Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Les rubriques du site

police
Livre d'Or
Nous écrire
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
haut moriel
LES DIMENSIONS DE L’HERITAGE
DE RAB EPHRAÏM ALN'KAOUA
Par Ephraïm, Alfred ENKAOUA (fils de Samuel 1911-1985,
et petit fils d’Ephraïm 1868-1916)
 
Après la magnifique intervention de Monsieur le grand Rabbin de Richon le
Tsion : Rav Shmuel Trigano, il m’appartient de vous faire part de mon
témoignage, en ma qualité de descendant de l’illustre Rab de Tlemcen :

Ephraïm ALN’KAOUA (Tolède 1359- Tlemcen 1442 : 1ER Kislev 5203)
En effet, j’ai le très gros avantage de porter le nom et le prénom du grand Rab.
Avant l’indépendance de l’Algérie, ma famille résidait à Sidi Bel Abbes et Oran.
Mon père (ZL) s’appelait Samuel (1911-1985) et mon grand père Ephraïm (1868-
1916) et ainsi de suite puisque j’ai retrouvé avec certitude cette lignée depuis
environ 1740 à Alger.

J’ai découvert ainsi que le 11 mars 1855 à Oran était décédé à l’âge de 94
ans !!! le dénommé Ephraïm ENKAOUA, né à Alger (donc en 1761) et fils de
Samuel. Il était l’époux de Simha SULTAN.
Mes recherches m’ont conduit à dire que toute la branche des ENKAOUA
d’Oran descend de lui d’autant que mon père et ses frères et soeurs m’avaient
toujours affirmé que tous les ENKAOUA d’Oran étaient parents.
L’occasion m’est donnée de saluer dans la salle tous les membres de la grande
famille ENKAOUA de tous lieus et au sens le plus large.

On sait que le Rab, avec sa famille, a fui l’Espagne en 1391 après que son père
Israël fut brulé vif la même année, sur le bucher de l’inquisition à Séville.
Il avait au moins deux fils : Yehouda et Israël.
Yehouda épousa la fille de Rabbi Semah Duran fils du Ribash, quant à Israël il
eut un fils Ephraïm.
En Afrique du Nord, c’est forcement de ses deux fils que tous les ENKAOUA,
ANKAOUA, ENCAOUA, ANCAOUA, N’KAOUA, et autres graphies ENQAOUA,
ANQOUA, NAKOUA et ELNEKAVE ou ALNEKAVE descendent.
L’origine avérée du nom est à la fois hébraïque : ELNEKAVE qui veut dire :
« j’espère en D », ou arabe ALNKAOUA ou ELNKAOUA qui veut dire «la
propreté, la sainteté au sens moral ». Ce qui me fait dire que si j’avais voulu
franciser mon nom je devrai m’appeler : Mr ESPERENDIEU ou Mr PROPRE !!!!

Entre le XIV et le XIIX siècle on retrouve tous les Enkaoua principalement à
Alger. A partir de cette époque ils seront dans toute l’Algérie : à Oran et surtout
au Maroc (voir la généalogie prestigieuse de Rabbi Réphaël Encaoua).
Curieusement, ils ne résident pas à Tlemcen alors que c’est dans cette ville
que la mémoire du Rab est la plus vivace.
Seul Abraham Encaoua (Oran 1812-1890), fils de Mardochée, séjourna 3
années durant vers 1850 et constata la décrépitude de la communauté de
Tlemcen de l’époque. Il y fonda une yéshiva.
C’est par son enseignement qu’il permit au future Grand Rav HAÎM BLIAH de
publier en 1902 l’édition commentée du séfer « CHAAR KAVOD HACHEM » du
Rab de Tlemcen.
Dans ma famille la vénération du Rab était permanente bien que nous
n’habitions pas Tlemcen.
Cependant quand mon père épousa en 1941 une fille de Tlemcen : Elise LAIK,
la vénération du rab et du nom que nous portions était encore beaucoup plus
forte.
Ma mère nous appris que son grand père maternel Samuel SULTAN, faisant
partie de la Yéchiva du Rav Haïm Bliah, avait fait le voyage à la fin du XIXème
siècle, de Tlemcen à Oxford pour ramener à ce dernier, son maitre, les écrits
du Rab de Tlemcen. C’est ce qui permit à Haïm Bliah de publier en 1902 son
livre.
Pendant près de six siècles de 1393, date d’arrivée du Rab, jusqu’en 1962
départ brutal de tous les juifs d’Algérie avec l’indépendance, les juifs de
Tlemcen ont vécu et je dirai survécu que sous l’ombre du tombeau du Rab, de
ses miracles et autour de la rue et de la synagogues qui portent son nom. Ce
phénomène à ma connaissance est unique dans l’histoire d’une ville et de son
Saint. Surtout que cette vénération est toujours la même tant aujourd’hui en
France qu’en Israël.
 
Tous les ans et jusqu’en 1951 mes parents se rendaient pour les fêtes du Rab, à Lag Baomer à Tlemcen. Nous séjournions chez mon grand père FraÏm LAÏK au 35, rue de Paris.
La Hiloula du Rab célébrée en même temps que celle du vénéré Shimon Bar Yohai, le trente troisième jour de l’Omer, était un évènement incontournable et international.
De toute l’Algérie, du Maroc et de l’étranger les juifs accouraient pour ce que l’on appelait « les fêtes du Rab ».

Pendant au moins huit jours les familles « s’entassaient » dans les hôtels ou appartements, bien souvent exigus. Ces rencontres festives étaient l’occasion de prier et d’implorer le Rab pour la réalisation de toutes sortes de voeux : santé, amour, travail, stérilité, réussite professionnelle et scolaire etc. et aussi de remercier pour les voeux exaucés. Il y avait des grandes soirées : bals et concerts de musique Arabo-andalouse. C’est ainsi que beaucoup de mariages eurent lieus, surtout entre jeunes gens du département d’Oran et d’Oujda. C’est de là que découle la maxime : « à Oran on s’amuse mais à Tlemcen on se marie !! »
Un samedi matin, alors que j’avais 6 ans, mon grand père m’amena à l’office de shabbat à la synagogue. Il y avait ce jour là un monde fou.
A la sortie mon grand père, tout fier de m’avoir avec lui, arriva à hauteur du
Rabbin (je pense qu’il s’agissait de Jacob Charbit) et lui demanda :
« Rabbi sais tu comment s’appelle mon petit fils ? »
Le Rav lui répondit : « Et bien comme toi Laïk, »
Non il s’appelle : « EPHRAÏM ENKAOUA !!! »
Le Rav s’est alors agenouillé devant moi, m’a enveloppé de son talith et m’a
béni en m’embrassant sur tout le corps !! Il était entré en véritable transe à
l’énoncé du nom et rien ne l’arrêtait.
Cet évènement m’a profondément marqué et m’a permis de comprendre à quel
point l’héritage que je portais était à la fois gigantesque et lourd.
Mon père me rapporta plus tard que, en 1931, alors qu’il exerçait son service
militaire dans le sud algérois, dans un café un copain l’appela : »et
ENKAOUA !! » A l’écoute de ce nom un homme alla vers mon père et lui dit : «
vous vous appelez ENKAOUA, cela fait très longtemps que je n’ai pas entendu
ce nom, vous êtes de la famille du Rab Ephraïm ENKAOUA ?etc. a compter de
ce jour mon père était systématiquement invité chez cette famille durant tous
les shabbatotes où il était disponible.
A chaque fois, dans ma vie quand je me présente, la même réaction se produit.
Je reste persuadé que c’est le même phénomène qui se produit pour tous les
ENKAOUA présents ici. Quand je rencontre un juif marocain, on me demande
si je suis de la famille de Réphaël, et quand je rencontre un algérien si je suis
parent avec le Rab de Tlemcen. Je réponds oui mais je ne suis que la 25ème ou
26ème génération !!!
Ce qui m’a totalement fait comprendre mon héritage, c’est quand je suis rentré
au comité de l’association des tlemceniens : UNAT la Fraternelle.
En 1986 je me rendis avec ma femme Ariane, née MEDIONI à Tlemcen, et ma
mère à la synagogue 15, rue des petites écuries à Paris Xème pour la shiva de
ma tante Djohar BENHINI, née ENKAOUA.
Le rabbin, le regretté Salomon TAPIERO, à la Tébbah me demanda mon nom.
Et quand je répondis EPHRAIM ENKAOUA, je sentis qu’un véritable électro choc eut lieu dans la synagogue. Une fois la prière pour ma tante terminée,
toute l’assistance est venue vers moi pour me questionner et savoir d’où je
venais. Je précisais alors que ma mère et ma femme étaient tlemceniènes.
Cela a été encore une très large surprise.
C’est ainsi que je rentrais, le mois suivant au comité de l’UNAT pour y rester 14
années.
Je dois préciser ici que tous les ans à Rosh Rodesh Kislev la Fraternelle
organise, avec une très grande ferveur, la Haskara du Rab de Tlemcen et que
lors de chaque Kippour il est récité et chanté les prières écrites par le Rab.
En 1987, le professeur MOSHE BAR-ASHER de l’Université hébraïque de
Jérusalem, de passage en France pour écrire son livre : LA COMPOSANTE DU
JUDEO-ARABE ALGERIEN me questionna. Je lui déclinai mon identité et lui
racontai brièvement l’histoire de mon illustre ancêtre. Il me demanda si j’avais
la certitude de faire partie de sa famille. Je lui répondis que je ne pouvais être
sûr de rien mais qu’une chose était certaine mon grand père s’appelait
Ephraïm, son grand père s’appelait Ephraïm et ainsi de suite durant au moins 8
générations. Il me dit alors que c’était exceptionnel, et qu’à nos jours rares
sont les familles juives qui peuvent remonter leur généalogie jusqu’à XIIème
siècle en Espagne, en passant bien sur par le Maroc, l’Algérie et Tlemcen.
Il continue ainsi : « connait-on les descendants de Rachi, de Maïmonide, et tant
d’autres dont le souvenir perpétuel est resté, mais d’on personne ne peut dire :
il fait partie de ma famille ».

Voila, au risque de ne pas vouloir mobiliser la parole mon humble témoignage
en ma qualité de descendant du grand RAB de TLEMCEN : EPHRAÏM
ELNKAOUA et des illustres Rabbins du même nom qui ont jalonné l’histoire
du judaïsme nord africain pendant 6 siècles, et dont aujourd’hui les oeuvres
s’étudient et se perpétuent tant en France qu’en Israël.
Une chose est sûre : mon fils Lionel, Samuel, en arrivant en Israël en 2005, lors
de son alya a délibérément fait le choix de s’appeler ELNEKAVE.

Je vous remercie.
Fred, Ephraïm ENKAOUA
Centre Communautaire de Paris
Le 5 décembre 2010.
 
Lire aussi : Le Rab de Tlemcen le RAB EPHRAÏM ALN'KAOUA - cliquez ici
www.terredisrael.com
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com