pub2011

La France en Israel

LES TITRES

LE CONTROLEUR DE L’ETAT DEVRAIT RECOMMANDER QU’ON ARRETE L’AUGMENTATION DU PRIX D’EAU maariv
LES DEPUTES ESPERENT QUE LE CONTROLEUR DE L’ETAT EMPECHERA L’AUGMENTATION DU PRIX D’EAU yedihot
SHAOUL MOFAZ, DANS UNE INTERVIEW AU HAARETZ : « LORS DE L’ELECTION DE LIVNI A LA TETE DE KADIMA, DES ACTES QUI FRISENT LE DELIT ONT ETE COMMIS » haaretz
LE HAMAS : NOUS N’AVONS PAS REJETE LE MARCHE SHALIT jerusalem-post

EXTRAITS DE LA PRESSE

*ISRAËL-PALESTINIENS
L’épreuve de la route / Amir Buhbut, Eli Berdenstein et Roï Sharon – Maariv*

A nouveau, la cour suprême prend position contre les services de sécurité et leur imposent de modifier leurs décisions car elles sont en contradiction avec les droits légaux des Palestiniens. La cour suprême qui, par le passé, avait déjà obligé les services de sécurité de modifier le tracé de la clôture de séparation, a ordonné hier l’ouverture de la route 443, reliant le région du centre à Jérusalem et dont la tracé passe à côté d’un grand nombre de villages palestiniens.

La décision de fermer la 443 est injuste, ont affirmé les juges, avant d’accorder à Tsahal cinq mois pour mettre en place des dispositifs de sécurité le long de cette route, qui avait fait de nombreuses victimes d’attentat à l’époque où elle était ouverte à la circulation palestinienne.

A Tsahal, on craint le pire. Un responsable de la Défense a mis en garde hier que « l’ouverture de cet axe aux Palestiniens mettra en péril la vie des Israéliens qui y circulent ; il y aura sans doutes de nouveaux attentats ».

Dans la décision de la cour suprême, le juge Uzi Fogelman écrit que « l’arrangement existant qui interdit catégoriquement la circulation palestinienne sur cette route est en désaccord avec le droit international ». Selon lui, bien que les Palestiniens disposent d’une route alternative, « l’exclusion totale des habitants de la région d’une route destinée à les servir ne crée pas l’équilibre nécessaire entre les droits des Palestiniens en tant que « résidents protégés , et les besoins en matière de sécurité tenant compte de l’existence de dispositifs de sécurité alternatifs et, par conséquent, n’est pas proportionnée ».

La décision de la cour suprême a essuyé de vives critiques, notamment de la droite. Le député Yariv Lévine (Likoud) a déclaré : « ce jugement revient à fournir des armes à feu aux assassins qui, par le passé, avaient pris la vie de passagers innocents sur cette route, et il expose consciemment à un danger de mort des milliers de passagers qui y circulent tous les jours ».

*L’objectif : réunir un sommet en Egypte pour relancer les négociations / Maya Bengal, Amit Cohen & Meirav David – Maariv*

Suite à la rencontre Netanyahu-Moubarak, hier au Caire, des responsables diplomatiques se permettent d’espérer qu’un sommet diplomatique se tiendra en Egypte et relancera les négociations avec les Palestiniens.

Accompagné du ministre Binyamin Ben Eliezer, très apprécié des Egyptiens, et de l’émissaire spécial du Premier ministre pour le processus diplomatique, l’avocat Yitzhak Molkho, le Premier ministre Binyamin Netanyahu est parti hier matin au Caire où il s’est entretenu avec le président Hosni Moubarak. Les deux hommes se sont vus tout d’abord en tête-à-tête, avant d’être rejoints par leurs conseillers.

Selon un haut responsable diplomatique du cabinet du Premier ministre, l’objectif de cette rencontre a été atteint : faire de l’Egypte un acteur principal dans les négociations diplomatiques. Jusqu’à présent, le médiateur entre Israël et les Palestiniens était les Etats-Unis, par l’intermédiaire de l’émissaire spécial pour le Proche-Orient, George Mitchell. Israël souhaite que l’Egypte supervise les contacts avec les Palestiniens, aux côtés des Etats-Unis. Le Premier ministre a révélé au président égyptien « jusqu’où il acceptait d’aller avec les Palestiniens afin de permettre la relance des négociations. » Les Egyptiens, à en croire leur ministre des Affaires étrangères qui a participé à la rencontre élargie, ont été convaincus. Les deux leaders n’ont pas donné de conférence de presse à l’issue de l’entretien, mais le ministre égyptien des Affaires étrangères a fait une courte déclaration : « Les discussions ont été très positives », a indiqué Aboul-Gheit. « Nous nous somme!
s rendu compte que le Premier ministre israélien voulait aller de l’avant ». Quant au Premier ministre, peu après son retour du Caire, il a déclaré devant le comité central du Likoud : « je suis rassuré par l’engagement de Moubarak en faveur du processus de paix, et j’espère que les Palestiniens feront eux aussi preuve d’un tel engagement. Il est grand temps de relancer le processus de paix ».

Des responsables diplomatiques ont exprimé l’espoir que lorsque les « conditions d’ouverture des négociations » seront conclues [entre les parties], un sommet se réunira en Egypte, sous les auspices de cette dernière et avec la participation des Américains, où les négociations seront relancées.

*Le Hamas : nous n’avons pas rejeté la proposition israélienne pour le marché Shalit, mais nous n’allons pas l’accepter non plus / Avi Issakharof, Yehonatan Liss et Jacky Houri – Haaretz*

La chaîne de télévision Al-Arabiya a cité hier des responsables du Hamas, selon lesquels le bureau politique de l’organisation a décidé de rejeter l’offre israélienne dans le cadre du marché pour la libération du soldat enlevé Guilad Shalit. Selon cette information, au terme de concertations qui ont duré 12 heures, le bureau politique dirigé par Khaled Machal a pris la décision de rejeter la proposition israélienne en raison du refus israélien de libérer plusieurs hauts responsables incarcérés en Israël, et du fait qu’Israël a augmenté le nombre de prisonniers dont il réclame l’expulsion vers l’étranger.

Le Hamas a formellement démenti cette information diffusée par Al-Arabiya. L’un de ses chefs à l’étranger, Ossama Hamdan, a indiqué que « les négociations sont toujours en cours ». Le porte-parole du Hamas à Gaza, Aïman Taha, a déclaré lui aussi que l’organisation n’avait pas encore pris une décision définitive à ce sujet. D’autres responsables comme Mohammed Nassser ont également démenti l’information d’Al-Arbaiya.

Par ailleurs, lors d’une autre déclaration faite plus tôt, Ossama Hamdan a indiqué que si Israël n’acceptait pas les demandes du Hamas, l’organisation ne prévoyait pas de mettre fin aux négociations, mais plutôt d’enlever des soldats israéliens supplémentaires.

Tags: , ,

Laisser une reponse

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>