Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 
 

Histoires et Blagues de Georges Chouraqui
 

A méditer
 

Chanteurs et acteurs
 
 
La frequentation du site
 
Livre d'Or du Site
 
Recherche sur le site
 
 
terredisrael.com
Histoires page 53 de Georges Chouraqui
terredisrael.com
page
précédente
page
suivante
Une histoire envoyée par Gameline Tahar

Le mari demande a sa femme:
- Chérie, avec combien d’hommes as-tu dormi ?

La femme répond toute orgueilleuse :
- Seulement avec toi chéri… avec les autres je restais réveillée!
 
Papa Noel, ne les oublies pas ! Une histoire envoyée par Danielle Hababou

Cher Papa Noel,
Cette année tu as pris mon chanteur favori, Michael Jackson, mon acteur favori, Patrick Swayze et mon actrice favorite Farrah Fawcett, tu a pris Également mon boys band favori Philippe.

Je voudrais te rappeler que mon homme politique favori est Ahmadinejad et que je suis un grand supporter de Nasrallah.

Ne l'oublie pas...
MERCI PAPA NOEL !!!!

 

Fable : le bon, les brutes et les truands

Il était une fois un petit garçon. Il s’amusait avec ses jouets dans son tout petit jardin enserré au milieu de parcs richissimes.

Malgré sa discrétion, sa seule présence déparait le paysage aux yeux des propriétaires des rutilantes demeures alentours.

Leurs enfants ne cessaient de jeter des pierres au bambin et, dès leur forfait accompli, se ruaient en pleurant chez leurs parents, leurs nounous et leurs jardiniers, accusant l’autre de les avoir blessés.

Les adultes ne faisaient ni une ni deux, ils menaçaient le gosse des pires représailles et écrivaient à ses parents qu’avec leur progéniture, ils empoisonnaient tout le quartier.

Le petit fut sévèrement chapitré par sa famille et continua d’inventer des jeux solitaires. Il n’était pas très musclé, ayant eu une maladie infantile qui l’avait laissé exsangue, mais le besoin s’en faisant sentir, il commença des exercices de musculation qui l’épaissirent un peu, sans approcher sa carrure de celle d’aucun de ses jeunes voisins, a fortiori s’ils se mettaient à plusieurs pour l’attaquer.

Contrairement à lui, à qui ses parents avaient enseigné la morale et l’importance de la parole donnée, ses voisins étaient des enfants gâtés dont les parents s’émerveillaient de l’ingéniosité quand ils les voyaient mentir.

Un jour, chez le coiffeur, la mère de son plus proche voisin rencontra celle d’un gamin qui habitait une autre rue. Elles échangèrent des nouvelles des enfants et passèrent rapidement sur le chapitre des résultats scolaires dont ni l’une ni l’autre n’avaient de quoi pavoiser : c’était le petit pauvre qui raflait tous les prix.

- Il a forcément triché, dit la première.
- Oui, c’est un sournois, mon fils l’a surpris avec des anti-sèches ! mentit la seconde.

Elles continuèrent dans la même veine, accusant de surcroît le poids plume de violences gratuites contre leur mahousse progéniture.

- Et puis que viennent faire ces pouilleux, avec leurs 260 mètres carrés au milieu de nos milliers d’hectares ? Cela fait désordre, convinrent-elles.

Elles répandirent la rumeur auprès de leurs partenaires de bridge, au salon de thé, aux somptueuses réceptions qu’elles s’offraient mutuellement dans leurs belles maisons.

Le gamin, lui, toujours seul, faisait ses devoirs, inventait des jeux, lisait beaucoup et continuait son entraînement en chambre car les costauds des alentours lui tendaient des pièges sur le chemin, volaient les billes des plus petits à l’école, bousculaient les pions dans la cour et l’accusaient de tous leurs méfaits.

Il arriva un jour qu’il se fit canarder, presque devant chez lui, par toute la bande. Le temps qu’il ramasse une des grosses pierres avec lesquelles on l’avait visé et la renvoie à son expéditeur, les garçons s’étaient réfugiés derrière la poussette de deux jumeaux que leur mère s’apprêtait à emmener promener.

C’est sur eux que tomba la pierre. La bande des agresseurs s’empressa de pousser de hauts cris et de le désigner à la vindicte de la mère, tout en lui faisant des grimaces par derrière.

- Je te ferai renvoyer de l’école, espèce de brute, hurla la femme avant de se ruer chez le médecin avec ses nourrissons.

Le pédiatre avait entendu parler du « petit sauvage » par la rumeur publique.
Il délivra un certificat de coups et blessures avec intention de donner la mort en bonne et due forme.

- Comment s’appelle ce gamin ? demanda-t-il pour compléter son formulaire.

Israël.


Liliane Messika © Primo, 25 Août 2006

 

JERUSALEM,

Lors de ma première visite en Israël, précisément a Jérusalem,
j'étais rempli de joie, jusqu'au moment ou j'ai été réveillé un matin par des appels a la prière.
Comment se fait-il que sur la terre de l’Eternel,
On entend des prières destinées a des divinités païennes (Allah, dieu lune) !
Pourquoi se ne sont pas des chants, des louanges a la gloire de l' Eternel qui résonnent au sein de Jérusalem !!
Ma joie est vite entrer dans mon sac quand j'ai commencé à parcourir les quartiers a Jérusalem :
On m'a montré les différents temples, les différents autels dédiés a des divinités,
de ses vendeurs qui vendent des objets de cultes destinés a leur dieux, .......
Comment se fait-il que ces choses puissent être plantés au cœur de Jérusalem, ville de l'Eternel !!
C'est la ville aux différentes facettes et aux milles dieux....
Moi j'avais honte, honte de voir que les conseils de D.ieu n'avaient pas été respectés par ceux qui habitent ce pays.
D.ieu avait mis en garde son peuple que lors de la possession du pays,
il fallait détruire les idoles. Mais cela n'a pas été pris en compte.
Jérusalem, ville de l'Eternel décoré par des autels dédiés a des divinités.
On se bat contre le terrorisme,
Mais on laisse pousser les autels des baals comme des petits pains!! ......
J'ai cru que j'allais m'effondre quand j'ai entendu que les gays allaient défiler ? Jérusalem......
J'ai pleuré devant Dieu pour que cela n'arrive pas.
Qui a eu l'audace d'autoriser de telle manifestation au milieu de la ville de l'Eternel ?
D.ieu peut détruire un pays, en un seul geste à cause de sa cruauté envers lui.
Ne l'oublions jamais.
N'oublions jamais que D.ieu a plusieurs reprises auraient pu détruire les hébreux dans le désert, mais Moise s'est placé entre le peuple et D.ieu afin que sa colère s'apaise.
Si le peuple d'Israël n’a pas de respect pour son D.ieu,
Comment voulez vous que la gloire de D.ieu brille sur ce pays ?
Comment voulez vous que Dieu marche avec un peuple qui autorise les manifestations de dépravations !! Pas étonnant ensuite que d'autres prennent
Votre terre, détruisent les synagogues, et y installent les autels pour leur dieux.
Chacun est responsable devant D.ieu de ses actions, mais une chose est sur,
D.ieu ne peut s'associer avec des idoles.
Faut faire un choix : soit on sert l'Eternel (et on détruit les idoles), soit on sert les idôles.
Un peuple a part ne peut servir D.ieu et les baals en même temps.
Quand j'ai quitté Israël, je ne sais pas pourquoi, je pleurais a l'intérieur de moi,
je roulais sur la route qui m'amenait a l'aéroport,
mais j'étais triste en voyant le paysage défilé autour de moi,
quand tout d"un coup, le chauffeur du bus a mis une cassette,
un chant qui parlait du Messie, de Yeshua, alors j'ai souri, c'était comme une lumière au milieu de ce désastre, de cette terre desséchée, de ces arbres qui ne donnent plus de fruit.
Le Seigneur saura restaurer ce pays ruiné spirituellement.
La foi vient de ce que l'on entend,
et ce que l'on entend vient de la Parole de D.ieu.

Texte de Ellia

 

La Mère Supérieure

C'est une religieuse qui rentre dans un magasin d'alimentation.
Elle achète une énorme bouteille de porto et dit à la caissière:
- J'achète cette bouteille pour soigner la constipation de la Mère Supérieure.
Une heure plus tard alors que la caissière vient de sortir du magasin elle croise la
religieuse dans la rue assise sur un banc avec la bouteille vide à côté d'elle.
La religieuse a l'air aussi bourrée que le métro aux heures de pointe.
- Mais enfin ma Sœur! Vous m'aviez dit que cette bouteille était pour soigner la
constipation de la mère supérieure !
- Mais c'est la vérité ! Vous verrez ça va vraiment la faire chier de me voir dans cet état !

======

Mesdames !!! Pour vous faire plaisir…
Les hommes sont comme les vacances.
Ca ne dure pas longtemps.

Les hommes sont comme les bananes.
Plus ça vieillit et moins c'est dur.

Les hommes sont comme le temps.
Tu ne peux rien faire pour le changer.

Les hommes sont comme le café.
Les meilleurs sont chauds, forts et te maintiennent réveillée toute la nuit.

Les hommes sont comme les ordinateurs.
Dur à comprendre et constamment sans mémoire.

Les hommes sont comme la publicité.
Ne jamais croire un mot de ce qui est dit.

Les hommes sont comme les comptes en banque.
Sans argent, ils ne génèrent aucun intérêt.

Les hommes sont comme les pop-corn.
Ils ne satisfont qu'un petit moment.

Les hommes sont comme les tempêtes de neige.
On ne sait jamais quand ça arrive, combien de centimètres ils donneront et combien
de temps ça durera.

Les hommes sont comme les photocopieurs.
Ils ne servent que pour la reproduction.



Les hommes sont comme les places de stationnement.
Toutes les bonnes places sont occupées, les autres sont pour les handicapés.

======

DANS UN HOPITAL PSYCHIATRIQUE

Roger et Marie sont des malades mentaux qui résident dans un hôpital Psychiatrique.
Un jour Marie longe la piscine et tombe à l'eau et coule à pic.
Ni une ni deux, Roger saute à l'eau et va chercher Marie au fond. Il la ramène à la surface.
Quand le Directeur apprend l'acte héroïque de Roger, il décide de le laisser sortir
immédiatement car il pense que si Roger est capable d'un tel acte il doit être,
mentalement stable.
Le Directeur va lui-même annoncer cette bonne nouvelle à Roger.
Il lui dit :
- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'apprendre !
- La bonne c'est que nous te laissons sortir de l’hôpital parce que tu as été capable
d’ accomplir un acte de bravoure en sauvant la vie d'une autre personne.
Je crois que tu as retrouvé ton équilibre mental.
La mauvaise, c’est que Marie s'est pendue dans la buanderie avec la ceinture de sa robe
de chambre.
Et Roger de répondre au Directeur :
- Elle ne s'est pas pendue, c'est moi qui l'ai accrochée pour qu'elle sèche…..

=======

Au chômage

Deux amis se rencontrent :
- Alors tu n'as toujours pas trouvé de travail ? Tu es encore au chômage ?

- Ah ! Ne m'en parle pas ! On m'a proposé un boulot à Vire et un mois après, ils m'ont viré.
Puis on m'en a proposé un autre à Limoges et deux semaines après ils m'ont limogé.
Ensuite, j'en ai trouvé un à Lourdes : trois semaines après, j'étais lourdé.
Alors quand l'A.N.P.E. m'a proposé un nouveau boulot à Castres, tu penses bien que j'ai
refusé...

======

Lettre de démission

Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir considérer la présente missive comme lettre de démission
officielle.
Je me suis vraiment emmerdé à bosser dans cette boite et c'est surtout de votre faute.
Vous êtes le pire chef de service que j'ai eu le malheur de connaître.

Vos talents personnels sont virtuellement inexistants, vous êtes incapable de susciter la
moindre étincelle de loyauté de la part de vos collaborateurs, vous avez moins de charisme
qu'une moquette et je suis certain que le membre moyen de n'importe quel Boys Band est
doté d'un meilleur sens des affaires que vous. En plus, vous donnez vraiment l'impression
d'être le rejeton d'un mariage consanguin.

Je n'ai jamais aimé travailler ici. Mon salaire a toujours été nul et si je suis resté si longtemps,
c'est parce que je me suis servi du téléphone et de la machine à timbrer du service courrier
pour monter ma propre petite affaire au noir de vente par correspondance.
Sans compter que mon beau-frère m'emprunte la voiture de fonction tous les week-ends
pour faire le taxi et arrondir ses fins de mois. Ah, et puis j'oubliais le très profitable petit
« business » de vente de fournitures de bureau qui me permettait d'installer un stand sur les kermesses et brocantes de la région.

On m'a proposé du travail chez l'un de vos concurrents directs.
En fait, on me l'a proposé depuis plus d'un mois mais j'ai eu besoin de cette période pour finir
de photocopier toutes vos archives clientèle confidentielles ainsi que tous vos bilans.
N'espérez pas me traîner en justice sous le prétexte fallacieux d'une quelconque opération
d'espionnage industriel. Je vous signale que j'ai en ma possession, conservés dans un
endroit sûr, tous les négatifs des photos prises à la dernière fête du bureau.
Si vous souhaitez ne pas mettre votre mariage en péril,
Je vous suggère de vous tenir à carreau.

Quant aux négociations concernant mon préavis, je vous laisse seul juge.
Vous pouvez me libérer dès aujourd'hui (avec le solde de mes congés et une généreuse
prime de départ) et vous n'entendrez plus parler de moi.
D'un autre côté, il est fort possible que vous vouliez suivre la procédure et m'obliger à rester
le temps du préavis stipulé dans mon contrat. Dans ce cas, il est fort possible qu'au cours de
cette période je sois pris de violentes crises du syndrome de Tourette et que je sois alors
incapable de me retenir de cracher partout, d'injurier les clients, voire d'interrompre les
rendez-vous avec de futurs partenaires financiers.

A vous de voir.

Cordialement.

PS : Tu pues

 

Comment Calmer sa Femme !

C'est l’histoire d'un homme qui discute avec un ami dans un bar. Il commence à se faire tard. L’homme dit à son ami :
- Ah non! Il est tard ! Ma femme va me faire une scène en rentrant à la maison !
Son ami lui répond:
- Moi, j'ai un truc. J'entre dans la maison sans faire de bruit. Puis, dans la chambre, sous les couvertures, je lui fais un gros câlin pour la calmer.
L’homme lui demande:
- Hein ? Tu es sûr ?
Après que son copain l'ait rassuré, l’homme part chez lui. Il entre dans la maison, dans la chambre à coucher puis se glisse sous les couvertures. Là, c'est la folie. Les ébats terminés, l'homme, content de lui, se lève pour aller aux toilettes. En ouvrant la porte, il tombe nez à nez avec sa femme. Sa femme lui dit en chuchotant :
- Ne Fais pas de bruit ma mère dort dans notre lit….

 

Prends le temps de lire cette histoire - Transmis par S. Esther-Françoise

Une très belle histoire !!!

Peut-être une solution a la violence galopante dans les écoles...
Un jour, une prof demande à ses élèves de noter le nom de tous les élèves
De la classe sur une feuille et de laisser un peu de place à côté de chaque nom.
Puis, elle leur dit de penser à ce qu'ils pouvaient dire de plus gentil au sujet de chaque camarade et de le noter à coté de chacun des noms.
Cela pris toute une heure jusqu'à ce que tous aient fini et avant de quitter la salle de classe, les élèves remirent leur copie à la prof.
Le week-end, la prof écrivit le nom de chaque élève sur une feuille et à côté toutes les remarques gentilles que les autres avaient écrit au sujet de chacun.
Le lundi, elle donna à chaque élève sa liste.
Peu de temps après, tous souriaient.
- « Vraiment ? » entendait-on chuchoter...
- « Je ne savais pas que j'avais de l'importance pour quelqu'un !
- « Je ne savais pas que les autres m'aimaient tant » étaient les commentaires que l'on entendait dans la salle de classe..
Personne ne parla plus jamais de cette liste. La prof ne savait pas si les élèves en avaient parlé entre eux ou avec leurs parents, mais cela n'avait pas d'importance. L'exercice avait rempli sa fonction.
Les élèves étaient satisfaits d'eux-mêmes et des autres.
Quelques années plus tard, un élève tomba, mort à la guerre ‘’ Des six jours ‘’
et la prof alla à l'enterrement de cet élève.
Le Cimetière était comble. Beaucoup d'amis étaient là. L'un après l'autre, ils s'approchèrent du cercueil pour lui adresser un dernier adieu.
La prof alla en dernier et elle trembla devant le cercueil. Un des soldats présents lui demanda « Est-ce que vous étiez la prof de maths de Joseph ? »
Elle hocha la tête et dit : « oui. » Alors il lui dit : » Joseph a souvent parlé de vous. »
Après l'enterrement, la plupart des amis de Joseph s'étaient réunis.
Les parents de Joseph étaient aussi là et ils attendaient impatiemment de pouvoir parler à la prof.
« Nous voulions vous montrer quelque chose. » dit le père de Joseph et il sortit son portefeuille de sa poche. « On a trouvé cela quand Joseph est tombé à la guerre.
Nous pensions que vous le reconnaîtriez.. » Il sortit du portefeuille un
papier très usé qui avait dû être recollé, déplié et replié très souvent.
Sans le regarder, la prof savait que c'était l'une des feuilles de la fameuse liste des élèves contenant beaucoup de gentilles remarques écrites à l'époque par les camarades de classe au sujet de Joseph.
« Nous aimerions vous remercier pour ce que vous avez fait. » dit la mère de Joseph « Comme vous pouvez le constater, Joseph a beaucoup apprécié ce geste.
Tous les anciens élèves se réunirent autour de la prof.
- David sourit et dit : » J'ai encore ma liste. Elle se trouve dans le premier tiroir de mon bureau.»
- La femme de Yossi dit : « Yossi m'a prié de la coller dans notre album de mariage. - « Moi aussi, j'ai encore la mienne, » dit Esther « Elle est dans mon journal intime - Puis, Malka, une autre élève, prit son agenda et montra sa liste toute usée aux autres personnes présentes. » Je l'ai toujours avec moi, »dit Malka et elle ajouta : »Nous l'avons tous gardée.»
La prof était si émue qu'elle dut s'asseoir et elle pleura.
Elle pleurait pour Joseph et pour tous ses amis qui ne le reverraient plus jamais.
Dans le quotidien avec les autres, nous oublions trop souvent que toute vie s'arrête un jour et que nous ne savons pas quand ce jour arrivera.
C'est pourquoi, il est important de dire aux personnes, que l'on aime et qui nous sont importantes, qu'elles sont particulières et importantes.
Dis le leur avant qu'il ne soit trop tard.
Tu peux aussi le faire en continuant d'envoyer cette histoire. Si tu ne le fais pas tu vas rater une occasion de faire quelque chose de bien.
Si tu as reçu ce courriel c'est que quelqu'un pense à toi et que tu as de l'importance pour au moins une personne.
Si tu es trop occupé, et que tu ne peux pas t'accorder quelques minutes pour l'envoyer, tu n'auras rien fait pour faire plaisir à quelqu'un ?
Pense que tu récoltes ce que tu sèmes.
Ce que l'on apporte dans la vie des autres, on le reçoit aussi dans sa propre vie en retour.
Ce jour doit être un jour béni.
SVP envoie Ce message : ‘’ Cette belle Histoire ‘’
et ne brise pas, pour une fois la chaîne.

terredisrael.com
d'autres histoires ...
terredisrael.com
page
précédente
page
suivante
L'avant dernier marrane Histoires 1
Espace détente Ephraïm Kishon  
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com