Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Les rubriques du site

Livre d'Or
Nous écrire
 
Site terredisrael et vous
Terredisrael en accueil terredisrael en page d'accueil
Faire connaitre le site
S'inscrire a la Newsletter
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
   
Massada
Une forteresse du desert surplombant la Mer Morte
Surplombant la mer Morte, Massada (vocable hébraïque signifiant forteresse') est situé au sommet d'une falaise isolée, à l'extrémité occidentale du désert de Judée. C'est là un site d'une beauté majestueuse et désolée.
A l'est, la falaise dévale en à pic sur près de 450 mètres vers la mer Morte (le point le plus bas du monde, à quelque 400 mètres au-dessous du niveau de la mer). A l'ouest, elle domine d'une centaine de mètres le terrain environnant. La topographie rend des plus difficiles l'accès au sommet de l'escarpement.
La seule source écrite concernant Massada est l'ouvrage de l'historien Flavius Josèphe, La guerre des Juifs. Né Joseph ben Matityahou dans une famille de prêtres, c'était un jeune dirigeant, nommé gouverneur de Galilée lors de la grande rébellion contre Rome, en 66 de l'ère chrétienne. Il réussit à survivre au pacte collectif de suicide des derniers défenseurs de Jodfat et se rendit à Vespasien, qui allait peu après être proclamé empereur. Se faisant appeler Flavius Josèphe, il devint citoyen romain, historien de renom, et relata en détails tous ces événements. Son récit, compte non tenu de ses jugements moraux, s'est révélé exact pour l'essentiel.
Selon lui, c'est Hérode le Grand qui bâtit la forteresse de Massada entre 37 et 31 avant J.-C.. Hérode, un Iduméen couronné roi de Judée par ses maîtres romains, était honni de ses sujets juifs. Maître d'uvre de Massada, il "avait conçu cette forteresse comme un refuge pour lui-même". On y trouve des fortifications tout autour du plateau, des entrepôts, de vastes réservoirs emplis d'eau de pluie, des casernes, des palais et une armurerie.
Quelque 75 ans après la mort d'Hérode, au début de la guerre des Juifs contre Rome, en l'an 66 de l'ère chrétienne, un groupe de rebelles juifs vainquit la garnison romaine de Massada. Après la chute de Jérusalem et la destruction du Temple (70 de l'ère chrétienne), ils y furent rejoints par des zélotes et leurs familles, fuyant Jérusalem. Prenant Massada pour base, ils effectuèrent des raids et harcelèrent les Romains durant deux ans. En l'an 73 de l'ère chrétienne, le gouverneur romain Flavius Silva marcha contre Massada avec la Dixième légion romaine, des unités auxiliaires et des milliers de prisonniers de guerre juifs. Les Romains dressèrent des camps au pied de Massada, mirent la place en état de siège et édifièrent des retranchements. Puis ils construisirent un rempart de milliers de tonnes de pierres et de terre battue contre le flanc ouest de la forteresse et, au printemps 74, ils firent monter un bélier mobile le long de cette rampe et opérèrent une brèche dans la muraille de la forteresse.
Flavius Josèphe relate sur le mode dramatique le récit qui lui a été rapporté par deux survivantes. Dirigés par Eleazar ben Yaïr, les défenseurs - presque un millier d'hommes, de femmes et d'enfants - décidèrent de brûler la forteresse et de se suicider plutôt que d'être pris vivants. Et les Romains virent la multitude des cadavres, mais ne purent y prendre plaisir, puisque la mort avait été administrée par leurs ennemis. Ils ne purent qu'admirer le courage de cette résolution, et ce dédain de la mort que leurs ennemis avaient manifesté en si grand nombre, écrit Flavius Josèphe.
Ce récit héroïque attira dans le désert de Judée de nombreux explorateurs cherchant à localiser les vestiges de la forteresse. Le site fut identifié dès 1842, mais des fouilles d'envergure ne furent organisées qu'en 1963-65, avec l'aide enthousiaste de centaines de volontaires, venus d'Israël et de nombreux pays étrangers, désireux de participer à cette passionnante aventure archéologique. Pour eux comme pour le public israélien, Massada symbolise la volonté du peuple juif de vivre libre sur sa propre terre.

La destruction du Temple

Jérusalem, capitale de l'ancien royaume de Judée, est mise à sac par l'armée romaine le 8 septembre de l'an 70 (*), après un siège atroce de deux ans.

Un roi cruel
Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée a conquis la Samarie et la Judée en 63 avant J-C. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée (ou pays des Juifs) en l'an -37.

De cet homme célèbre pour sa cruauté et son absence de scrupules, l'empereur romain Auguste aurait dit : «Mieux vaut être le porc d'Hérode que son fils»... Hérode le Grand partage son royaume entre trois de ses fils, avant de mourir en l'an 4 de notre ère.

Sa dynastie s'arrête là. En l'an 6, l'empereur Auguste transforme la Judée en une province romaine gouvernée par un simple procurateur.

Première guerre juive
Décontenancés par les croyances monothéistes des habitants, les Romains laissent ceux-ci libres de s'organiser comme ils l'entendent sous l'autorité de leur Tribunal religieux, le Sanhédrin. Mais les Juifs ne manquent pas de se quereller et de se diviser sur la conduite à tenir vis-à-vis de l'occupant.

Les grands prêtres et le parti des Pharisiens s'accommodent de l'occupation étrangère tandis que dans les milieux populaires, la secte des Zélotes appelle à la résistance et veut hâter la réalisation des promesses divines.

Les Zélotes déclenchent une violente révolte en août 66. Ils massacrent les grands prêtres et s'emparent de Jérusalem. Mais les Romains, sous la direction du général Vespasien, mènent la reconquête avec détermination.

Vespasien étant devenu empereur, c'est à son fils Titus qu'il revient d'achever le siège de Jérusalem. Il ne s'agit pas d'une mince affaire car la population de la ville s'élève déjà à cette époque à environ 80.000 habitants. Les habitants sont déportés comme esclaves cependant que le Temple, haut lieu de la religion juive, est complètement détruit (à l'exception d'un pan du mur d'enceinte, le futur «Mur des Lamentations»).

Le vainqueur, Titus, rentre à Rome où il reçoit un magnifique triomphe. Un arc est bâti en souvenir de ce triomphe à l'entrée des forums romains.

Ses bas-reliefs relatent les exploits des Romains en Judée et notamment le pillage des trésors du Temple, en particulier un fameux chandelier sacré à sept branches, la Ménorah (ce chandelier disparaît en 455 suite au pillage de Rome par les Vandales de Genséric).

La destruction de Jérusalem et du Temple ne met cependant pas fin à la première guerre juive... Au-dessus de la Mer Morte, la forteresse de Massada continue de résister sous la direction d'un chef zélote, Éleazar...

La chute de Massada

Construite au temps des Asmonéens, la forteresse de Massada, qui surplombe de 400 mètres les rives sauvages de la mer Morte, est le dernier îlot de résistance juive à l'occupation romaine.

Sous la conduite d'un chef nommé Eleazar ben Jair, un millier de Zélotes, hommes, femmes et enfants, résistent pendant trois ans à plus de 15.000 légionnaires.

Ceux-ci n'arrivent à accéder aux murailles qu'en aménageant une rampe artificielle depuis le pied du rocher.

Quand ils pénètrent dans la forteresse, ils ne découvrent que des cadavres, dix des assiégés ayant tué tous les autres avant de se suicider eux-mêmes pour ne pas tomber sous la loi étrangère.

On ne retrouve que sept survivants : deux femmes et cinq enfants, cachés dans un puits. Le récit de ce drame nous a été rapporté par l'historien juif Flavius Josèphe. Les découvertes archéologiques récentes, sur le site de Massada, corroborent ses propos.
Le 2 mai 73, la forteresse de Massada tombe aux mains des légionnaires. C'en est fini de la première guerre juive contre la domination de Rome. Lire la suite

De Massada à Varsovie
Le souvenir de Massada a ressurgi avec brutalité en avril-mai 1943, lorsque 60.000 juifs du ghetto de Varsovie se sont soulevés contre les SS allemands, dans une tentative héroïque et désespérée. Ce fut pratiquement le seul acte de résistance armée au génocide organisé par les nazis.

Deuxième guerre juive
En Palestine même, le sentiment national n'est pas mort avec la prise de Massada. Le particularisme juif demeure vivace.

L'empereur romain Hadrien est frappé lors de son passage en Judée par les témoignages d'irrédentisme. Il décide une campagne d'hellénisation (*). La circoncision est prohibée, Jérusalem rebaptisée «Colonia Ælia Capitolina» et un temple dédié à Jupiter Capitolinus est édifié sur les ruines du précédent.

Un jeune exalté du nom de Bar Kochba («Fils de l'étoile») prend la tête d'une nouvelle révolte et s'empare de Jérusalem. Il malmène la légion égyptienne XXII Deiotariana chargée de faire régner l'ordre.

Hadrien se rend sur les lieux et appelle la Xe légion bretonne avec son général Gaius Julius Severus pour mater la rébellion. La campagne va durer trois ans et coûter selon certaines sources plusieurs centaines de milliers de morts juives (133-135). La Judée en restera durablement désertée et l'accès des Juifs à Colonia Ælia Capitolina interdit.

Monnaie émise par les Romains après la destruction de Jérusalem en l'an 70, portant l'inscription IVDAEA CAPTA (Judée conquise)


 

   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com