Accueil Blog
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 

Les rubriques du site

Judaïsme / Halakhot
Lois de Pessah 1
Lois de Pessah 2
Pessah-Halakhot
ISRAEL
"Nettoyage" de Pessah
ISRAEL
EVENEMENT: La Bénédiction du Soleil 2009
Shalom Bait
L'être humain et son féminin
10 commandements couple
L'harmonie du couple
ISRAEL
Egalité dans le couple ?
ISRAEL
La période de Nida
Education
Mots pour le dire
Choisissez un jouet
Le bon usage de la punition
Les 10 commandements de la discipline
A chaque âge sa discipline
Psychologie
Repenser l'éducation en IL
Alyah Boeing
Violence psychologique
Violence Olim de France
Agression contre les femmes en Israel
A quel moment recourir à la Psychothérapie ?
People
Votre santé
Nettoyage du Printemps
Accoucher c'est naturel
La ménopause
L'obesite chez les enfants
La pensee positive nous aide à maigrir?
Chirurgie plastique
Le lifting
Bien être
Mal de dos
Votre beauté
Soins nature de Miriam
Soins de la mariée
Cheveux dans le vent
Coiffure : tendances
Cuisine
Msoki de Pessah
Pommes de Terre farcies au fromage
Fenouil braise à la tomate et à l'origan
Jus de légumes
Boulettes de Pessa'h
Gâteau de Pessa'h
Osbane de Pessa'h
Slatta Mechouia
brick et tarte
Décoration
Le Feng Shui - 1
Le Feng Shui - 2
Le Feng Shui - 3
Société
Que veulent les hommes ?
Brèves leçons de séduction
Ne me quitte pas
Femmes et crise eco
Les femmes en Israel
Névrose des mères juives
Melting Pot
Les accidents de voiture
Vie pratique
Les astuces de Carole
La fée du logis
 
Recherche
 
Le Site terredisrael et vous
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site

 

Agressions contre les femmes en Israël :
des données en augmentation constantes!
par le Dr Israël Feldman

     

"L'homme est le prédateur naturel de la femme (1) " (Traduction française).

Israël enregistre chaque année un nombre croissant de plaintes pour agressions de femmes ; plus de 200 000 femmes sont victimes de violence physique, psychologique, sexuelle ou même financière, chaque année. Ces formes de violence touchent également toutes les classes socio-économiques ou religieuses du pays, qui est devenu l'un des plus sévères en matière de répression pénale dans ce domaine. Le docteur Feldman*, psychanalyste et victimologue nous explique les tenants de ce préoccupant phénomène.

Une étude menée par le docteur Israël Feldman indique qu'Israël se classe en septième position parmi dix pays d'Europe occidentale et les USA, en ce qui concerne les données de plaintes pour agressions, enregistrées entre 1995 et 2000. Soit, presque à égalité avec l'Autriche et les USA. Après cette période, débute la seconde Intifada et si les chiffres baissent, peut-être à cause de la mobilisation des hommes par l'armée, ils restent tout de même alarmants.
D'après le docteur Feldman, les causes sont ici les mêmes qu'ailleurs, il n'y a pas de facteur particulier à la population israélienne: "L'homme reste un homme…" résume-t-il. "Le problème se situe au niveau de l'être humain mâle et de son développement psychologique – il appréhende la menace potentielle que pourrait représenter la femme sur sa "suprématie". Le complexe de castration, qui remonte à la petite enfance, fait craindre au garçon de perdre sa virilité – et en recours, il emploie alors la violence pour affirmer sa supériorité et son pouvoir. De plus, selon les différentes cultures, l'éducation est plus ou moins machiste et la crainte ou le mépris de l'homme dans son rapport à la femme est plus ou moins marqué. Certaines civilisations affichent ouvertement leurs conceptions ; c'est le cas des pays arabo-musulmans, de l'Inde ou de la Chine, où des filles sont souvent purement et simplement supprimées à la naissance!".
Nous sommes fort heureusement bien loin de ce schéma en Israël, mais il faut cependant noter que certaines ethnies conservent encore des mœurs bien peu féministes. Dans la communauté éthiopienne par exemple, on relève de nombreuses coutumes discriminatoires, et chez certains originaires d'Afrique du nord, l'homme est encore bien souvent prioritaire – de fait, il y a encore une ou deux générations seulement, dans certaines familles, les femmes servaient les hommes avec soumission tandis qu'elles mêmes mangeaient en retrait, à la cuisine…
Heureusement, l'essor du mouvement féministe a mis un terme à bon nombre de pratiques barbares – au moins dans les pays occidentaux – même si en France, à cause de l'immigration islamique massive, on recommence à opprimer les femmes et réprimer les féministes.
En Israël, le féminisme n'a pas eu à livrer de grandes batailles, l'égalité de la femme fut naturellement prônée depuis le début du Sionisme. Celle-ci accomplit son service militaire, et nombreuses sont celles qui accèdent à des postes clés, à l'instar d'un de nos premiers chefs de gouvernement, la fameuse Golda Meir. Aujourd'hui, les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans l'économie et la politique israéliennes selon le magazine Forbes qui a publié la liste des 50 femmes les plus influentes du pays. La chef de la diplomatie israélienne, Tsipi Livni est en tête du classement, suivie de la millionnaire Sheri Harrison, propriétaire de la banque Hapoalim, le premier établissement bancaire d'Israël.

Il n'empêche que l'homme, de façon universelle et indépendamment de son statut ou de sa nature en société, peut se révéler tout à fait autre, en privé. Ceci est particulièrement vrai pour certaines tranches d'âge, lorsque la production d'hormones mâles – notamment la testostérone – joue sur le potentiel d'agressivité. Les adolescents, goût du risque, esprit de rébellion, et hormones aidant, peuvent se montrer violents envers l'univers féminin, tout comme les hommes approchant l'âge de la cinquantaine. L'andropause et la baisse de production hormonale entraînent une perte d'énergie sexuelle, voire une impuissance, et l'homme en conçoit souvent une frustration qui peut le mener à plus d'agressivité envers les femmes. Notons que les statistiques relèvent une grande proportion d'hommes impuissants parmi les agresseurs de femmes, de même d'ailleurs que chez les pédophiles…

(1) In BROWN MILLER Suzan, 1975, Never against our will, A Fawcett Columbine Book, Published by Ballantines Books.
(2) En majorité des femmes issues des communautés arabes, éthiopiennes et russes.


----------------------------------------------------

A l’instar des démocraties occidentales, Israël est un pays où l’on constate une nette augmentation des agressions sexuelles répertoriées par la police et les tribunaux, depuis 1992. La progression est constante, et s’accentue depuis 1998.
Nous en connaissons les raisons :
- les femmes (plus rarement les hommes) agressées sexuellement osent plus porter plainte, depuis que les organisations féminines les aident dans cette démarche très difficile, et que la presse se fait écho de ce fléau social ;
- la libération des femmes entraîne une réactivation du “Complexe de castration” chez certains hommes, qui “se vengent” en les agressant sexuellement (cf. le viol conjugal par exemple) ;
- l’influence des nouveaux médias (Internet) paraît aussi jouer un rôle dans le phénomène d’agressions sexuelles dans ce pays surinformatisé qu’est Israël, en favorisant l’exaspération du désir sexuel immédiat chez les hommes (les mâles humains), et les agressions, notamment des enfants ;
- les drogues, l’alcool (introduite en masse en Israël depuis l’immigration massive “russe” dans les années 90) favorisent les passages à l’acte sexuels violents, au cours des soirées ;
- le “Complexe d’abandon” (voir ci-après) chez la femme, entraîne une tolérance féminine envers l’agressivité masculine.

Cependant, Israël, pays en guerre avec ses voisins, composé de rescapés de la Shoah, d’immigrants du monde entier, en perpétuelle tension à cause des conflits religieux/non religieux, orientaux/occidentaux, immigrants/“sabras” chez les Juifs, arabes/Juifs, présente des caractéristiques particulières, qui méritent d’être retenues.
Nous dirons que l’État d’Israël, pays moderne et s’efforçant d’être occidental, essaye de promouvoir l’émancipation de la femme israélienne, toutes religions confondues.
Néanmoins, plusieurs facteurs agissent en tant que freins, contre cette émancipation :
- l’état de guerre permanent avec le monde arabe environnant et interne, ce qui accentue les réflexes sécuritaires chez le peuple juif, qui a été bouc émissaire dans pratiquement toutes les nations au cours de l’Histoire, et donc la résistance aux changements nécessaires aux droits des femmes ;
- la disparité des différentes immigrations juives, et le poids de certaines traditions juives d’origine du Tiers-monde, souvent défavorables au statut égalitaire de la femme, tel qu’il est connu en Occident ;
- la présence d’autres cultures anciennes très traditionalistes non juives sur son sol : arabe palestinienne, druze, arabe bédouine ;
- les manques du budget des réformes en faveur des femmes, à cause des dépenses très importantes allouées à la défense nationale ;
- le poids de la religion juive orthodoxe, qui a été le garant de la survie du peuple juif dans la diaspora, mais qui constitue une force d’inertie considérable par rapport à l’évolution du statut de la femme en Israël.
Enfin, on retrouve en Israël, comme dans pratiquement tous les pays de la terre, la difficulté qu’éprouve le monde masculin à donner à la femme la possibilité de s’émanciper à cause d’un “Complexe de castration” toujours actif chez la majorité des mâles du genre humain, et l’épreuve que vit toute femme, lorsqu’elle doit dépasser son “Complexe d’abandon”, pour pouvoir affronter la tyrannie de l’homme afin de s’en libérer, car “femme qui abandonne sa bouche accorde sans peine le surplus!”, disait Chrétien de Troyes.

Le complexe d'abandon (3)
D'après le docteur Feldman, “le Complexe d’abandon” est dû à l’angoisse de perte d’amour qui semble être l’angoisse féminine par excellence.
Effectivement, on retrouve cette angoisse d’abandon comme une plainte lancinante, dans le discours de la plupart des femmes, qui préfèrent interrompre une relation amoureuse, de manière préventive, plutôt que d’être abandonnées.
D’où vient l’angoisse d’abandon ?
Les bébés, quels que soient leurs sexes, vivent une angoisse archaïque, primitive de séparation, nécessaire à leur individuation, entre 8 mois et 14 mois environ.
Chez la fille, cette angoisse est renforcée, lors de l’Œdipe (entre 3 à 6 ans), parce qu’elle doit échanger son premier objet d’amour (féminin, i.e. la mère) contre le père.
Aller vers l’homme (le père, puis les autres “mâles”) réactive cette souffrance de vécu d’abandon maternel chez beaucoup de filles (et plus tard de femmes). Et cette souffrance prend sa source dans l’angoisse archaïque de séparation du bébé.
L’envie d’être aimée maternellement est donc très prégnante chez les femmes, qui exigeront souvent des preuves de cet amour, chez les hommes, avant de “se donner” sexuellement, complètement, à eux.
L’angoisse d’abandon des femmes est donc une suite de l’angoisse d’abandon du bébé, qui est d’une violence inouïe (l’observation des nourrissons est là pour en témoigner). Cette angoisse est celle de la destruction, du morcellement, de l’effraction, que l’on retrouve, de manière pathologique chez le psychotique.
Bien sûr, l'homme aussi ne supporte pas l'abandon, mais, il n'a pas eu à changer le genre de son objet d'amour au cours de son enfance: il peut continuer à aimer une femme, comme il a aimé sa mère.

(3) Cf. Feldman Israël, in La revue "Sexologies" Janvier-Mars 2005, Vol. XIV, N° 51.

Droits de la femme en Israël
Le 25 novembre a été décrété en 1999 par l'ONU, journée internationale de prévention de la violence contre la femme. Le but de cette journée vise à éveiller les consciences, renforcer la législation et encourager les femmes à demander de l'aide.

Car même si plus de 10 000 plaintes de femmes contre leur conjoint sont enregistrées chaque année, et que près de 70 centres de protection dans le pays sont actifs, le sujet demeure encore sensible (notamment au sein de la population religieuse) et on suppose qu'un nombre important d'agressions au sein de la famille, ne sont pas signalées.
Cependant, si la législation en Israël est très sévère envers les hommes qui usent de violence envers les femmes, il existe encore de nombreux terrains de discrimination – sinon en théorie, du moins en pratique. Dans le monde du travail par exemple, on note encore de nombreuses inégalités, dans le traitement des salaires notamment. Plus préoccupante encore, la tradition rabbinique qui fait loi en matière de divorce, reste fort problématique car une femme qui demande le divorce à cause de la violence de son époux n'est pas sûre que sa démarche aboutira, la décision de l'homme prônant souvent sur la sienne.
Cependant, compte tenu de notre situation géographique, de notre tradition culturelle et religieuse, la condition de la femme en Israël est loin d'être tragique, et surtout, elle évolue constamment vers de constantes améliorations.

© Feminin | Le Magazine des Femmes d'Israël.

 
  Réagir à cet article : cliquez ici
 
Le Dr Israël FELDMAN, est Psychanalyste, Psychologue et Victimologue.
*Israël Feldman est Psychanalyste, Docteur en Psychologie-et Victimologue. Consultant de “Hevel International” (International Care Association for Victims of Violence), il est également.
Responsable de la Chaire “Unitwin” (UNESCO) d’enseignement sur la Violence en Israël. Il a été chargé de cours à la Faculté française de médecine de Bobigny (Paris XIII, Unité Léonard de Vinci) et actuellement il enseigne périodiquement la victimologie à "Necker" (Paris V). Israël Feldman est né à Rabat (Maroc) d'un père issu de Pologne et d'une mère originaire d'Afrique du Nord.
isral feldman
Son activité consiste en psychothérapies de victimes, formations, enseignement universitaire et interventions sur le terrain en Israël, en France, et dans le monde, sur les lieux de catastrophes et de guerres.
Il est aussi- Président de l’Unité Bnai-Brith “Netivei ha Shalom” ("Les sentiers de la Paix"), sise à Yavné, (Israël) qui gère un resto du cœur, pratique l'alphabétisation des immigrants âgés d’Éthiopie, et prend en charge de nombreux déshérités de la région.
Chargé de relations avec Israël au sein de “Sassoun” (Amicale judéo-arménienne basée en France et en Arménie), il est l'auteur de nombreuses publications et livres, dont le dernier sur le point de paraître, "La 2ème étape du Sionisme – Justice restauratrice", où il montre les changements qui interviendront en Israël et dans les nations, en se basant sur l'espoir qu'a représenté la création de notre Etat.
 
 
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com