Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détenteHistoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Les rubriques du site

Livre d'Or
Nous écrire
 
Site terredisrael et vous
Terredisrael en accueilterredisrael en page d'accueil
Faire connaitre le site
S'inscrire a la Newsletter
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
   
Massada - LA FORTERESSE D'HERODE

1. Petits bains
2. Palais d'Hérode
3. Entrepôts
4. Bâtiment résidentiel
5. Porte du sentier du serpent
6. Fortifications
7. Habitations des zélotes

8. Citerne souterraine
9. Bastion sud
10. Palais occidental d'Hérode
11. Salle du trône
12. Porte ouest
13. Synagogue
14. Grands bains

Agrandir le dessin ci-dessus

Le plateau plat en losange de Massada mesure 600 sur 300 mètres. Les fortifications - deux murailles parallèles, avec des parois intérieures divisant en salles l'espace qui les sépare - ont 1 400 mètres de long sur 4 mètres de large. Edifiées le long du rebord du plateau, au-dessus de l'à-pic, elles incluaient de nombreuses tours.

Trois sentiers étroits et sinueux menaient aux portes fortifiées. L'approvisionnement en eau était fourni par un réseau de vastes réservoirs creusés à même le roc, qui s'emplissaient en hiver des eaux de pluie dévalant en flots ce versant de la montagne. Les citernes supérieures suffisaient aux besoins immédiats des habitants de Massada et pouvaient également servir en cas de siège.
Pour conserver une certain fraîcheur malgré le climat chaud et sec de Massada, les nombreuses bâtisses, de tailles et de fonctions variées, possédaient des murs épais, faits de plusieurs couches de dure pierre dolomitique enduite de plâtre.

A l'extrémité nord de Massada, un réseau dense de bâtisses servait de centre administratif et incluait des entrepôts, un vaste établissement de bains et des cantonnements confortables pour les officiers et leurs familles.

Le palais résidentiel d'Hérode s'élevait sur le bord septentrional de la falaise. Dotée d'une vue splendide, cette élégante villa était séparée de la forteresse par une muraille, offrant ainsi une intimité et une sécurité maximales. Le palais consiste en trois niveaux luxueusement construits, et reliés par un étroit escalier taillé dans le roc.

Sur la terrasse supérieure, plusieurs salles servaient d'appartements, précédés d'un balcon semi-circulaire aux deux rangées concentriques de colonnes. Des mosaïques aux motifs géométriques blancs et noirs pavaient les chambres.

Les deux terrasses inférieures étaient des lieux de loisirs et de détente. Le niveau moyen possédait deux murs concentriques à colonnade couverte, formant un portique autour d'une cour centrale.
La terrasse la plus basse, de forme carrée, s'étendait autour d'une cour centrale à ciel ouvert entourée de portiques. Ses colonnes aux chapiteaux corinthiens étaient enduites de plâtre cannelé. Des peintures à fresque, aux motifs géométriques multicolores ou imitant le marbre, agrémentaient la partie inférieure des murs. On trouvait également à ce niveau des bains privés de modestes dimensions. C'est là, sous une épaisse couche de débris, que furent découverts les restes de trois squelettes : un homme, une femme et un enfant. La magnifique chevelure tressée de la femme était bien conservée, et ses sandales intactes se trouvaient près d'elle, ainsi que des centaines d'écailles de bronze de l'armure de l'homme, sans doute un butin pris aux Romains.

 

Les entrepôts. Ils consistaient en deux rangées de longues salles ouvrant sur un corridor central. Le sol de ces entrepôts était couvert d'un épais enduit, et la charpente de bois recouverte de plâtre dur.

On découvrit sur ces lieux un grand nombre de récipients brisés ayant contenu de grandes quantités d'huile, de vin, de graines et autres denrées alimentaires.

L'établissement de bains. Ingénieusement conçu, servant sans doute aux invités de marque et aux responsables de Massada, il incluait une vaste cour entourée de portiques et plusieurs pièces au sol de carrelage ou de mosaïque, dont les murs étaient parfois décorés de fresques. La plus grande de ces salles s'appelait le caldarium (chambre chaude). Son sol reposait sur des rangées de piliers bas, ce qui permettait de porter la salle à la température désirée en y insufflant de l'air chaud provenant d'un fourneau et qui circulait sous le sol et dans des tuyaux disposés le long des murs.
Le palais occidental. Ce palais, le plus vaste édifice de Massada, couvrait 4 000 mètres carrés. Situé au milieu des fortifications occidentales, près de l'entrée principale donnant sur la Judée et sur Jérusalem, il servait de centre administratif de la forteresse, et de palais d'apparat pour le roi. Ses quatre ailes incluaient d'élégants appartements royaux, un secteur d'ateliers, et une unité administrative. Les appartements royaux comprenaient de nombreuses salles distribuées autour d'une cour centrale, avec côté sud une vaste chambre dotée de deux colonnes doriques supportant le toit et aux murs décorés de panneaux moulés en stuc blanc. Côté est, se trouvaient plusieurs salles aux sols de mosaïque superbement colorée. Le sol de la plus vaste était décoré d'une mosaïque particulièrement décorative, avec des motifs floraux et géométriques et des bandes carrées concentriques. C'était peut-être la salle du trône du roi Hérode, le siège de son autorité lorsqu'il résidait à Massada.

MASSADA, FIEF ZELOTE
Dans cette construction hérodienne, la synagogue de 12,5 sur 10,5 mètres, orientée vers Jérusalem, s'insérait dans la section nord-ouest des fortifications. Elle servit également aux juifs qui vécurent à Massada durant la grande révolte contre les Romains. Les fidèles avaient construit quatre rangées de bancs de plâtre le long des murs, ainsi que des colonnes soutenant le toit. Cet édifice est considéré comme le meilleur exemple d'entre les synagogues antérieures à la destruction du Temple de Jérusalem en l'an 70.
Un ostracon, tesson de terre cuite, portant l'inscription Maasser Cohen (dîme pour le prêtre) a été découvert dans la synagogue. Des fragments de deux rouleaux, contenant des textes du Deutéronome et de Ezéchiel 37 (y compris la "vision de la vallée des ossements") ont également été trouvés dans des excavations creusées sous le sol d'une petite pièce située à l'intérieur de la synagogue.

Objets façonnés. Parmi les nombreux petits objets - la plupart datant de l'époque des zélotes - figurent des ustensiles de poterie et des récipients de pierre, des armes (surtout des pointes de flèche), des restes de tissu et de nourriture préservés par la sécheresse du climat, des centaines de tessons de poteries, parfois avec des inscriptions en lettres hébraïques, des pièces de bronze et des sicles d'argent.
L'un des tessons des amphores utilisées pour l'importation du vin de Rome (marquées du nom de C. Sentius Saturnius, consul en l'an 19 av. J.- C.) est spécialement intéressant ; il porte en effet l'inscription : A Hérode, roi des Juifs.
Quantité de pièces de bronze et des dizaines de sicles et demi-sicles d'argent avaient été cachés par les zélotes. Les sicles, découverts en excellent état de conservation, datent de toutes les années de la révolte, depuis l'an un jusqu'aux très rares exemplaires frappés en l'an cinq (70 de l'ère chrétienne), l'année où le Temple fut détruit.

Devant le palais septentrional, onze petits ostracae ont été découverts, portant chacun un unique nom. Sur l'un d'entre eux, on peut lire "ben Yaïr", peut-être mis en abrégé pour Eleazar ben Yaïr, le commandant de la forteresse. On a suggéré que les autres dix noms étaient ceux des hommes tirés au sort pour tuer les autres habitants de Massada puis se suicider, comme le relate Flavius Josèphe.
Les traces d'un énorme incendie sont omniprésentes. Le feu a probablement été mis par les derniers des zélotes avant leur suicide. Flavius Josèphe écrit que tout avait été incendié, excepté les entrepôts - afin de prouver aux Romains que ce n'était pas la faim qui avait conduit les défenseurs de Massada au suicide.

Deux mille ans se sont écoulés depuis que Massada est tombée. Le climat de la région et l'isolement ont contribué à garder le site dans un extraordinaire état de conservation. Aujourd'hui, un téléphérique hisse les visiteurs au sommet de la falaise où s'élevait la dernière forteresse juive à avoir résisté aux Romains.

Les fouilles ont été dirigées par Y. Yadin pour le compte de l'université hébraïque de Jérusalem, de la Société d'exploration d'Israël et de l'Office des antiquités et musées d'Israël (aujourd'hui Direction des antiquités d'Israël).

Source : Site du Ministère des Affaires étrangères d'Israël et Musée d'Israël

De nombreux fragments de rouleaux de parchemins ont été trouvés au sud de la Synagogue.
LE LEVITIQUE 11 - 39

 

   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com
id="T01">