Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Les rubriques du site

Livre d'Or
Nous écrire
 
Site terredisrael et vous
Terredisrael en accueil terredisrael en page d'accueil
Faire connaitre le site
S'inscrire a la Newsletter
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
 
Recherche

 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
 

Volontariat pendant la guerre

 

Leur guerre, la nôtre : souvenirs du front

Retour sur l’expérience unique d’une dizaine de Français envoyés dans l’une des rares bases militaires du Nord d’Israël encore ouvertes aux volontaires.
L’expérience du Nord
Depuis plus de vingt ans déjà, les programmes de Volontariat civil de « Sarel », envoient régulièrement en Israël des groupes de Juifs du monde entier souhaitant manifester leur solidarité aux troupes locales. Étonnamment, depuis le début des hostilités lancées contre Israël par le Hezbollah en juillet dernier les Français ont été les premiers à se mobiliser, devant les Américains, que ce soit en apportant leur soutien sur le front, ou en contribuant à gonfler les chiffres du tourisme. En août ce sont plusieurs centaines de Français qui ont choisi de troquer leurs sandales et leurs maillots de bain contre une paire de Rangers et l’uniforme de Tsahal, le temps de se rendre un peu utile et de partager enfin le sort de ceux qui, eux, n’ont pas choisi…
Il n’y a eu, toutefois, qu’un seul et unique groupe envoyé dans la base militaire située la plus au nord, parmi toutes les bases disposées à accueillir des groupes de volontaires. C’est précisément la guerre qui a poussé une dizaine de Français à se rapprocher le plus possible du front et vivre ces moments difficiles aux côtés des Israéliens. Peinture de camions de l’armée, tri du matériel et… l’inévitable corvée de plonge ont été les principales tâches logistiques confiées au groupe. Travaillant plus précisément au sein de la base de Tirat haCarmel, au sud de Haïfa, quelques uns ont également eu l’occasion de se rendre à quelques kilomètres seulement de la frontière, afin d’accueillir les soldats « en transit », revenus ou repartant au combat, et leur parler aussi.
 
« Partir ! » 
Interrogés sur leurs motivations, la réponse des volontaires était unanime : « quitter la France ! ». Lassés, voire très franchement écoeurés, par les déclarations – tantôt maladroites tantôt à la limite de la provocation – du gouvernement et des médias français, il semblerait que la première raison à avoir poussé autant de Juifs français à se porter volontaires est cet éternel décalage entre les images d’ici et de là-bas. Depuis longtemps, nous savons que les médias sont bien trop souvent gourmands de « sensationnel » au détriment d’une information de fond, en particulier lorsqu’il s’agit d’Israël. « Cela ne les intéresse pas » expliquait Nathan Diamant, intervenant pour Sarel, lors d’un déplacement dans une base située près de Rishon leTsion. « Ce qu’ils veulent c’est des images… ce qui arrive avant ou après n’a pas d’importance ».
C’est donc très spontanément que le groupe français a choisi de partir : « Dès qu’on a entendu ce qui se passait ici, on a appelé Sarel et acheté nos billets d’avion, sans réfléchir ». Vivant de plus en plus péniblement les accusations portées contre Israël, un certain nombre de Juifs français ont vécu les deux derniers mois comme un véritable bouleversement dans leurs relations avec Israël. La majorité des volontaires postés dans le Nord découvraient ainsi pour la première fois, cette année, une nouvelle possibilité de soutien. Le sionisme français, qui semblait parfois assez éloigné des réalités israéliennes, serait peut-être en train de prendre un nouveau visage : celui d’un renouvellement du rôle de la diaspora.
Comprendre enfin

La distance peut souvent jouer des tours. Pour ceux qui choisissent de passer leurs vacances en Israël, est-ce réellement sur les plages d’Eilat ou de Tel Aviv que les Français peuvent avoir une idée juste de la réalité israélienne ? Même si le tourisme est bien sûr essentiel à l’économie nationale, la guerre a clairement engendré une nouvelle forme de solidarité. En effet, l’idée de venir participer aux tâches logistiques des bases de l’armée israélienne relève d’un véritable souci de voir mais aussi de comprendre ce que vivent quotidiennement les soldats de Tsahal. En d’autres termes, bien plus qu’une forme de soutien, le volontariat traduit surtout l’envie de s’identifier concrètement à la vie israélienne. Ayant eux-mêmes pris la décision de se rendre dans des zones considérées comme plus dangereuses, les personnes envoyées près de Haïfa incarnent précisément ce phénomène, vivant avec et comme les soldats : alertes, course aux abris, décompte des roquettes tombées dans les alentours – parfois à quelques centaines de mètres seulement de la base militaire – la réalité est enfin visible.
L’échange avec les soldats sur place a, quant à lui, donné lieu à des réactions très diverses. Certains Israéliens peinaient beaucoup à comprendre comment des Français – dont la vie est « tellement plus facile ! » – pourraient choisir de passer leurs vacances dans une base militaire en pleine guerre. D’autres manifestaient sans cesse leur reconnaissance, profitant de ces moments de légèreté et constatant enfin la preuve d’une réelle solidarité française. Les conversations, parfois laborieuses, mêlaient français, anglais, hébreux. Des gestes aussi. Peu importe, l’essentiel était de se comprendre, de les voir enfin ces enfants, ces héros.


C’est au bout de quinze jours de travail intense que les « volontaires du Nord » ont quitté leur base, regrettant d’avoir à se séparer de cette nouvelle famille. Fort d’une expérience inestimable, le groupe évoquait déjà le prochain voyage. Consultant leurs agendas et comparant leurs dates de vacances avant de monter dans les autobus partant pour Jérusalem et Tel Aviv, ils se sont tous promis de revenir très vite. Malgré les différences d’âge, de parcours et de professions, tous ont mis leurs efforts au service d’une seule et même cause : soutenir Israël. Et, à défaut de se sentir parfois complètement Français, cette expérience a été l’occasion, pendant au moins quelques semaines, d’être un peu Israéliens.

 

pour agrandir la photo - cliquez ici
pour agrandir la photo - cliquez ici
Une tente dans laquelle les volontaires ont dormi lors de leur excursion près de la frontière (à Iftar)
L'équipe - cuisine
Discussion au "shekem" (superette et salle de télévision de la base) après la journée de travail
 
 
 
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com