Accueil Blog
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 

Les rubriques du site

Judaïsme / Halakhot
Lois de Pessah 1
Lois de Pessah 2
Pessah-Halakhot
ISRAEL
"Nettoyage" de Pessah
ISRAEL
EVENEMENT: La Bénédiction du Soleil 2009
Shalom Bait
L'être humain et son féminin
10 commandements couple
L'harmonie du couple
ISRAEL
Egalité dans le couple ?
ISRAEL
La période de Nida
Education
Mots pour le dire
Choisissez un jouet
Le bon usage de la punition
Les 10 commandements de la discipline
A chaque âge sa discipline
Psychologie
Repenser l'éducation en IL
Alyah Boeing
Violence psychologique
Violence Olim de France
Agression contre les femmes en Israel
A quel moment recourir à la Psychothérapie ?
People
Votre santé
Nettoyage du Printemps
Accoucher c'est naturel
La ménopause
L'obesite chez les enfants
La pensee positive nous aide à maigrir?
Chirurgie plastique
Le lifting
Bien être
Mal de dos
Votre beauté
Soins nature de Miriam
Soins de la mariée
Cheveux dans le vent
Coiffure : tendances
Cuisine
Msoki de Pessah
Pommes de Terre farcies au fromage
Fenouil braise à la tomate et à l'origan
Jus de légumes
Boulettes de Pessa'h
Gâteau de Pessa'h
Osbane de Pessa'h
Slatta Mechouia
brick et tarte
Décoration
Le Feng Shui - 1
Le Feng Shui - 2
Le Feng Shui - 3
Société
Que veulent les hommes ?
Brèves leçons de séduction
Ne me quitte pas
Femmes et crise eco
Les femmes en Israel
Névrose des mères juives
Melting Pot
Les accidents de voiture
Vie pratique
Les astuces de Carole
La fée du logis
 
Recherche
 
Le Site terredisrael et vous
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site

 
Femmes & crise économique:
inquiétude justifiée et nouveaux challenges

par Hedva Amouyal

La crise financière inquiète tout le monde, mais hommes et femmes sont-ils égaux face à ce phénomène ? Une récente étude a révélé que les femmes étaient plus stressées par les problèmes actuels. Cela s’expliquerait notamment par le fait que, le plus souvent la femme est en charge des courses domestiques… et du shopping. Elle est donc plus consciente du danger et de ses répercussions. L’expérience parle, la discrimination est toujours rendez-vous des licenciements, les femmes en sont encore les premières victimes. Et dans le domaine des affaires, celles-ci sont-elles bien préparées et sauront-elles faire face aux nouveaux challenges économiques ? Quant aux allocations de retraites, où de profondes inégalités entre femmes et hommes existent déjà, qu’en restera-t-il ? Enfin la crise n’affecte pas seulement les budgets, elle a d’ores et déjà enregistré de douloureuses répercussions dans la vie conjugale également, justification supplémentaire à l’intuition féminine d’une tragédie. Dans cette enquête nous vous proposons de rencontrer le «monstre» d’un point de vue féminin, et les conseils de spécialistes afin de prévenir les dégâts… à la banque, et dans un prochain article, à la maison.

«Alors que l’ampleur de la crise actuelle est encore difficile à mesurer, on s’attend à ce que les femmes et jeunes filles soient particulièrement affectées par les conséquences économiques et sociales potentielles, comme le chômage, l’augmentation des responsabilités au travail et à la maison, la réduction des revenus et l’augmentation éventuelle de la violence sociétale et conjugale», a déclaré le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes en février dernier.

Celui-ci souligne par ailleurs l’importance de reconnaître la contribution unique que peuvent apporter les femmes pour résoudre la crise. Il demande que les Etats membres incluent les femmes dans les discussions et les processus de décisions sur ces problèmes. En Israël celles-ci se préoccupent bien entendu des conséquences de la crise, et les congrès économiques spécialement consacrés aux femmes se multiplient. La Wizo a récemment organisé un congrès à Tel Aviv, «Prospérer en temps de crise économique», auquel ont participé des femmes d’envergure telles le Dr.Guitit Gour-Gersheguren, économiste principale de l’Autorité chargée des opérations boursières et Haguit Levin, PDG de Harel Gmul qui ont exposé divers moyens d’exploiter la crise justement pour prospérer, et des hommes, le prof. Avishay Braveman, président du Conseil économique de la Knesset, Yehuda Ben Assayag, le PDG des assurances Menorah ou encore Guil Orly, PDG de Yivoulim.

Le journal économique The Marker a pour sa part annoncé la prochaine ouverture d’un congrès financier organisé conjointement avec la mairie de Tel Aviv. Les thèmes abordés seront notamment «Les femmes dans la High-Tech» ou «Les femmes chefs de grandes entreprises» – un phénomène suscitant un froncement de sourcil soucieux du côté des féministes qui s’interrogent sur le bien-fondé de ces distinctions.

Pendant ce temps,les fondations féminines œuvrent aussi au niveau législatif pour parer à la tempête, et redoublent d’initiatives. La présidente du mouvement Naamat, l’avocate Talia Livni, a adressé une requête au ministre des Infrastructures, Elie Ishay (Shass) afin que les mères, ayant perdu leur emploi, puissent continuer de bénéficier de subventions pour les garderies d’enfants, un avantage qui n’est généralement accordé qu’aux familles dont les deux parents travaillent.
Un salaire en moins et des frais scolaires plus élevés, la difficulté de trouver un emploi ou de pratiquer une activité alternative avec des jeunes enfants à la maison - une situation qui peut plonger les familles les plus fragiles dans une précarité dangereuse et ne fait qu’aiguiser la crise économique et psychologique du foyer tout entier. La crise a en effet atteint la cellule familiale, les couples limitent les dépenses pour leurs loisirs, les tensions à la maison augmentent et souvent se traduisent par une séparation.

Des centres spécialisés proposent d’ailleurs des ateliers destinés aux couples en crise conjugale, afin d’apprendre à gérer la situation le plus positivement possible. Selon un sondage réalisé pour le journal Mishpaha, de nombreux couples israéliens vont rompre cette année en raison de la crise économique. Et en cas de séparation ou de veuvage, la femme seule se trouve encore plus lésée, notamment à l’âge de la retraite, qui mal préparée, risque d’annoncer des jours cruels.

Près de 50% des Israéliens n’ont pas de fonds de retraite, parmi eux une majorité de femmes, et pour elles, l’avenir s’annonce obscur. Les femmes en effet occupent plus souvent des emplois mal ou non réglementés, elles en changent plus souvent, les périodes de travail sont interrompues par la naissance d’enfants, ou alors elles ont été femmes au foyer toute leur vie ou presque.
Enfin si elle dépend de son conjoint pour subsister et que celui-ci la quitte ou meurt, sans lui assurer un revenu (assurance ou pension) la femme n’aura pour vivre que la pension minimum (Kitsvat Zikna) du Bitouah Léoumi, soit entre 1200 et 1800 shekels.
(Essayez de vivre un mois avec 1200 shekels !…)

Vered Gantz, conseillère financière et PDG d’une agence d’assurances, explique pourquoi tant de femmes tombent dans ce piège : «Il y a un problème de prise de conscience, les gens sont peu sensibilisés car la retraite leur semble lointaine, liée aux personnes âgées, et ils ne commencent à s’en inquiéter que vers la cinquantaine – et là, il est trop tard pour cotiser pour une caisse de retraite. Il n’y a quasiment plus rien à faire. Et par ailleurs, il y a aussi une raison culturelle : ici, très souvent ce sont les hommes qui gèrent les questions administratives, les femmes se reposent totalement sur leurs épaules dans ce domaine, considéré sous leur responsabilité seulement. Quant assument-elles leur propre responsabilité ? Quand le nid économique s’effondre. Et là, les femmes sont plus disposées que les hommes à entreprendre des changements, elles n’hésitent pas à consulter des conseillers professionnels et à agir». Pour conclure cette enquête inquiétante, nous ne saurons que trop vous soumettre quelques précieuses recommandations, car vieillir, c’est triste et difficile, mais vieillir dans la précarité, c’est encore pire.

Retraite : les recommandations de Vered Gantz aux lectrices mal ou non assurées pour leurs vieux jours…

1. Comprendre que votre travail a une valeur économique: les tâches ménagères au profit de toute la famille, valent de l’argent. Vous n’êtes pas un parasite qui vit sur le compte de son conjoint : si vous n’étiez plus là, il devrait payer pour les services que vous donnez tous les jours (ménage, cuisine, lessive, courses, enfants…) – et si vous n’avez pas de retraite, vos enfants devront vous soutenir financièrement.
2. Même si vous quittez votre emploi temporairement, n’interrompez pas les cotisations et gardez la même police. En ouvrir une autre à chaque fois fait perdre des points de retraite, et il est possible de la transférer d’un emploi à l’autre. Renseignez-vous auprès de votre employeur.
3. Si vous avez droit à des indemnités (pitsouyim) de renvoi, surtout, ne les utilisez pas, vous ruinerez votre retraite ! Gardez-les, même si les temps sont durs, ils sont une garantie minimale.
4. Si vous n’avez aucun fond de retraite, achetez-en un. N’attendez pas que votre employeur le fasse à votre place, vous pouvez vous renseigner auprès d’un cabinet d’assurances des différents fonds de retraite vous assurant une pension mensuelle, une assurance vie, et une assurance en cas de perte de capacité de travail. Attention, les formules sont multiples et complexes, mais vous pouvez les moduler. Soyez très vigilantes !
5. Si vous avez entre 25 et 35 ans et vous occupez de vos enfants, sachez que vous devez absolument vous assurer une sécurité économique pour la vieillesse, ou en cas de perte d’emploi. Sinon vous risquez fort d’être parmi les plus atteintes en cas de séparation ou de perte de capacité de travail. A partir de 45 ans, il est beaucoup plus difficile de trouver un moyen d’assurer ses années de vieillesse.
6. Il existe une assurance spéciale pour les femmes au foyer, qui peut assurer un revenu mensuel de jusqu’à 3000 shekels, en cas de perte de capacité d’effectuer les tâches domestiques

© Feminin | Le Magazine des Femmes d'Israël.

 
  Réagir à cet article : cliquez ici
 
 
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com