Accueil Blog
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 

Les grands personnages Juifs

 


Les rubriques du site

qui sommes nous
informations utiles
liens utiles voyage
israel de A a Z
israel institutions
societe israelienne
francophones israeliens
israel sante
israel immobilier
vacances israel
visite en israel
votre alya
judaisme
fetes juives
communautes juives dans le monde
origine du conflit du MO
espace culture
espace detente
conseils
prevention
formation
liens internet
livre d or Livre d'Or
nous ecrire Nous écrire
 
Le Site terredisrael et vous
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
Ariel SHARON
Ariel SHARON

Ariel Sharon est né à Kfar Malal en 1928.
Son père Shmouel Scheinerman est un technicien agronome originaire de Brest-Litovsk en Biélorussie ou Russie blanche. Sa mère Véra est un médecin originaire de Mohilev en Biélorussie.Tous deux ont connu dans leur enfance les pogroms antijuifs de 1903-1905 dans la Russie tsariste. Ils émigrent en Palestine en 1920 et s'installent en 1922 dans le moshav (village agricole) de Kfar Malal où naît Ariel Sharon. Il a une sœur aînée, Yehoudit ou Judith.À 14 ans, il entre dans le mouvement de jeunesse paramilitaire Gadna puis s'implique dans l'organisation d'autodéfense Haganah avant qu'elle ne se fonde dans Tsahal après la guerre d'indépendance d'Israël en 1948-49. Quelques années plus tard, il participe à la création du 1er Groupe Local des EEIF à Tel-Aviv, la troupe Edmond de Rotschild
Au cours de la guerre d'Indépendance en 1948, il commande une compagnie d'infanterie dans la brigade Alexandroni.
En 1953, il fonde et dirige l'unité spéciale de commando "101" spécialisée dans les opérations de représailles, et dans laquelle il se distingua particulièrement.
Sharon est nommé commandant de la brigade des parachutistes en 1956 et combat dans la bataille du Sinaï. En 1957, il étudie à l'Ecole militaire de Camberley au Royaume-Uni.

Entre 1958-62, Sharon occupe le poste de Commandant de brigade d'infanterie puis celui de Commandant de l'Ecole d'infanterie.
En 1964, il est nommé Chef du Commandement Nord de l'armée israélienne et Chef du Département de formation militaire en 1966. Il participe à la guerre des Six Jours en 1967 en tant que Commandant d'une division blindée.
En 1969, il est nommé Chef du Commandement Sud de l'armée israélienne.

Sharon démissionne de l'armée en juin 1972, mais est rappelé sous les drapeaux dans la guerre de Kippour en 1973 afin de commander une division blindée et mener le passage du canal de Suez ;
Le 25 octobre, l’avance israélienne permet d’isoler la IIIe armée égyptienne et de menacer la ville de Suez. L’Union soviétique décide de mettre en alerte ses divisions aéroportées. Washington place alors sa défense en alerte nucléaire. En fin de journée, le cessez-le-feu est accepté par toutes les parties et les combats cessent. (la Guerre de Kippour, cliquez ici)

Ariel Sharon est élu à la Knesset en décembre 1973, mais démissionne un an plus tard, prenant les fonctions de conseiller pour la sécurité auprès du Premier ministre Yitzhak Rabin (1975).

Il est de nouveau élu à la Knesset en 1977 où il représente le parti Shlomzion. Nommé Ministre de l'Agriculture dans le premier gouvernement créé par Menahem Begin, il poursuit la coopération agricole avec l'Egypte.

En 1981, Sharon est nommé Ministre de la Défense, poste qu'il occupe durant la Guerre du Liban, qui mène à la destruction de l'infrastructure terroriste de l'OLP au Liban. Dans la sphère des relations internationales, il contribue à la reprise des relations diplomatiques avec les pays africains qui avaient rompu leur relations avec Israël durant la guerre de Kippour. En novembre 1981, il est l'artisan du premier accord de coopération stratégique avec les Etats Unis et élargit les relations dans le domaine de la défense entre Israël et de nombreuses nations. Il aide également à faire venir des milliers de Juifs d'Ethiopie à travers le Soudan.

En 1990-92, il occupe le poste de Ministre de la Construction et du Logement. A la suite de la chute de l'Union soviétique et les vagues d'immigration en provenance de Russie, il initie et met en oeuvre un programme d'intégration des immigrants à travers le pays, ceci incluant la construction de 144.000 appartements.

De 1992 à 1996, il est membre des commissions des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset.

En 1996, Ariel Sharon est nommé Ministre des Infrastructures nationales et contribue à la promotion de partenariats avec la Jordanie, l'Egypte et les Palestiniens. Il occupe également les fonctions de Président de la commission ministérielle pour le bien-être social des communautés bédouines.

En 1998, Ariel Sharon est nommé Ministre des Affaires étrangères et est chargé de mener les négociations en vue d'un règlement permanent avec l'Autorité palestinienne. Il accompagne le Premier Minsitre Netanyahou à Wye River Plantation en tant que chef des négociations.

Suite à l'élection d'Ehud Barak au poste de Premier Ministre en mai 1999, Ariel Sharon est appelé au poste de leader du parti Likoud par intérim et est élu Président du Likoud en septembre 1999.

Ariel Sharon est élu Premier Ministre d'Israël le 6 février 2001
En 2001, Ariel Sharon est élu au poste de Premier ministre de l'État d'Israël sur un programme portant principalement sur la sécurité contre le terrorisme palestinien. Il est réélu en mars 2003, suite à des élections anticipées.

Il stoppe toute négociation avec Yasser Arafat qu'il considère responsable de la situation et lance une campagne de répression très dure contre les activistes palestiniens. Il entame également la construction d'une barrière de séparation à l'intérieur de la Cisjordanie et autour de Jérusalem. Fin 2003, on estime que l'activité terroriste a chuté de 90 %, sans que cette baisse puisse être reliée avec certitude à la construction du mur, qui est loin d'être achevé.

En 2004, peu après le décès de Yasser Arafat, il entame des pourparlers de paix avec le nouveau leader de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Parallèlement, Sharon annonce sa détermination à effectuer un retrait unilatéral des colonies israéliennes de la bande de Gaza suite aux propositions de ses deux conseillers les plus proches, Arie Elmaleh et Shamgar Ouaknin.

Le 25 octobre 2004, il tient un discours à la Knesset où il déclare : « En tant que quelqu’un qui a combattu dans toutes les guerres d’Israël et appris de ses expériences personnelles que sans la force appropriée, nous n’avons pas une chance de survivre dans cette région qui ne montre aucune pitié envers les faibles, j’ai aussi appris par expérience que l’épée seule ne peut résoudre cette dispute amère pour cette terre.». Le désengagement se déroulera du 15 août au 11 septembre 2005.

Après l'opposition d'une partie des membres du Likoud à ce retrait, Sharon doit composer une alliance avec le parti travailliste de Shimon Peres. L'élection d'Amir Peretz à la place de Shimon Peres en novembre 2005 menace la coalition. Ariel Sharon demande au président Moshe Katsav de dissoudre le parlement puis il démissionne du Likoud le 21 novembre 2005. Il crée alors son propre parti En Avant (Kadima en hébreu) de sensibilité centre-droite, que Shimon Peres rallie, en vue des élections générales anticipées prévues en mars 2006. Il évoque à l'occasion que ce parti a pour but de suivre la « feuille de route » et qu'il ne remet pas en cause l'évacuation déjà réalisée des colonies de la bande de Gaza (évoquant même l'éventualité d'évacuations de colonies de Cisjordanie).

Le 14 avril 2006 à minuit, après constatation 3 jours plus tôt de son inaptitude à gouverner en raison de son coma, il perd officiellement son poste de Premier ministre conformément à la loi israélienne qui impose une période d'intérim de 100 jours. Le poste reste vacant le temps qu'Ehud Olmert forme un gouvernement et soit investi à son tour le même jour.

Sharon possède une licence en droit et en études du Moyen Orient de l'Université hébraïque de Jérusalem (1962). Il a publié un livre et de nombreux articles dans la presse locale et internationale.
Il est veuf et père de deux fils.

Sources : Wikipedia, Ministere des affaires etrangeres d'Israel

   
Ariel SHARON, sa carrière militaire
Lors de la Guerre israélo-arabe de 1948, il est commandant de détachement dans la Brigade Alexandroni dans la Haganah. Il est gravement blessé lors de la seconde bataille de Latroun contre la Légion arabe.

Uzi Benziman rapporte qu'« il se fait un nom dans sa capacité à terroriser les Arabes et que selon ses camarades, son adaptabilité, son audace et son esprit d'initiative compensent son aspect “étrange” ».[réf. nécessaire].

En 1949, il est promu commandant de compagnie et en 1951, officier dans les services secrets.

Après des études à l'Université hébraïque de Jérusalem, on lui demande de reprendre du service actif en prenant le commandement de l’Unité 101, première unité des forces spéciales israéliennes.

Selon Uzi Benziman, Sharon prit une part importante dans la formation de cette unité. Selon lui, en 1952, Ariel Sharon aurait cherché à monter sa propre unité de commandos spécialisés dans les opérations de représailles mais sa hiérarchie s'y serait opposé. Il aurait alors monté une embuscade dans le no man's land sans en informer sa hiérarchie. Ainsi, selon Benziman, Sharon participa à cette époque à une opération au cours de laquelle deux femmes palestiennes ont été abattues près d'un puits ce qui déclencha des tirs de mortier de l'armée jordanienne sur des villages israéliens[5]. Sharon aurait réitéré ses souhaits, critiquant l'état-major, qui faisait preuve selon lui de trop de « retenue face aux Arabes ». David Ben Gourion lui demande finalement de prendre la tête d'une unité qui agira au delà de la ligne d'armistice.

Le 14 octobre 1953, l’Unité 101 (ou Force 101) commandée par Ariel Sharon rase le village de Qibya (ou Kibia), situé en territoire jordanien, suite aux incursions palestiniennes en Israël et en particulier à un attentat qui fit trois victimes (une femme et ses deux enfants), à Yahoud dans la banlieue de Tel Aviv, les jours précédent le massacre. Durant cette opération baptisée Shoshana par Tsahal, soixante-neuf civils (ou soixante-dix selon les sources) sont tués dans le dynamitage de leurs maisons, principalement des femmes et des enfants. De nombreux pays condamneront ce massacre, dont les États-Unis qui demanderont que soient jugés les auteurs de ce crime. Ariel Sharon écrira dans son journal qu'il avait reçu des ordres lui demandant d'infliger de lourdes pertes aux habitants de Qibya : « Les ordres étaient tout à fait clairs: Qibya devait être un exemple pour chacun ». Sharon déclarera avoir cru les maisons vidées de leurs habitants, son unité ayant mené, d'après lui, les vérifications nécessaires avant d'actionner les détonateurs. Cette version israélienne a été immédiatement remise en cause par les États-Unis et l'ONU : Le contre-amiral Vagn Bennike, observateur de l'ONU, arrivé sur les lieux le lendemain du massacre, a dénoncé le mode opératoire de l'Unité 101 lors de son intervention sur les habitations, consistant systématiquement à faire feu sur les maisons, empêchant ainsi les occupants d'en sortir, et les livrant de fait à une mort certaine. Le 24 novembre, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte une résolution condamnant Israël, et les États-Unis suspendent temporairement leur aide économique envers l'état hébreu.

En 1956, durant la crise du canal de Suez, les Israéliens coopèrent à la tentative de prise de contrôle du canal de Suez par les corps expéditionnaires franco-britanniques suite à sa nationalisation par Nasser. Ariel Sharon commande la 202e brigade parachutiste et se distingue au sein de l'état-major par la promptitude avec laquelle les forces qu'il dirige entrent dans le Sinaï.

Sa brigade parachutiste du Nahal 50, lâchée au Memorial Park, arrive au col de Mitla tenue par une garnison constituée, principalement, de douaniers et de gardes-frontière, soudanais en majorité. La garnison est en fuite et le col n'est plus défendu. C'est là que se serait déroulé un « incident » au cours de ces opérations. Les troupes de parachutistes commandées par Rafaël Eytan (dépendant du commandement d'Ariel Sharon) sont accusées d'avoir exécuté plus de 200 prisonniers égyptiens et civils soudanais capturés et de les avoir jetés dans des fosses communes. Aucune preuve n'a jamais été apportée et la responsabilité d'Ariel Sharon n'a jamais été mise en cause.[réf. nécessaire]

En 1957, il part pour un an à l'École militaire de Camberley au Royaume-Uni. À son retour, il étudie le droit à l'Université de Tel-Aviv.

En 1967, lors de la guerre des six jours, il commande une des divisions qui participent à la prise du Sinaï. Ariel Sharon y acquiert un grand prestige auprès de ses hommes et de l'opinion publique israélienne. Le commandement reconnaît en lui un grand stratège mais n'apprécie pas son indiscipline.

En 1971, Ariel Sharon prend en charge le commandement du front sud (Sinaï) et en particulier de la zone le long du canal de Suez (ligne Bar-Lev). Il sera également chargé de mettre un terme aux activités terroristes dans la bande de Gaza. Ses troupes tueront alors plus de 100 civils palestiniens et en emprisonneront des centaines d'autres.

En 1973, l'Égypte et la Syrie lancent une attaque surprise contre Israël le jour de la fête juive du Yom Kippour. Ariel Sharon est rappelé d'urgence sur le front sud dont il vient d'abandonner le commandement et y prend la tête d'une division de chars. Lors de la guerre de Kippour, il augmente encore son prestige auprès de l'opinion publique et confirme ses talents de tacticien, suite notamment à plusieurs manœuvres grâce auxquelles sa division franchit la Canal de Suez et qui permettent à Tsahal d'encercler et d'isoler la IIIe armée égyptienne et donne la victoire aux Israéliens.

Plus tard, en 1977, le président égyptien Anouar el-Sadate, en visite à Jérusalem après avoir signé la paix avec Israël, promettait en plaisantant à « Arik » une fessée pour une prochaine visite éventuelle sans invitation.


   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com