Accueil
Kiosque Inform. utiles Inform. Voyages
Fêtes
juives
Calendrier Fêtes Tourisme
terredisrael.com

Espace détente Histoires Georges Decouvrez Israel Sejour
en IL
Israel de A à Z Album photos Radio Tv Clips Prev. Conseil Perdu de Vue Ner Hazikaron Immobilier
 
 

Les grands personnages Juifs

 


Les rubriques du site

qui sommes nous
informations utiles
liens utiles voyage
israel de A a Z
israel institutions
societe israelienne
francophones israeliens
israel sante
israel immobilier
vacances israel
visite en israel
votre alya
judaisme
fetes juives
communautes juives dans le monde
origine du conflit du MO
espace culture
espace detente
conseils
prevention
formation
liens internet
livre d or Livre d'Or
nous ecrire Nous écrire
 
Le Site terredisrael et vous
 
Recherche
 
Livre d'Or du Site
 
La frequentation du site
 
Théodore HERZL
HERZL Théodore (1860 -1904)
HERZL THEODORE
HERZL THEODORE
HERZL THEODORE
HERZL THEODORE
HERZL THEODORE
CONGRES SIONISTE
Sixième Congrès de 1903 à Bâle
HERZL THEODORE

Ce héros du sionisme moderne, à la fois écrivain, journaliste, sociologue, diplomate, fut un grand homme de coeur et d'action.

La souffrance humaine le déprimait et, pourtant, stimulait son énergie. Né en Hongrie en 1860, il aperçut, très jeune encore, dans les quartiers pauvres de Londres, toute l'indigence cachée sous le luxe de la civilisation. Ses écrits d'alors : Le printemps dans la misère, et Solon Blud, rêvent déjà de relèvement et de délivrance : "...J'entrevois la terre joyeuse de l'avenir, des villes resplendissantes et des jardins exhalant le parfum de l'amour..." - "Les hommes libres et leurs corps droits, les femmes élevant des enfants heureux dans des demeures sans soucis, de grandes oeuvres florissant et prospréant, et la vie développant avec art son esssence la plus élevée."

Ces premiers écrits d'Herzl sont proches de ses essais d'étudiant, quand il publiait à Vienne les Causeries frivoles et Le voyage en Espagne, de syle alerte et déjà saisissant. Son émotion, grandissant à la vue du monde chaotique et des injustices humaines, fortifie sa plume acerbe et révoltée. Les feuilletons parus à Londres, et qui ne semblent d'abord que de simples articles de presse, formeront un bel ensemble philosophique, reflets, au jour le jour, de l'humanité agitée, trompeuse, trompée.

Herzl était à Paris le correspondant du journal viennois : La Neue frei Presse. Il était très estimé comme critique, à l'aube d'une existence au-devant de laquelle tous les succès accouraient, lorsque l'affaire Dreyfus éclata. Le grand polémiste fut douloureusement frappé de voir l'antisémitisme s'insinuer dans une nation généreuse comme la France, dont l'esprit l'avait conquis. Il ne connaissait guère le judaïsme; il se pencha sur l'histoire juive, cette admirable leçon d'énergie et d'amour. Et il conçut l'espoir de créer, pour ses frères du monde entier, une nation où ils puissent épanouir leurs aspirations et leurs capacités.

C'est alors qu'en une inspiration fiévreuse et frémissante, il écrivit à Paris son Etat juif. Il n'avait lu ni Hess ni Pinsker, mais avec la force du génie, il lève l'étendard du sionisme. Dans ce livre, Herzl pose la question du judaïsme national comme une question mondiale, devant intéresser toutes ces puissances : "Il faudrait aux Juifs un Etat, dans un pays dont ils auraient la souveraineté. Il suffirait aux nations d'accorder aux masses juives malheureuses, un petit coin de terre, que le judaïsme aurait la charge d'organiser et de faire prospérer."

Herzl se heurte, en occident, à une incompréhension farouche. En France, en Angleterre, Autriche, on le traite de rêveur et d'utopiste dangereux. Il obtient à grand'peine une entrevue avec le baron de Hirsch, mais ne parvient pas à convaincre ce généreux philanthrope de l'utilité de ses projets. Cependant, deux âmes enthousiastes vibrent au rêve Herzlien, et ces deux amitiés profondes seront pour le grand pionnier un réconfort : c'est, à Paris, le docteur Max Nordau, médecin et philosophe réputé dans le monde entier pour ses courageuses critiques littéraires; c'est à Londres, le merveilleux poète Israël Zangwill, lyrique peintre des ghettos et des grandeurs juives, dont la vie entière est aussi un apostolat.

Herzl donne, à Londres, une grande conférence, organisée par son ami Zangwill, sans réussir à faire prendre au sérieux son projet. Cependant l'Etat juif, paru en 1896, enthousiasme de milliers de Juifs de l'Europe orientale, dont plusieurs acclament Herzl comme un Messie. Il se sent plus que jamais le porte-parole du peuple. Il décide de fonder un hebdomadaire sioniste, soutenu par ses propres moyens; car Herzl, qui possédait une assez belle fortune, la sacrifia entièrement à son idéal.

Herzl prépare le premier Congrès sioniste de 1897, que l'on devait appeler "le Congrès-messie". Là, deux cents délégués, réunis à Bâle, définissent le sionisme : "le sionisme a pour but de créer, pour le peuple juif en Palestine, un foyer garanti par le droit public." Herzl s'attire la confiance passionnée de l'Assemblée, qui compte de brillants intellectuels.

Rabbi Mohilver adresse au congrès une lettre dans laquelle il développe la mission d'Israël et les promesses messianiques. Dès lors, Herzl augmente sans arrêt son activité, et les obstacles nouveaux appellent en lui des énergies nouvelles. Il fonde l'Organisation sioniste, la banque Sioniste et le Fonds de Rachat de la Terre (Keren Kayemeth Leyisraël).

Chaque année, un nouveau congrès assemble les militants. Herzl a obtenu l'approbation enthousiaste du grand-duc Frédéric de Bade. Celui-ci lui a procuré des audiences de l'empereur d'Allemagne Guillaume II, et Herzl dîne, en 1901, à à Constantinople, à la table du sultan Abdul-Hamid, qui le compare au roi Salomon et le recommande à son grand-vizir.

Un charme magnétique personnel intense, la haute conviction de sa mission nécessaire, acquérait au héros sioniste d'ardentes sympathies. Mais il s'usait en efforts trop fréquents devant la résistance des interties humaines. En 1902 il publia un roman d'anticipation sur la vie en Palestine, Terre ancienne-Terre nouvelle (Alneuland). Le titre de ce roman fut traduit en hébreu par Tel Aviv, et c'est ce qui donna son nom à la ville nouvelle.

Quand, en 1903, les persécutions redoublèrent en Russie, Herzl traversa l'Europe une fois de plus. Il alla trouver personnellement le ministre du tsar pour lui parler du sionisme.

Au sixième congrès de 1903, Herzl révéla une offre du ministre anglais des Colonies : celui-ci proposait de concéder aux sionistes un territoire en Ouganda, leur assurant, par charte, une complète indépendance. Ce refuge provisoire, si utile, n'empêcherait pas de poursuivre l'action en faveur de la Palestine.

Le congrès comptait cinq cents délégués et, parmi eux, près de deux cents délégués russes, qui refusèrent cette proposition et quittèrent même l'assemblée en pleine session. Ils adressèrent à Herzl un ultimatum pour exiger l'abandon de cette idée. Cette révolte fut une nouvelle cause de fatigue pour le vaillant champion. Malgré la maladie de coeur qui l'accablait, il travailla avec acharnement, et organisa une réunion du Comité d'action sioniste à Vienne, en 1904. Il avait renoncé à l'Ouganda et repris ses négociations avec le gouvernement turc.

Herzl disparut prématurément en juillet 1904, n'ayant pas cessé de servir une des aspirations millénaires d'Israël, qu'il avait puissamment enracinée, par son labeur géant, son courage et son dévouement.

Source : Grands d'Israël, Pascal Themanlys, Ed.Rieder 1935

   
   
   
 

Nos rubriques
Le Blog de terredisrael
Calendrier fetes Juives
Perdu de vue
Les cartes de voeux
Le Livre d'Or
Espace Culture
Espace Detente
Fetes Juives

Le Kiosque
Radio TV

Les cartes de voeux
Liens utiles
Liens Voyages
Israel de A a Z
Visite d'Israel
Vacances en IL
La Ste israelienne

Prevention
Communautes juives

Album Photos
Ner Hazikaron
Immobilier
Judaisme
Etre fier ...
Origine du conflit MO

Copyright - www.terredisrael.com
Les articles publiés dans le Site relèvent de la seule propriété de www.terredisrael.com
Seul le droit de courte citation reste permis avec lien directionnel actif de l’article avec le nom de l’auteur en entête obligatoire.
Ceux qui souhaitent copier une partie ou l’intégralité d'un article, sont priés d'en faire la demande par mail. Merci
Le site est édité par la
Sté Terredisrael Ltd. Israel
(Sté Num 513928770) -
Contact : Yossi TAIEB

Email: contact@terredisrael.com