pub2011

C’est du sud que viendra la haine / Smadar Péri, Yossi Yehoshua, Udi Etzion et Binyamin Tobias – Yediot Aharonot

Est-ce une nouvelle alliance ? Recep Tayyip Erdogan a eu droit hier au Caire à un accueil particulièrement enthousiaste, certains diront inquiétant. Le Premier ministre turc a profité de sa visite en Egypte pour s’en prendre au pays voisin et mettre en garde : « Israël paiera le prix de ces actes criminels, les pays arabes s’uniront contre lui ».

Il est trop tôt pour dire si la visite triomphale de Recep Tayyip Erdogan au Caire, la première d’un dirigeant turc depuis quinze ans, fait de lui le nouveau chef de file du monde arabe, mais les dirigeants égyptiens l’ont accueilli hier avec des sourires mâtinés de gêne. S’ils lui ont réservé un accueil royal, ils craignent en revanche que la Turquie remette en cause l’hégémonie traditionnelle de l’Egypte et son statut au sein du monde arabe.

Le chef de gouvernement turc a proposé d’établir une alliance stratégique entre les deux pays, mais les Egyptiens ne se hâtent pas d’accepter. Erdogan a également réagi à l’annulation de sa visite à Gaza en lançant un appel aux dirigeants égyptiens : « Ouvrez la frontière avec Gaza. Mon souhait reste le même : me rendre à Gaza ».

Entre temps, Erdogan a une nouvelle fois haussé le ton à l’égard d’Israël, profitant d’un discours devant les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe pour lancer une série d’accusations et de menaces : « Israël compromet son avenir. Ils ne se conduisent pas comme un pays normal. Je veux voir le drapeau palestinien flotter devant le siège de l’ONU à New York et dans leur capitale, Jérusalem ».

Le Premier ministre Erdogan est venu au Caire en compagnie de son épouse et de sa fille, de sept ministres de premier plan et de deux cent quatre-vingts hommes d’affaires. Dans la rue, les Egyptiens l’ont accueilli avec un enthousiaste manifeste, brandissant des pancartes à son effigie et scandant des slogans de soutien. Erdogan a rencontré le maréchal Tantawi, mais les Egyptiens ont annulé l’événement qu’il prévoyait de tenir place Tahrir.

Le Premier ministre Netanyahu a cherché hier à apaiser l’atmosphère face à la Turquie. « Je propose que l’on cesse de s’accrocher à telle ou telle déclaration. La raison et les considérations rationnelles sont à l’œuvre chez nous, et je pense que c’est le cas aussi dans l’autre camp ».

Source Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

Articles similaires

Tags: , , ,

2 Reponses to “C’est du sud que viendra la haine – Yediot Aharonot”

  1. simonviolet dit :

    c’est vrai que la turquie est en position de donner des leçons de morale à israel,j’en ai souvent parlé,mais l’occupation du nord de chypre,de l’arménie historique,du kurdistan,les massacres d’arméniens,de grecs,les menaces faites aux pays qui officialiseraient les génocides arméniens et/ou grecs…
    ça fait beaucoup

    c’est à peu près comme s’il y avait une loi en allemagne interdisant de parler du génocide des Juifs pendant la guerre;
    non seulement la turquie ne reconnait pas ce qui crève pourtant les yeux,mais elle interdit à quiconque de le dire

    c’est un pays ultra-nationaliste qui se réislamise,et le lien qui l’unissait à ISrael paraissait dès longtemps fragile,ténu,et contre-nature

  2. Fidèle dit :

    Qu’ils s’entecrèvent… je ne souhaite que cela, et c’est ce que Bush a tenté de susciter en mettant un point d’arrêt aux ambitions délirantes afghanes et irakiennes et tentant de diffuser le virus du combat chiite/sunnite…Il n’a pas tout à fait échoué, mais beaucoup reste à faire! Surtout changer les Européens en « courageux » intelligents…, ce qu’ils ont oublié d’être depuis belle lurette, et en virant le prétentieux pusillanime et incompétent de la Maison Blanche.
    Voilà, vaste programme…

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>