Certains étaient catholiques, d’autres athées, d’autres étaient protestants; certains avaient reçu le message :
    « AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES »
    et n’avaient peut-être jamais entendu parler de la « Torah ».
    D’autres menaient à leur manière un combat du « bon sens » en regard d’une technique du mal au sens théologique.
    D’autres avaient refusé la SOUMISSION et la COLLABORATION après la défaite militaire en France devant la barbarie.
    Tous ceux-là ne savaient même pas qu’ils seraient un jour considérés comme « JUSTES PARMI LES NATIONS » alors qu’à leur manière ils ont participé à l’établissement de la
    -TERRE PROMISE- Ayons également une pensée pour les JUSTES INCONNUS et non NOMMES dont nous pouvons supposer qu’ils seront RECONNUS en L’INVISIBLE ETERNITE

  15. 6

    Alain

    A tous ces « Justes parmi les nations ». A tous ces humanistes connus ou anonymes. A toutes ces femmes et hommes qui n’ont écouté que leur coeur pour sauver d’une mort certaine ceux qui étaient déjà condamnés et dont l’horrible crime était « malheureusement » d’être « juif ».A tous ces êtres épris de justice,de fraternité et de liberté, était un principe fondamental de la torah:
     » Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

    « Celui qui donne la charité de façon anonyme est encore plus grand que MOÏSE. »
    (Rabbi Nahman de Bratslav)

  16. 5

    THIEUX Margot

    BONJOUR : très touchée quant aux commentaires au sujet du texte présenté à CHARTRES au Square « ANNE FRANK » en Hommage aux Déportés et JUSTES PARMI LES NATIONS en ce jour de cérémonie commémorative du 19 juillet 2009, en présences des Autorités de la République Française, Anciens Combattants, Association Juive,
    et autres… J’avais moi-même invité un couple d’Allemands.
    Concernant l’expression JUSTE PARMI LES NATIONS, c’est le Comité Responsable de Yad Vashem qui après la Création de l’Etat d’Israël a souhaité constituer un dossier de reconnaissance envers les non-juifs qui ont apporté aide et protection aux juifs pourchassés et persécutés par l’ORDRE NOUVEAU selon leurs Lois Raciales, en différentes Nations occupées par l’autorité allemande et les collaborateurs du régime nazi.
    En vous adressant à Yad Vashem vous obtiendrez les précisions historiques et religieuses quant au choix de cette expression:
    JUSTE PARMI LES NATIONS. Margot

  17. 4

    THIEUX Margot

    Bravo , ma chère Margot , pour ce superbe discours , très profond et très émouvant , qui m’a donné à moi aussi des frissons ! Il résume très exactement toute ta vie et tous tes combats ! L’insupportable est que la « bête immonde » ressurgit et que le monde est incapable de « tourner rond » ; mais une chose est sûre : il ne faut pas abandonner le combat ! Nous t’embrassons très fort. Très affectueusement et à très bientôt dans de bonnes circonstances , espérons-le Dany et Jacques

  18. 3

    meller danielle

    Article tres poignant.Nos parents ont beaucoup souffert durant cette periode.Heureusement qu ils y avaient des justes parmis les nations.Dany de Carmiel

  19. 2

    Valery

    tres beau texte. merci de ce choix.
    D’ou vient exactement l’appelation « juste parmi les nations »? Je la trouve tres belle.

  20. 1

    vaknin mihal

    Ce message si poignant devrait etre publier dans toutes les ecoles afin que nos enfants et petits enfants n’oublient pas cette periode tragique du peuple juif et le role des JUSTES …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Propulsé par Simon Amar pour Terredisrael Ltd.
Copyright © 2016 Blog terredisrael.com