Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 
 

Les rubriques du site

Livre d'Or
Nous écrire
 
Site terredisrael et vous
Terredisrael en accueil terredisrael en page d'accueil
Faire connaitre le site
S'inscrire a la Newsletter
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
Lire la newsletter terredisrael
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
 
Moise Ibn Maïmon, Le Rambam dit Maïmonide
 

L'histoire
Rabbi Moshe Ben Maimon, dont l’acronyme est " le Rambam" est l'une des figures les plus illustres et les plus attachantes du judaïsme médiéval.
Maimonides veut dire fils de Maimon en grec.
Mussa bin Maimon ibn Abdallah al Kutubi al-Israili en arabe.
Il est connu en tant que médecin, talmudiste, philosophe, astronome, mathématicien, juriste ou plutôt codificateur et écrivain.
Né, une veille de pessah, le 30 mars 1135 (4895), à Cordoue en Andalousie, dans la maison familiale située près du fleuve Guadalcavir.
A l'époque, régnait à Cordoue, ce que l'on peut appeler l'age d'or judéo musulman.
Issu d'une longue lignée de rabbins et hauts dignitaires juifs, on le dit en particulier, descendant du roi David et de rabbi Yehuda ha nassi, le compilateur de la Mishna.
Son père, rabbi Maimon ben Yossef, le dayan (juge rabbinique) de Cordoue, lui a fait donner une excellente éducation religieuse, sans négliger les sujets séculiers.
Il faut préciser que Moshe, orphelin de mère très jeune, aîné de deux garçons, était destiné à succéder à son père, le dayan.

En 1148, il avait alors 13 ans, l'intolérance et les persécutions des nouveaux princes Almohades, une secte islamique fanatique, qui ne laissaient comme choix aux juifs que la conversion, la mort violente habituellement décapitation ou l’exil, obligèrent la famille à fuir en laissant derrière eux toutes leurs possessions.
C'est ainsi qu'ils errèrent pendant 10 ans à Grenade, Séville, Almeria et peut être en Provence avant de gagner Fez au Maroc en 1160.
Puis de nouveau les persécutions se déchaînent , ne pouvant conserver leur foi et leur fidélité au judaïsme,ayant assiste à l’exécution publique du maître en Talmud de Maimonide,rabbi Judah HA-Cohen ben Soussan, la famille Maimon se rendit en terre sainte en 1165.
D'abord à Acco (Saint Jean D’Acre) dont la poignée de juifs survivait dans une très grande misère, ne laissant pas de place à des lettrés.
Puis à Jérusalem, qui était alors aux mains des croisés et où les juifs n'avaient pas droit de séjour. La famille Maimon avait pu s'y rendre grâce à un laisser passer, délivré par le très chrétien Richard, coeur de Lion que Maimonide avait soigné.
Une petite parenthèse permettant d’étayer l’assertion d’une présence juive continue à Jérusalem. Oui, les juifs étaient interdits de séjour par les croises mais la corruption et le bakchich, permettait de contourner le problème dans certains cas.
Ne pouvant rester en terre sainte, ils se rendirent en Egypte où la communauté juive était importante et vivait dans une paix relative.
Ils s'installèrent à Fostat, près du Caire.

Pendant toutes ces années d'errance, Rabbi Maimon, le père, écrivit à toutes les communautés juives isolées pour les soutenir dans les persécutions, les raffermir dans leur foi et leur dire qu'ils n'étaient pas seuls.
David, le fils cadet, doué pour les affaires, exerçait le commerce des pierres précieuses, alliant son goût pour les voyages et l'aventure à son goût pour les affaires et permettant ainsi à son père et à son frère aîné Moshé de s'adonner à l'étude.
Moise lisait les textes bibliques, les philosophes grecs en particulier Aristote, les bons auteurs médicaux: Galien, Hippocrate et Avicenne, il étudiait la médecine sous la direction des meilleurs maîtres juifs et musulmans, il faisait ses propres expériences anatomiques et thérapeutiques, il confrontait ses idées avec les penseurs de son époque, principalement Averroès et écrivait.

A leur arrivée en Egypte, rabbi Maimon, le père s'éteignit puis plus tard David périt en mer lors d'un voyage d'affaire dans l'océan indien (1178) et avec lui disparut la fortune familiale qui était constituée de pierres précieuses.
Moise, dans le dénuement le plus complet et ne voulant rien recevoir pour son travail religieux, s’installa comme médecin. Il devait entretenir la veuve de son frère et ses 2 enfants.
Il faut savoir que les juifs en Egypte d’alors étaient pour beaucoup des karaïtes, le karaïsme faisant à l’époque figure de judaïsme libéral ; c’est une des explications de l’installation de Maimonide en Egypte, afin de ramener ses coreligionnaires à un judaïsme plus traditionnel.
Maimonide, médecin des pauvres et des riches, médecin des juifs et des arabes, devint le médecin de la cour des Fatimides,chiites, descendants de Fatima du vizir Al-Fadhil et de son entourage puis du sultan Saladin (Salah-Al-Din), sunnite quand celui rentra de Jérusalem, où il luttait contre les croisés.
Les journées de Maimonide étaient donc bien occupées et se terminaient tard dans la nuit, ce qui ne lui laissait plus que le shabbat pour se consacrer
A sa communauté dont il était le "naguid", chef spirituel et responsable des relations avec les autorités.

Quand il mourut à l'age de 70 ans le 13 décembre 1204 (4965), on décréta un deuil de 3 jours à Fostat, deuil qui fut suivi par les juifs et les arabes ; et, selon ses désirs, il fut inhumé à Tibériade.
Sur sa tombe est inscrit:"Mi Moshe ad Moshe, lo kam ke Moshe"
De Moshe avinou (notre père), a Moshe (Maimonide), il n'y eu personne comme Moshe.
Son fils Avraham, lui a succède comme naguid de la communauté.
Nous allons maintenant parler de son oeuvre
Le talmudiste
Maimonide est un véritable guide spirituel pour son propre génération et les générations suivantes.
Il était très rigoureux avec lui-même, ce qui contrastait avec la tolérance admirable dont il faisait preuve envers les autres.
Pour lui, l’étude de la torah va de pair avec l’exercice d’un métier et l’on ne doit pas vivre de dons de la communauté.
Il a, entre autre, écrit :
LE SEFER HA MITZVOT
Livre des commandements dans lequel, il présente et codifie les 613 commandements de la loi écrite du judaïsme, précisant les 248 préceptes positifs et les 365 interdits.


LE MICHNE TORAH
Ou répétition de la Torah, comprenant 14 volumes.
Aussi connu comme Yad Ha Hazaka, seul ouvrage qu’il a écrit lui-même en hébreu
Dans lequel, il aborde les différents aspects de la législation juive. Le but du Rambam était de mettre la connaissance de la loi orale à la portée du peuple afin qu'elle ne soit pas seulement le domaine d'une élite d'érudits.


LE PEROUCH HA MICHNA

est un commentaire de la Michna, sans passer par la Guemara.
Il y a formulé ses 13 articles de foi:
- L'existence de Dieu
- Son absolu unité
- le fait qu'il n'a aucune apparence physique et qu’il n’est que spiritualité.
- Son éternité
- La nécessite de l'honorer et de ne pas honorer d'autres divinités
- La croyance que Dieu communique avec l'homme par la prophétie
- La croyance que la prophétie de Moshe, notre maître est la plus importante
- La croyance de l'origine divine de la Torah donnée à Moise au mont Sinaï.
- La croyance de l'immuabilité de la Torah, en tant que lois de Dieu
- La croyance en la prescience divine
- La croyance en la récompense divine
- La croyance en l'arrivée du Messie et de l'ère messianique
- La croyance en la résurrection des morts, ce qui a donne lieu à une violente controverse, s’agissait il de la résurrection de l’âme ou des corps ?
Ces 13 articles de foi, sont selon Maimonide les fondements de la vérité de la religion juive.
Nous les retrouvons actuellement dans le : « ani maamin », sous forme poétique, a la fin de la prière quotidienne du matin et dans « yigdal Elohim Hai », prière du vendredi soir.
Il s'élève aussi contre les pratiques de magie et sorcellerie qui étaient fréquemment pratiquées a son époque.
Il eu de ce fait, a faire face à une violente opposition


LETTRES ou tshouvot ou responsa
Les rabbins et universitaires du monde entier lui posaient par écrit des questions auxquelles il répondait. (en particulier sur la halacha).
Il écrivit de nombreuses lettres, les plus connues étant des lettres de consolation en particulier aux juifs du Yémen, convertis de force, leur assurant, contrairement aux assertions des autres rabbins, que la prière et les bonnes actions leur suffit pour rester juif.
Dans ces lettres, il parle de la résurrection, de la conversion et il répond aux juifs de cette époque plus que troublée, qui se croyaient oubliés par Dieu. (Épître de la sanctification de Dieu) ou maamar kiddouch hachem.
La plupart des réponses étaient brèves et concises et pouvaient consister en un mot : permis.., interdit.., au contraire des réponses des générations suivantes caractérisées par la dialectique, le pilpul.
PHILOSOPHE
Son ouvrage le plus connu est le GUIDE DES EGARES ou plutôt le guide des perplexes, en hébreu : More ha Nevourim.
Il tente de mettre en accord l'enseignement de la Torah et de ses commentaires avec la philosophie d'Aristote, sous la forme d'une longue lettre à l'un de ses étudiants.
Il s'agit d'une analyse approfondie du judaïsme dans les domaines des croyances comme dans ses aspects rituels, et des questions existentielles universelles : la signification de la vie, l’origine du mal, la libre volonté, la justice divine...
Il a cherché à montrer les accords entre la foi et la raison.
Cela lui valu de rudes controverses et le fait d'être mis a l'index.
Le Ramban, ou rabbi Moshe ben Nachman (1194-1270), grand cabaliste du siècle suivant fut l'un de ses principaux détracteurs : ainsi que les rabbins de Provence,
Ainsi que Hasdai Crescas (1340-1410) de Barcelone qui a écrit : Or Ha Shem et qui déplorait ce qu’il pensait être la perte de la spécificité du judaïsme, dans le guide des égarés
Il voulait surtout aider les jeunes intellectuels juifs de son époque qui ne savaient vers où se diriger : la foi de leurs pères ou les nouvelles théories philosophiques et les recherches scientifiques de leur époque, ils étaient perplexes.
Il a par contre influencé le monde chrétien,en particulier Thomas d’Acquin, ce qui est un comble pour un philosophe influencé lui-même par le judaïsme,le monde arabe et la pensée grecque mais pas du tout par le monde chrétien.

Il a écrit un traité sur le calendrier juif, montrant ainsi un grand savoir mathématiques et astronomique.

Sa lettre sur l'astrologie est très connue, il conclut à une indiscutable responsabilité de l'homme.Le créateur guide l'homme mais celui ci a le pouvoir de décider le bien ou le mal.
Il ne pense donc pas que les aléas de l’heure ou du jour de la naissance pourraient influencer nos actions.

MEDECIN
Médecin des princes et prince des médecins.
L'effigie de Maimonide est d'ailleurs sculptée dans la pierre des bâtiments de la faculté de médecine rue Jacob à Paris.
Pour Maimonide, soigner ses semblables, était un commandement quasi religieux: seul un corps en bonne santé était à même d'oeuvrer à la sanctification de Dieu.
Ses écrits religieux font référence très souvent à la médecine et au bien être physique.
Il considère que la maladie résulte de la rupture d'un équilibre.
Cet équilibre, à la fois physique et mental, pourra être maintenu et renforcé chez celui qui saura s'en tenir au juste milieu.

DIETETICIEN
Avant la lettre, il était contre les excès et les privations, prônait des aliments frais et sains en quantité modérée, en essayant de ne remplir son estomac qu’à 75% de sa demande et de ne manger que lorsque l’on a faim, sans se presser et en mastiquant bien ; il considère la consommation de la viande comme un luxe, à réserver pour les jours de shabbat et de fêtes. On ne doit pas manger debout mais assis et dans la sérénité, ni se promener tant que la digestion n’a pas été faite.Il faut prendre un petit déjeuner, en particulier du pain le matin pour avoir suffisamment de force pour étudier. Le soir, il faut éviter un repas riche, propice aux cauchemars.
Il demandait de satisfaire immédiatement ses besoins naturels et d'éviter de se retenir.
Partisan de L'EXERCICE PHYSIQUE, que ce soit lors de la marche ou du travail, il était contre la sédentarité.
Le sport, explique t il, permet d'évacuer les toxines qui polluent l'organisme et de purifier le corps tout entier grâce notamment à la sudation.
Il précise que l'exercice est à moduler en fonction de l'age et de l'état général.
Il va jusqu'a définir une physiologie de l'effort en préconisant un effort d'abord lent puis de plus en plus intense

PSYCHOSOMATICIEN
Avant la lettre, il a rajouté la notion de mental et de social à la notion de maladie uniquement organique qui existait jusque là et d’éviter les émotions négatives. Il a d’ailleurs écrit le livre des 8 chapitres qui est considéré comme le premier livre de psychanalyse de l’histoire.
Il avait une approche holistique de l’homme malade.
Il prescrit donc une hygiène de vie qui nous semble moderne a l'heure actuelle:
- une bonne alimentation, sans excès
- un effort physique modulé
- une vie calme comprenant une vie sociale satisfaisante, sans oublier art et musique.

Il a écrit entre autre :
LE TRAITE DES APHORISMES
Véritable traité d’anatomie, de physiologie, de pathologie et de therapeutique.Le traité a été la source médicale la plus consultée au moyen age.

LE TRAITE DES POISONS
Des poisons et de leurs antidotes, sans oublier les venins de serpents et les morsures de chiens.

LE TRAITE SUR L’ASTHME
Dont il a su reconnaître l’origine psychosomatique
« aussi ne faut il pas trop y penser, ni trop se réjouir, ni trop s’attrister car bonheur et malheur ne sont grands que dans notre imaginaire ».

LE TRAITE DES HEMORROIDES
Avec un régime alimentaire s’y afférent.

LE TRAITE DE LA VIE CONJUGALE

LE TRAITE DE LA CONSERVATION DE LA SANTE

LE GLOSSAIRE DE PHYTOTHERAPIE
350 remèdes a base de plantes, classés par ordre alphabétique avec leurs noms populaires en arabe, grec, persan, en dialecte berbère, marocain et égyptien.
Il conseillait la modération dans les prescriptions, associant le soutien psychologique, aux remèdes.

Je terminerai avec la prière médicale, attribuée à Maimonide
« Mon Dieu, remplis mon âme d’amour pour l’art médical et pour toutes les créatures.
N’admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m’influencent dans l’exercice de mon art, car les ennemis de la vérité et de l’amour des hommes pourraient facilement m’abuser et m’éloigner du noble devoir de faire du bien à Tes enfants.
Soutiens la force de mon cœur pour qu’il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l’ami et l’ennemi, le bon et le mauvais.
Fais que je ne vois que l’homme dans celui qui souffre.
Fais que mon esprit reste clair près du lit du malade, qu’il ne soit distrait par aucune chose étrangère, afin qu’il ait présent tout ce que l’expérience et la science lui ont enseigné ; car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.
Fais que mes malades aient confiance en moi et en mon art, qu’ils suivent mes conseils et mes prescriptions.
Eloigne de leur lit l’armée des parents conseils et les gardes qui savent toujours tout, car c’est une engeance dangereuse qui, par vanité,fait échouer les meilleurs intentions de l’art et conduit souvent les créatures à la mort.
Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l’amour de mon art, comme cuirasse, me rende invulnérable pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l’age de mes ennemis.
Prête moi, mon Dieu, l’indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.
Fais que je sois modéré en tout mais insatiable dans mon amour de la science.
Eloigne de moi l’idée que je peux tout.
Donne moi la force, la volonté et l’occasion d’élargir de plus en plus mes connaissances.Je peux aujourd’hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l’art est grand mais l’esprit de l’homme pénètre tout.

RABBI MOSHE BEN MAIMON, L’ESPAGNOL

NB : il y a une antinomie entre les écrits de Maimonide qui déclare à de nombreuses reprises qu’il n’y a pas plus grande Mitsvah que de vivre en terre sainte et qu’il est interdit aux juifs de retourner en Egypte ,ancienne terre d’esclavage.
Or, il a lui-même quitté la terre sainte pour aller vivre en Egypte.
Certains l’expliquent par les conditions matérielles très difficiles en Palestine
D’autres par le peu d’érudits y résidant, ne permettant pas la discussion et l’émulation.
D’autres encore, par les persécutions à l’encontre des juifs.
D’aucuns l’expliquent par la population en terre sainte, principalement formée de bandits et moines défroques et n’étant pas propice à l’étude.
Serait ce par la gageure de ramener à une foi plus traditionnelle, tous ces juifs attirés par
le karaïsme.
Ou le but serait plus politique à long terme : œuvrer pour le changement de régime de chiites à sunnites afin d’avoir une autorité musulmane forte qui serait à même de déloger les chrétiens de terre sainte. En effet, Maimonide était persuadé que la domination latine sur Jérusalem ne permettrait par un retour des juifs en leur terre. Le pilier de la véracité du christianisme au moyen age se fondait surtout sur la condition misérable du peuple juif et son incapacité à posséder une terre.
Maimonide pensait donc qu’une main mise musulmane sur la terre sainte était préférable. Toutes ses actions, manœuvres politiques, en particulier conseils à Saladin. En effet, après la victoire de Saladin sur les francs à Hattin en 1187, les juifs ont pu, tout au moins ceux qui le désiraient, retourner en terre sainte.
Donc Maimonide ne fut pas seulement talmudiste, philosophe, medecin, astronome, mathematicien, epistolaire mais aussi politicien.

 
 
Vos commentaires et réactions sur le Blog
vos commentaires et reaction
pour les commentaires
sur le Guide des
égarés
, Cliquez ici
pour les commentaires
sur le Traité des
Pères
, Cliquez ici
dr daniele guedj Exposé donné par le
Dr Docteur Danièle GUEDJ
 
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com