pub2011

Efrate Schreiber

Efrate Schreiber

En collaboration avec des spécialistes, les victimes bénéficient d’une prise en charge psychologique dans le but de les aider à gérer les souvenirs de l’horreur de la Shoah et les relations avec la seconde et la troisième génération. Depuis 1987, Amcha s’occupe aujourd’hui de plus de 10000 victimes du nazisme et de leurs familles, dispersés dans le pays.
La génération des survivants est en train de disparaître sous nos yeux. Il est impossible de comprendre les efforts de réadaptation que les survivants ont faits pour essayer de reprendre gout à la vie, après avoir perdu leur famille et tout ce qu’ils possédaient dans des conditions inimaginables. Leur espoir de connaître des jours meilleurs est presque nul. Ces personnes se posent souvent la question » est ce possible que l’homme crée à l’image Divine puisse se transformer en monstre qui saccage et extermine les autres ? Nombreux sont qui gardent au fond d’eux mêmes la peur de revivre encore des atrocités et sont très angoissés par les actes de terrorisme.

Ces âmes écorchées par les souffrances, recherchent un peu d’amour et d’amitié pour les aider à reprendre confiance dans l’être humain. C’est un devoir pour chacun de nous de leur montrer de la considération et de l’affection.
Le but de Amcha est justement de leur fournir ce soutien psychologique individuel, familial et en groupe. Elle organise des rencontres entre les générations, des travaux communautaires, un éventail d’activités et de clubs pour les aider à surmonter les obsessions et les cauchemars qui les hantent.

Le Centre de Amcha, qui existe à Kiriat Motskin depuis 2002, réunit les survivants de la Choah , des Krayot environnantes. Là, ils trouvent dans ce petit Centre une équipe aimable, de la chaleur humaine et sincère, une oreille attentive, une aide psychologique, un lieu de rencontres agréables où ils font des échanges amicaux, et participent à de nombreux programmes variés qui les aident à sortir d’eux-mêmes.

A l’occasion des fêtes de Hanouka le Centre de Amcha de Kiriat Motskin a organisé une après- midi en présence du Maire de Kiriat Motskin ; Mr Haim Tsuri
Apres la bénédiction de l’allumage de la première bougie, par un des participants, et le chant traditionnel de Hanouka accompagné au piano par Mme Noga Yechouron, Mr Haim Tsuri a pris la parole , pour exprimer son admiration à Mme EliteYehouda, directrice du Centre Amcha, pour le travail accompli par tout le personnel .Il a reconnu la nécessité de les aider dans la tache qu’ils ont entrepris. Il a complimenté toutes les personnes et les bénévoles pour leur dévotion sincère pour les survivants.
 » Il est impératif de continuer à soutenir les survivants de la choah, non seulement parce qu’ils en ont un grand besoin, mais aussi pour que la nouvelle génération puisse connaître des témoins et avoir des témoignages, racontés par cette génération qui a vécu les horreurs de l’holocauste.
Je félicite tous ceux qui prennent part à ce travail important qui redonne un peu de lumière dans leur ciel obscurci par les souffrances passées. »

Apres le départ de monsieur le maire, certains participants ont montré les objets personnels qui étaient dans la salle de l’exposition et avaient échappé à la destruction. Une dame âgée montra deux chandeliers en argent qui avaient appartenus à sa mère, lesquels avaient été cachés chez une voisine non juive. Cette dame raconta l’émotion qu’elle ressentait chaque vendredi soir en allumant ces chandeliers. Un participant récita un très beau poème, exprimant la douleur enfouie au fond de son âme.
Un autre montra une enveloppe des matzot brodée de fils argentés et dorés qui avaient appartenu à ces beaux parents, il y a plus de cent ans.
Un tableau dessiné au crayon, représentait , les visages de Adam et Eve cachés dans une pomme transpercée par un énorme serpent, entourés des deux cotés par deux arbres : l’arbre de la connaissance desséché, symbolisant la mort et l’arbre de la vie, avec un beau feuillage, puisque D les empêcha de s’en approcher.
Tous ces objets exposés étaient imprégnés de souvenirs douloureux.

J’ajouterai ici une petite histoire que j’ai lue. (Dans les récits du Rav David Pinto)
Une grand- mère, survivante de la choah, réunissait souvent ses enfants et petits enfants pour leur raconter les épreuves passées pendant ces terribles années. Après la mort de la grand- mère les enfants ouvrirent son testament. Elle avait légué ses biens, en part égale, entre tous ses enfants et petits enfants .Une seule petite fille avait reçu une très grande somme d’argent pour elle toute seule. Les enfants demandèrent à l’avocat s’il n’y avait eu d’erreurs dans l’interprétation du testament « non tout avait été écrit très clairement »
Un jour en débarrassant les tiroirs de la grand –mère, ils découvrirent son journal dans lequel elle écrivait que » ma petite fille D. pleurait de toutes ses larmes en entendant mes récits, elle ressentait si fortement ce que je disais, je sais, qu’elle saura le transmettre aux autres générations  »

A MCHA
8 Rehov Nataniaou – kiriat Motskin
Tel 04 8766967

Efrate Schreiber

Articles similaires

Tags: , , , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>